J'ai le sentiment diffus que tout peut basculer d'un moment à l'autre…

Couverture1-42023LeMurRiposte Laïque : Vous êtes l’auteur du dernier livre édité par Riposte Laïque, « 2023 Le Mur ». Avant que nous n’évoquions cet ouvrage, pouvez-­vous dire à nos lecteurs qui vous êtes ?
Olivier Arnaubec : Je suis un avocat niçois ordinaire à tendance iconoclaste. Inféodé à aucun parti politique, je me définis comme un libre penseur et un observateur critique et impliqué des faits de société.
Riposte Laïque : Qu’est-­‐ce qui vous a motivé à écrire ce livre ?
Olivier Arnaubec : Beaucoup de versions circulent sur le phénomène d’islamisation de la France. La gauche le nie, la droite boboïde le minimise et la droite patriote est parfois dans l’exagération. Ce livre constitue un scénario possible qui est certes exagéré, cela reste un roman, mais qui peut aussi servir de mise en garde contre une situation qui risque de dégénérer à tout moment si nos gouvernants, quels qu’ils soient, ne reprennent pas possession de la République laïque.
Riposte Laïque : Finalement, dans cet ouvrage qui court jusqu’en 2090, vous donnez comme seul avenir aux Français d’avoir le tiers du pays, dans le sud, sous domination islamiste, et les 2/3 Nord sous une espèce de dictature de type Big Brother. Pourquoi une vision aussi noire de l’avenir ?
Olivier Arnaubec : Parce que ce sont ces deux destins qui se dessinent. Je ne crois pas en la cohabitation entre un Islam conquérant qui se montre de plus plus intrusif dans l’espace public et une chrétienté sécularisée voire un athéisme angélique. Tôt ou tard, ça frottera et comme au Kosovo il faudra partager le territoire, les choses seront allées trop loin. Par ailleurs, les libertés publiques reculent car l’Etat omnipotent veut contrôler, surveiller les citoyens et pas seulement pour repérer les terroristes mais aussi pour traquer celui qui ne paye pas sa dîme, celui qui pense mal, celui qui n’est pas dans la ligne du parti. A ce petit jeu, il faut bien admettre que les socialistes sont les champions ! Ils viennent ainsi de réduire la possibilité de paiement en espèces à 1000 € sous couvert de lutte contre le terrorisme… c’est nous prendre pour des abrutis. Vous imaginez un revendeur de kalachnikov refuser des billets et demander un chèque parce qu’il a fixé le prix de l’arme à 1500 € ?
Riposte Laïque : L’avocat que vous êtes a imaginé une justice robotisée, avec une machine infernale rendant des verdicts automatiques, sans que les accusés ne puissent s’exprimer. C’est un délire amusant ou vous pensez réellement que notre justice s’oriente vers une telle caricature ?
Olivier Arnaubec : Depuis que j’exerce, j’ai toujours eu l’impression que dans certains domaines le verdict était écrit d’avance et que les gesticulations de la défense ou les démonstrations de l’accusé ne servent strictement à rien. La machine à juger est la consécration ultime de ce ressenti. D’ailleurs, soyons honnêtes, dans beaucoup de cas, si le prévenu n’avait pas d’avocat et qu’il restait muet durant son procès, le verdict serait le même.
Riposte Laïque : Le moment fort de votre livre se déroule dans votre ville, à Nice, où vous décrivez, avec nombre de détails, sur 100 pages, comment éclatera la guerre entre les Français et les musulmans. Sentez-­vous cette fiction se rapprocher et pouvoir devenir réalité ?
Olivier Arnaubec : J’ai parfois le sentiment diffus que tout peut basculer d’un moment à l’autre. Il suffit de se rendre dans certains quartiers de la ville pour constater que l’Occident n’y est plus présent. Plus une femme sans le voile, beaucoup d’hommes en djellaba. Il n’y a guère que le gouvernement pour nier que cette situation objective constitue un rejet du modèle socio-­culturel français. Et comme cette population anti-occident a tendance à s’étendre, nul besoin d’être Nostradamus pour prédire qu’à terme cela va provoquer des étincelles, en dépit des efforts désespérés des élus et de l’administration pour nous faire accepter la perte de notre identité.
Riposte Laïque : Quelles sont les premières retombées de votre livre ? La presse locale en parle-t-­elle ?
Olivier Arnaubec : Pas plus que la presse nationale car mon ouvrage fait l’objet d’une censure systématique. De par mon métier, je connais quelques journalistes mais tous m’ont fait part de leur refus de parler de mon livre au motif qu’il ne faut pas « attiser la haine ». Ils pensent qu’en pratiquant l’omerta sur certains problèmes, ceux-­ci vont se dissiper dans le brouillard de la propagande.
Riposte Laïque : Par ce titre provocateur « 2023 Le Mur», faites­‐vous passer le message que le vivre ensemble Français-­Musulmans n’est guère possible ?
Olivier Arnaubec : Plutôt que Français-Musulmans, je dirais « athées, chrétiens, laïques et musulmans » car, normalement, la nationalité ne devrait pas avoir de religion. Comme je le disais plus haut, la grosse difficulté avec l’Islam c’est qu’il n’est pas sécularisé. Il tente donc de s’imposer à travers son cortège incessant de revendications (halal, mixité, blasphème, etc.). Comme l’explique Zemmour, le catholicisme a été la religion de la sortie du religieux et l’Islam est celle du retour du religieux. Donc inévitablement ça frotte. Pour que la coexistence soit paisible et possible, il faudrait que les musulmans abandonnent leur volonté d’imposer dans l’espace public des règles venues d’autres contrées. Mais, manifestement, ils n’en prennent pas le chemin, bien au contraire.
Riposte Laïque : Que pensez-­‐vous, justement, du phénomène des murs qui se construisent, dans quelques pays, comme la Hongrie ou la Tunisie, pour empêcher la libre circulation d’êtres humains ?
Olivier Arnaubec : J’en pense qu’au delà du réflexe de protection économique, ces murs constituent une protection contre une menace socio-­culturelle. Le premier devoir du « réfugié » ou du « migrant » devrait être de remercier le pays d’accueil et de se mettre au diapason de son mode de vie. Au lieu de cela, l’expérience a démontré qu’en raison de la démission des pouvoirs publics et de l’avènement de la nouvelle religion du « vivre ensemble », les impétrants ne songent qu’à reproduire le modèle qu’ils ont quitté et in fine à contrarier et modifier les règle du pays qu’ils investissent. Le véritable noeud du problème se situe à ce niveau. Ainsi, je suis persuadé que des grands pays comme l’Allemagne ou même la France et l’Angleterre, peuvent encaisser le choc économique provoqué par l’afflux de migrants. Mais qu’en est-il du choc civilisationnel ? Certains se voilent la face et ouvrent leurs portes, d’autres érigent des murs car ils regardent la réalité en face. Certes, elle n’est pas forcément plaisante, elle n’est pas toujours très humaniste, mais si dans un premier temps, les migrants affichaient la volonté de s’intégrer je crois qu’ils recevraient un meilleur accueil. Vous voyez beaucoup de femmes opprimées par Daech qui une fois en Europe se débarrassent de leur voile Islamique comme des centaines de milliers d’Iraniennes rêvent de le faire ? La réalité est qu’à aucun moment ces migrants, aidés en cela par les islamistes déjà omniprésents en Europe, ne comprennent ou ne veulent admettre que leur modèle socio-­culturel est pour partie à l’origine de la situation qu’ils fuient. Ils ne se remettent à aucun moment en question, continuant de rendre l’Occident responsable de tous leurs maux alors qu’ils ne songent qu’à s’y
établir. Paradoxal, non ?
Propos recueillis par Pierre Cassen
Commander en ligne « 2023 Le Mur, d’Olivier Arnaubec :
https://ripostelaique.com/livres/2023-le-mur
Chèque : 18 euros, à l’ordre de Riposte Laïque, BP 32, 27140 Gisors

