J’ai essayé d’enseigner le droit dans un lycée professionnel…

Publié le 27 octobre 2018 - par - 96 commentaires - 16 402 vues
Share

On apprend aujourd’hui qu’au Havre, quatre lycéens ont braqué deux professeurs :

http://www.leparisien.fr/faits-divers/le-havre-quatre-lyceens-arretes-pour-avoir-braque-deux-professeurs-en-classe-25-10-2018-7927986.php

Le braquage a l’air de devenir une mode. Un moyen comme un autre pour un élève d’imposer ses conditions ? Certains vont se dire très surpris et estimer qu’il s’agit d’une nouvelle escalade et qu’on n’avait jamais vu ça.

Eh bien non. J’ai été professeur de droit, un court temps, dans un lycée professionnel dépendant de la chambre de commerce, en BEP, bac et BTS. Et je ne suis pas du tout surprise. Tout cela existait déjà en germe il y a vingt ans. On savait que cela allait empirer si on ne faisait rien. Et on n’a rien fait.

Un bruit sourd dans la classe, parmi tant d’autres. Deux élèves, un garçon et une fille, qui ont dans les 17 ans, sont allongés au sol et se battent férocement, en silence. Il faut les séparer manu militari. La fille a une belle estafilade sur la joue. Un autre secoue régulièrement, sans raison, le grand portemanteau derrière lui, ce qui fait un bruit terrible, mais il n’y a rien à faire.

« Madame, j’en ai rien à cirer de la France, » décrète Aminata à tout moment et hors de propos. Ahmed, lui, est certainement plus âgé que tous les autres. On dit qu’il est père de famille. Il fait de la présence physique, mais refuse d’apprendre quoi que ce soit, et lorsqu’il organise un refus de travail ou un chahut, on a le dessous. Heureusement, il est trop paresseux pour le faire souvent.

Le programme de droit est beaucoup trop lourd de choses inutiles ou inassimilables à ce niveau. Du coup la prof de BTS que je remplace est totalement dépressive. Ses élèves m’attendent en février comme le messie, ils n’ont rien fait jusque là. Je leur monte un cours sur un thème donné, bien documenté. Les élèves sont ravis. Ils en redemandent. Lorsque je rends compte à la prof, elle m’en veut presque, s’exclame que j’en fais beaucoup trop et me dit : « mon cours, c’est 75% de conneries » (sic).

75 % de conneries ?… En fait la plupart des profs font de la garderie, rien de plus. Leur devise : « surtout pas de chahut, le reste on s’en moque». L’un d’eux me conseille même de faire comme lui pour avoir la paix et de laisser les élèves écouter leur musique avec leurs écouteurs en classe, ce que je refuse.

Mon collègue de droit me dit que chaque année en droit c’est le licenciement qui sort en sujet d’examen et qu’en conséquence il n’enseigne que cela. Il doit s’ennuyer mortellement. Le programme comporte aussi du droit civil, du droit commercial etc. Et si cette année c’était un autre sujet qui sortait ?…

Certains élèves sont charmants et attentifs, on a vraiment envie de les aider, mais d’autres sont de petites racailles abruties sans cervelle, sans motivation autre que de chercher à nuire, et ils rendent la classe invivable. Certains déclarent qu’ils ne veulent pas de prof qui soit une femme. Leur vie, c’est d’attendre le soir pour la baston avec les lycées voisins, ils ont un couteau dans leur sac. Ou d’attendre leur ration de cannabis. Et ils le disent. Si on leur met une mauvaise note, c’est qu’on est raciste. Personne ne cherche à leur faire entendre raison. Alors ils en profitent. Leur avenir, c’est dans mille ans.

On comprend vite que la direction se moque bien des problèmes alarmants de discipline pourvu que cela ne dérape pas. Il faut dire que le lycée perçoit du conseil général une subvention pour chaque élève. Donc il ne faut pas risquer une exclusion.

Presque tout se résume dans ce constat : la direction n’aime pas les profs et se moque bien d’eux. Les profs n’aiment pas non plus la direction et se moquent bien d’elle. 

Le directeur est mort d’une crise cardiaque, la veille. Je ne le sais pas et je travaille toute la matinée suivante dans la salle des profs aux côté de deux profs bien de gôche qui n’en soufflent pas un mot mais parlent de la pluie et du beau temps. J’apprends l’événement par hasard, par un autre collègue, à midi. Quel mépris.

