1

Israël : et si la démocratie nous menait au suicide ?

Voiture brûlante, agitation, anti-gouvernement, crime Banque d'images - 83289047

Quel genre de démocratie est-ce lorsque sous la pandémie on autorise en Israël des manifestations politiques qui contribuent indéniablement à la propagation du mal ? À la mort des plus faibles, des plus vulnérables, des plus destitués, qui n’ont aucune voix, ni force de se lever et s’insurger.
Quel genre de démocratie est-ce lorsque nos vieux n’ont personne pour les défendre et défendre leur droit à la vie ?
Quel genre de démocratie est-ce lorsque la majorité n’est pas homosexuelle mais que cette communauté particulière réussit à nous imposer ses Gay Pride que nous le voulions ou pas ? Pourquoi dois-je supporter cette infamie si nombreux comme moi, l’exècrent ?
Quel genre de démocratie est-ce lorsque la majorité est contre l’immigration à outrance mais que les chefs d’états la perpétuent, faisant fi des nécessités et exigences de leurs citoyens ?
Quel genre de démocratie est-ce quand elle nous mène directement au suicide ?

Enfin quel genre de démocratie est-ce lorsqu’elle nous nie nos droits élémentaires à la parole ?
C’est le genre de démocratie que nous vivons à l’heure actuelle… Inutile de vous dire qu’elle possède tous les atouts d’une dictature, qui sous les oripeaux de la démocratie permet tous les outrages.
Mais oui, chers concitoyens, c’est la pure vérité. Il est inutile de nous faire porter un masque de protection sanitaire, nous avons déjà bien implanté sur nos faces, celui de la soumission, puisque nous sommes incapables de nous défendre et de défendre nos droits.
Le monde entier vit sous la férule de ces dirigeants élus démocratiquement qui demain nous basculerons vers des théocraties, vers la soumission et la perte indéniable de notre liberté…

Pensez-y. Réfléchissez mais surtout agissez… Trop de choses s’accumulent sur cette bascule appelée démocratie qu’il faut traiter dans l’immédiat et ne plus tempérer. Car voyez-vous ce demain qui pointe nous réserve bien des surprises, surtout des désagréables.
La justice est déviée, les droits ignorés, la puissance se dirige directement vers ceux que nous croyons être nos défenseurs… Le sont-ils ? Où allons-nous ? C’est la question qu’il faut se poser.

THÉRÈSE ZRIHEN-DVIR