Islamophobie : barbarisme au service de l’intox ! (3/6)

Peur supposée des occidentaux

Il est utile de rappeler, que le barbarisme « islamophobie », qui selon les islamistes, les collabos, leurs séides, leurs franchisés correspondrait à la peur de l’islam à laquelle sont amalgamés : le racisme et la xénophobie.

Cette soi-disant « peur » a des origines, les islamistes nous les désignent. Ce sont tout à la fois (liste non exhaustive, que l’on peut déduire des propos des « maîtres es-islamophobie »)  :

  • « la mouvance néo-conservatrice aux États-Unis ;
  • les mouvements littéraires britanniques ;
  • les intellectuels français de la gauche-conservatrice ;
  • et, dans tous les pays occidentaux, les groupe néo-nazis (donc néo-socialistes-nationaux), les mouvements racistes, les mouvements xénophobes, …

Toujours comme aux époques soviétique ou nazie (socialiste-nationale), plus le mensonge est énorme, plus il a de chances de passer.

Prenant en compte le postulat ci-dessus et partant de l’idée que cette peur serait relative à la religion « islam », on peut se demander pourquoi (liste non exhaustive) les gouvernements des pays occidentaux auraient :

  • permis à de très nombreux musulmans de s’installer dans leurs pays et d ‘en acquérir la nationalité ;
  • offert des aides financières, des terrains pour la construction des mosquées ;
  • offert des conditions de vie, de santé, d’éducation inconnues dans les pays d’origine ;
  • autorisé la venue d’imams de pays étrangers ;
  • permis à des propagandistes du système-islamique de s’installer dans les pays et d’y déployer tout leur zèle afin de forcer les adhésions1 au système-islamique.

Des millions de musulmans, par ailleurs en contradiction avec les directives données par Allah dans le Coran, vivent dans les territoires de la mécréance (dar al kufr), principalement les pays occidentaux, dans la paix et la tranquillité.

« … le Cheykh Al ‘Otheymine précise :

Il est interdit à cet homme de continuer à vivre dans ce pays, et il lui incombe d’émigrer. S’il ne le fait pas, qu’il garde à l’esprit la parole d’Allah : « Les anges venus ôter la vie à ceux qui avaient agi avec injustice envers eux-mêmes leur demanderont : « Où en étiez-vous [de votre religion] ? » – « Nous étions impuissants sur terre », dirent-ils. À quoi les anges répliqueront : « La terre d’Allah n’était-elle pas assez vaste pour vous permettre d’émigrer ? » Voilà bien ceux dont le refuge est l’Enfer. Et quelle mauvaise destination ! À l’exception des impuissants : hommes, femmes et enfants, incapables de se débrouiller et de se frayer un chemin. »

Il est donc nécessaire à celui-ci, s’il en est capable, d’émigrer vers une terre d’Islam. Ainsi, l’amour du pays qu’il a déserté se détachera de son cœur et naîtra en lui le désir de vivre dans un pays musulman.

Quant au fait qu’il n’arrive pas à quitter une terre dans laquelle l’Islam et les musulmans sont combattus, pour la seule (et unique) raison que cet endroit est son pays d’origine, cela est illicite et il lui est interdit d’y résider. … »

Par ailleurs, il a été mis en évidence que :

« … proportionnellement au nombre des musulmans, le nombre de mosquées en Occident est plus grand que dans les pays islamiques. Par exemple il y a plus de mille mosquées en Grande-Bretagne, alors que le nombre de musulmans y vivant est environ de deux millions ! … »

Pratiques des « anti-islamophobes »

Pour enfumer l’Occident et recueillir l’adhésion des pays en voie de développement, les islamistes utilisent le barbarisme « islamophobie » :

  • en pratiquant des amalgames ;
  • en interdisant la liberté d’expression ;
  • en utilisant leurs propres phobies.

Rappel : l’amalgame est une association, combinaison de faits sans liens directs, permettant de créer des confusions, aux fins de manipulation.

Amalgame « islamophobie » et « racisme »

Les islamistes, les collabos, leurs séides et leurs franchisés font un amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et le terme «racisme ».