Et ensemble, profs et directeurs n’aiment plus ce qu’ils font. Quant à la direction générale, qui n’est pas sur place, elle bombarde tout le monde de notes complètement surréalistes et inutiles.

De plus, ni les profs ni la direction n’aiment les élèves. Lorsqu’on met les appréciations sur les carnets en fin de trimestre, c’est un concours entre les profs et le directeur à celui qui fera le plus d’humour un peu méchant sur le dos des élèves en difficulté.

Une élève de BTS ne m’a jamais remis sa copie. Je lui mets zéro. Le directeur me convoque, avec la mère agressive de l’élève, et me déclare que j’ai dû perdre la copie. Sur mes protestations énergiques, il fait machine arrière mais dit que de toute manière c’est de ma faute car je n’aurais jamais dû lui donner un délai supplémentaire. Il est clair que si je ne l’avais pas fait, il m’aurait également désavouée. Il essaie de me culpabiliser pour faire plaisir à la mère.

Un autre, arrivé par miracle en BEP, ne sait pas lire, j’en ai la conviction. J’en parle au directeur, et je lui dis que s’il y a un service à rendre à cet élève, c’est de lui apprendre à lire, et que je veux bien donner de mon temps, bénévolement. Le directeur ne donnera jamais suite.

Les élèves ont un tout petit niveau en tout. Certains n’ont que très peu de vocabulaire. Un jour j’arrive avec un paquet de copies à leur rendre. Je déclare : « j’ai été indulgente ». Une main se lève. « ça veut dire quoi, indulgente ? »…

J’ai de la chance, je ne suis jamais insultée personnellement. Mais les injures fusent entre élèves. Le « Ah l’bâtard, tu me casses les c… » est récurent, même dans la bouche des filles. Je leur demande d’être un peu plus originaux…

Je suis amenée à corriger les copies du diplôme national de BEP. C’est mauvais. Avec les autres correcteurs, nous essayons d’être le plus indulgents possibles. Nous rendons nos copies. On nous les rapporte peu après avec la consigne suivante : il faut remonter chaque note de deux ou trois points, car c’est trop mauvais !… Là, cette correction perd tout son sens. Nous sommes dégoûtés. Pourquoi ne pas donner carrément le diplôme ?…Et nous, nous ferions un autre métier.

Je pose mon porte-clés de l’école sur ma table dans la salle de classe, me retourne une seconde et lorsque je regarde à nouveau, les clés sont encore là mais plus le porte-clés. En une fraction de seconde, on me l’a subtilisé. Je pique une colère. Rien ne le fait revenir. J’en parle au directeur. Sa réponse : « je vais vous en donner un autre ».

Quelle lâcheté ! Il n’a pas l’air de comprendre que je me moque bien de ce porte-clés mais qu’on ne peut pas enseigner à des élèves auxquels on ne peut pas faire confiance. Ni tout simplement que le vol est insupportable et qu’il y a des limites à la tolérance, dans l’intérêt même des élèves. On me vole aussi un carnet entier de tickets-restaurant, dans la plus grande indifférence.

Le jour où le tableau de classe d’une collègue s’étoile d’un énorme crachat, soufflé dans son dos par un élève aux bons poumons et bien entraîné, juste à côté de ce qu’elle est en train d’écrire, et que le proviseur s’en moque, je décide de démissionner. Je ne l’ai jamais regretté depuis.

Sophie Durand

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
abadede

Juste une remarque personnelle sur le dessin entre 1969 et 2009. Concernant le dessin de 1969, je pense que les parents n’ont pas à blâmer et culpabiliser pour ses notes en lui bourrant le mou. Cela peut traduire l’effet inverse d’ailleurs. Non pas que je me fiche des notes, mais dans bien des cas, des notes mauvaises traduisent sûrement le fait que pour beaucoup d’élèves, l’école est ennuyeuse (surtout en restant le cul sur le banc toute la journée), n’est pas fait pour eux et cela explique les formations en alternance et la volonté de quitter l’école pour apprendre un… lire la suite

Blacksite

Effectivement.

Le problème étant justement que l’on essaie de persuader tout le monde qu’il peut être universitaire et que tous les élèves sont capables de suivre une scolarité classique.

Or si tous les élèves sont égaux, ils ne sont pas tous identiques. Leur niveau n’est pas du tout le même, leur mentalité et éducation non plus, les centres d’intérêts (quand il y en a un autre que le smartphone) non plus.

