Italie : vers une grande manifestation contre les dictateurs de Bruxelles ?

Publié le 31 mai 2018 - par - 32 commentaires - 1 871 vues
Share

La majorité absolue en ligne de mire au Parlement italien, pour la coalition eurosceptique M5S-Ligue  !

C’est la tuile qui attend les ayatollahs de Bruxelles, qui se comportent en véritables dictateurs avec les peuples européens.

Ces imbéciles arrogants ne font qu’attiser la haine des citoyens envers une Union européenne qui ne leur apporte que pauvreté, immigration de masse et perte totale de leurs libertés.

En poussant le président italien Sergio Mattarella à faire barrage au gouvernement populiste présenté par la coalition M5S-Ligue, choisie par le peuple, le trio infernal de l’UE, à savoir Junker, Merkel et Macron, s’est tiré une balle dans le pied.

La peur panique de ces voyous de la politique, sans morale ni éthique, face à la coalition antisystème, les a privés de tout jugement. Ils s’agitent comme une mouche dans un bocal, sans trouver la sortie.

Ces sinistres fossoyeurs des nations libres ont trahi le peuple italien en pure perte puisque leur calcul machiavélique est en passe de se retourner contre eux de façon spectaculaire.

Car non seulement nos trois fléaux de l’Europe ont montré leur haine de la démocratie, dès lors que les peuples s’opposent à leurs visées funestes, mais ils ont surtout renforcé les antisystème dans leurs convictions.

Les sondages sont catégoriques :

Selon l’institut de sondage SWG, en cas de nouvelles élections, la Ligue recueillerait 27,5% des voix au lieu de 17% le 4 mars. Soit une hausse de 10 points.

Le M5S baisserait de 3 points à 29,5%.

Ce qui donnerait à la coalition M5S-Ligue une légitimité encore bien supérieure.

Un cauchemar pour Bruxelles, Merkel, Macron et Mattarella, puisque la coalition obtiendrait 82 députés et 42 sénateurs de plus qu’aujourd’hui, ce qui lui donnerait la majorité absolue.

En bloquant la candidature de l’europhobe Paola Savona, au poste de ministre de l’Economie, Mattarella a allumé sans le savoir la mèche qui va faire tout exploser.

La situation traîne en longueur. Toujours pas de gouvernement d’urgence en attendant les futures élections.

Une deuxième tentative d’un gouvernement M5S-Ligue, mais sans Savona au poste de ministre de l’économie, est étudiée par Mattarella, effrayé par la chute des marchés.

On attend. Ce sera soit un gouvernement M5S-Ligue comme prévu il y a trois jours, soit un gouvernement d’urgence avec Carlo Cattarelli, l’europhile choisi par Mattarella.

Avec, dans ce cas, de nouvelles élections à la clé puisque ce gouvernement ne pourrait obtenir la confiance du Parlement.

Les leaders eurosceptiques veulent une grande manifestation le 2 juin, fête de la République, pour imposer la volonté du peuple, tricolore en mains.

L’incertitude étant la hantise des marchés, la bourse italienne baisse et le spread entre les taux allemand et italien se creuse.

Une nouvelle crise de l’euro se profile.

A l’heure où la croissance française chute de 0,7% au T4 2017 à 0,2% au T1 2018, voilà qui n’arrange pas les affaires de Macron.

L’UE est en plein naufrage.

Elle devait protéger les peuples, elle les asservit.

L’euro devait concurrencer le dollar, il ne fait qu’enrichir l’Allemagne et ruiner l’Europe du Sud.

L’euro n’est qu’une monnaie au service de Berlin, qui se réjouit de voir tous les pays en difficulté pour mieux profiter de sa propre puissance économique.

Avec l’euro, tous les produits italiens, français, espagnols etc. sont surévalués de 20%, pour le plus grand plaisir de l’Allemagne qui n’a plus de concurrents à l’exportation.

Quant à l’Union dans son ensemble, avec son altruisme stupide et son angélisme économique, elle se retrouve broyée entre les Etats-Unis et la Chine qui ne défendent que leurs propres intérêts et pas ceux des autres.

