IVG à 14 semaines : une avancée sociétale, Aurore Bergé ?


Une nouvelle loi va être adoptée par l’Assemblée nationale concernant l’interruption volontaire de grossesse. Cette énième modification du texte initial, voulu par VGE et présenté en 1974 par Simone Veil, aura pour objet de porter le délai légal de 12 à 14 semaines. Ce vote interviendra après bien des hésitations, de la part des groupes politiques les moins progressistes de l’hémicycle mais aussi de l’Académie de médecine elle-même.
Ce vote était prévu en 2020. Il fut reporté en février 2021 et finalement reprogrammé en novembre 2021, dans un mois donc, à moins de 200 jours de l’élection de la dernière chance pour la France. Ces renvois successifs ont énervé quelques-unes de ces féministes tellement néfastes pour l’image de la femme, tellement nuisible pour les femmes…

« Une fois de plus, le droit des femmes est sacrifié. Une fois de plus, la politique politicienne et les guerres intestines prennent le pas sur les nécessaires avancées sociétales », s’indignait la députée Cécile Muschotti, député LREM et principale initiatrice de ce texte, une progressiste donc par essence et pur jus, une progressiste jusqu’au bout du raisonnable, une progressiste quoi qu’il en coûte, en fait une opportuniste de la pire espèce.

En effet, il est sage de se poser la question, s’agit-il vraiment d’une avancée sociétale ?
Pourquoi une telle modification ? On est en droit de se poser la question. En quoi cet allongement pourrait-il améliorer la décision d’une femme souhaitant interrompre une grossesse ? Celle-ci se décidera-t-elle une fois passé le délai des douze semaines actuellement en vigueur dans la loi et avant les quatorze semaines désormais prévues ou bien aura-t-elle arrêté sa décision longtemps avant ?

Rappelons que la réalité d’une grossesse peut être déterminée de façon certaine par un test après 3 semaines de gestation. Faut-il réellement 11 semaines pour définir son choix de garder l’enfant ou de mettre un terme à cette grossesse non souhaitée ?

En fait, et sous la pression des féministes, supposées ardentes défenseuses de la « cause des femmes » mais en réalité agitateuses incandescentes de la frustration d’un petit nombre d’entre elles, la loi sur l’IVG, de « progression » en « avancées », a carrément tourné le dos à l’esprit de la loi initiale. La loi Veil, prévue pour une durée d’application provisoire de cinq ans, renouvelable, devait dépénaliser l’avortement dans le respect de plusieurs conditions cumulatives : la femme devait être dans une situation de détresse, et l’avortement ne pouvait être pratiqué que dans le délai de dix semaines de grossesse. On voit bien ce qu’elle est devenue aujourd’hui : un moyen banal de contraception.

L’interruption volontaire de grossesse est devenue une véritable course à l’échalote où il est moins question de protection de la condition féminine que de porte ouverte au confort banal de pouvoir faire ce que l’on veut comme on veut et de s’en remettre à l’aide généreuse de la communauté pour résoudre le problème ainsi que sur le compte de la protection sociale dont le déficit devient pourtant vertigineux. C’est comme ça, c’est le progrès, c’est dans l’air du temps et dans le cours de l’évolution sans contrôle ni obstacle des choses.
Il est pourtant d’une évidence absolue que l’on peut ne pas concevoir un enfant aujourd’hui si on a décidé de ne pas en avoir et on a tous les moyens adaptés pour cela.

Au risque de sidérer les moins sceptiques, les plus crédules, on peut affirmer que la course au record du nombre d’avortements comme indicateur de santé sociale est même un sujet de préoccupation pour certains. Ainsi, Aurore Bergé déclare sans gêne ni hésitation : « c’est une honte d’avoir un taux de recours aussi faible à l’IVG dans notre pays »… Autrement dit, allez-y mes chéries, pour l’honneur de la France et son évolution, avortez, avortez, avortez, et faites-le quoi qu’il en coûte… car il ne vous en coûtera rien individuellement ! Sans doute pense-t-elle sournoisement que le déficit des naissances sera compensé avec bonheur par un flux migratoire « opportun » et la descendance de celui-ci. Et si cette compensation devait entraîner un déséquilibre ethnique précédant un bouleversement culturel avant un remplacement de civilisation, elle n’en serait pas pour autant accablée, peut-être même en serait-elle réjouie.

https://youtu.be/nsMxX2_IG9I?t=152

Car voyez-vous, les progressistes sont aussi de grands adeptes de l’immigration massive et par voie de conséquence incontrôlée et donc non maîtrisée. Ils sont favorables au multiculturalisme. Ce sont des adeptes de l’ultralibéralisme et des ultra-libertaires. C’est donc bien eux qui sont le vrai danger.