C’était une grosse difficulté en tant qu’enseignant : scolariser de façon traditionnelle des gens qui n’étaient pas fait pour ça.

abadede

Je parlais des élèves en général. Pas une certaine catégorie. Même il y a 30 ou 40 ans.

Blacksite

J’ai enseigné quelques années en Belgique et la situation est assez similaire. J’ai été particulièrement frappé par le fait que là aussi, le bon enseignant est celui chez qui il n’y a pas de vagues et qui « tient » sa classe. Qu’il connaisse sa matière, sache bien l’expliquer et la transmettre sont devenus secondaires. Les entretiens d’embauche ressemblent fortement à celui d’un vigile ou d’un gardien de centre de détention pour mineurs. Aussi ce sentiment de frustration lorsque des élèves motivés subissent le chahut des autres et l’absence complète de moyens pour les protéger. On en finit réellement, comme vous l’écrivez,… lire la suite

Vicente

Je suis prof d’espagnol dans un lycée polyvalent de Liméil Brevannes et la plupart des anecdotes exposées dans cet article correspondent tout à fait à mes expériences dans ce lycée…, lamentable….

Karim

Je suis prof dans un lycée catho, je trouve mon lycée trop sévère.. Mais les parents demandent ça et je m’en plein pas… J’ai bossé aussi quelques années dans des zep… Et là, comment dire… Vu que j’ai été élevé au bled et j’ai été souvent remplaçant contractuel remplaçant, j’en avais rien à cirer de l’administration ni des parents ni rien… Les élèves savaient que s’ils me respectaient je deviens gentil donc j’arrivait, difficilement à enseigner, je rejoute, malhereusement, qu’une partie des goss étaient d des maghrébins comme et me parlaient comme leur grand frère… Ça m’attristait ce communautarisme mais… lire la suite

Sophie

À Karim. Sérieusement ? Vous êtes prof avec les fautes que vous faites ???

astrid

Karim, vous nous prenez pour qui pour essayer de nous faire croire que vous êtes enseignant ? Allez apprendre à écrire sans fautes d’orthographe et à vous exprimer. Ca ne sera pas du temps de perdu….

Poi

Le problème est qu on n est plus du tout dans la laïcité aujourd’hui. On va nous demander d être au plus proche de la laïcité et on va ouvrir grand nos bras à l Islam. Il y a un problème non ? Avez vous vu les articles qui parlent de l ONU ? Il semble que l ONU veuille que la France accepte le voile dans les lieux publics au nom de la liberté de religion . La religion doit rester du domaine de l intime. C est tout simplement la laïcité.

Poi

On est dans le déni.

Jeff

Quelle chance de pouvoir aller à l’ecole. Certains (es) l’oublie. C’est bien dommage.

Poi

Oui complètement d accord. On fait de la démagogie en France. On protège les cons les harceleurs les violents les racistes qui méprisent les habitants du pays qui les accueille.

Claire COLOMBEL

Je suis divorcée et j’élève seule ma fille. Jamais ma fille ne se comporterait ainsi. Je suis toujours derrière elle et elle sait ce qui est possible ou pas de faire en classe ou ailleurs !!!!

Ann

Pardon je n’ai pas voulu dire que les enfants élèves seuls se comportaient mal. Je voulais dire que beaucoup d’élèves n’ont personne sur qui prendre exemple, beaucoup jouent le rôle de parents avec leur frères et soeurs, ou sont livrés à eux.Ca m’atriste quand je vois des jeunes être virés de chez leur mère car ils ne s’entendent pas avec le beau père, ou la maman veut aller refaire sa vie donc la jeune se retrouve en foyer, ou la maman a eu de nouveaux enfants donc elle n’a plus de place pour la grande, ou quand j’entends les jeunes… lire la suite

Ann

Beaucoup d’élèves disent entre mes parents cest la guerre ils règlent leur compte à travers nous. C’est malheureux. Même s’ils ne le montrent pas les élèves sont en souffrances et ils parlent beaucoup en classe.

Hagdik

« L’évènement » ou « l’incident » à l’origine de cet article a donné lieu à un début de fronde chez les enseignants…
Qu’en reste-t-il aujourd’hui ?
Rien ?