Les tiers-mondistes de Bruxelles se font berner dans tous les accords commerciaux. La réciprocité, ils ne savent pas ce que c’est.

Ajoutons le boulet de l’immigration dont les coûts démentiels explosent de mois en mois, et nous obtenons un passeport pour la faillite généralisée.

La France, irréformable et toujours en grève, n’a donc aucune chance de s’en sortir.

Jacques Guillemain

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
antécumé

Bonjour Mr Dupuis, vous devez avoir de sérieuses références pour apostropher de la sorte le rédacteur de cet article.
Il serait très intéressant que vous nous fassiez profiter de votre savoir en appliquant le fameux adage : ce qui se conçoit bien s’énonce clairement!
Voyez vous cette science, puisque science il y aurait, me fait beaucoup penser à la météorologie, qui en est une autre, où on nous informe que le temps à 8 jours devrait être ensoleillé, à 4 jours il deviendrait nuageux enfin la veille il sera pluvieux et le soir du jour on nous dira enfin le temps qu’il a fait, mais ça on le savait déjà.
Economie/Météo même combat nous sommes abondamment informés une fois l’évènement réalisé, mais en amont, ça tient, un peu, du mare de café et de la boule de cristal! Isn’t it ?

Nemesis

Ca bouge peu à peu en Europe et ça s’étend de plus en plus. Même l’Italie s’y met … Tout n’est pas perdu!

BERNARD

Ce que la bochie n’a pas gagné par la guerre armée, elle le gagnera avec l’Euro et avec micron comme Kollabo.

Simone GUTIERREZ

J’ enrage quand je lis les commentaires de certains ( rares ) intervenants de RL qui prônent ( déjà ) l’ abstention aux élections européennes de 2019 , et ceci sous prétexte que les eurocrates ( comme à leur habitude ) s’ arrangeront pour invalider un scrutin qui les gênerait .
Les Italiens nous prouvent qu’ il faut au contraire voter … contre , évidemment !
Car nos apprentis dictateurs européens sont considérablement gênés par le vote souverainiste , qu’ ils ressentent comme une gifle particulièrement cinglante .
A partir de là ils sont contraints de tomber le masque et obligés de bafouer leurs prétendues  » valeurs  » pour tenter de surnager .
Bien sûr , en cas de crise , Bruxelles en rendra les  » populistes  » responsables … mais j’ espère qu’ alors les gens jugeront .

eva Argeles

Bien sûr qu ‘ il faut voter en2019, il n’est pas question cette fois que les gens de France s’abstiennent. SVP Allez voter et écrasons les.

dufaitrez

Jour après jour, la tension monte. Brexit, Italie, Visegrad, Autriche, Nord contre Sud, Est contre Ouest.
Les velléités « individuelles » (Pologne, Hongrie, Italie) sont combattues par Bruxelles, une à une.
La Vérité est ailleurs ! « L’Union » fait la force ! Les élections de 2019 feront la Loi ! « Bruxelles, seule contre Tous ». Gagné !

dufaitrez

Pas clair ! Pardon ! Bruxelles sera OUT !

patphil

les sondages ont remis le président (potiche) italien sur la voie de la raison: respecter le choix populaire!

Zorglub

tout est dit et clairement, l’Italie risque de mettre le feu à la poudre , je serai les non élus de Bruxelles je commencerai sérieusement à préparer ma valise….

Dunois

Pour ce qui concerne les élus (non légitimes) de Bruxelles, ils peuvent commencer à préparer leurs valises mais la Chasse les rattrapera où qu’ils soient et ils devront payer pour les crimes qu’ils ont commis. Pas de quartier, comme pour les musulmans qui veulent imposer leur merde verte.

eva Argeles

Exactement , y en a ras le bol et même plus . ça suffit . bougeons nous .

CLV

Je souhaite que vos paroles se réalisent car ces charognards de Bruxelles et les voyoucrates ne méritent que ça. Leur arrogance machiavélique et cynique doit être sanctionnée et le peuple doit les achever et les dépouiller de tous leurs privilèges, leurs fortunes et tout le reste. Vive la fin de ces crevards.