Que disait la mère de la loi initiale, Simone Veil ? Elle disait textuellement : « Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue ». Ces mots, cette prescription, presque injonctive, furent prononcés par celle dont on fera par la suite l’icône de la libération des femmes, à la tribune de l’Assemblée nationale, le 26 novembre 1974. Avec le recul, on peut observer que beaucoup d’eau s’est écoulée sous le pont depuis cette date. La loi d’hier a fait place à une idéologie transhumaniste qui n’hésitera pas à commettre des actes profanatoires contre la nature humaine.

On voit bien où on en est aujourd’hui, poussé par un mouvement progressiste démagogique et mortifère dont les expérimentations sont juste effrayantes.
C’est ainsi, également, que la loi a établi, au nom du « principe d’égalité », le « mariage pour tous » qui non seulement a, de fait, détruit une institution millénaire portée et respectée par tous les régimes politiques. Ils ont institué en lieu et place la reconnaissance d’une union stérile sans lien avec aucune manifestation d’égalité qui satisfait une très maigre partie de la population dont les couples divorcent avec la même ardeur que celle qui les a poussés à contracter. L’individualisme à outrance, une espèce de nihilisme pervers ainsi qu’une perte radicale des valeurs sociétales et des règles de bon sens nous ont conduits sur cette pente savonneuse qui, traduisant une décadence lente et perfide, nous conduisent à la chute fatale.

https://youtu.be/7FNqNoKvueY

Comment, au rayon des énormités établies par le progressisme politiques modernes, dont madame Bergé mais aussi Coralie Dubost et son ex-compagnon, ex-socialiste Véran, ainsi qu’une cohorte de fidèles de cette idéologie du progrès sont les éminents représentants, ne pas citer la PMA pour toutes. Un enfant peut désormais être élevé dans un foyer sans père. Il peut, selon Emmanuel Macron, grandir dans un foyer, une famille dont le père pourrait ne pas être un homme. Comprenne qui pourra. Ça c’est du progressisme brut ou je ne m’y connais pas. C’est un gage de « bonheur égalitaire » légué à celui ou celle qui devra subir ce déséquilibre toute sa vie durant.

https://youtu.be/kWslT8wznvg

Par ailleurs, Emmanuel Macron déclarait au début de son mandat : « je suis très sensible au respect de la filiation, à la vraie conception de la famille, c’est aussi pour cela que je suis contre la gestation pour autrui ». Or, comme il est à la fois favorable à la PMA pour toutes et qu’il prône l’égalité homme-femme, on ne voit pas très bien comment il pourrait refuser à un couple d’hommes ce qu’il juge autorisable à un couple de femmes, c’est-à-dire un enfant conçu dans le ventre d’une femme forcément étrangère à l’étrange famille.

Voilà comment nous aboutirons, comme cela s’est fait aux États Unis, à un vrai marché ultralibéral dont les produits seront les enfants achetés et vendus après avoir été commandés à des femmes dans un commerce vénal écœurant.

Tous ces « docteurs Mabuse », hérauts du progressisme sans limite sont en train de déconstruire le réel et d’essayer de le remplacer par un univers imaginaire intangible et faustien au pire sens du terme. Le rôle du diable dans cette histoire contemporaine a plusieurs visages. Il se présente sous l’aspect caricatural du lobbyiste de base de LGBT, sous celui non moins saugrenu de l’adepte de feu la LDNA ou encore sous les traits de Rokhaya Diallo ou bien Hafsa Askar ou bien encore Assa Traoré ou Houria Bouteldja… Autant d’individus avides de déconstruire l’histoire au profit d’une espèce de colonisation à l’envers.

François Ponsard, ce poète un peu oublié, disait in y a 170 ans : « Quel spectacle douloureux que celui de sa propre décadence ! Chaque jour nous emporte un peu de nous-mêmes, et met une ride où était une grâce. Comme les années s’envolent ! Comme on vieillit vite ! ». Comme cette phrase identifie bien le malaise qui nous prend à observer l’évolution de notre société.

Comme lui, on pourrait ajouter :   » Quand la borne est franchie, il n’est plus de limite / Et la première faute aux fautes nous invite. « .

