1

J'ai beaucoup apprécié la conférence toulousaine de Riposte Laïque

Bonjour Pierre Cassen
J’ai écouté avec beaucoup d’intérêt votre conférence bien argumentée, du mardi 6 avril et je vous l’ai fait savoir après la conférence dans la salle Sénéchal de Toulouse.
Fils d’anticlérical, bien que baptisé…, mon père a pu prendre sa revanche par l’éducation. En effet, je n’ai jamais était catéchisé. Au contraire, j’ai été instruit sur les bancs de l’école laïque et j’ai même fréquenté chaque jeudi les activités des « francs et franches camarades » de l’époque. Vers 14 ans, je me suis intéressé aux lectures de mon père /(entre autre le journal la Calotte de Lorulot )/. Puis je me suis imprégné des écrits de Lorulot /(que j’ai souvent considéré comme mon premier père spirituel)/, puis de ceux de la Libre-Pensée /(La Raison),/ des écrits sur la laïcité des Cotereau, J. Cornec, sur l’anticléricalisme et contre les superstitions des Guy Fau, M. Rouzé, Kahane, Labrégère,B. Russel Rostand, etc. et encore des publications de l’Union Rationaliste (les cahiers rationalistes, le dictionnaire rationaliste réalisé dans l’esprit de Voltaire), puis de celles l’Union des Athées, voire de la voix des athées etc.
Il y a quelques années avec mon épouse nous sommes allés à Paris pour écouter un débat sur « Laïcité » ou « le fait religieux « , organisé par la FNAC entre H. Penna-Ruiz et R. Debray. En bref, même si intimement, je suis convaincu que le monde se porterait mieux si la peuple cessait de croire à Dieu et à toutes les billevesées entretenues par les prêtres, je suis aussi convaincu, que dans la mesure ou on ne peut pas convaincre les croyants autour de nous que les raisons de ne pas croire sont plus pertinentes que celles de croire, la Laïcité qui est avant tout pour moi * »un modus-vivendi »* pour vivre en bonne entente entre personne ne partageant pas les mêmes convictions, *a toute sa raison d’être*.
Pour la quatrième fois un ami espérantiste cheminot de Lyon me demande dans le cadre d’un stage d’Espéranto (animé par mon épouse) de faire, une conférence en juin prochain, à Lyon dans le milieu cheminot.
La première conférence était sur le Chevalier de La Barre (/vous la trouverez en pièce jointe)/. Les deux suivantes ont été faites sur l’espéranto /(un autre vaste sujet/ /qui passe par la volonté de ne pas imposer sa langue, c’est-à-dire aussi sa vision du monde…)/. La prochaine, je ne sais pas encore sur quel thème je la ferai.
Votre conférence, l’esprit dans lequel vous l’avez faite me donne envie de choisir ce sujet. J’ai bien vu les vidéos de la conférence à St Leu, mais l’écoute, pour moi, n’est pas suffisante pour en reproduire les arguments essentiels. Est-ce que vous pourriez me procurer cette conférence par écrit, ou au moins les références essentielles,
notamment: les noms des personnages que vous avez cités:
– le cardinal italien qui se réjouit que l’Europe redécouvre Dieu,
– l’immam qui rève de reconquérir l’Europe grâce à la procréation des musulmans et à nos institutions démocratiques,
– la citation de Napoléon Bonaparte (riches-pauvres), etc
Par ailleurs, j’aurais aimé, avoir l’écrit si possible du conférencier (le Toulousain) qui vous a précédé et a tenté de montrer les origines très lointaines de la Laïcité.
En attendant de vous lire, je vous adresse mes salutations les plus amicales et mes félicitations pour le travail fantastique et titanesque que vous assurez avec tous vos collaborateurs pour réagir à la « re-cléricalisition  » ou « re-cléricalisme » indéniable de la société via l’islam, en dépit et au détriment du statut de laïcité de notre pays.
Comme quoi notre Brassens avait raison de chanter que « rien n’ai jamais acquis… »
Michel LAFOSSE
PS: Sauf erreur de ma part, je ne pense pas que l’on puisse dire que Victor Hugo était « catholique ». Personnellement, je le voyais plutôt théiste comme Voltaire, et quelque peu aussi anticlérical. En cherchant bien, je devrais pouvoir retrouver chez moi, si vous le souhaitez, un tract de Lorulot reprenant une partie de son discours au Parlement sur la question scolaire. Dans ce discours, je crois me rappeler qu’il ne révèlait pas seulement son esprit laïque comme vous l’avez fait ressortir dans votre conférence, mais aussi son opposition au cléricalisme de l’Eglise Catholique…