Italie : Coup d’état fomenté par l’UE et les sbires de la Finance

Publié le 30 mai 2018 - par - 20 commentaires - 932 vues
Share

Le coup d’état italien par le Président de la République passe mal en Italie. Les médias Français se répandent en quasi félicitations de ce coup d’état et ne réalisent pas qu’ils participent à ce coup d’état. Pourquoi en fait ! La réponse est l’instabilité ! En clair, la démocratie est déstabilisante et cela indique bien que la démocratie est malade dans tous les pays de la zone euro et ceux de l’Union Européenne en général.

Jean Claude Junger et George Soros, des amis de forfaitures

La nomination de Carlo Cottarelli à la tête du gouvernement italien par le président de la République, Sergio Mattarella qui a accepté de faire un coup de force institutionnel, n’a pas suffi à rassurer les investisseurs à la Bourse de Milan.

Il en résulte que nos médias Français sont plus attentifs aux desiderata de la Bourse italienne, qu’aux votes des italiens jugés « inquiétants ». 

Que dit ce Président Sergio Matarella pour se justifier : «Dans mon rôle de garant, je ne pouvais pas accepter un choix qui aurait pu conduire à la sortie de l’Italie de l’euro et provoquer les inquiétudes des investisseurs italiens et étrangers. Il est de mon devoir d’être attentif à la protection de l’épargne italienne, qui est la garantie de protéger la souveraineté de l’Italie.» Il le dit sans honte et sans crainte. Il le dit avec l’assurance des intouchables à la manière de Monsieur Cahusac, les yeux dans les yeux. Cet homme trahi le peuple Italien, l’’électorat populaire, son vote légitime, sa décision dans les urnes, et s’en vante.

Son devoir est d’être aux ordres de la finance, de Bruxelles, de la dictature de l’Union Européenne !

Le commissaire Günther Oettinger confirme cette allégeance à l’Union Européenne : « Les marchés vont apprendre aux Italiens à bien voter » Cela nous rappelle cette musique entendue autrefois dans la bouche de Cohn Bendit qui affirmait qu’il fallait faire revoter les Hollandais en 2005, jusqu’à ce qu’ils votent bien. Le discours de Nicolas Sarkozy à l’époque, était quasiment le même, lui qui avait été en Irlande pour demander à ce que le référendum irlandais soit conforme à la demande de Bruxelles.

La démocratie est un torche-cul pour les européistes.

Elle est une façon de faire passer la pilule de la dictature quand elle va dans leur sens, mais en ce moment, ceux-ci sont obligés de tomber le masque. Nous l’avons vu avec Syriza, ce mouvement d’extrême gauche en Grèce dont le responsable Monsieur Alexis Tzipras s’est couché devant Berlin et Paris.

La France, la Hollande ont renâclé. La Grande Bretagne a réussi à sortir mais doit faire face à des maîtres-chanteurs de la Commission Européenne ! La Grèce, puis la Hongrie, la Pologne, la Slovaquie, la Slovénie, l’Autriche se cabrent devant les diktats de l’UE. Les réponses de l’UE deviennent menaçantes, arrogantes, puis violentes. Tous les traités autrefois signés par les élites européistes sont autant d’outils judiciaires. L’idée est de retarder le plus possible la réponse des peuples qui veulent revenir aux cadres de leurs Nations.

Non l’Union Européenne n’est pas la paix.

Elle est devenue un système totalitaire. Les dirigeants ne sont pas élus mais nommés. Les directives européennes ont force de loi et sont intégrées dans les différentes législations. Ainsi, nos parlements ne servent plus à rien, hormis a entériner des décisions prisent par une administration non élue et qui ne répond plus aux citoyens. Mieux, qui les méprise comme l’a fait le Président fantoche de l’Italie, et comme l’a confirmé Günther Oettinger.

Les Italiens et sans doute les Français, les Hollandais, les Belges, les Irlandais, devront se plier aux ordres des marchés, aux ordres des Georges Soros, aux ordres des multinationales, aux ordres des forces de l’argent.

Non l’Union n’est pas la paix, elle ne l’a jamais été.

