J’ai osé renvoyer dos à dos le nazisme et le communisme…

Je suis une poétesse amateur de 38 ans, bipolaire et autiste. Jusqu’à présent, pour mes poèmes, je me contentais de traiter de l’intimité, de l’art ou de l’érotisme. Je n’avais alors rien écrit d’engagé hormis un hommage à Samuel Paty.

Lors d’une de mes phases hautes, telles qu’en connaissent les bipolaires, j’ai écrit en huit jours un recueil de poèmes. Avec des alexandrins, des rimes croisées et des quatrains, il représente une masse de travail importante, exécutée très rapidement

J’ai choisi comme thème le nazisme, ou plutôt ce thème est venu s’imposer à moi. En effectuant des recherches pour un autre de mes livres, en me penchant sur le docteur Asperger, l’homme qui décrivit le type d’autisme dont je suis atteinte, je me rendis compte qu’il s’agissait d’un nazi actif et eugéniste. J’ai commencé à rédiger un poème pour exorciser ma colère et ma peine. Par la force des choses, j’ai commencé à m’intéresser à différents aspects du nazisme, jusqu’à en rédiger un recueil entier.

Au moment de rédiger ma préface, je me rendis compte que j’avais bien traité de nombreuses thématiques du nazisme mais que j’avais négligé son antagoniste tout aussi totalitaire : le communisme. Je choisis d’expliquer que j’éprouvais de la défiance et de la répugnance pour les deux idéologies. Je choisis de me positionner avant tout comme quelqu’un de sensible à la souffrance humaine. En essayant maladroitement de réparer ma négligence, je dédiai mes poèmes à la fois aux victimes du nazisme et du communisme.

J’ai présenté mon livre sur Facebook à mes amis. Je leur envoyai le lien du manuscrit en message privé. Un contact, une personne de la mouvance indigéniste, voulut me faire le reproche de faire la part trop belle à la Shoah. Évidemment, je ne suis pas dupe de son antisémitisme sous-jacent.

Mais cette personne tenta tout de même de lire mon livre. Sauf qu’elle s’arrêta à ma condamnation du communisme. Elle demanda, sur une de mes publications publiques, si je mettais sur le même plan le communisme et le nazisme. En tant qu’autiste, je ne maîtrise pas assez l’art de la dissimulation pour contrer la perfidie. Je lui répondis que je mettais effectivement le nazisme et le communisme sur le même plan.

Elle n’attendait que cela pour m’attaquer. Elle affirma que je faisais du révisionnisme et que c’était minable pour les victimes. Tiens donc, les Juifs, qu’elle honnit d’habitude, la préoccupaient à présent…

Une autre amie Facebook, dans une atmosphère de procès stalinien, me somma de m’expliquer. Que lui dire, à part que je constate que ces deux idéologies ont commis des crimes effroyables. Mais je n’allais certainement pas me parjurer. Cette amie, me considérant désormais comme une pestiférée, me déclara qu’elle rompait notre relation pour rester « droit dans ses bottes ». Je ris intérieurement à cette expression, « droit dans ses bottes » pour une personne qui se dit antinazie, alors que son expression rappelle irrésistiblement le « bruit des bottes ». Ça sentait quelque chose de pas très humaniste symboliquement parlant. Une chose dont elle n’a elle-même pas conscience, la noirceur de l’âme humaine.

En analysant, je pense que cette personne, au fond d’elle-même, ne désirait pas me lire, sinon sa peine pour les victimes aurait dépassé son déplaisir par rapport à mes considérations sur le communisme.

Cette intransigeance, ce refus de ressentir de la compassion envers toutes les victimes, cette crispation sur une posture idéologique me désolent profondément. J’essaye de voir l’Histoire en face, hors des préjugés et il n’existe pas pour moi de victimes encombrantes. J’ai grandi  dans une famille de gauche et je me suis affranchie de mon héritage politique. Je me préoccupe avant tout de la justice. Mais je constate que pour tous ces gens qui se prétendent humanistes et qui ont souvent une sensibilité de gauche, voir en face la nocivité d’un système leur paraît une agression et une ignominie. Les réactions de rejet et de crispations me confortent dans la justesse de la démarche et un jour, je rattraperai mon erreur de ne pas avoir abordé le communisme.

Lætitia Paul

image_pdfimage_print

11 Commentaires

  1. bronstein oulianov zinoviev ont mis en place un régime qui préfigure celui des socialistes nationaux 15 ans plus tard.
    les deux régimes ont bénéficié des largesses de la finance américaine ainsi que de la technologie américaine avec albert kahn gm, ford etc
    les deux régimes ont coopéré
    les photo de Russie montrant les exactions bolcheviques préfigure ce qui aura lieu plus tard ailleurs

  2. Bravo, Laetitia, malgré l’adversité, continuez à développer votre créativité et à rechercher la Vérité qui rend libre !