Ubersender

Comme le disait un eurodéputé britannique (dont j’ai oublié le nom) lors d’une intervention publique au Parlement européen : (… Lorsque les gens sauront qui vous êtes, ils prendront cette assemblée d’assaut, ils vous pendront, et ils auront raison (!) )

Eric S.

Je me souviens de la situation de l’Italie dans les années 80 et jusqu’à Maastricht, elle était la 7è puissance mondiale (devant la Grande Bretagne), et la 5è puissance industrielle (devant la France)! — On ne voyait pratiquement que des touristes italiens dans les rues de Paris, des gens aisés… On vantait le tissu des PME performantes. De Benedetti (Olivetti) osait envisager de racheter la Belgique. Et puis Maastrich vint, et puis surtout l’euro… et ce fut la dégringolade!

Jean des Entommeures

Traîtres ou incapables ? Chi lo sa leva il dito !

sitting bull

excellent jacques très belle analyse

dupuis

Votre analyse de la competitivite par la monnaie est du niveau d un enfant de 5 ans. Pour deprecier la valeur des produit selon vous deprecions la monnaie et donc appauvrissons ces detenteurs. Si les prix italiens sont rrop eleves c est que l etat italien impose trop de taxe aux entreprises et que les entreprises ne font pas d efforts de competitivite etc. Essayez d avoir une approche scientifique et non du cafe du commerce. Restez sur le probleme de l immigration qui rencontre un larve consensus en europe mais ne parlez pas d economie. C est affligeant

nicolas

Il n’y a pas pas plus nulle en economie que ceux qui accusent les autres de l’etre!

guillemain

Parce que vous croyez encore qu’on peut chausser 19 pays avec la même pointure ?
Ne soyez pas agressif et arrogant. Vous vous prenez pour qui ?

Ce sont des économistes qui jugent l’euro trop fort pour la France , l’Italie etc et trop faible pour l’Allemagne. Pas moi.
Donner des leçons aux autres c’est bien, mais il faut en être capable

Simone GUTIERREZ

à dupuis
L’ analyse économique signée par M. Guillemain est peut-être ( selon vous ) digne d’ un enfant de 5 ans , mais , au moins , elle est claire et je l’ ai parfaitement comprise .
Par contre , la vôtre ( d’ analyse ) me plonge dans des océans de perplexité .
Je n’ y ai strictement rien compris , en partie à cause de votre style plutôt ésotérique .
Vous savez , pas besoin d’ avoir fait de longues études pour comprendre que le néo capitalisme ultra libéral constitue la pire escroquerie jamais organisée pour piller les fruits du travail collectif au profit d’ un minimum de privilégiés .

BERNARD

Ah bon, vous considérez que l’économie est une science ? ça se saurait non ? .. Un peu comme « sciences sociales » à chaque fois que j’entends ça je me plie en deux de rire !

Spipou

Surtout que si les marchés chutent, ça peut offrir à des gens qui n’en avaient pas les moyens avant la possibilité de s’acheter des parts dans des entreprises qui distribuent des dividendes, pour mettre un peu de beurre dans les épinards de leurs vieux jours ? Non ?

Spipou

Il y a une chose que je n’ai jamais comprise. La chute des marchés fait peur, soit. On nous l’agite comme un épouvantail, c’est déjà plus douteux.

Mais est-ce que cette chute peut affecter la compétitivité des entreprises italiennes ? (J’ai lu dans un autre article que l’économie du nord était en pleine forme.)

Si vous avez des lumières en économie, j’aimerais bien être éclairé sur le sujet.

