J’accuse, le dernier Polanski : au somment de son art, mais…

Publié le 19 novembre 2019 - par - 50 commentaires - 1 810 vues
Traduire la page en :

Le moins que l’on puisse dire du cinéaste Roman Polanski est qu’il est parvenu à une maîtrise totale de l’art du cinéma. Il est âgé de 86 ans ; pourtant, à aucun moment, la vieillesse ou la faiblesse mentale propre à la vieillesse ne marque son dernier film, celui dont il est obsessionnellement question dans les gazettes et les télés et qui a pour titre J’accuse : c’est un film jeune, plein de rythme, avec beaucoup d’ellipses narratives qui ne gênent en rien la compréhension des faits, un film intelligent et généreux, qui traite avec précision et sans passion, non pas de l’affaire Dreyfus à proprement parler, mais de la succession d’erreurs et de jugements aberrants qui ont abouti à condamner un officier innocent du crime dont il était accusé et, fait encore plus grave pour ce qui est de la sécurité militaire et de la défense du pays, à laisser agir impunément un officier qui vendait des secrets ou de prétendus secrets à l’Etat-major allemand.

Car, l’intérêt du film est là : dans l’enquête menée par un officier, le colonel Picquart, responsable, après la condamnation de Dreyfus, des services de renseignements de l’armée. Ce que montre le film avec talent – certes, c’est le point de vue du réalisateur et de son scénariste ou de l’Anglais Harris, auteur en 2013 d’un roman historique sur l’affaire Dreyfus (An Officer and a Spy), dont le scénario est tiré -, c’est que le renseignement militaire est une affaire très sérieuse, surtout dans une époque de vives tensions internationales, ou trop sérieuse pour être confiée à des bras cassés ou à des Pieds Nickelés, imbus d’eux-mêmes et de leurs préjugés, dépourvus de toute rigueur intellectuelle, assez paresseux, comme l’étaient en 1894 (tel est du moins le point de vue du film) les officiers des services de renseignements, un peu à l’image de l’immeuble décati et miteux où se trouvaient ces services.

Le colonel Marie-Georges Picquart est nommé à la tête de ces services en 1895 : il est rigoureux et méthodique ; certes, il a quelques préjugés, mais ceux-ci n’interfèrent pas dans son travail. A la fin du film, il dit, ou Polanski lui fait dire, qu’il a obéi à sa conscience. En réalité, ce n’est pas par bonne morale qu’il agit, mais pour défendre la France et les intérêts supérieurs de la Nation. Alors que Dreyfus a été condamné et transféré dans la prison de l’Île du Diable, il découvre qu’un officier vend aux Allemands des informations secrètes. Il fait mener une enquête, réunit des preuves et conclut que la Cour Martiale s’est trompée sur l’identité de l’espion qui travaillait pour les Allemands. Cela lui vaut d’innombrables avanies, dont un séjour d’un an dans une prison militaire, mais qu’ont effacées, une fois la vérité établie, sa promotion au grade de général et sa nomination comme Ministre de la Guerre par Clemenceau, alors président du Conseil des Ministres.

Tel est le sujet du film. Le titre reprend le titre, J’accuse, de l’article que Zola publie en 1898 dans L’Aurore, le journal que dirige Clemenceau. En réalité, il est assez peu question de Zola et de son article, sinon à la fin du film, quand peu à peu l’affaire se dénoue et que la vérité des faits établie par Picquart commence à s’imposer au gouvernement de la République, aux juges, à l’armée. D’un certain point de vue, ce titre est malheureux. Le film devient le J’accuse de Polanski. Il n’en fallait pas plus, à notre époque de dénonciations, de délations, d’accusations sans fin, où, comme disait Murray, l’envie du pénal a supplanté l’envie du pénis, pour déverser sur Polanski des tombereaux d’ordures. Son beau film sur l’honneur (honneur d’un homme ou de deux hommes, Dreyfus et Picquart, honneur de l’armée, honneur de la France) lui vaut un déshonneur total et une haineuse memoriae damnatio.