Jean-Jacques FIFRE

image_pdf
0
0

36 Commentaires

  1. Avis aux cinglé(e)s décérébré(e)s qui voient dans l’avortement à 14 semaines de grossesse un « progrès » (s’il y a progrès c’est dans la barbarie) : inutile d’attendre si longtemps pour au final broyer le crâne d’un fœtus et le jeter comme un détritus. La contraception est légale et, de toute façon, au moindre doute :
    « Vous pouvez effectuer un test jusqu’à 6 jours avant la date de retard de vos règles, ce qui correspond à 5 jours avant la date présumée de vos règles  »
    Vous pouvez facilement trouver le nom du test de grossesse dont il est question.

  2. bonsoir ; pour ce qui est de l’avortement voir : Marcel Bérrichon ; les articles ; page 3 ;
    343 trainées ; du 05 Avril 2021 . Penser que les innomables vont votercette « loi » en
    septembre ou octobre 2021 . Innomables oui ; il n’y a dans aucune langue un terme pour les définir . A + et garder une cuvette à proximité . Roland

  3. Oui, le droit à l’ avortement est une avancée sociétale, et l’ IVG à 14 semaines aussi. Ceci est un droit et non une obligation😉, et pour autant que je sache, cela n’ a pas entraîné d’ avortements de masse. Ras le bol que des intégristes religieux de tous poils
    nous dictent leur loi, nous disent comment nous devons vivre, bouffer, baiser, éduquer nos gosses, et surtout pourir la vie des femmes.
    La vie est une chose formidable, et elle l’ est encore plus sans la religion.

    • « Pas d’avortement de masse » ??????????????? Je ne sais pas ce que vous entendez par « masse », mais pour moi 230.000 bébés tués chaque année en France, 9 millions depuis la loi Veil, plus de quarante millions chaque année dans le monde (= une guerre mondiale tous les ans), c’est bien au-delà de la « masse » !
      « Baiser, bouffer, vivre » ne vous donne pas le droit de vie et de mort sur des petits innocents.

    • Mais pourquoi les gens qui pensent comme vous s’arrêtent-ils en si bon chemin ? Pourquoi se cantonner à 14 semaines, pourquoi pas six mois, sept mois, huit mois de grossesse ? Et puis, tiens, jusqu’au bout où est le problème puisqu’on nous dit, on nous martèle que c’est un progrès ? Mais c’est vrai qu’on y est arrivés à l’IVG à 9 mois. Merci Macron. Bientôt on fera mieux encore. Après la naissance par exemple. Pourquoi s’embarrasser de scrupules inutiles ? Après le jouissons des soixante-huitards, c’est : Tuons sans entraves …

    • Pas besoin d’être religieux pour être choqué de la mise à mort barbare d’un enfant déjà presque constitué. Il suffit d’avoir une conscience et une sensibilité, ce qui n’est manifestement pas votre cas. Rien à voir avec la façon de manger. Ici, il s’agit d’un meurtre. Par ailleurs, personne ne pourrit la vie des femmes : il y a des femmes assez stupides pour se pourrir la vie toutes seules puisque tout est fait aujourd’hui pour éviter une telle barbarie. La contraception existe et de plus à présent on peut savoir très rapidement, avant le moindre retard de règles, si on est enceinte, ce qui permet d’éviter ainsi un massacre. car tuer un fœtus de 14 semaines, c’est un massacre.

  4. C’est effectivement vraiment un progrès ! Mais, il leur faut combien de temps à ces femmes pour savoir si elles veulent ou non poursuivre leur grossesse ? Mais, on se demande si elles ont compris qu’elles ont un être humain dans le ventre.
    Mais quel recul. L’avortement comme mesure de contraception. Mais, comment ces femmes mènent pas capables d’assumer leur grossesse seront elles en mesure d’élever des enfants ? Il faut pas s’étonner des déséquilibres de certains gosses.

  5. Ils se félicitent que la PeineDeMort soit abolie pour les criminels, les bourreaux d’enfants, les tueurs en série et autres assassins. Une chose est sûre : les victimes, elles, ont bien été exécutées ! Seuls les INNOCENTS peuvent aujourd’hui subir la peine capitale des voyous !
    https://mobile.twitter.com/JeunessedeDieu

  6. Les scandales sont intrinsèquement liés au laxisme des gauchistes soixante-huitards. L’affaissement généralisé des « bonnes mœurs » a contribué au pourrissement et au délitement de la société. D’où l’urgence de rétablir la morale traditionnelle et l’intransigeance doctrinale !