0
0

17 Commentaires

  1. « ou même la France et l’Angleterre, peuvent encaisser le choc économique provoqué par l’afflux de migrants. Mais qu’en est-il du choc civilisationnel ? » Ben non ! La France ne peut pas encaisser le choc économique. La preuve, elle subit l’invasion depuis 50 ans et elle est en ruine. Car moi je n’en doute pas un instant que la France doit son état de délabrement économique à l’immigration. En réalité, deux balles ont tué la France : le bac pour tous, les usines aux immigrés. La première incitant la seconde à faire toujours plus mal. Pas besoin de main d’œuvre étrangère tant qu’on garde un système éducatif sélectif ( et donc de haut niveau ) qui permet d’alimenter l’économie en main d’œuvre peu qualifiée et l’absence de chômage induite permet d’éviter le dumping social donc les travailleurs gagnent bien leur vie, il n’y a pas de dépenses sociales en allocations diverses, les caisses de l’état sont pleines, les services publics toujours publics et l’état peut investir dans ses grandes entreprises pourvoyeuses de structures comme Alsthom etc…
    Et ici, je n’ai même pas évoqué le coût économique du choc civilisationnel. Je ne sais pas si les économistes en tiennent jamais compote, mais il est énorme. Le prix de la délinquance en particulier, de l’adaptation, de la nécessité de multiplier le personnel enseignant de façon exponentielle pour éviter trop de meurtres à l’école etc … etc…
    C’est trop tard pour réécrire l’Histoire, mais un jour quelqu’un m’a dit que c’était de Gaulle qui avait le premier tiré ces deux balles. Comme je n’y connais rien en Histoire, je ne sais pas ce qu’il en est mais je n’ai jamais pu vérifier cette info.

