1

Israël s’est endormi sur ses lauriers

Le dernier round contre Gaza nous a nettement remis en place devant une réalité que tous préfèrent ignorer, mais qui malheureusement ne fait que s’aggraver. Il ne fait plus de doute qu’Israël s’est endormi dans son quart de garde. Les terroristes du Hamas et du djihad, peu importe comment on les nomme, ont en effet réussi à fléchir les genoux d’Israël par la profusion de leurs roquettes mais aussi leur qualité.

Que ces roquettes proviennent de l’Iran ou de toute autre source, cela importe peu. L’important est comment répondre effectivement à ces menaces. Nous avons assisté, ahuris, à leur efficacité meurtrière, et au lieu de répondre dans le même langage, Israël a opté pour la sélection de ses cibles, alors qu’elle possède un éventail très riche de moyens de réplique.

Mais bonté divine, c’étaient les civils israéliens qui étaient leur cible !

Pourquoi ne pas prendre en cible les Palestiniens de Gaza ou d’ailleurs ? Pourquoi Israël s’impose-t-il des gants alors que l’ennemi n’en connaît pas ? Pourquoi nos pauvres civils doivent-ils être la chair à canon au lieu des Palestiniens ? Si les Arabo-Palestiniens veulent se débarrasser de ceux auxquels ils ont remis le pouvoir, ils doivent se révolter et les défier… Ce n’est pas à Israël qu’incombe cette tâche. Ils les ont voulus, tant pis pour eux !

Mais là n’est pas tout le problème.

Le véritable problème réside dans l’évident fiasco des services de renseignement qui ont fermé les yeux trop longtemps face aux agissements des Arabo-Palestiniens, qu’ils soient de Gaza ou d’ailleurs. Comment se fait-il qu’ils soient surpris par l’efficacité des roquettes dont se sont servi ces terroristes contre Israël ?

Le même scénario a eu lieu lors de la dernière conflagration contre Gaza, lorsque brusquement les terroristes ont surgi en plein terrain israélien à travers des tunnels qu’ils ont diligemment creusés ? Où était la vigilance israélienne ? Où étaient les services secrets ? Ils se sont endormis sur leurs lauriers. Ils ont oublié qu’un ennemi coriace et barbare se trouve juste à quelques mètres de nos villes, de nos villages, de nos agriculteurs, de nos écoles, de nos jardins d’enfants ?

Cela doit cesser. La politique de « reculons » et de protection ne fera que nuire à Israël. Il faut soit prendre le taureau par les cornes et le combattre, soit se laisser piétiner par lui… et c’est bien ce qui se passe à l’heure actuelle.

Le Hamas a sans doute été touché… il a perdu quelques atouts immobiliers, mais qu’a-t-il à perdre ? Il ne possède pas un état, un pays dans son essor le plus éblouissant. Il ne possède que des ruines… c’est une politique identique à celle d’Assad, qui a préféré miser sur toute la coupe plutôt que de partir… Il a mis son État, ses civils, sa sécurité, tout ce qu’était la Syrie avant la guerre civile, pour demeurer sur un trône qui a cessé d’en être un, puisqu’Assad est devenu le vassal de la Russie et de l’Iran.

C’est bien ce que les Arabo-Palestiniens sont en train de faire. Et Israël qui craint tant les médias, l’ONU et une Europe en voie d’être islamisée, s’amuse à jouer avec l’avenir du petit état juif et la vie de ses civils. Un problème identique se trouve au nord du pays, avec l’Iran et le Hezbollah aux aguets.

ASSEZ. Israël ne peut en aucun cas avoir le luxe de s’endormir…. Il doit initier comme il l’a fait en 1967 et ne pas attendre d’être défié…

Debkafile : Le missile qui a tué un civil de 68 ans dans son véhicule est un missile iranien Badr 3 qui explose à moins de 20 m de la cible et libère une pluie de 1 400 fragments d’éclats d’obus. Des sources palestiniennes et iraniennes ont diffusé une vidéo présentant la nouvelle arme iranienne visant Ashkelon, à 13 km au nord de Gaza. Au moins quatre des nouveaux missiles iraniens ont été lancés durant le 4 et le 5 mai lors du blitz de 700 roquettes sur la population israélienne samedi matin. Selon des sources iraniennes, le Badr 3 aurait été fourni, éventuellement avec des technologies et des composants, au Jihad islamique palestinien, partenaire du Hamas dans le dernier cycle d’attaques à la roquette. Alors que les versions précédentes de la fusée transportaient 40 kilos d’explosifs, le Badr 3 avait une tête explosive de 250 kilos.

La nouvelle arme a fait ses débuts sur le champ de bataille du Moyen-Orient au Yémen début avril aux mains des insurgés Houthis soutenus par l’Iran. Le djihad à Gaza a donc été la première organisation terroriste à l’utiliser contre Israël.

Le Badr 3 a une portée de 150 km. Son atout majeur est qu’il explose à 20 mètres au-dessus de la cible avant d’atterrir, projetant 1 400 éclats d’obus sur une vaste zone. Cette fonctionnalité améliore considérablement sa capacité de nuire à de multiples cibles humaines et d’infliger des dommages aux bâtiments situés dans un radius assez vaste. En raison de cette capacité, de nombreuses personnes à Ashkelon et Ashdod ont été blessées après avoir entendu les alertes à la roquette avant de pouvoir se réfugier dans un abri sûr. Quatre personnes ont été tuées et plus de 250 Israéliens ont été blessés – beaucoup d’éclats d’obus ont touché directement de nombreux bâtiments.

Les deux groupes terroristes, le Hamas et le Jihad, se sont vantés lundi d’avoir trouvé un moyen d’échapper aux batteries de défense israéliennes du Dôme de fer en libérant des barrages concentrés de dizaines de roquettes en un seul lancement. Nos sources signalent que lors de la dernière vague d’agression de roquettes en provenance de Gaza, le Dôme de fer a enregistré 70 % de succès dans l’interception de roquettes, contre 80 % lors des précédentes. Cependant, ces chiffres sont des estimations provisoires et une analyse plus approfondie est nécessaire pour obtenir de véritables données.

Thérèse Zrihen-Dvir

http://theresedvir.com/ (Copier coller sur google chrome)

https://theresezrihendvir.wordpress.com/