La seule réserve de fond que l’on peut émettre sur ce film est une séquence brève, faite de trois ou quatre plans, montrant des militants allumer, au milieu de la rue, un braiser avec des exemplaires du journal L’Aurore et des romans de Zola, dont Nana,  tandis que, sur le trottoir d’en face, des énergumènes (les mêmes que les auteurs de l’autodafé) brisent la vitrine d’un magasin sur laquelle est écrit Mort aux Juifs. Autrement dit, Polanski insère une séquence de la Nuit de Cristal en Allemagne en 1938 dans un film sur Paris en 1898, laissant entendre qu’il y a continuité entre Paris et Berlin et même engendrement du racisme propre au socialisme national allemand par les manifestants hostiles à Zola, Clemenceau et Dreyfus en 1898. D’un point de vue historique, c’est faux ; et c’est assez dégueulasse d’un point de vue rhétorique. C’est de la même eau sale que les suspicions, dénonciations, accusations dont est agoni Polanski. Sans le vouloir, Polanski a confirmé la réalité de l’effet boomerang.

Etienne Dolet

 

 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Jonathan

On parle beaucoup de l’affaire Dreyfus mais jamais de l’affaire des fiches… pourtant survenues toutes deux à la même époque et dans le même contexte historique et social.
Cela veut tout dire.
Les raie-publicains sont à la manoeuvre et ceci explique cela. Comprenne qui pourra (ce ne sera déjà pas notre petite gauchiste de service Bodi-chie).

Hagen

Le xième machin victimaire sur le bon juif accusé à tort mais qui triomphera. Plus capable.

Jonathan

Moi non plus ! Tout simplement ras-le-bol !
Qu’on ne nous parle plus de polanski et de tout ce qui va avec.

Boadicea

Qu’on ne nous parle plus de Jonathan et de ce qui va avec l’air sera beaucoup plus respirable !

Jonathan

Tu n’as pas fini de me lire et tu risques même la suffocation !

zéphyrin

j’ai la chance de savoir lire, et je sélectionne les films pour qui je verse de l’argent.
Le pauvre Polanski qui se protège avec l’affaire Dreyfus dans les salles obscures n’aura pas ma visite. Dommage pour lui, pas un Zola sur les rangs pour nous apitoyer sur ses appétits particuliers…

POLYEUCTE

Dernière en date, une mémé l’accuse d’un viol, il y a … 40 ans !! s’en souvient-elle ?
Prescription légale, Mais la Haine subsiste et oublie la Création !
Une nouvelle Affaire Dreyfus ?

Jill

Il aurait dû prendre Kassovitz dans le film, et
l’anti-France aurait Été parfaitement assurée.
Ceci étant, je n’approuve pas cette mise sur la place publique d’un présumé viol commis il y a 40 ans… On ne peut plus apporter de preuves, par contre l’accusé est désigné coupable sans avoir la possibilité de se défendre.
Pourtant, je serais favorable à ce que les violeurs soient transformés en chapons;à condition bien sûr que la culpabilité soit indiscutable.

zéphyrin

mais si, il pouvait rester se défendre dans son pays.. La fuite est parfois un aveu.

wika

Je n’avais pas l’intention d’aller voir le film, car nous en avons déjà eu nombre de versions.
Polanski a mis un peu de son histoire dans le film en incluant une allusion anachronique à la Nuit de Cristal. Bon, et alors ?
A l’heure où nous subissons les films lavage de cerveau multicultraliste, est-ce vraiment si grave ?
Quant aux accusations portées contre Polanski et ses démêlés avec la justice, je ne sais pas, je n’y étais pas, je me garde de juger

Eric des Monteils

Dans ce nid de guèpes putrides qu’est devenu le monde des arts, certains se distinguent particulièrement. Il faudrait décerner un oscar du plus gros salaud ; le choix serait difficile, tant d’élus possibles peuvent y prétendre.

