Israël, le rêve inachevé, de Pierre Lurçat : j’ai beaucoup aimé…

Publié le 1 décembre 2018 - par - 36 commentaires - 1 256 vues
Share

 

Écrite d’une plume légère et passionnée, l’œuvre nous instruit profusément sur les conjonctures qui ont mené à la création de l’État d’Israël : Les héros – ces figures illustres de l’Histoire contemporaine dont les noms garnissent les plus grandes artères des villes israéliennes – nous sont présentés dans leur lutte acharnée pour la recréation de l’État d’Israël au Moyen-Orient. Ces nouveaux Moïse n’aspiraient pas à la résurrection de l’État juif par le truchement de la foi juive, mais surtout par une identité que le monde extérieur qualifie de singulière, repoussante et malfaisante… Le juif était/est méprisé non seulement à cause de sa foi, de ses rites et de ses coutumes, mais surtout par le fait même de sa présence au sein des autres peuples – conséquence évidente de la frustration que ces peuples éprouvent à la proximité des juifs.

Si Moïse avait armé la main droite des juifs d’épées et de lances, et la main gauche des Dix Commandements et des cinq volumes de la Torah, ces Moïse les ont ignorés. Leur unique objectif était la survie de ce peuple, honni et pourchassé, et tant pis s’il fallait pour cela, comme l’avait suggéré une fois Théodore Herzl, le convertir au christianisme ou l’implanter en Ouganda. Ils cherchaient un toit, un refuge, là où personne ne pourrait lui porter atteinte.

La survie étant la plus forte, la plus urgente, elle ne pouvait qu’éclipser, dans la perspective et l’horizon de ces géants, le judaïsme. Peut-on impunément supprimer de manière totale la quintessence même de l’existence juive ? La Constitution initiale du récent Israël sera donc laïque alors que le peuple, lui, est majoritairement juif. D’où contradiction. Il lui sera, comme nous le verrons par la suite, impossible de perdurer dans l’ignorance complète de son identité spirituelle et théologique.

Mais d’un autre côté, la laïcité dans sa forme actuelle sous la voûte de la démocratie, deviendra la tombe de tous les pays de l’Occident – perpétuellement en quête d’un équilibre et d’une identité, lesquels lui seront irrémédiablement arrachés par la récente vague du multiculturalisme, du socialisme et de la mondialisation. La laïcité concède une permissivité sans frontières qui a fait de l’Occident ce qu’il est devenu aujourd’hui – un Occident sans amarres, sans descendance, blasé et fragilisé, qui doute de sa foi, de sa nation et de son identité. Il est progressivement devenu une proie propice et attrayante pour des opportunistes à majorité islamique.

De l’autre côté, un monde gouverné par une foi – qu’importe laquelle – ne pourra jamais survivre face au progrès, face aux mutations, aux changements perpétuels de la physionomie et de la spiritualité de l’homme. Ses besoins immédiats le contraindront à faire place nette à tout autre chose, à l’exception de sa propre survie.

L’un ou l’autre mène inexorablement à la tombe.

L’œuvre est surtout une biographie très abrégée de ces géants de l’Histoire contemporaine précédant la création du nouvel Israël.

Ce qui nous saute aux yeux, c’est cette hystérie presque valétudinaire de méconnaître les liens juifs tout en ne retenant que le halo radiant et essentiel de la littérature hébraïque, son charme, sa perspicacité, sa pertinence et  sa beauté.

L’œuvre nous décrit ces héros, ces géants de l’Histoire juive contemporaine, qui oscillent, déchirés entre les tentacules de leur passé juif et ceux du présent, entre leur besoin d’identité et celui de l’anéantir pour laisser place au modernisme et au multiculturalisme. Ils sont perpétuellement attirés par une laïcité commode, malléable, humanitaire et sociale, et un judaïsme qui n’en manque pas. Il suffit pour cela de jeter un coup d’œil sur les Dix Commandements pour en être édifié. L’équilibre, ils ne pourront l’obtenir que dans l’application de la loi prescrite dans le Pentateuque.

En fait, on y trouve toute une compilation de géants qui possèdent des pieds d’argile. Ils auront au moins accompli une partie du rêve de la résurrection, du rêve d’un Israël qu’ils auront bâti de leurs propres mains et qu’ils détruiront simplement pour leur lutte inassouvie de trop vouloir ressembler aux Occidentaux, de suivre la vague, de s’oublier et ne devenir qu’un simple humain/rouage dans cet étourdissant et  magnifique ensemble qu’est le monde actuel, avec tous ses défauts et ses trop peu nombreuses qualités…