Le racisme est le rejet d’une personne à cause de sa race. Or, les savants ont démontré qu’il n’y avait qu’une seule race : la race humaine. On voit mal comment les « savants » de l’islam, savants en tout mais compétents en rien, commettent cette erreur .

Le racisme avec son sens communément admis, mais étant avant tout une hiérarchisation de groupes humains en fonction de caractéristiques ethniques, est condamnable, et condamné dans le monde occidental.

Quand le barbarisme « islamophobie » est utilisé par ses promoteurs, il doit donc être considéré que l’islam, étant déjà une religion, serait aussi une race !

L’amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et le terme racisme n’est qu’une manipulation dont la finalité est la tromperie des Occidentaux, celle-ci utilise leurs ressorts profonds de dégoût qu’ils ont pour toutes les idéologies aux relents nazis (socialistes-nationaux) ou soviétiques.

Amalgame « islamophobie » et « xénophobie »

Les islamistes, leurs séides et leurs franchisés font aussi un amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et la «xénophobie ».

Si la xénophobie est le rejet d’une personne à cause de son appartenance à une autre nationalité … on voit mal comment les tenants du système-islamique commettent cette erreur. Dans notre pays, beaucoup de musulmans sont Français, donc par quelle construction mentale, par quel artifice tout à la fois logique, sémantique ferait que l’on puisse être « xénophobe » envers un Français ?

Quand le barbarisme « islamophobie » est utilisé par ses promoteurs, il doit donc être considéré que l’islam, déjà une religion et une race serait aussi une nationalité !

Ce n’est même plus de la manipulation, c’est de l’imbécillité (sottise, stupidité, manque d’intelligence) à l’état pur !

L’amalgame entre le barbarisme « islamophobie » et « xénophobie » n’est qu’un mensonge grossier dont la finalité est la manipulation des Occidentaux, celle-ci utilise leurs ressorts profonds de dégoût pour toutes les idéologies aux relents nazis (socialistes-nationaux) ou soviétiques.

Amalgame « blasphème » et liberté d’expression

Les islamistes manipulent le concept de « blasphème », dans le but de restreindre ou empêcher la liberté d’expression … chaque fois que des infidèles formulent des critiques à l’encontre de l’islam.

L’OCI fait régulièrement pression auprès de l’ONU, de l’UE, … pour imposer à tous les pays des lois contre le blasphème2 , ce qui reviendrait ni plus ni moins à imposer la loi islamique (charia) dans tous les pays, puisque l’ONU a une vocation universelle !

En y réfléchissant bien, de leur point de vue cela paraît logique : aborder un tel sujet amènerait à justifier bon nombre des propos tenus ou des actes commis par les islamistes, ce qui impliquerait qu’ils répondent à des questions pour le moins embarrassantes.

A noter, un événement important :

« …Lors de la 86e session plénière de l’Assemblée générale des Nations unies, le 15/12/2011, une résolution a été approuvée par consensus, sans vote qui, si elle condamnait l’intolérance religieuse, ne « forçait » plus les États à interdire la « diffamation envers les religions », cela aurait conduit à la mise en place de législations relatives au « blasphème » voulue par l’OCI.

La résolution approuvée stipule que « la discrimination fondée sur la religion ou la croyance constitue une violation des droits de l’homme »1. Elle exprime également la préoccupation de l’Assemblée générale au sujet de l’incitation à la haine religieuse et l’échec de certains États « à lutter contre cette tendance en plein essor »… »

Cela laisserait supposer que la position défendue par l’OCI ne soit pas si fondée que cela, et que l’amalgame entre « blasphème » et « liberté d’expression » soit quelque peu problématique.

Verrouillage de la liberté d’expression

Tel que présentée par les islamistes, les collabos, leurs séides, leurs franchisés le barbarisme « islamophobie » s’il avait quelque réalité et à la condition qu’il soit parfaitement défini, serait condamnable, plus particulièrement quand les actes associés seraient du vandalisme dans des cimetières, des lieux de culte ou des agressions contre des personnes en raison de leur appartenance supposée à une religion.