  2. Exact, les « gauchos au falot » et « le Couffin ou le linceul » n’ont jamais été si proches car à force de pousser les gens à bout il deviennent méchants

  3. Il faut que ça bascule vite, très vite et avant que nous ne puissions plus le faire ! Notre avenir est en jeu !!!

    • @JEAN PN,
      regarde ce qu’ils ont fomenté pour leur filer le droit de vote et se faire élire à nouveau :
      « LOI n° 2015-852 du 13 juillet 2015 visant à la réouverture exceptionnelle des délais d’inscription sur les listes électorales »
      ils ont près de deux ans pour favoriser la déferlante et régulariser à gogo leurs futurs électeurs.

      • Au train où nous allons je ne pense pas que la France tiendra encore deux ans. Si oui, ce ne sera pas avec les gouvernants actuels !

  4. « Olivier Arnaubec : Parce que ce sont ces deux destins qui se dessinent. »
    ————————–
    Cher Maître,
    ce « destin » ne se dessine pas. il est en cours d’exécution.
    La France de Hollande en a pris acte un soir, à la Bastille, cernée par une forêts de drapeaux étrangers qui fêtaient la victoire des « conquérants » qui ont élu leur « imam-flamby », chargé de finir « le travail » des saoud-qatari-algérie-maroc-tunisie-CFCM-UOIF.
    Si les « Gavroches » de 1832 voyaient ça…

  5. Dans un pays démocratique  normal,  vous devriez pouvoir débattre avec des journalistes et contradicteurs et le citoyen s’en nourrir pour se forger ou conforter son opinion dans un sens ou un autre.
    Mais nous sommes malheureusement dans un pays qui n’est démocratique qu’en apparence, où les seuls « démocrates » sont ceux qui pensent et agissent selon les prescriptions des élites politico- médiatiques.
    Si vous sortez du cadre prédéfini, ils vous éliminent, vous effacent des écrans.vous devez pratiquer l’auto-censure , sinon, votre carrière s’arrêtera au moment même ou vous aurez dépassé les limites autorisées.
    Comment imaginer en France, un chanteur, un acteur ou un journaliste, déclarer une convergence d’idées, une sympathie, pour le FN par exemple ? Celui ou celle qui oserait cela, serait irrémédiablement rayé des listes, condamné, sali par les bien-pensants !
    Voyez monsieur Honfray, qui est sorti du cadre avec ses propos sur l’islamisation, devenir suspect, persona non grata, et, s’il n’y prend garde et ne s’excuse pas publiquement de ses errances, il disparaîtra médiatiquement.
    Mme Céline Pina, élue PS, est en train également d’en faire l’amère expérience . Osez dénoncer l’islamisation de notre pays et les compromissions des politiques avec les islamistes ! Folies que voilà madame , vous êtes virée ! 
    Merci à vous et à tous ceux qui comme vous, osent dire la vérité. Le mur de la bien-pensance se fissure peu à peu. Il est grands temps qu’il s’écroule !

  6. Merci MAITRE de dire ce que je pense depuis longtemps, je suis 1/2 italienne, 1/4 française et 1/4 péruvienne mais avant tout NICOISE.

  7. je dois avouer (etant du sud )que votre ouvrage me laisse un malaise
    ainsi nous abandonnerions,nice,Toulouse,bordeau ,a l’ennemi ?…ne pensez vous pas que cette situation amenerait les russes a intervenir,peut-étre pas dans un reflexe fraternel ,mais pour leur propre securité ? il est certain que nous assistons aux premisses d’une nouvelle guerre civile européenne a caractére balkanique : la guerre de tous contre tous.nous allons avoir aussi a combattre les felons dans nos rangs symbolisés par des juncker et des corbyne
    etant du genre pessimiste actif je prevois quelques dizaines de millions de morts ..mais finalement rien de bien nouveau pour un continent qui a connu 2 conflits mondiaux…

  8. Bonjour,
    Votre livre est un roman, mais je ne suis pas d’accord avec la vision d’un mur de séparation, d’une frontière linéaire. La réalité est celle d’une « peau de léopard », des bulles déjà hors contrôle de l’Etat, qui ne peuvent que s’étendre. Militairement parlant (car nous en sommes là comme en Hongrie) il est possible de maîtriser car les « taches » sont encerclées, et « l’interland » est vaste.

  9. je crois que tout le monde a l’impression que « tout peut basculer en un instant » – on se demande ce qui va, sans doute à l’improviste, être l’étincelle qui va mettre le feu aux poudres… Je crains même qu’il y ait des gens tellement exaspérés qu’ils l’attendent comme une délivrance du genre « qu’on en finisse une bonne fois pour toutes… 🙁 assister, impuissants, à cette lente progression … c’est pas qu’on ne le savait pas, ça fait des années qu’on le dit… effrayant…

    • oui il faut que cela pête..on attend le nouveau gravilo prinzip avec soulagement ! ,mais comme je le dis ce n’est que la continuité logique de notre histoire faite de bruit et de fureur,…

Les commentaires sont fermés.