Elle nous a été vendue pour la paix, sur la peur des dernières guerres, et elle s’est installée tranquillement à coup de traités, d’engagements, d’abandons de souverainetés. Elle a privé les états de leurs outils constitutionnels, de leurs mandats donnés par les peuples, de leurs puissances régaliennes, car même la police doit rendre des comptes par l’intermédiaire de la justice européenne, cette fameuse Cour européenne des droits de l’homme qui prive les états à être libre de leurs politiques publiques, comme le traitement de l’immigration, le regroupement familial, les aides sociales devenues obligatoires pour les clandestins au nom des « droits de l’homme ».

Il nous faut nous souvenir de la trahison de Nicolas Sarkozy qui, par je ne sais quelle hérésie, a une obédience auprès des Français de la droite Républicaine, si peu nationale.

Le 29 mai 2005, les Français disaient «non», malgré un battage médiatique en faveur du «oui», à près de 54,7%. Infligeant un camouflet cinglant aux élites et aux promoteurs de la construction européenne.  Il disait NON, à un traité instituant une Constitution pour l’Europe, signé par les représentants des Etats membres de l’Union européenne un an plus tôt. En 2004, c’était Jacques Chirac qui est encore estimé lui aussi, par les Français alors qu’il les a grugé jusqu’au trognon.

 Le président de la Commission européenne, Jean-Claude Juncker, a prévenu tous les peuples, tous les dirigeants refusant l’Union Europénne : «Il ne peut y avoir de choix démocratique contre les traités européens déjà ratifiés» Exit les peuples, la démocratie, vive l’Union Européenne liberticide!

Le Président d’Italie a obéi aux ordres.

La démocratie ne compte pas ! Il a trahi son peuple et s’est fait féliciter par le Président Emmanuel Macron, par les médias bien-pensant Français, les mêmes qui ont fait campagne pour le référendum de 2005, les mêmes qui furent choqués par les résultats autrichiens, et qui vouent aux gémonies la Hongrie de Victor Orban.

Dans des commentaires diverses, je lis que l’élection est un piège à con. Ce n’est pas faux sur le plan national Français. Notre système est déplorable, injuste, est même indigne d’un pays qui se dit inventeur des droits de l’homme. Mais les élections européennes est le dernier des tests qu’il ne faut pas louper. Alors je sais, vous me direz qu’une fois élus, ces députés vont prendre leurs indemnités et s’en foutre, mais qui sait si ce ne sera pas une chance de modifier radicalement la donne européenne avec une majorité d’élus des droites nationales. Sinon, il ne restera que la rébellion à Bruxelles, mais avec la mentalité des Français, ce n’est pas couru d’avance, eux qui ont tant de mal à unir leurs forces nationalistes et patriotes !

Gérard Brazon (Libre Expression)

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
sitting bull

bin moi aux élections Européennes , je n irai même pas voté , je suis dégouté de tous ces clowns en cravate qui se foutent de nous et qui détruisent peu a peu l Europe en s en mettant plein les poches , ils veulent tous les pouvoirs et favorisent une invasion et un changement de peuple pour détruire les états nations et eux tous diriger mais sa finira par leur exploser a la gueule car cette invasion musulmane de l Europe ramènera la guerre et des massacres des populations de souche , des attaques d églises qui ont déjà commencé notamment en France et a chypre comme les coptes d Egypte …c est une question de temps et celui ci me donnera raison , l Europe finira comme en Syrie ou le Liban des années 80 ou l Algérie , ils dirigeront bientôt une terre détruite car les blancs fuiront aux US

jean rebora

comme toujour ne pas vote ces vote contre votre pays

dufaitrez

Ce sujet devient lassant… Une image salace ?
On va au Bordel pour le plaisir ! Mais les Putes dérouillent !
Le Plaisir de voter pour le bordel, pour dérouiller ensuite ? Mais là, ce sont les mêmes !
Plus de Caisse de solidarité… La Vérole pour tous !

Lotus bleu

Et il ne faut pas oublier, si les Italiens n’avaient pas tant divisé leurs votes, ils ne seraient pas là où ils sont, en crise politique et même nerveuse. La prochaine fois, ils ont intérêt à donner un vote majoritaire à un seul parti politique. Les Italiens ont donc ce qu’ils méritent, confiscation du pouvoir et humiliations.