Daniel

Polanski fut un excellent cinéaste (voir “Cul de sac” “Rose Mary’s baby” etc.) mais un prédateur de gamines (comme Woody Allen, comme comme Epstein, comme Weinstein, comme tant d’autres dont on parle enfin aujourd’hui) ce qui ne retire rien à son talent. Je pense que ce talent est en déclin et qu’il ne sert plus qu’à défendre l’indéfendable !

superdupondt

je prefere voir le j’accuse de polanski que le torche cul les miserables oules mechants policiers poursuivent les gentils dealers immigrés !!

batigoal

Comment vous le savez si vous ne l’avez pas vu. Le point de vue principal est celui d’un jeune flic qui débarque dans la cité de ce que j’ai compris.

Boadicea

Et vous batigoal vous ne l’avez pas vu non plus ou bien vous n’avez rien compris.

batigoal

“Stéphane, tout juste arrivé de Cherbourg, intègre la Brigade anti-criminalité de Montfermeil, dans le 93. Il va faire la rencontre de ses nouveaux coéquipiers, Chris et Gwada, deux ‘Bacqueux’ d’expérience. Il découvre rapidement les tensions entre les différents groupes du quartier. Alors qu’ils se trouvent débordés lors d’une interpellation, un drone filme leurs moindres faits et gestes.” Pas de mechants policiers et de gentils dealers. C’est dur d’admettre que le film n’est pas une caricature pas vrai?

ISIDORE DE TRIVAGNAC

POLANSKI : comme beaucoup de ses compères en SKI , poursuivi par la justice américaine pour crimes de viols sur mineures répétés , il a trouvé dans la France de BHL , de Finkelkraut et des eunuques de l’UMPS , son Harem idéal et la Terre Promise par son Allah cannibale du désert

Cran

ISIDORE DE TRIVAGNAC
comme ton compère Ravaillac tu assassines au nom de la haine, et tout comme ceux qui ont sali Dreyfus, tu salis juste pour la haine. Te voilà donc adoubé Minablissime chevalier du fiel.
Pour ta culture d’isidore, allah est celui que vénèrent les musulmans.

ISIDORE DE TRIVAGNAC

a CRAN : d’abord j’assassine rien du tout ,je défend la France française gauloise et c’est mon bon droit contre les nervis totalitaires de votre genre … et la haine est plutôt de votre bord Migrants et cosmopolites prédateurs et violeurs , vous venez vous installer chez les français et vous les insultez .. Ensuite votre Dreyfus le traître le faux français et le faux capitaine ,ni mes aïeux ni moi non plus ne croyons à sa prétendue innocence .. il est aussi “innocent ” que votre Polanski et se scrimes de pedophile et de violeur de petites filles .. ils ne sont innocents que par la force des medias de leurs cousins et par la terreur de votre ALLAH ELOHIM MACHIN DE ZEBBI

Boadicea

Encore un Isidore qui a oublié de prendre ses cachets et qui a quitté l’école trop tôt vu son orthographe et surtout son inculture crasse.

ISIDORE DE TRIVAGNAC

Boadicea : CE QUE VOUS DITES EST VRAI , j’ai quitté l’école en 3eme de collège pour les travaux de champs , je me suis amélioré dans les rangs de la Garde Franque et du FN en milieu rural , j’ai fait le coup de poing parfois en île de France quand on nous appelait jadis contre SOS et ses arabes …et j’ai beaucoup lu la littérature d’Extrême Droite comme vous dites . C’est pas un crime d’être autodidacte . Accordez le moi !! on apprend ce qu’on veut apprendre !!!

