J’ai fait un cauchemar sexuel avec Rokhaya Diallo : suis-je raciste ?

Je l’avoue, ce week-end, deux événements m’ont marqué. D’abord le tweet de Rokhaya Diallo, qui m’a paru surréaliste. Si je comprends bien ce qu’écrit cette « racisée », si un Blanc touche le RMI, il est plus riche qu’un Noir qui touche le même RMI… Là, après la couleur des pansements, cela devient obsessionnel chez cette pauvre Rokhaya qui parle trop de la couleur de peau des Blancs pour ne pas en être jalouse. Si elle a honte d’être noire, qu’elle se fasse blanchir, comme le faisait Michael Jackson, ou encore Rihanna, Beyoncé, et qu’elle arrête de nous les briser. Mais manifestement, cette femme nous hait.

Une autre information m’a interpellé, et elle va dans le même sens. Des abrutis d’universitaires veulent nous obliger, nous les Blancs, à baiser noir ! Alors là, je vois rouge !

http://www.fdesouche.com/1084013-les-blancs-preferent-les-blancs-sur-les-sites-de-rencontre-des-universitaires-veulent-mettre-fin-a-ce-racisme-sexuel

Déjà qu’on n’a plus le droit de commander une tête de nègre dans une boulangerie, il paraît que maintenant il faut dire « merveilleux ». Faites-moi confiance, moi je dis toujours « tête de nègre » et, en général, je remporte un franc succès. On n’a plus le droit d’avoir un nègre pour écrire un bouquin, il faut dire à présent un « prête-plume ». Bah moi, je continuerai à dire que Schiappa utilise des nègres… pour écrire, bien sûr ! Bientôt, quand je commanderai un café, je n’aurai plus le droit de dire « un petit noir, s’il vous plaît » ! Mais dans ce cas, pourrai-je commander un « petit blanc », vers midi, voire un « petit jaune » ? Et puis, en musique, une blanche qui vaut deux noires, qu’est-ce qu’elle attend, Rokhaya, pour remettre en cause ce concept raciste ? Et l’humour noir, c’est encore autorisé, cela ?

Bref, pour en revenir aux rapports sexuels, voilà que ces abrutis veulent nous obliger à coucher noir, à nous faire sucer noir, à baiser noir, à cunnilingusicer noir, à partouzer noir, sous le prétexte qu’on serait raciste si on préférait ceux qui nous ressemblent. À noter qu’il y a des sites de rencontre spécialement réservés aux musulmans, mais cela ne pose aucun problème. À noter également, sur les publicités de propagande, que dans 95 % des couples mixtes, c’est l’homme noir qui est maqué avec une blanche et pas le contraire. Et j’avoue que je n’arrive pas à imaginer Rokhaya Diallo maquée avec un Blanc, faisant l’amour avec un Blanc, cela me paraît impossible. Mais elle ne sera jamais accusée de racisme, le souci, c’est toujours l’homme blanc.

Déjà que, si on écoute la RATP, c’est nous qui resquillons. Déjà que, si on écoute Schiappa, c’est nous qui violons et les violées qui sont issues de la diversité et défendues par d’autres diversitaires. Donc, me voilà sommé de coucher avec Rokhaya Diallo pour prouver que je ne suis pas raciste. Premier souci, je suis un mari fidèle. Je sais, c’est ringard, mais c’est comme cela, j’ai bien profité de ma jeunesse mais, à partir du moment où j’ai rencontré une femme et où je l’ai épousée, j’ai décidé que je n’irais plus voir ailleurs même si, je l’avoue, la tentation est parfois grande.

Mais admettons que je sois détournable. Je l’avoue, je devrais sans doute avoir honte, mais je n’ai aucune attirance physique pour les Noires et les Arabes, même pour celles qui sont, paraît-il, les plus excitantes. Haptasou Sy, non merci. Houria Bouteldja, non merci ! Je pourrais me laisser séduire par une Asiatique, mais les seules femmes qui m’attirent vraiment sont les Blanches. Enfant, j’étais fasciné par le charme de Brigitte Bardot, bien sûr, de Bernadette Lafont, de Mylène Demongeot, de Juliette Gréco et de bien d’autres, mais même Joséphine Baker ne suscitait rien chez moi.