Lotus bleu

L’auteur de l’article décrit un sombre tableau de l’état de nos démocraties en zone euro. Beaucoup de pouvoirs ont été transférés à Bruxelles, des pouvoirs qui normalement devraient être entre les mains de chaque pays européen. Mais les Européens ou les nations européennes ont renoncé à leur souveraineté nationale, politique et économique, leur monnaie ils l’ont abandonnée pour une monnaie commune et ce sont les Allemands qui la contrôlent. Qu’est-ce qu’ils sont cons ces européens! Et beaucoup critiquent les États-Unis et le Canada, d’accord, ces 2 pays sont loin d’être parfaits, mais ils ont l’essentiel, ce sont des pays souverains et ils maîtrisent leur propre monnaie.

Yves ESSYLU

L’UE devrait s’appeler la néo-URSS tant la première reprend les méthodes de la seconde

Soli

C’est cela oui

le Franc

les financiers adeptes du stalinisme = + on a des résultats désastreux de manière visible, + on doit continuer dans cette même voie jusqu’au bout = (comme ils ne sont pas censé être des imbéciles on en arrive donc à cette conclusion) :-, volonté de destruction de l’europe a/-par l’économique, b/-du point de vue religieux, ayant choisi l’islam pour diriger l’avenir, c/-du pt de vue de la nationalité (perte d’identité géographique dans le monde physique) , d/- perte biologique par la cession de la spécificité génétique (métissage obligatoire), e/-militaire, vu que les troupes ne servent plus à la défense nationale mais à chasser le dahut en zones islamistes, d’un côté, en zones frontiarisées slaves pour une guerre éventuelle (même si personne ne la veut) etc…..liste non exhaustive,

mac gyver

Les pro UE, béats de tous bords, participent à la mise sous tutelle financière mondiale deTOUS les peuples d’Europe. Ne pas comprendre, que cette UE a été mise en place pour tuer la démocratie, issue de la civilisation millénaire de ce continent et de révoltions. La démocratie a été non seulement bafouée en 2005 en France ,mais elle a vu son terme cette même année, sans que les français ,s’en rendent compte. Ce qui se passe en Italie, apporte la preuve que la seule « démocratie » acceptée en Europe est celle des marchés financiers. L’UE est une machine à broyer les nations. La France est sous tutelle de Bruxelles ,comme TOUS les autres pays ayant eu le malheur d’adhérer à ce machin. La subtilité de ceux qui nous ont mis dans ce merdier a été de créer cette monnaie unique, aberrance suprême !

Mamère

Pourquoi pas d’union nationale possible en France ? Parce que trop d’immigration créé le communautarisme.

angora

ça fait des dizaines d’années que la France se laisse envahir.

COTE

J’espère vraiment que les Italiens ne vont pas se laisser faire.

Mamère

Si ils avaient dû bouger ils l’auraient fait bien avant… Triste.

mac gyver

Il serait temps de leur apporter notre soutien , car, ce qui se passe en Italie est un déni de démocratie ,au seul bénéfice de la haute finance, qui tient l’UE dans le creux de sa main. Le tournant sera ,ou les peuples ont encore droit de citer ,ou la démocratie a vécu ,pour un monde aux mains des profiteurs. Quel sera le sens donné à nos vies ? Quelle société voulons-nous ???? Il ne nous reste que très peu de temps, pour « essayer » d’avoir encore un peu de liberté. Ces mêmes libertés, qui se restreignent de jour en jour.

Watto

Parfois il faut oublier la raison et ce qui acceptable pour admettre que des sataniques ont le pouvoir et qui nous asservie sans pitié

Brise-Lame

Plus que jamais, il faut « dissoudre le peuple » !

kabout

perso je pense que les italiens ne sont des grecques et que cette histoire ne va pas se regler aussi facilement qu’avec la Gréce a son epoque.

Mamère

Prêt à le parier ? Je n’y crois pas une seule seconde, ils vont se laisser faire, comme nous laissons faire ici.

Anton

Non, Salvini, Meloni et même Di Maio ne sont pas Marine Le Pen mais plutôt de la trempe de Marion. Attendons la suite.

Charlie732

C est bien ce que je dis en France il y a beaucoup de moutons a suivre les médias pour leur dire ce qu ils doivent voter et en italie c est pareil.