Gabriel

Qu’il est loin le temps où en CM1, surpris en train de bavarder, j’ai pris un léger soufflet de l’institutrice. J’étais rouge de honte. Et elle un peu choquée. Je n’ai pas moufté un mot à mes parents qui n’avaient pourtant rien de tortionnaires. L’institutrice a alors demandé un entretien à mes parents via le carnet de correspondance. Alors qu’elle voulait s’excuser pour la petite gifle, mes parents lui ont répliqué que c’était dans l’ordre des choses et que surtout si je recommençais, il ne fallait pas hésiter à me faire un aller retour. Rétrospectivement, mes meilleures années CM1 puis… lire la suite

Pivert

CE1 je copiais sur la feuille du voisin et PAF ! une méga grosse baffe dans ma gueule , j’en ai pissé dans mon ben.
La vieille elle m’a bien tarté la tronche.
C’était en 1977.
Une autre époque , un autre monde.

Stephanie

Je suis enseignante en lycée pro. Je ne suis pas tout à fait d accord avec ces propos. Il y a une majorité de prof qui sont motivés pour faire passer un savoir et enseigner. Cette nous sommes souvent démunis face aux élèves, leur vocabulaire, leur relation, leur manque de vocobulaire, la violence les incivilités…. L ensemble de la communauté educative doit gérer comme elle peut les carences éducatives, afectives et le manque de reperes sociaux. Les profs ne font pas que de la garderie, ils sont aussi des repères pour les élèves. Les profs sont aussi des humains avec… lire la suite

Poi

Pauvres enfants en carrénce éducative affective etc …. C est surtout qu on n est pas assez fermes avec les timbrelots qui se croient tout permis et que maintenant c est trop tard. Attendons 30 ans et ce sera la jungle

CHARRIN

J’espère que vous n’êtes pas un repère en orthographe.

Mathieu

?!! alors là c’est le comble : – « Cette nous sommes souvent démunis »… Lorsqu’ on officie dans l’enseignement on écrit « Certes » et non « cette ». – « profs », « pro » ; dans la langue de Molière l’on écrit « professeurs » et « professionnel » – « leur relation » c’est au pluriel, sinon ça ne veut rien dire. – « la violence » vous avez omis la virgule juste après. – « educative », il manque l’accent – « afectives » avec deux f et non un seul !! – « reperes », il manque l’accent. Sur la forme, n’eussent été les fautes orthographiques et la pauvreté affligeante de votre syntaxe je vous aurais noté 3/20,… lire la suite

Sophie Durand

@Stephanie
Comment pouvez-vous ne pas être d’accord avec des FAITS ?…

guilmaille

j’ai été professeur un court laps de tems!!
quelle chance ma chèrie!!

Ann

C’EST VRAI LES PARENTS SONT DU CÔTÉ DE L’élève cest bien regrettable. Mais maintenant les élèves ont moins de repère et là c’est la société d’aujourd’hui ce sont les enfants qui subissent. Combien d’élèves sont en foyer,famille d’accueil, garde alterné, ne connaisse pas leur père ou leur mère il y a 15 ans .sur une classe de 30 il y avait 1 ou 2 élèves concernés. Aujourd’hui cest 1 ou 2 élèves qui vivent avec leur 2 parents

DUFAITREZ

« Il n’y a pas de mauvais élèves, seulement de mauvais profs » !!
« La notation est déjà de la discrimination » !!
Liberté ? Chacun fait ce qu’il veut !
Egalité ? Tous égaux en Rien !
Fraternité ? Oui, dans la contestation et le bordel organisés !
Supprimons ce « slogan » raciste du fronton de nos Ecoles ! Pas de vagues !

Ann

On en a tous des exemples mauvais mais il c’est loin d’être une généralité et en L.p non on n’a pas toujours des élèves tranquilles. Et oui j’utilise le « je » monsieur gaulois réfractaire car je parle de mon expérience je ne parle pas à la place de quelqu’un d’autre.
Dans tout travail il y a les plus et les moins, oui il y a des classes plus dures que d’autres mais ne faites pas une généralité. On est vraiment dans les clichés.

Sbouybouy

Je suis enseignante en L.P depuis plus de 20 ans et cet article est injustifié. Il ne représente ni les élèves ni les enseignants. C’est très très loin de la réalité.

UltraLucide

Et c’est quoi votre version de la « réalité »?
C’est peut-être pire…….
Sur tous les plans, la question récurrente est désormais: « La France peut-elle encore descendre un peu plus bas avant l’implosion qui guette le pays? »
Certes, dire ça, c’est politiquement incorrect pour 80% du personnel politique de ce pays et les 25% de français qui les suivent béatement. En faites-vous partie?

