J’ai deux Zemmour : mon pays et Vichy

Publié le 15 octobre 2014 - par - 2 017 vues
Share

zemmour2Des esprits à juste titre désespérés par l’ ambiance délétère du pays pensent qu’ Éric Zemmour est devenu le sauveur de la France.

Je suis en accord complet avec certaines théories reprises par Zemmour stigmatisant, par exemple, l’ aspect du tout« social » et la volonté, non pas de dissoudre les identités comme il le dit mais plutôt de les rendre labiles. Je pense aussi que Mai 68 fut une catastrophe tant sur le plan des idées que sur celui des mœurs (à lire à ce sujet le monument que représente le livre de Béla Grunberger et Janine Chasseguet-Smirgel intitulé L’ Univers contestationnaire).

Mais ce n’ est pas en tentant de réhabiliter Pétain et le régime de Vichy que Zemmour rend service a la France qu’ il dit tant aimer !

Tout d’ abord, comment se fait-il que quelqu’un qui se prétend patriote se mette à défendre l’ héritage d’ un vieux maréchal qui engagea la collaboration avec le pire ennemi de la France ? !

De plus, faut-il le répéter ? C’est bien la France – qui n’ avait pas disparu de la carte, pour autant que je sache, – qui appliqua les lois antijuives dès l’Automne 1940 sans aucune pression des Allemands.

Oui, ce furent les policiers et gendarmes français qui raflèrent les Juifs étrangers d’abord puis français par la suite ( troisième rafle de décembre 1941).

Comme l’ écrit – entre autres – l’ historien André Kaspi : »Le gouvernement de Vichy n’a pas eu la vocation et n’ a guère éprouvé la tentation de sauver les Juifs de France ». (Magazine  »L’ Histoire », octobre 1991).

Alors que les Juifs sont déjà les premières victimes des attentats djihadistes d’ Al-Qaida et de l’ État Islamique sur le sol européen (attentats de Toulouse et de Bruxelles), je ne peux qu’être dégoûté par le révisionnisme pro-vichyssois d’ Eric Zemmour. Cet aspect de son livre déconsidère et dévoie totalement le message le plus important de notre époque : résister par tous les moyens à l’ islamisme et à l’immigration incontrôlée venue du tiers-monde, tous deux destructeurs des valeurs de notre civilisation.

Frédéric Sroussi

(journaliste et essayiste).

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.