    L’Église a été contaminée par le laxisme moral des soixante-huitards ; par le virus du gauchisme-libertaire qui a dynamité l’ordre moral des sociétés civilisées. Voilà pourquoi il est urgent de défendre la chasteté, la pureté et la maîtrise de soi contre le relâchement des mœurs.
    https://mobile.twitter.com/JeunessedeDieu

  7. pourquoi facilitent il l(avortement jusqu’a toujours plus tard ? cherchez ? pour les labos car on a trouvé des traces de foetus humain dans les vaccins… Allez Mesdames faites vous avorter… idiotes… pour le plaisir des hommes ( car les capotes et autres existent) et pour engraisser les labos… pauvre humanité …

  8. cherchez l’erreur
    Pas de pass sanitaire pour l’assassinat des gosses dans le ventre de leur « mère » lequel est pris en charge à 100% par « l’assurance maladie » de même que les « traumatismes psy » que ces trainées auraient subi.
    Par contre les tests PCR pour se rendre en consulation à l’hôpital sont payants pour les patiens non contaminés aux poisons Pfyzer-Moderna .Nous sommes biens gouvernés par des criminels qui en plus détournent l’argent public pour financer l’assassinat d’enfants .C’est en effet une avancée sociétale et un grand progrès pour l’Humanité.

  9. Cessons de tergiverser !
    Si après l’accouchement le bébé ne plait pas,
    On s’en débarrasse et on en choisit un autre, conforme à ses aspirations du moment !

    • On n,’est déjà pas loin de cette horreur avec l’infanticide à 9 mois de grossesse et le changement de sexe. Car il ne faut pas se leurrer : les parents jouent un grand rôle d’influenceurs dans le soi-disant désir de changement de sexe de leur enfant. On n’hésite plus à mutiler un gosse dès l’enfance et à en faire un être stérile et un patient sous hormones à vie … Bientôt, on changera la tête si elle ne plaît pas ! Ou on jettera, carrément, pourquoi se gêner ? Les responsables de cette folie sont de grands psychopathes qui se prennent pour dieu le père et veulent non pas aider la nature mais la contrarier et la plier à leurs caprices. . Un jeu qui se termine toujours mal..

  10. une honte…pr l humanite tte entiere. Ces criminels (une obsession des franc mac que l idee de reduire la population…) sont comptables de toute la merde qu ils creent depuis 50 a ds ce pauvre pays ! Qui a envie de mourir? Qui a le droit de decider de la mort des autres ? 9 milions de petitsfrancais ont eu la tete ecrasee ds le ventre maternel depuus la loi scelerate ( c est comme ca ke sa se passe eh oui!) et ils continue de defendre l innomable…tristes sires, triste pays. A fuir

    • les mediats sont aux ordres de 9 milliardaires,qui lavent le cerveau aux francais,un documentaire,interdit en france,sur l’enfant qui va etre avorter,bien constituer et qui sent la mort venir,que vous ne verrez jamais dans les mediats,comme les medecins qui sont contre la vaccination du covid,avec ses milliers de morts en europe,jamais inviter,que l’on vous cache,comme le rechauffement climatique,qui n’a rien a voir avec la pollution,vu qu’il y a des millions d’annees,il y a eu deja le rechauffement climatique,l’air galciere qui a durer 4000 ans,un groeland sans glace,puis priver de glace auparavant,la terre bouge depuis des milliards d’annees,polution ou pas,ect,qui tiends les mediats ,tiends le peuple

  11. J’ai visionné une vidéo sur l’avortement, je suis allé vomir juste après ! Le fœtus sait très bien qu’il va être sacrifié et essaye d’échapper à la sonde tueuse ! Une horreur! Un crime!

    • interdit dans les mediats,j’ai vu cette video,il y a quelques annees,mais je la recherche sans jamais la trouver,pouvez vouis me transmettre le lien de cette video

  12. et ivg jusqu’à 9 mois de grossesse pour raisons psychologiques
    qui a voté cet infanticide légal ?

  13. n’y a t-il pas d’autres problèmes en France qui sont graves…vitaux même pour notre existence ? lamentable…
    Comme Macron qui imposer l’abolition de la peine du mort au, monde …il se prend pour le roi du monde …… qu’il abolisse le droit de mort des terroristes et racailles qu’il pratiquent sur les Français …
    Mais quand finiront -ils par faire la morale au monde et aux Français…quand enfin s’occuperont-ils de la sécurité des FRANçAIS …qui eux subissent la peine de morts…là on les voit pas les badinter et autres …ou est leur humanité ? ou sont leur soit prétendus grandes phrases de la morale universelle qu’il pensent, incarner !!!!

