J’ai rêvé que Caroline Fourest posait seins nus pour l’émancipation de toutes les musulmanes !

Dès le premier numéro de Riposte Laïque, j’avais publié une sorte de déclaration solennelle : « Voiles, burkas et tchadors, je vous hais ». Par ailleurs, j’ai toujours affiché mon admiration devant la célèbre Liberté guidant le peuple. Nous en avions fait notre porte-drapeau avec le slogan « Ni voile, ni burka ». Lors des manifestations j’enchaînais : « L’islam ne passera pas ! ». Ce n’est pas uniquement un choix esthétique, mais c’est aussi une éthique. Le Vrai, le Beau et le Bien vont, bel et bien,  ensemble.

La Liberté guidant le peuple
La Liberté guidant le peuple

Tout le monde savait et les militantes du Femen voyaient que, partout dans le monde, l’islam a toujours eu (et il a toujours) un sérieux problème avec le corps et plus particulièrement avec celui des femmes.

Hayek algérien
Voile intégral algérien, connu bien avant que les généraux et M. Sifaoui ne nous dupent avec des termes comme « islamistes » ou bien « wahhabites »

C’est Mahomet le premier, qui donna le mauvais exemple : à Médine, sa dizaine de femmes étaient  casées autour du préau de la mosquée, là où séjournaient de pauvres immigrés musulmans, sans le sou et, par conséquent, sans femmes. Ainsi, le Coran édicta et Mahomet promulgua un décret interdisant à ces hommes de s’adresser aux femmes du prophète sans qu’elles ne soient séparées d’eux par des hijâbs. Ici, ‘jalousies’ rend mieux ce terme que le mot ‘voilages’. Cet interdit fut élargi pour inclure toutes les musulmanes qui, depuis cette sombre histoire d’un prophète jaloux, transportent leurs rideaux sur le dos.

Le printemps tarde à arriver

A Riposte Laïque, nous ne comprenions pas pourquoi ces militantes du Femen, qui se déclarent féministes, n’allaient pas dénoncer le sort réservé aux musulmanes en investissant au moins la devanture d’une mosquée en France, en Russie ou dans un autre pays européen ! Nous leur déconseillerons d’aller à l’intérieur de ces mosquées : elles subiraient un sort cruel qu’on peut facilement imaginer. J’étais plutôt étonné de constater qu’au lieu de cela, elles allaient taquiner les nouvelles cloches exposées à l’intérieur de l’église Notre Dame à Paris.

Libérez Amina

Mais enfin, il ne faut jamais désespérer et il n’est jamais trop tard pour bien faire ! Il a fallu qu’une militante tunisienne du Femen soit séquestrée par sa famille, probablement pour échapper à un lynchage garanti, pour que quelques Femen parisiennes se manifestent devant la grande mosquée de Paris. Symboliquement, elles ont bien fait de brûler le drapeau noir du djihad hérité, bien évidemment, de Mahomet.

Espérons que cette courageuse action nous annoncera bien d’autres et un beau, vrai printemps pour l’émancipation de la  musulmane. TF1-News rapporte que « Caroline Fourest pose seins nus sur Facebook en soutien à la Femen tunisienne« .

De quoi me réjouir le cœur et me réconcilier avec cette dame qui avait repris dans sa revue Prochoix un de mes articles publié par Charlie Hebdo, journal où elle travaillait.

Mais j’espère que Caroline, Amina et leurs copines du Femen militeront non seulement pour l’émancipation des potentats nord-africains, mais aussi du potentat en chef, Mahomet, mort il y a plus de quatorze siècles. Les musulmanes et leur progéniture n’ont que trop tardé à l’enterrer pour s’en libérer. Et de son spectre et de son idéologie misogyne et totalitaire : l’islam, la soumission en bon français.

Ce n’est qu’après cela que le printemps des musulmanes et des musulmans pourrait enfin commencer.

Pascal Hilout

J'ai un rêve - I have a dream
J’ai un rêve – I have a dream

Mon corps m’appartient. Il n’est l’honneur de personne !
image_pdfimage_print