Olivier de Robien

Film de Propaganda anti-francaise (un de plus ) d’un violeur pédophile dégénéré et impuni par une Justice “française ” corrompue et compradore , au service d’une oligarchie cosmopolite maffieuse et despotique et de ses médias totalitaires de propagande qui défendent ce criminel juste pour des rasions tribales que tout le monde connait … Le reste ce n’est que du Bla Bla , de la Dhimmitude gratuite et du cirage de pompes

Lorong

Vous avez des informations concernant une affaire de viol en France? Parce que bon, peut-être ignorez-vous la base: un crime est jugé là où il est commis…

Jonathan

no comment…

Boadicea

De Robien vous avez oublié de prendre vos cachets anti dégueulis d’une abjection rarement postée sur RL. Vous n’êtes qu’un déchet de plus dans ce fanatisme dégueulasse de vos frères en religion musulmans. Foutez le camp de mon pays la France l’Iran vous tend les bras.

Boadicea

De robien votre inculture est à l’aune de votre bêtise. Boadicea était cette reine anglaise qui s’est battue contre l’empire romain et ses armées pour bouter l’envahisseur hors de son pays. Retournez à l’école de la République il est encore temps vu le niveau zéro de vos connaissances historiques. Pauvre beauf !

Jonathan

Pourquoi être allé chercher Boadicea alors que vous aviez Velleda ?
Quel manque de culture, ma pauvre !

Boadicea

Jonathan votre pauvre commentaire n’a ni queue ni tête comme d’habitude. Pauvre de vous.

Jonathan

*Quand on n’a rien à dire et qu’il serait difficile de trouver des contre-arguments pertinents, on répond comme vous le faites – misérablement.

Cran

Olivier de Robien
A la lecture de ta bave haineuse j’imagine la puanteur de tes entrailles nazifiées et franchement tu es aussi écœurant que tes idoles islamistes.

Jonathan

Tiens, c’est le stalinien qui vient donner des leçons de bonne conduite… Retourne dans les sous-sols de la Loubianka, va t-y terrer comme le rat que tu es !

Jonathan

Bien dit, Olivier !

Requiem

J’adore la chutzpah de Polanski. Réfugié depuis des décennies en France pour échapper aux poursuites judiciaires consécutives à son goût pour le viol d’adolescentes, il se permet d’y réaliser des films avec le pognon du contribuable pour dire que les français sont de sales ordures antisémites.
Pas question que j’aille voir ce navet produit avec mes sous, j’ai déjà donné.

BERNARD

Pour la conservation des pédophiles, la France en fait autant que pour la conservation des djihadistes (mythe errant, langue de chèvre, con de bandit, l’adorateur des pieds, les écolos à foison.. j’en passe et des meilleurs) Bizarre pas un seul d’entre eux ont fait de la taule !

Boadicea

Requiem n’allez surtout pas voir ce “navet” cela pourrait réveiller un soupçon d’intelligence dans votre cervelle de ver de terre. Pobrecito !

Requiem

Polanski n’a besoin ni de mes sous ni de ma cervelle de ver de terre, certes, y a bien de bien-pensants pour le défendre comme la mère Trintignant, qui continue à dézinguer Cantat, lui qui a pourtant payer sa dette à la société.
A chaque fois qu’un israélite ou un musulman violeur est relaxé ou protégé, le nombre des “intolérants” augmente.
Et c’est quoi votre charabia d’espingoin ? Encore un descendant de socialopes espagnoles réfugiés en France pour ensuite braire envers le racisme et l’intolérance de ces sales français, comme Hidalgo, Valls et mélenchon…

Boadicea

Requiem, de robien sont à mettre dans le même sac de l’inculture crasse qui caractérise les hystériques pro islam sous couvert d’anti judaïsme. Qu’ils aillent lècher les babouches iraniennes et bon débarras mon pays la France ne s’en portera que mieux.

Requiem

Ton pays la France ? Me fais pas rire. Tu as comme pseudo le nom d’une reine brittonique (et pas anglaise, anachronisme), jacte en espagnol, et qualifie d’islamophile ceux qui ne lêchent pas les circoncis. Ton pays serait-il Israel ? Retourne y alors, pour soutenir la lutte contre les circoncis d’Iran.
De plus en plus d’européens en ont marre d’être pris dans vos guerres de sémites qui ne riment à rien, que vous soyez juifs ou musulmans, de votre arrogance et de votre agressivité.
Vous avez le monde entier à pourrir, les blancs veulent juste l’Europe et quelques parties de l’Amérique, mais entre les juifs qui importent du marron partout et les musulmans qui construisent des mosquées partout, même en Alaska, on est cerné. Si on se réveille pas, c’est les chinois qui s’occuperont de vous.