Elle couvre en partie le conflit israélo-palestinien, plaie ouverte et pénible justement à cause de l’influence occidentale sur les chefs d’État israéliens, les contraignant à ne pas trancher afin d’éviter le suicide. Auparavant, cette influence s’était traduite après la guerre des Six Jours par la catastrophique remise des clefs de l’esplanade des mosquées au Wakf jordanien. La reprise féroce du Mur des Lamentations et la conquête de Jérusalem durant la guerre des Six Jours a laissé les Israéliens tellement estomaqués par leur victoire qu’ils en ont eu peur – nul doute qu’elle reflétait leur manque de foi en eux-mêmes et en leur Créateur, car il s’agissait bien d’un miracle – La résurrection d’Israël est un miracle – pour les athées qu’ils sont,  ils ne pouvaient pas voir le miracle – et c’est la crainte de l’Occident qui guida leurs mains à remettre les clefs des lieux saints juifs aux Jordaniens. Ils avaient sciemment fermé les yeux sur ces mêmes Jordaniens qui avaient envahi la Judée et Samarie, s’étaient emparés de Jérusalem qu’ils s’étaient attelés à nettoyer au grand jour de toute présence juive, démolissant toute trace de vestiges juifs, et renommant, à l’instar des conquérants romains, la Judée et Samarie « Cisjordanie ». Les Juifs ont fait l’erreur tragique de ne pas répondre par des actes analogues à ceux des Jordaniens.

Quoi qu’il en soit, l’œuvre de notre cher ami Pierre Lurçat rejoint quelque part l’étude que j’ai récemment éditée sur « L’Origine du peuple juif hors du contexte biblique » sur les plans historique, démographique et politique. Je dirais même que c’en est un complément.

Cette œuvre est un « must-read » à tous ceux qui s’intéressent aux géants de l’Histoire juive contemporaine, à leur biographie, leurs sacrifices, leurs œuvres, leurs dilemmes, leurs accomplissements et surtout à l’influence littéraire qu’ils ont imperceptiblement pompée de leurs connaissances bibliques.

Alors, Israël survivra-t-il aux écueils tranchants du monde moderne, au multiculturalisme, au modernisme, à l’antisémitisme ? OUI, définitivement, de par sa propre Constitution, sa particularité et spécificité – il est éternel.

J’ai beaucoup aimé.

Thérèse Zrihen-Dvir

  1. Lurçat, Israël, le rêve inachevé. Editions de Paris / Max Chaleil.

http://therese-zrihen-dvir.over-blog.com/

http://theresedvir.com/ (Copier-coller sur Google Chrome)

 

 

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
madeleine

Triste de constater que beaucoup de Juifs évoquent la « création » de l’Etat d’Israël au lieu de « Renaissance » de l’Etat d’Israël. Idem pour la « Cisjordanie » dont le nom historique est « Judée-Samarie ». Hélas, beaucoup de journaleux Juifs, idiots utiles de la gauche, commettent systématiquement ces erreurs.

la libellule

C’est intentionnel

rebelle

en général les juifs, ce n’est peut-être qu’une impression, vont toujours dans le sens de leurs intérêts avant ceux du pays où ils sont .

madeleine

Argument facile et maintes fois répété à l’envi depuis des siècles par ceux, nombreux, hélas, atteints par le virus de l’antisémitisme, la Bête immonde, tapie au sein du cerveau et qui ressurgit par périodes. Pauvre type….

Arthur

Et ils ont bien raison. Ils ont (re)créé Israel car ils ont compris qu’ils ne pouvaient compter que sur eux et qu’ils n’avaient une place sûre nulle part. Relisez l’article. Et les pays dans lesquels ils sont encore ne vont que dans le sens de leur intérêt y compris au détriment des juifs. Humain trop humain.

la libellule

Juste

la libellule

FAUX

JOJO D ARIMATHIE

DONNEZ UN DESERT A UN JUIF IL EN FERA UNE OASIS ET UNE VILLE ; DONNEZ UNE VILLE A UN MUZZ IL EN FERA UN DESERT… CEST MATHEMATIQUE !…ET TELLEMENT DEPRIMANT …

la libellule

Exact Jo de Har A Methim

Arthur

Pas d’accord. Par ailleurs je pense que vous êtes plus fine que ça. Il suffit de vous lire …

la libellule

Ouvrez les bouches d’égout….

DUFAITREZ

Je défends Israël depuis toujours dans ses Terres. (Historique, politique, résistance, etc…).
Cependant un peu énervé par la diaspora….

Frederic REYNIER

certes Israël est un petit pays identitaire et donc sympathique mais ici on est lâ pour parler de la France alors vos articles vous les gardez pour Israël SVP

la libellule

Et que faites-vous hormis de papoter en ligne? Allez sur les Champs Elysées vous servirez à quelque chose au moins

madeleine

Vous êtes un menteur pathologique. Et gravement atteint. Faites vous soigner car votre haine vous dévore à petit feu et vous amène à coup sûr vers un cancer…. Israël est à l’opposé du mondialisme, trop occupée à se défendre contre les pays arabo-musulmans qui l’encerclent. Quant à être un pays terroriste, votre ignorance en la matière n’inspire que la pitié. Et les « solutions injectables contre les goys » inspire, en plus de la pitié envers vous, un dégoût et une envie de vomir irrépressibles. Pauvre type !