Gabriel

Ben voyons…

Poi

Dans le deni

Sophie Durand

@Sbouybouy
Des faits, injustifiés ?…
La réalité est pire aujourd’hui. Je n’ai pas connu les braquages.

Jean

Bonjour, quels sont les enfoirés de politiciens qui osent dire que l’immigration est une chance pour la France ? Ça peut être effectivement une chance si nous faisons comme le Canada, l ‘Australie et bien d’autres pays, une immigration choisie. Mais pour cela il faut avoir des coucougnettes !!!

Viou

Une remarque sans intérêt de la part d’une petite prof 25 ans de rep et 3 ans de csp ++ :
Vous avez des tickets resto , wouah la classe, faut faire comment ????

Jill.r

L’islam déconnecte ces  » jeunes » de notre
système. Ce qui leur sert de culture impose de
rejeter tout ce qui relève de notre civilisation;ce
qu’ils font avec grand plaisir puisque c’est la facilité. Mais malheur aux gosses normaux qui
doivent côtoyer ces demeurés et subir les dégâts
collatéraux de leurs insuffisances.
Les profs je ne les plains pas ;ils ont toujours soutenu les belles âmes ;les pourvoyeurs de
l’immigration ;alors qu’ils assument.

Lucie

Jill.r,
C’est une généralisation en ce qui concerne les profs qui auraient selon vous  » toujours soutenu les belles âmes ».

Jill.r

Dans un sens oui, les profs ont toujours globalement voté à gauche principale pourvoyeuse de l’immigration islamique ;même si la droite n’a rien fait pour arrêter
le désastre.

scscjcnc

Jill R. Renseigne-toi au lieu de balancer des lieux communs d’extrême droite.
C’est quoi le mot d’ordre ? Si vous n’ êtes pas d’origine française, vous n’avez qu’à crever..
Heureusement que l’école ne raisonne pas comme le FN…
Le problème principal vient de certains parents qui n’élèvent plus leurs enfants ; ils se contentent de les nourrir et de les abandonner à leurs Smartphone ou leur tablette. C’est moins fatiguant que de leur lire des livres ou de les amener au musée…

Antonin

Dans ce cas il faut déconnecter l’islam

Jill.r

Ce serait une mesure de salubrité publique.

eric delaitre

Pas la peine de mettre  » un grand frère  » au fond de la classe, j’ai lu que si un  » élève  » était mécontent, il attend le prof à la sortie et que certains profs sortent par une porte dérobée. On ne s’étonne plus qu’ils ne sachent plus lire ni écrire.Je ne vois d’ailleurs pas comment remettre de l’ordre dans tout ça ? Comme dit Blanquer  » «On doit avoir une coopération beaucoup plus forte entre la police et l’éducation nationale» Là, déclaration façon E Macron, truc qui ne veut rien dire du tout et surtout qui est impossible.

astrid

Un abruti intervenant dans les grandes gueules sur RMC n’a rien trouvé de mieux que de dire que la mère de l’individu qui a menacé le professeur pour qu’il le note présent « trouvait qu’on en fait trop » ! Naturellement, le propos a été repris à plusieurs reprises par marshall pour qui ce serait la base d’une de ses fameuses « polémiques » dont il a le secret. « on en fait trop », quand pensez vous ? téléphonez au truc machin chose…. voila le journaleux marshall. Ce sont les mêmes qui vont nous gaver en nous disant que la xénophobie et le racisme monte.… lire la suite

astrid

Correction : qu’en pensez vous ? avec mes excuses.

Kader Oussel

« Quand pensez-vous »?, c’est pas mal non plus ! On pourrait poser la question à nos gouvernants.

jodunord

Que des mensonges et des caricatures!!! Comment pouvez dire: « ni la direction ni les profs n’aiment les élèves ». J’enseigne depuis plus de 10 ans en lycée professionnel zone sensible, j’ai toujours côtoyé des équipes dévouées mettant tout en oeuvre pour la réussite des élèves même si au quotidien les choses sont parfois difficiles. Enfin arrêtez de dénigrer les élèves en disant qu’ils sont incultes, l’objectif est de les faire évoluer quelque soit leur niveau de départ (on n’a malheureusement pas tous les mêmes égalités de chances au départ de la vie!!!!!) Un simple prof qui en a marre de lire… lire la suite

Sophie Durand

@jodunord
Ni des mensonges ni de la caricature ni des conneries (merci pour ce mot élégant), hélas, mais que des faits. Vécus. Sans généraliser comme vous le faites, si vous avez bien lu. Cessez de vous aveugler. Si vous voulez que les choses changent, il faut d’abord les nommer et les reconnaître. Un simple ex-prof qui en a marre de l’aveuglement volontaire.

montecristo

Bravo Sophie !