Cran

Boadicea
Je dirais pour ma part qu’il ne sert à rien de chercher à malaxer la poche à purin qui sert de cervelle à ces deux cancrelats incultes.

Jonathan

Bodicea et Cran : deux abonnés à la connerie.

Boadicea

Cran dur dur de lire les commentaires de ces pauvres gogols mais bon il faut de tout pour faire un monde. La connerie humaine dont ils sont les parfaits exemples c’est ce qui nous rapproche le plus de l’infini. Je tire la chasse d’eau sur ces deux erreurs de la nature.

Cran

Raquiem
Point n’est besoin d’être Espagnol pour être un con inculte. Tu en es la preuve.

Dugenou

Mais les “Misérables” aussi ont été financés grâce à notre pognon! La Pécresse s’en est réjouie…

Spipou

“laissant entendre qu’il y a continuité entre Paris et Berlin”

Ce n’est tout de même pas tout à fait faux ! Quand on regarde les images d’Epinal antidreyfusardes (ce qui est “marrant”, d’ailleurs, c’est que l’Imagerie Pellerin imprimait aussi bien des images dreyfusardes qu’antidreyfusardes : l’argent n’a pas d’odeur), on voit des tronches abominables qui n’auraient pas déparé sur une affiche nazie.

Rappelons d’ailleurs que c’est l’effarement profond provoqué par l’Affaire Dreyfus qui a amené Theodor Herzl à soutenir la création d’un état juif.

Jill

Il faut relativiser l’antisémitisme en France à la fin du 19*…une grande partie des Français ignorait même qu’il y avait des juifs en France ;dans les campagnes, juif était une notion biblique.

"à la" poubelle

La peste féminazie se répand. Une minorité d’hystériques parvient à empêcher des milliers de spectateurs d’aller voir un film. De quel droit ? Après Paris, Rennes, puis St Nazaire, et maintenant 9 villes du 93. L’effet moutonnier va se poursuivre et contaminer toute la France. La situation est extrêmement grave. Puisqu’on les laisse faire, elles iront pourrir d’autres films dans les prochains mois. Et cela ne s’arrêtera pas aux films.
Elles ne représentent pas l’ensemble des femmes, ces groupuscules, mais elles arrivent à persuader une partie de la population en présentant leurs thèses totalitaires comme une vérité. Ce féminisme est devenu du nazisme. La liberté est très menacée, bientôt supprimée. La place de ces extrémistes est à l’asile !

Boadicea

Bravo enfin un peu de bon sens !

DAVID3000

Et en plus la victime se réveille 45 ans après ,cela me laisse perplexe !

Dugenou

Je garde une copie de votre excellent texte pour montrer à une amie qui se reconnaitra dans votre description des nouvelles “furies”.

numa

J’ai moi aussi vu l’inauthenticité de cette image : je ne pense pas qu’il y ait eu, comme cela est montré dans le film, de “Mort aux juifs” sur les vitrines ni d’autodafé d’écrits et de livres en France de la part des anti-dreyfusards. En centrant le récit sur le colonel Picquart, le romancier, puis le réalisateur se simplifiaient la tâche mais laissaient dans l’ombre des destinées passionnantes : Dreyfus (qui se battit en 14), Zola assassiné, Clémenceau futur “Père La victoire”, méritaient une autre traitement.
Il est regrettable aussi que l’on ne rende pas compte du clivage profond qui s’est opéré dans la société française (voir le fameux dessin de Caran d’Ache (réunion de famille “Nous n’en parlerons pas”, puis “Ils en ont parlé où toute la famille s’écharpe”).

Lire Aussi