Ce que personne ne conteste.

Mais, alors que dans plusieurs pays islamiques, de tels actes ont eu lieu et continuent d’avoir lieu quasiment tous les jours, le barbarisme « islamophobie » continue d’être utilisé à tort et à travers. Il faut bien reconnaître que c’est le seul outil ayant quelque efficacité dont les islamistes disposent pour empêcher toute critique de l’islam, alors que leurs actes, leurs propos, leurs écrits sont contraires à l’esprit et à la lettre de la Démocratie et des Droits de l’Homme.

La dénonciation d’actes, propos relevant de la soi-disant « islamophobie » est indispensable aux islamistes pour établir, mettre en valeur leur situation de victimes, de martyrs.

Leur but étant :

  • dans un premier temps, de verrouiller toute liberté d’expression consistant à critiquer les aspects inacceptables du système-islamique et de ses déclinaisons, sachant qu’ils sont particulièrement nombreux ;
  • dans un deuxième temps, de justifier des réactions violentes « indispensables »3 aux sinistres projets conduisant à l’islamisation du monde libre, qui sont alors présentées comme des « actes défensifs ».

En même temps qu’ils tentent de museler tous ceux qui n’acceptent pas les diktats de toutes natures, que les islamistes voudraient imposer au monde occidental, ils omettent sciemment d’aborder des « sujets qui fâchent » : persécutions, humiliations, discriminations religieuses ou autres, perpétrées à l’encontre des infidèles dans leur propres pays. Il est utile de rappeler que bon nombre de ces actes de terreur sont non seulement en conformité totale avec la loi islamique (charia) mais aussi que cette dernière les prescrit. Ces différentes prescriptions étant reprises dans des avis religieux (fatwas) émis par des boute-feu illuminés et enturbannés.

Refusons d’employer leurs mots, la langue française est assez riche pour cela !

En refusant d’employer leurs mots, nous refusons leurs idées !

En refusant leurs idées nous refusons leur colonisation !

En refusant leur colonisation, nous les combattons !

 

1 Ceci ne constitue guère une avancée, puisque la Déclaration Universelle des Droits de l’Homme stipule dans l’Article 18 « Toute personne a droit à la liberté de pensée, de conscience et de religion; ce droit implique la liberté de changer de religion ou de conviction ainsi que la liberté de manifester sa religion ou sa conviction seule ou en commun, tant en public qu’en privé, par l’enseignement, les pratiques, le culte et l’accomplissement des rites. »

1 Comme les « sergents recruteurs » des siècles passés. Mais ils ont remplacé « le pinard » et « la bibine », non autorisées, par les promesses de félicités dans l’au-delà, plus particulièrement dans le Coran sourate 44, versets 51 à 57.

2 Parole, discours outrageant à l’égard de la divinité, de la religion, de tout ce qui est considéré comme sacré. CNRTL.

3 Ne jamais oublier « qu’une révolution a toujours besoin de martyrs … Quand il n’y en a pas, on les fabrique !

 

Jean-François Cerisier

Prochain article (4/6) : Diffamations commises par les islamistes

0
0

2 Commentaires

  1. On peut noter :
    « …Lors de la 86e session plénière de l’Assemblée générale des Nations unies, le 15/12/2011, une résolution a été approuvée par consensus, … .
    Cette phrase de la résolution « la discrimination fondée sur la religion ou la croyance constitue une violation des droits de l’homme », doit et devrait être appliquée par tous les pays adhérents à l’ONU, il me semble puisque approuvée par consensus…
    Or les 56 pays signataires de la Déclaration des Droits de l’Homme en Islam du Caire en 1990, basée sur la Charia, pratiquent dans leurs pays la discrimination envers tous les « non-croyants », juifs, chrétiens, …, comme imposé par le Coran, hadiths, charia, …, ainsi que les membres de l’Oumma installés dans les pays non musulmans …
    J’aimerais savoir ce que tous les signataires de cette résolution ont compris et veulent voir appliquer …

Les commentaires sont fermés.