Lucie

Jodunord, Moi aussi je n’ai rencontré que des équipes dévouées (en lycée polyvalent). Je travaillais dans la section générale où il n’y avait pas de problèmes insurmontables, mais les collègues du professionnel souffraient! Pourtant le proviseur n’était nullement laxiste et il soutenait toujours les enseignants. Cependant, les moyens d’action de la direction sont très limités. Je trouve qu’on devrait pouvoir renvoyer les élèves agressifs, délinquants même, sans avoir à leur assurer une place dans un autre établissement. Ce n’est pas le cas, dans la pratique c’est comme s’ils avaient le droit d’aller, dans un autre coin de la ville, empêcher… lire la suite

montecristo

Peut-être en avez vous marre de lire des conneries … mais si vous ne les vivez pas personnellement , elles existent ! Ayez la modestie de croire vos collègues qui, eux, en ont marre de les subir !

UltraLucide

« les choses sont parfois difficiles », vous semblez exceller dans l’euphémisme.

numa

Vous écrivez « quelque soit leur niveau », avec des profs de ce niveau, ils ne sont pas près d’évoluer … je parie que vous, vous écrivez « pas prêts d’évoluer « …

HARGOTT

Ils sont grands ils sont forts: ils vont régénérer la France! Ces jeunes sont une chance pour la France (inutile de répondre, c’est ironique)

JCML

Eh oui, autre temps, autres mœurs. La dernière image dans le texte reflète bien l’évolution de certains et depuis 2009, ça ne s’est pas vraiment amélioré.

Anne

Je suis enseignante en L.P certes il y a des élèves durs, le niveau baisse chaque année mais moi je travaille pour leur apprendre ma matière et je ne fais pas garderie. Mon directeur est un ancien prof il essaie d’être juste mais soutient ses profs.je pense que vous n’êtes pas tombé dans le bon établissement. Oui on est impuissant quand il y a des débordements en cours mais ça Arrive 1 fois dans l’année. Ça fait 7 ans que j’enseigne jai fait 2 établissements jai 30 ans.je ne suis ni copine ni sadique avec les élèves. Et il n’y… lire la suite

Alain

On doit pas habiter sur la même planète

Sophie Durand

@Anne
C’est très bien d’être positif, et il le faut, mais il y a des choses auxquelles un prof ne peut pas et ne doit pas se résigner. Par exemple la baisse de niveau chaque année…

Calamity jane

Vous devez enseigner dans un coin très tranquille !
Même en Normandie, ça ressemble à ce que décrit madame Durand.
Bon courage pour la suite

gaulois réfractaire

Vous dites trop « je ». Votre autosatisfaction est celle des aveugles dans un champs de ruines. Un professeur n’est ni un flic, ni un psy, ni une assistante sociale. Il doit instruire, et aujourd’hui, on n’instruit plus rien. Les parents devraient éviter de mettre leurs enfants dans les écoles publiques et privées sous contrat.

katastrov

 » Et il n’y a pas que les Ahmed, Aminata…qui ne foutent rien  »
Exact ! Il y a aussi des mouloud, mamadou, leilla …

Dunoyer

Soit. Mais expliquez-nous alors pourquoi l’on parle de déferlement à propos du # pasdevague, serait -ce parce que vos collègues ont une imagination débordante et qu ils se plaisent à noircir la situation, à inventer des faits de violence qui ont pourtant toute l’apparence du vécu ? Daignez aussi nous expliquer pourquoi nous en sommes au 9ème ou au 10ème plan anti-violence à l’école depuis le début des années 90. Est ce parce qu on aime se saisir de problèmes qui n’existent pas ? Enfin, pourquoi les jeunes profs débordant d’énergie et soucieux de ‘se donner’ à leur métier fuient-ils… lire la suite

