J’ai passé une journée inoubliable avec la rédaction de Riposte Laïque


Persuadez un peuple entier que le diable existe, désignez-lui un arbre et dites : « C’est le diable ! » Il le croira, quand bien-même ce ne serait qu’un arbre parmi tant d’autres, ni plus ni moins.

Certains me diront que ça c’était valable en des temps reculés, quand les superstitions régnaient sans partage. Et moi, je répondrai que, loin de la lande de Lessey – « la terrible lande » si chère à Barbey D’Aurevilly – ou la forêt de Brocéliande, des croyances se répandent plus que jamais, qui tendent à faire peur à la plèbe pour la contenir dans une soumission quasi mystique au mondialisme et ses avatars destructeurs, dont l’immigration musulmane n’est pas la moindre. Sachant que : « La mondialisation consiste à faire fabriquer par des esclaves pour vendre à des chômeurs » (Marine Le Pen).

Ainsi, pleuvent des bouches médiatiques quelques expressions anachroniques, jetant l’anathème sur les déviants du système tout en prophétisant la peur. Gare à « la bête immonde », aux « Chemises noires », etc. !
Maurice Bardèche – collabo et négationniste notoire, hélas fin littéraire ! – écrivait que « tout fascisme est une religion ». Ce clergé mondialiste a bien appris la leçon et s’institue précisément religion fasciste d’État.
Mais qu’en est-il vraiment ? Laissez-moi vous raconter…

Il pleuvait sur Paris ce samedi-là lorsque j’entrai dans un café-restaurant des quais de Seine. Je me rendais pour la première fois à une réunion de la rédaction de Riposte laïque. En effet, malgré mes trop nombreux articles rédigés pour ce site de réinformation – si je me réfère aux récentes déclarations du MRAP ! –, je n’en connaissais pas les membres, à quelques rares exceptions près. Allais-je voir refleurir, dans la salle de l’établissement louée pour l’occasion, des croix gammées, des francisques pétainistes, voire des insignes du Ku Klux Klan ?

Malheureusement pour les progressistes avides de ces sortes de choses plus qu’ils ne les combattent, puisqu’elles alimentent leur fanatisme comme une prétendue sorcière excitait l’inquisiteur, il n’y eut rien de tel.

En lieu et place d’extrémistes, je découvrais des hommes et des femmes – lesquelles n’étaient pas assignées au rôle de potiche ! – portant, comme chacun de nous, le bagage d’une vie plus ou moins longue et difficile, craignant pour l’avenir d’une terre qu’ils chérissaient entre toutes : la France, honnie par ces pourfendeurs de l’identité nationale.

Là j’entendais un généreux accent du Sud, appartenant à un ancien élu, laïque jusqu’au bout des ongles mais ne rechignant pas, au contraire, à reconnaître le socle chrétien – parmi d’autres, précisait-il – de notre pays. Ici, un petit bout de femme qui, entre deux réflexions politiques, me contait humblement son dévouement de grand-mère pour un petit-fils plus fragile que la moyenne, les yeux brillants quand elle en parlait. Plus loin, un couple, venu de cette région normande que j’affectionne tant, se dévouait sans ostentation à une cause : lutter contre un obscurantisme grimé en religion de tolérance, comme le loup se déguisait en mère-grand pour duper le petit Chaperon rouge ! Une autre femme, pétillante et timide à la fois, forçait le respect pour ses investigations sur le terrain toujours honnêtes et son style juste et incisif. Enfin, tous le méritaient, ce respect.

Il y en avait d’autres, venus raconter leurs luttes, comme celui-ci ayant courageusement confondu la Mairie de Paris et ses accommodements déraisonnables avec l’islam. Pour une fois, le pot de terre avait tenu bon contre celui de fer ! Un intervenant nous révélait la supercherie, vérifiée sur place par ses soins, du prétendu chaos depuis l’arrivée de Trump au pouvoir. Chaos abondamment relayé, entre autres, par des médias français aux abois, comme vient encore de le démontrer Anne-Sophie Lapix en éreintant un Florian Philippot par ses gamineries ineptes. Un Français d’origine tunisienne, légitime entre tous à parler des dégâts de l’islam, était aussi de la partie. Car dans cette assemblée, nous n’étions pas tous blonds aux yeux bleus, loin s’en faut ! Autrement dit, nous étions la vraie diversité française, qui se retrouve toujours dans la France charnelle.

Des échanges musclés fusaient, notamment autour du soldat Fillon. Preuve qu’il n’existait pas de ligne idéologique rigide. D’ailleurs, nous fûmes forcés de reconnaître que nous étions une bande d’anarchistes du point de vue de l’organisation, comme nous le fit savoir avec humour le responsable de la rédaction ! Des Gaulois d’un fameux village d’Armorique en somme, plus motivés par un bon repas qu’une envie de casser, brûler et tuer !

Au fait, est-ce idéologique de vouloir vivre comme ses ancêtres sur leur terre ? À voir !
En repartant, je me disais que, au moins pour ça, le combat méritait d’être mené contre une religion intrusive et inassimilable à ce modèle que le monde nous envie.

Etait-ce vraiment ces gens-là qui représentaient un danger pour l’équilibre du pays et que le régime autocratique socialiste accablait sans relâche ? À cette question, j’avais la réponse toute trouvée, superbement énoncée par Sébastien-Roch Nicolas de Chamfort : « En France, on laisse en repos ceux qui mettent le feu, et on persécute ceux qui sonnent le tocsin. »

Charles Demassieux

image_pdf
0
0

5 Commentaires

  1. Article sympathique avec une superbe « chute »,mais on ne veut pas qu’on réserve au barde le même sort que dans le village gaulois évoqué!

  2. La citation en fin d’article démontre bien ce qui se passe en FRANCE, c’est à hurler de rage, contenue pour le moment.

  3. Bel article , ou vieux lecteur de RL j’ai reconnu tout le monde. Vous avez eu l’immense chance de partager un repas avec des gens de valeur.Qui tous les jours nous remettent les idées en place.Mon seul regret c’est qu’il n’y ait pas assez de lecteurs de RL , pour faire comprendre au reste des Français que voter Macaron est pure folie.

  4. cette redaction si bien décrite me rappel fortement les classes de cette école des années 50/60 que j’ai bien connu, et aussi la chambrée que j’ai côtoyé lors de mon service militaire, en resumé la France vraie et authentique, ca fait chaud au coeur…

  5. Tout cela est bien calcule depuis des annees Diviser pour mieux regner, et apres ca parle du bien vivre ensemble! Quel foutage de gueule! mais heureusement pour ne pas dire grace a Dieu une partie de la France part en resistance contre tous ces collabos bobos et idiots utiles pour l’instant nous n’avons que les mots pour nous defendre mais bientot se sera des maux! Quel paisir d’enfin voir les choses bougees! Nous sommes a un grand tournant et Rien ne pourra arreter le tsunami patriotique, ce n’est que le debut d’un profond changement,

Les commentaires sont fermés.