  3. Bravo! Que c’est bien dit. Si vos « amies » d’obédience communiste et autre ideologie totalitaire n’ont pas saisi votre approche, c’est manifestement que la fidélité à ces idéologies (leur religion en d’autres termes) est pour elles plus improtantes que les indicibles souffrances qu’elles ont infligé à l’humanité. En bref: elles appliquent la règle du deux-poids deux-mesures et ferment les yeux (et jouent même les offensées) quand vous leur faites remarquer que leur religion a causé des millions de victimes (pour la Shoah) et des dizaines de millions pour la terreur stalinienne. Il ne vous reste plus qu’à mettre dans le même sac la terreur islamique, qui elle a causé autour des 250 millions de victimes depuis la création de cette pseudo-religion dont l’idéologie est aussi totalitaire.

  4. Rien de nouveau, ma chère Lætitia.
    L’idéologie gauchiste ne se préoccupe en aucun cas du monde réel mais de ce que lui commande son « logiciel ». Donc si les deux ne concordent pas, c’est le réel qui est faux, et jamais le « dogme ». Ayant grandi dans une famille communiste, j’ai observé cela toute ma vie.
    Mais les faits sont têtus et le réel finit toujours par gagner. Moi j’aime bien les chiffres qui sont plus difficilement contestables que les idées :
    – Nazisme : environ 50 millions de morts (en 15 ans environ).
    – Communisme : au moins 100 millions de morts dans le 20ème siècle.
    – L’Islam a fait beaucoup plus que ces deux là réunis en 14 siècles, mais là je n’ai pas les chiffres.
    Tout ça fait très mal à entendre pour tout gauchiste…

  5. Le point commun des deux organisations est le marxisme, et comme le disait kroutchev: le marxisme de staline est le premier progressisme!
    Quant aux juifs ils ont eux aussi leurs bolcheviks, haineux des nations, aujourd’hui au CRIF ou à la LICRA

  6. Le communisme a un point commun, si je puis dire, avec le nazisme, qui est l’éradication des mal-pensants, ou déviationnistes. L’islamisme fait de même, mais avec un but religieux. Le résultat est le même en ce qui concerne le génocide des mal-pensants, malgré des divergences doctrinales.

  7. Vous devriez juste lire des livres, vous renseigner un petit peu . Cela vous éviterait de confondre stalinisme et Communisme, et donc, de faire des parallèles foireux. Le Marxisme est une philosophie assez riche et complexe, un mode de raisonnement qui méritent autre chose que des préjugés et du vomi. C’ est un Communiste qui vous le dit, gentiment 😉

  8. Jeu des 7 familles socialistes. Le grand-père : Karl Marx, la grand-mère : la guerre de 1914-1918, les pères : socialistes internationalistes (communistes), socialistes-nationaux suprémacistes (nazis), la mère : la démagogie (l’envers de la démocratie), les fils : maoistes, antifas, les filles : l’écologisme, les variations autour du genre, et … L’Union européenne actuelle : un socialisme de redistribution inter-ethnique et liberticide. Ironie de l’Histoire, c’est la chasse à l’EXtrême Droite, elle même étendue à tout ce qui n’est pas assez progressiste, qui nous amène à la tyrannie actuelle. Au nom de la lutte contre la nazisme, péril étendu au fascisme, et banalisé à toute revendication identitaire. On ne réduit pas impunément la liberté des dissients sans réduire sa propre liberté !

    • Le NSDAP n’ a jamais été un parti socialiste. Au contraire, il a toujours tapé sur les sociaux démocrates et les communistes. Fondamentalement, le NSDAP était un parti au service des industriels, des grands propriétaires fonciers, et ce sont bien ces gens là qui ont adoubé Hitler. Crise économique oblige, il leur fallait un homme fort au pouvoir, capable de mettre au pas la classe ouvrière et ses militants les plus conscients (à l’ époque, le mouvement ouvrier était très puissant en Allemagne), de mener une guerre pour avoir des débouchés économiques, l’ étatisation (dans un sens capitaliste), le protectionnisme, s’ avérant insuffisants.

  9. MERCI D AVOIR DECOUVERT L EAU CHAUDE LIVRE LE PRINCIPE DE LUCIFER BLOOM ET AUTISTE J EN DOUTE PEUT ETRE SURDOUEE HAUT POTENTIEL SOYEZ PLUS REALISTE LAISSEZ TOMBER LES HUMANOIDES DEGENERES LES CINQ ESPECES ET CHANGEZ DE VIE

  10. et pour le livre voir video jovanovitch s extasiant sur un auteur ignare ayant lui meme deconvert l eau chaude et pour l art mettez en pratique pour le changement de vie ex ACHAT KENDI MING 1 EU vendu 1000EU sinon allez au zoo chez les chimpanzes pour leur communiquer vos theories un lieu allez A MERA LUNA AVEC VOS SEMBLABLES OU CASTLEFEST

Les commentaires sont fermés.