Papy Mouloud

J’arrête pas de le dire au maire: non, on n’a pas besoin d’un nouvel agrandissement de la mosquée ( il est obsédé par ça ). On verra juste avant les élections municipales, comme d’habitude. Pour l’instant, il n’y a pas urgence. Par contre, il faut penser à nos jeunes. Le bordel qui règne ici dans les collèges et les lycées, en Algérie, ça existe pas, même à 40 par classe. Alors moi, Mouloud, j’ai une idée. Pourquoi on mettrait pas un Grand Frère au fond de chaque classe ? Pendant la journée ils ‘ont rien à foutre nos jeunes. Le… lire la suite

gaulois réfractaire

Le grand frère en question foutait le b…. quand il était à l’école.

wika

Papy Mouloud, je trouve votre idée plutôt intéressante. Un grand frère pour tirer les oreilles des autres, ce que les enseignants n’ont plus le droit de faire depuis bien longtemps, ce serait à mon avis une garantie de tranquillité. Le grand frère profiterait de surcroît d’un enseignement qui lui apporterait peut-être quelque chose

Papy mouloud

Mais oui, et puis ils auraient le temps de mettre leur paperasse à jour. Faut pas croire, un deal, ça s’improvise pas, c est du sérieux, y a de la gestion. Et puis, pas besoin d’uniforme comme les keufs, les GF, ils porteraient une djellabah, comme au bled, comme ça on les verrait de loin dans la cour de récréation avec leur capichon pointu. Ma parole, c est une affaire !

montecristo

Ça n’existe pas en Algérie ???
Je l’ai quittée depuis longtemps, mais il suffit de lire certains auteurs algériens d’aujourd’hui pour savoir que même chez les « Cadets » le bordel est infiniment plus grand qu’en France

Gillic

Tout cela est le résultat de 50 années de déséducation nationale, cela était planifié de longue date !!!!!!

patphil

pendant 41 ans j’ai fait du nomadisme scolaire
j’ai constaté que dans les lycées dirigées fermement tout allait bien dans ceux où les lycéens pouvaient faire ce qu’ils voulaient, les profs devaient jouer les crs

Cel

Oui, je suis dans un lycée professionnel qui exclut les élèves quand ils dépassent les limites et un respect s installe de la part des autres élèves mais aussi de ceux qui partent et qui comprennent que l enseignement n est pas un du mais une chance.
Il y a malgré tout des élèves qui ne peuvent pas suivre l école et les garder ne fait que pourrir la classe . Il est nécessaire de préserver ceux qui veulent travailler .

Sophie Durand

@Cel
 » Il est nécessaire de préserver ceux qui veulent travailler ».
Exactement. C’est pourquoi laisser pourrir les classes est un scandale.

montecristo

Exactement ! D’ailleurs le Prof’ ne devrait pas avoir à faire de la discipline en permanence au détriment de son enseignement. Il devrait exister un système qui permette d’envoyer ailleurs ceux qui n’ont pas leur place à l’école.

wika

Le chef d’établissement est primordial. Quand il tremble devant la hiérarchie et se laisse intimider par les parents d’élèves, c’est très mauvais pour les professeurs.

Allonzenfan

Quelle que soit la matière enseignée, on apprend surtout à survivre dans cette « fabrique du crétin » si chère à Jean-Paul Brighelli… Le mammouth crève et tout le monde s’en fout !

montecristo

Perso. je n’avais pas de « racailles » et j’enseignais le sport … Mais j’envoyais les emmerdeurs en permanence dès le début avec l’air de celui qui se désintéresse de leur sort. Un truc qui ne marchait pas trop mal ! Sauf avec les grosses à forte poitrine … ! ! ! Mais surtout, je n’ai jamais reçu une réflexion de mes collègues ni de ma hiérarchie …

Mike

Oui bien sûr c’est là la solution. Ceci dit un peu égoïste pour avoir la paix et ne pas penser aux collègues de la vie sco qui se reçoivent les emmerdeurs x nombre de classes …

Lucie

Mike, Égoïste? Il faut absolument pouvoir exclure les emmerdeurs, temporairement, ou définitivement pour les récidivistes et qu’ils n’aient pas le droit d’aller exercer leurs talents dans un autre établissement. Et plus d’allocs! Pour le moment, le rectorat fait pression sur les chefs d’établissement, qui font pression sur les profs, pour qu’il n’y ait pas de vagues.

