Islamophobie, ou légitime défiance? de Mireille Vallette

« Quand un Norvégien n’autorise pas sa fille à épouser un immigré, on parle de racisme. Si un immigré refuse que sa fille épouse un Norvégien, on parle de culture. Pourquoi? » … Cette remarque émane d’un musulman bosniaque naturalisé norvégien…
De plus en plus de musulmans combattent avec acharnement et courage l’intégrisme pendant que des intellectuels « antiracistes » se taisent ou crient avec les loups!?
Quant à l’ONU et aux organisations internationales, elles se laissent aller à une « islamofolie », pliant devant des revendications réactionnaires et n’assumant pas leur responsabilité dans le domaine du respect des droits de l’Homme.
Le Conseil des Droits de l’Homme (CDH) veut sanctionner ce qu’il appelle « la diffamation des religions » mais se tait quand il est interpellé par la représente bahaïe ( religion très progressiste, venant de l’islam) à propos des discriminations que subit cette communauté en Iran !
Qu’importe les peuples et les populations qui subissent le joug des dictatures, l’important est de maintenir un consensus -marché de dupes avec les représentants patentés des religions du livre!?
Féministe et militante antiraciste, l’auteure, journaliste, s’en prend non à une religion mais à l’islam intégriste, xénophobe et prosélyte qui est à l’œuvre en Suisse et dans de nombreux pays.
Elle commence par dénoncer et détruire l’amalgame douteux qui lie l’islamophobie au racisme !
Il s’agit là, de fait, de la construction et de l’utilisation d’une arme fatale par les intégristes qui veulent interdire partout dans la vie et dans les textes toute critique de leurs textes religieux.
Elle dénonce avec force et avec talent le double discours de Tariq Ramadan qui par exemple rappelle que la lapidation pour adultère ou l’amputation d’une main pour vol , peines prônées par le Coran seraient inapplicables dans une société juste et équitable! Ce qui suppose que « dans une société juste et éduqué, les amputations seraient donc acceptables » !
Féministe convaincue, elle montre comment les intégristes radicaux et leurs alliés ont réussi à imposer une loi implicite qui interdit de faire le lien entre l’islam et les mutilations génitales.
Pourtant sur 32 pays qui pratiquent l’excision, 29 appartiennent à l’Organisation de la conférence islamiste (OCI) et cette pratique fait chaque année dans le monde trois millions de victimes.
Tariq Ramadan , cité par l’auteur a sur cette question un positionnement de « tolérance » coupable : « L’islam reconnaît les pratiques culturelles dès qu’elles ne s’opposent pas à une obligation ou à un interdit »… or le « prophète » lui même dans des propos rapportés par des hadith ( récits de la vie de Mahomet » ne répond t-il pas à une femme lui demandant si elle peut continuer à exciser: « Oui, c’est autorisé. Mais si tu coupes, ne coupe pas trop, car cela est meilleur pour la femme et plus plaisant pour le mari. »…
L’auteur nous offre une analyse des plus convaincantes et nous invite à combattre l’intégrisme islamiste, qui est la réaction sur toute la ligne, non sur le terrain miné du rejet d’une religion mais sur celui de la défense des valeurs humanistes et sociales .
Elle invite la gauche à enfin choisir son camp et lutter sans ambiguité contre l’islamisme politique dans le droit fil de son combat séculaire contre l’obscurantisme et l’intégrisme quelle que soit la forme qu’ils prennent.
Jean-François Chalot
« Islamophobie ou légitime défiance?
Égalité des sexes et démocraties:
les Suisses face à l’intégrisme islamique »
de Mireille Valette
Éditions Favre
167 pages
février 2009

image_pdfimage_print