1

J’ai fait un rêve : la France allait élire un Président africain !

J’ai fait un rêve étrange et pénétrant, dans lequel des personnes bien-pensantes me disaient qu’il serait normal que le prochain président de la République française soit africain !

Surpris par cette déclaration, je leur répondais aussitôt que la France n’est pas un pays africain, et qu’en conséquence, leur propos n’avait aucun sens.

Or, elles insistaient en précisant qu’un pays se définit non seulement par son territoire mais encore par sa population, et qu’à ce titre, elles n’imaginaient pas un seul instant qu’un État africain pût avoir un chef d’État non africain, tout comme un pays asiatique un chef d’État non asiatique.

Mais enfin – rétorquais-je – s’il est vrai qu’en France il y a des personnes d’origine africaine, elles sont loin d’être majoritaires, ce qui fait que la question tombe à l’eau !

La question tombe à l’eau ? Vraiment ? L’importance de la croissance démographique des immigrés africains – qui, dans tel ou tel quartier, sont en passe de devenir majoritaires – n’est-elle qu’une illusion ?

De plus, si tous les immigrés africains sont chez eux chez nous, de quel droit les empêcherions-nous de vivre comme ils l’entendent, et, par suite, de tout faire pour que le prochain chef d’État soit africain ?

Il reste que cette logique apparemment imparable oublie l’essentiel, à savoir que le premier devoir d’un immigré est de respecter scrupuleusement les règles et les lois du pays d’accueil, sans quoi ce n’est plus un immigré mais un conquérant.

Or, on ne veut pas de conquérants : on veut des Français aimant la France ! Et cela n’a plus rien à voir avec un rêve, qu’il soit nocturne ou éveillé !

Maurice Vidal