Mike

Non mais là on parle d’exclusions de cours vers la permanence pas de la sanction d’exclusion.
Quant à la pression du rectorat sur les chefs d’établissement c’est un mythe … De mon côté je n’ai jamais eu aucune pression de la part d’aucun rectorat (3) et je fais des conseils de discipline quand je l’estime nécessaire sans problème.

montecristo

Pas du tout Mike ! C’était juste une stratégie qui consiste à reculer pour mieux sauter … ou bien de savoir perdre pour mieux gagner

Sophie Durand

@Montecristo
Il n’y avait pas de permanence dans mon lycée, et on n’avait pas le droit de mettre un « emmerdeur » dans le couloir. Le directeur était furieux si on le lui envoyait. On n’avait aucun autre choix que de le garder dans la classe…et surtout, « pas de vague » !

montecristo

Oui Sophie ! Je comprends ! J’étais dans une autre atmosphère ! Mais il reste que ma manière de faire semblant de me désintéresser , par stratégie, m’a permis de me rallier pas mal de fortes têtes (souvent les meilleurs). Bien sûr, il y a aussi « la manière », celui auquel on s’adresse, le niveau de la classe, l’âge, ETC … ETC … Je n’ai aucune prétention à donner des leçons et le sport est ensuite un autre domaine …je le concède.

Sophie Durand

@Montecristo
Mais oui je suis bien d’accord avec cette technique, faire semblant de se désintéresser est une bonne idée, l’élève manipulateur ne peut plus faire son cinéma, ça le déstabilise…

Ann

On a le droit de virer un élève s’il présente un danger pour l’enseignant ou les autres élèves. C’est inscrit dans les textes après il ne faut pas renvoyer pour rien non plus.il y a des champions qui virent pour rien.
Il faut savoir aussi les intéresser

Gaulois réfractaire

Ces petites recettes n’ont qu’un temps et ne fonctionnent que rarement. Votre commentaire montre bien que les profs n’ont à leur disposition que des techniques de survie.

Arthur

Ca peut vous assurer, provisoirement, un certain calme dans la classe, mais à condition :
– que l’élève aille en permanence (il peut d’ailleurs refuser de sortir de la classe —) ;
– que le CPE (surveillant général) ne le renvoie pas dans votre cours.

Joël

Il est loin le temps où le « branleur » ramassait les feuilles et les papiers dans la cour.

Mike

Encore un mythe … :) c’est toujours en vigueur chez moi quand j’estime que l’élève doit faire preuve de « réparation » du bien commun.
Quant au CPE ce n’est justement pas un surveillant général. Et si la vie scolaire (son service) fonctionne bien ça améliore un grand nombre de chose. Il faut bien se dire que ce n’est pas plus au chef d’établissement chez qui les professeurs aiment bien envoyer les élèves perturbateurs qu’aux professeurs de gérer ce type de problématique … C’est bien le problème …

Eschyle 49

Enseignez-leur une seule chose , les Humanités (latin, grec, hébreu, sanscrit) ; quand ils seront dégrossis , passez au droit romain , tout le reste est accessoire .

JCML

Ben déjà peut être leur apprendre à lire seulement le français pour la traduction, attendre un peu…lol

Ann

C’est net ils ne savent plus lire ni écrire et je parle de la majorité des élèves pas que les élèves avec des prénoms étrangers. Venez en cours les Emma, Mathieu Charlotte……sont les premiers à ne savoir pas lire. Ils déchiffrent à peine les mots…. car je vois dans l’article des Aminata… et ce sont pas les seuls et loin de là .

Sophie Durand

@Ann
Vous déformez mes propos, je n’ai dit nulle part qu’il n’y avait que les Aminata qui ne savaient pas lire. L’élève de BEP qui était illettré était un Français pur jus. D’ailleurs pour Aminata je n’ai parlé d’elle que pour dire qu’elle proclamait qu’elle n’en avait rien à cirer de la France…

amandinelonchamp

J’aime bien le dessin de 2009 , l’élève et les parents agressifs sont blonds. Ah ah…

ronie

En fait, ils ont les cheveux teints !

Gaulois réfractaire

Les parents d’élèves européens sont souvent plus insupportables. Il y aurait beaucoup à dire sur cette association de destruction de l’école qu’est la fcpe.

Joël

La FCPE est un ersatz de la CGT. A part foutre la merde elle n’apporte rien.

Carter

Très représentatif de la réalité en effet… mais autrement, l’auteur du dessin aurait été traîné devant les tribunaux par la LICRA, payée par l’argent des contribuables…

Mike

Bah je suis dans un établissement très « favorisé » et le dessin c’est exactement cela, toute décision de l’établissement est tout de suite contestée, encore plus quand il s’agit de punition ou de sanction. Donc …