Mais Rokhaya Diallo, c’est encore pire. J’ai fait un cauchemar, l’autre nuit, et bien sûr, je suis allé immédiatement consulter mon psy pour en comprendre les tenants et les aboutissants. J’avais regardé, la veille au soir, une émission à la télévision et cette « racisée » m’avait tellement gonflé (pas au niveau du sexe) que j’avais éteint la télévision et proféré quelques injures bien senties, avant de monter me coucher. C’est alors que je fis cet horrible cauchemar. Je me retrouvais avec Rokhaya qui, dans mon rêve, était une prostituée que j’avais rencontrée au Bois de Boulogne (où j’étais parfois allé dans mon adolescence). Elle avait de hauts talons, une longue jupe (noire, bien sûr) fendue jusqu’en haut des cuisses et un décolleté vertigineux qui mettait en valeur son peu de poitrine. Et elle avait un rouge à lèvres très agressif qui mettait encore plus en évidence sa grosse bouche. Je m’installais à l’arrière de ma voiture et donc la prostituée, dans une scène d’un grand érotisme, commençait à défaire ma ceinture, à descendre mon pantalon, puis mon slip, et entreprenait une fellation. J’ai oublié de dire que j’avais casqué 200 euros et que je n’avais pas l’intention que cela s’arrête là. Et c’est alors que survenait la catastrophe : alors que j’étais dans les meilleures dispositions, d’un seul coup, sans crier gare, elle me sectionnait brutalement le sexe d’un grand coup de mâchoire et partait avec mon vit sanguinolent dans la bouche en éclatant de rire. Un remake de l’Empire des sens, mais au moins, dans ce film japonais, la femme coupait avec un couteau le sexe de son amant, une fois qu’elle l’avait étranglé, pour le garder sur elle ! Là, j’avais été émasculé vivant ! Je poussai alors un long hurlement et me réveillai, dégoulinant de sueur. Ma femme, à mes côtés, me demanda si tout allait bien. Instinctivement, je passai la main sur mon sexe et lui répondis, soulagé : « Oh oui, tu ne peux pas savoir ».

Vous pensez bien qu’après un tel cauchemar, je suis traumatisé et interrogatif. Est-ce mon refoulé qui est remonté à la surface, et finalement, est-ce par racisme que je me suis toujours interdit tout rapport sexuel avec une Noire ? N’y a-t-il pas chez moi un vieux fond de racisme, encore, en imaginant de la part de madame Diallo un acte qu’on pourrait assimiler à du cannibalisme ? Ai-je été marqué par l’anecdote de la députée LREM, Lætitia Avia, qui a mordu son chauffeur de taxi ? En attendant, cela n’a fait qu’accroître ma répulsion sexuelle vis-à-vis des femmes noires. À supposer que je devienne veuf un jour, il est hors de question que je puisse avoir de nouveau des rapports sexuels avec une femme de couleur (vous avez vu, j’ai fait un effort, je n’ai pas dit une Noire ou une négresse, ce qui serait pourtant le terme adapté). C’est encore plus impossible après un tel cauchemar ! Vais-je me retrouver poursuivi devant les tribunaux, pour cela, par les tarés de la LDNA, par la LDH ou par le CRAN, pour racisme et discrimination ?

