1

Israël : Bibi le dos au mur

Extrait du journal Jérusalem Post «  Le veto arabe de Smotrich laisse Netanyahu sans coalition possible. Le Premier ministre Benjamin Netanyahu n’a pas réussi à obtenir la majorité de son bloc politique lors des élections de mardi, selon les résultats publiés jeudi soir par la Commission centrale des élections, faisant du chef de l’opposition Yair Lapid le candidat le plus susceptible de recevoir un mandat pour la formation d’un gouvernement ».

Le Likud a remporté 30 sièges, Yesh Atid de Lapid 17, Shas 9 et Kakhol lavan 8. Il y a quatre partis avec sept sièges : Yamina, Labour, United Torah Judaism et Yisrael Beytenu.

Bibi en tête de 52 sièges seulement serait dans l’impossibilité de former un gouvernement sans devoir inclure un tronçon du parti arabe israélien. Or, il est inutile de préciser que ce dernier milite pour l’anéantissement de l’État juif d’Israël.

Le parti sioniste d’extrême droite de Betzael Smotrich, qui compte 7 sièges, a automatiquement apposé son véto contre l’inclusion du parti arabe Ra’am (United Arab List). Ce qui réduit à néant toute tentative de Bibi de former une coalition. Dans le fond, il serait ridicule d’inclure un parti arabe antisioniste dans une coalition sioniste de droite.

Lapid – Yesh Atid – centre-gauche aurait apparemment rencontré ou discuté avec les chefs des partis : travailliste, New Hope, Meretz et Yisrael Beytenu depuis l’élection et se réunira dans les prochains jours avec les chefs de Kakhol lavan, de la Liste commune et de Ra’am dans l’ultime effort de former un bloc capable de virer Bibi du pouvoir.

Lapid travaille sur la liste des 61 députés de ces partis afin de les recommander au Président Reuven Rivlin, lors de sa demande de mandat de former un gouvernement le 7 avril.

Si Bibi ne réussit pas à former un gouvernement de droite, Israël va se confronter à la gauche politique avec ses revendications sur le laïcisme, la dissolution des partis religieux et la création d’un État palestinien fantoche et dangereux… Le rêve du Hamas et d’Abbas se réalisera.

Israël pourrait connaître une guerre civile.

Même si nous admettons que Bibi ait flirté avec la corruption… il a été le seul à tenir unifiée pendant si longtemps la droite nécessaire et vitale à l’existence même d’Israël…

Tous ces ambitieux qui ont déserté les rangs dans le but de virer Netanyahu et de le remplacer… n’ont réussi qu’à s’écraser et leurs appartenance à la droite est sérieusement mise à l’épreuve s’ils sont, comme ils le prétendent, de fervents nationalistes.

Qu’en serait-il de ce petit État entre les mains d’amateurs comme Lapid ?

Israël deviendra une réplique identique aux démocraties occidentales. Serait-ce alors la fin de l’État juif d’Israël ?

Thérèse Zrihen-Dvir