Michel

Tout dépend de ce qu’on entend par « marché ». Dans la bouche des merdias, il s’agit des marchés financiers, essentiellement les banques et les places boursières, qui ne font que spéculer en se moquant bien de l’économie « réelle » et qui s’inquiètent maintenant des conséquences que pourrait avoir pour leur cher petit euro les décisions que va prendre le nouveau gouvernement italien.
Le vrai marché, lieu de rencontre de l’offre et de la demande, ne souffrirait pas d’une dépréciation de l’euro ni même, sans doute, d’un retour à la lire.
C’est vrai que l’économie et les entreprises italiennes ont assez de vitalité et d’énergie pour se sortir d’une crise, et le meilleur service qu’on pourrait leur rendre dans l’immédiat serait de les sortir du double carcan de l’Europe et de l’euro.

kabout

je suis totalement d’accord avec cet article,pour moi Bruxelles et ses sbires ont fait une enorme erreur en « s’opposant » et méprisant le vote italien en passant par Mattarella,si il y a une manif ce sera enorme (rien a voir avec celle qui a eu lieu de l’etron mélanchon) ils vont s’en mordre les doigts.

Joël(1)

Les catins république(s) finiront bien par exploser tant les contradictions économiques et sociétales sont insurmontables! La chasse aux collabos aura t-elle de belles années devant elle? Nous avons par la presse locale les noms et identités des collabos et autres associations diverses et variés qui se sont évertués à nous détruire tout en nous insultant!, car ces traîtres ont laissés leurs traces dans les presses régionales d’état! Ils sont identifiés dans toutes les actions de la vie publique anti Française! ….. Ils sont identifiables!!! Quant aux « serviteurs de l’état » (mais pas de la Franc) alors eux c’est Noël ont a les vidéos de leur trahisons. Qui vivra verra… Amen!

ab irato

Excellente et très concise appréciation de la situation globale européenne et de la tyrannie destructrice de Bruxelles. On se réjouie par ailleurs depuis longtemps en France que l’Allemagne ait « changée » après 1945. et serait devenue un modèle de vertu démocratique. Et bien non: les Allemands n’ont pas changé: ils ont assassiné l’Europe des peuples en 1870, en 1914 puis en 1939 et cela continue sous une forme « soft » qui est bien une guerre menée sous une autre forme.De toute façon, la France, sous la double peine intérieure (le fardeau de ces millions d’assistés d’origine étrangère) et extérieure (un commerce dramatiquement déficitaire avec une industrie détruite par l’euro) est condamnée au naufrage: tous aux abris!

michèle

La politique allemande est désastreuse, il n’y a rien de bon à attendre d’eux, leurs seul but c’est de s’enrichir sur le dos d’autres pays, l’immigration est un excellent moyen de devenir No 1 mondial au prix de toutes les bassesses possibles et inimaginables et de gangrener d’autres pays…..

Michel

à Ab irato et Michèle :
C’est même pire que ce que vous pensez. J’en veux pour preuve cette phrase d’un politologue allemand, qui s’appelle Arnulf Bahring, qu’il a écrite dans un de ses livres, intituté « Deutschland, was nun ? », publié au début des années 90 après l’effondrement de l’union soviétique : « l’Allemagne va pouvoir faire maintenant à l’Est économiquement ce qu’elle n’avait pas pu faire avec 200 divisions » (allusion à l’opération Barbarossa, l’invasion de l’URSS en juin 41).
Tout est clair !

zoé

L’Allemagne est responsable de bcp de maux elle veut régner sur l’Europe c’est indéniable. Je souhaite que l’Europe explose, que l’on retrouve notre vie d’avant qui était autrement plus intéressante que cette course au profit.

COTE

Et les travailleurs peu qualifiés en Allemagne sont bien plus pauvres que leurs homologues Français. Cette Merkel est un poison. J’ai toujours été hostile à cette Europe, quand on avait la chance d’habiter dans un si beau pays que le nôtre, un regroupement avec d’autres moins bien lotis ne pouvaient que nous désavantager. Ces mondialistes sont des traîtres, des criminels, des ordures. J’espère que les Italiens vont se rebiffer et montrer à Bruxelles qu’il y en a assez de leur dictature, et que les peuples se révoltent.

Dupond

Merkel haïent les allemands ….elle savait parfaitement que les muzz sont inadaptables a notre mode de vie et a notre économie . Elle va disparaitre de nos écrans mais aura fait beaucoup de mal . On peut ne pas aimer les allemands mais il faut admettre que ce sont des bosseurs et leurs infliger ces poids morts par millions ne peut que conduire a la cata . Pour bosser en allemagne et prosperer ,il faut se retrousser les manches !!