Tiens, en parlant du CRAN, c’est pareil, si j’étais pédé (pardon, il faut dire homo, je vais essayer de me rattraper), je ne me verrais pas enculer Louis-Georges Tin ni me faire sucer par lui, et encore moins l’inverse. Impossible, phénomène de répulsion. Mais si on me proposait mon grand copain Brossat et que je dise oui, serais-je traité de raciste pour avoir accepté avec Ian ce que j’ai refusé avec Louis-Georges ? Question délicate, mais je crois que Brossat, ce serait possible, dans l’esprit de Jean Ferrat et de sa célèbre chanson, forcément homophobe, « Hou, hou, méfions-nous, les flics sont partout » où le camarade chanteur, communiste comme Brossat, osait dire « Dieu seul sait quel fut mon supplice, quand je lui grimpai sur le dos, mais pour une fois que la police, on peut la baiser comme il faut ». Dans cet esprit-là, Brossette, c’est possible.

Mais Tin, non, et pas davantage Diallo. Je sais, il va falloir me rééduquer et je suis prêt à suivre tous les stages qu’il faut, mais je crains qu’après mon cauchemar Rokhaya Diallo, la situation soit irredressable, si j’ose dire…

Martin Moisan

image_pdf
0
0

12 Commentaires

  1. DIALLOPPE : Il y a des avions qui rentrent tous les jours au Mali……

  2. Si elle n’est pas contente la pigmée , elle retourne d’où elle vient bordel !

  3. Et dire que ce vilain tapin inculte racialiste s’est vu offert un jeton de présence sur l’émission du Pujadas (LCI). La médiocatie n’a jamais été aussi vivante.

  4. M’obliger à copuler noir ? Ça jamais ! Même si on me dit que la nuit tous les chats sont gris…
    Il y a de quoi voir rouge, en effet. N’insistez pas, j’en serais vert de rage !
    Il faut dire qu’un cauchemar pareil, ça vous file une peur bleue ! On essaie d’en plaisanter, bien sûr, mais on rit jaune.
    Pas moyen de se rendormir, une nuit blanche en perspective…
    En attendant l’aube dorée et l’arc-en-ciel après la pluie, je vais chasser mes idées noires en relisant « Un taxi mauve » de Michel Déon.

  5. Quand je pense que l’une des plus belles expériences dans la vie consiste à se libérer de ses propres complexes, d’abord pour vivre mieux, puis pour assumer en fin de comptes ce que l’existence nous a offert, à savoir d’être riche, pauvre, moche, beau/belle, sexy/pas sexy, hétéro/pas hétéro, blanc/noir, et tout ça dans des pays où il fait encore… bon vivre. Ailleurs, c’est la chienlit, on le sait. Alors quoi ? On doit tous se teindre la peau ou quoi ? C’est le délire absolu !

  6. Mince , extraordinaire, il m’est arrivé exactement le même genre de cauchemar, etoonant non?

  7. Ah mon Dieu, quel affreux cauchemar !. J’en ai la chair de coq ! De tout coeur avec vous. Bon rétablissement !!!.

  8. C’est drôle, les plaintes pour agressions sexuelles visent toujours des hommes ayant
    des positions ou de l’argent… voire les deux.
    Les sans dents seraient ils des modèles de
    vertu ?

  9. Cesaire et Senghor auraient dû chanter la
    merveillitude plutôt que la négritude.

  10. Heureusement M Moisan,il y a des mecs francs du collier comme toi,ne t’arrete surtout pas.la Diallo une frustree exisee qui voudrait nous modifier genetiquement le coton pour le faire violet, ou noir,Les universitaires forcer un people a ce metisser,a pendre haut et court.ASAP.petits dictateurs merdeux.donc il sufirait de dire aux inconditionels du colonialism que c’etait pour le metissage,tous des cons Martin.chacun voyant midi a sa porte.reprendre pour cela la declaration des droits de l’homme

  11. Tout de suite on croit les femmes qui se disent agressees par les hommes alors que parmi les femmes il y en a qui fantasme d’avoir des relations avec tel ou tel homme et prennent comme cette Christine Blazy Ford leur fantasmes pour des realites, car en plus cette femme est tres mal dans sa peau et est suivit par un psychiatre

  12. Je fais court car rien que la tronche de cette pétasse infâme salit mon écran de pc qui lui, est normal.

Les commentaires sont fermés.