  14. Avortement à 14 semaines alors qu’à présent il est possible de savoir qu’on est enceinte avant même le moindre retard de règles (vu une pub à la télé !). Sans parler évidemment de la contraception car c’est bien à ce niveau qu’il serait intelligent d’agir.. Mais ces soi-disant féministes sont fier(e)s d’avancer leurs pions toujours un peu plus loin dans le cynisme et la déshumanisation..Un fœtus de 14 semaines sera à présent jeté comme un détritus par ces barbares sans le moindre scrupule de leur part (bien au contraire, même !). Le comble de la fierté étant sans doute pour elles/eux d’arriver à assassiner tout à fait légalement un fœtus viable de 9 mois.

    • Pas jeté comme un détritus…
      Mais recyclé en cellules utilisables pour diverses choses : cultures de virus, cultures cellulaires pour études de chimères, etc, etc….
      Le reste pour faire pousser des salades!

      C’est à frémir d’épouvante

  15. « Simone Veil disait textuellement : « Je le dis avec toute ma conviction : l’avortement doit rester l’exception, l’ultime recours pour des situations sans issue » »
    Déjà que sa loi de mort était passée de justesse, imaginez-vous sainte Simone déclarer « l’avortement doit devenir peu à peu une banalité, un acte médical remboursé à 100% dont l’objectif est à court terme de supprimer 1/3 des bébés » ???
    Il fallait bien d’abord entr’ouvrir un peu la porte de l’horreur ; elle l’a fait, les autres ont suivi. Et on en est à 230.000 suppressions de vie chaque année.
    Mais il y a une Justice. Une Justice Parfaite, la même pour tous, que l’on soit puissant ou misérable, nul n’y échappera.
    Songez-y…

    • Simone Veil n’a jamais voulu cette barbarie. Elle avait posé des limites, ne souhaitant que venir en aide au cas par cas à des femmes désespérées et désargentées, pour ne pas qu’elles meurent d’un avortement mal fait. Ce devait rester une exception, surtout depuis l’autorisation de la contraception. Mais ces gens dénués de conscience salissent tout, pourrissent tout, la barbarie est leur gagne-pain.. Ils s’en délectent, la voient comme un progrès et la banalisent..

      • Simone Veil a ouvert la voie ! Je vous rappelle que l’avortement de masse a été conçu, élaboré et préparé dans les Loges, notamment celle de l’ami de Simone : Pierre Simon ! La France alors n’était pas prête pour accepter de tuer 1/3 de ses enfants, il a donc fallu y mettre les formes, les « limites » comme vous dites. Des limites qui ont explosé tout de suite après la loi alors que Simone était encore ministre. Et dire qu’on la surnomme « la maman des Français »…

  16. Depuis que la légalisation de l’avortement a été envisagée, il s’est toujours trouvé des hommes d’un certain âge comme monsieur Fifre pour estimer qu’ils savaient mieux que les femmes ce qui était bon pour elles.

    Le report de l’âge limite n’a qu’une justification : permettre l’i.v.g. dans une société qui ne le facilite pas autant qu’on veut bien le dire. Je voudrais bien savoir en quoi cela dérange monsieur Fifre.

  17. Pourquoi déplorer 14 semaines quand on approuve douze ? Allez donc jusqu’au bout de votre logique de mort.
    C’est l’avortement même qu’il faut supprimer, cet horrible carnage, ce sacrifice d’innocents au Baal de la maçonnerie, génocide de NEUF MILLIONS (!!!) de petits Français à naitre grand-remplacés par autant de migrants mahométans pour cause … de « démographie vieillissante ».
    Bande d’hypocrites !

  18. ce pays est en pleine decadence et A Berge qui montre ses fesses a la tele en est l un embleme

  19. Les jeunes femmes sont elles à ce point ignorantes pour ne pas savoir qu’il existe la pilule, le sterilet, les capotes ?? On n’a pas besoin de 14 semaines pour savoir qu’on est enceinte… actuellement on a la chance de pouvoir faire un enfant quand on le veut, quand on le peut … Alors ? C’est quoi ce trafic ? Pourquoi pas le supprimer juste avant qu’il sorte , tant qu’ils y sont !! Nous vivons dans un pays gouverné par des fous à lier !!!!

Les commentaires sont fermés.