Maurin des Grads

Qu’est-ce qu’elle fout ici , la sioniste ?

Arthur

Peut être que l’auteur de cet article pense que l’ennemi de mon ennemi est mon ami, comme certains auteurs ici qui se sont « affranchis » de leur culture musulmane. Dans ce cas, vous lui donnez manifestement tort et on peut le comprendre : détester les juifs et détester les musulmans sont des choses tout à fait compatibles, chez certaines personnes.

Marnie

Toujours excessif Arthur. Toujours à côté de la plaque. Je vous plains.

Paul Dubreuil

Maurin ne viendrait-il pas de Maure ?

Norbert

Bonjour
Il me semble que l’Histoire nous démontre que la religion et la politique n’ont jamais fait bon ménage.
Et s’il y eut des périodes où religion et politique ont cohabité celà n’a jamais perduré.
Il me semble encore que politique sans religion est préférable à religion sans politique.
Le mot politique est pris ici dans son sens de gestion de tout ce qui touche à un peuple et son pays

Marnie

Le problème avec les religieux c’est qu’ils sont toujours du mauvais côté des problèmes, toujours à côté de la plaque, donc hors circuit, donc déconnectés de la vraie réalité.

la libellule

Avec vos connaissances Jan, qui a besoin de YHWH?

le Franc

qu’est ce qui fait today la puissance d’un peuple sinon sa puissance numérique…..indiens d’amérique écrasés par le nombre sans arrêt renouvelé des colons d’occident, berbères d’af du nord, tibet et autres foultitudes……en revanche, les kurdes se débrouillent bien.

la libellule

C’est la raison qui fait que l’Europe se suicide….

Arthur

Pas seulement. Peut être aussi et surtout puissance technologique en appui par exemple d’une capacité militaire. Pensez aussi à toutes les formes de colonialisme : français, britannique, … pas eu besoin d’être nombreux pour coloniser un pays. Et ceux qui détiennent aujourd’hui le feu nucléaire peuvent avoir l’avantage sur de plus grandes nations.

la libellule

Cela ne durera pas longtemps Arthur – le nucléaire atteindra tous les pays du monde – comme moyen de dissuasion il cessera de l’être ou alors il mettra fin à l’humanité entière. Vous savez ce qu’a dit Eistien. « J’ignore comme sera la troisième guerre mondiale, par contre la quatrième, elle se fera avec des pierres »

Arthur

Vous avez raison. On en arrivera là aussi peut être parce que l’histoire se répète. Une nouvelle guerre de religion. Une nouvelle haine d’une religion.

montecristo

Pour une fois vous avez raison ! Mais c’est d’une banalité …. ! ! !

Arthur

La « vérité » est parfois banale et toute simple. Pas la peine d’inventer une dystopie pour rendre compte de la réalité en effet.

Marnie

Le repli sur soi c’est très mauvais. C’est le signe des temps direz-vous…
« Bon droit a besoin d’aide » disait un proverbe français du Moyen âge sur la justice. Israël a eu sa chance et c’est formidable. Il faut remercier Dieu et aussi les hommes de bonne volonté occidentaux sans qui rien n’aurait pu être possible !
Faites-vous des amis et sachez les reconnaître. L’union fait la force.

Gaulois réfractaire

La liste est pourtant longue de ceux qui sont identitaires en Israël et multiculturalistes en Europe.

Paul Dubreuil

Franchement, sur une population d’environ moins d’un million d’âmes se réclamant de la religion juive en Europe, combien de multiculturalistes?
Ils peuvent apparaître nombreux si l’on s’en tient au piège de n’entendre que ceux qui ouvrent leurs gueules et d’en faire une généralité !
Des cacahuètes si l’on sait combien la majorité est silencieuse !

Marnie

Une majorité silencieuse est désolidarisée des réalités et c’est grave.

Arthur

Vous avez une sacrée plume. C’est un plaisir de vous lire. Mais vous savez qu’en France la laïcité c’est déjà la loi de 1905 qui entérine la séparation de l’église et de l’état. Ça ne relève pas d’une perte ou dilution de l’identité mais c’est bien aussi constitutif d’une identité française qu’on peut chercher inlassablement à définir, si ce n’est à figer. Parce que je crois que comme pour un individu, l’histoire, mouvante, est constitutive de l’identité. C’est vrai de la France comme d’Israël.

madeleine

Sauf qu’il est question de modifier cette loi de 1905 afin de l’adapter à l’islam…. Cela vient de sortir du cerveau du « tueur de la France », alias Jupiter, dont le compte en banque à l’étranger est régulièrement approvisionné par le Qatar qui lui dicte en échange la politique pro-arabe à appliquer en France.

Arthur

Non le but est de « réguler » l’islam en France, notamment en imposant des conditions au financement cultuel. Ça va dans votre sens. Renseignez vous.