J’ai voté blanc et j’approuve la lucidité d’Anne Zelensky sur ce qu’est devenue la gauche

Publié le 23 avril 2012 - par - 863 vues
Share

Bravo Anne pour ton article et ton témoignage sur l’histoire du féminisme que nous avons vécue ensemble, collées aux idéaux de gauche comme tu l’expliques, pour changer la vie. Comme toi, j’ai observé l’application de la règle « faites ce que je dis et ne regardez pas ce que je fais ». Comme toi, j’ai subi des procès staliniens et, comme toi, je me suis rapprochée de Riposte laïque -l’initiative de gauche la plus intelligente de ces dernières années-  et j’ai pris mon indépendance vis-à-vis de toutes les grandes et petites inquisitrices staliniennes du politiquement correct. Comme toi je n’ai pas voté pour la gauche, ni pour la droite. j’ai voté blanc et je ne ferai pas l’oie blanche devant les shows électoraux des médias avec  les mêmes mâles experts et les mêmes mâles animateurs qui inviteront toujours les mêmes mâles à la vacuité abyssale. Il n’auront pas mon « espace de cerveau disponible ».

Je n’ai pas voté pour Marine Le Pen même si je la trouve sympathique et courageuse et si, comme Ségolène Royal il y a 5 ans,  elle met en avant les réalités quotidiennes du pouvoir d’achat, de la famille, de l’éducation et des handicaps. A la différence de Virginie Joly, je pense que le FN n’est plus le chantre du racisme et de l’antisémitisme et qu’il a été sérieusement surpassé par les fachos de gôche. Le hic, c’est le programme du Front National qui est inféodé au Pape et a l’intention de freiner l’éducation à la contraception, étrangler les centres d’orthogénie qui sont déjà exsangues, inciter les femmes à quitter la vie active pour s’occuper de leurs enfants et se consacrer à leur époux et rester ad vitam la boniche de leur cher et tendre qui les quittera à l’heure du démon de midi pour les jeter dans le tourbillon du « retravailler » à 45 ans sans expérience professionnelle. Un divorce pour 5 mariages est tout de même une réalité qui affecte l’indépendance économique des femmes et doit absolument être sérieusement considérée.

Je pense aussi que « quitter l’euro » et l’Europe est un prix d’appel complètement irréaliste et que c’est de l’intérieur des institutions européennes qu’il faut changer les choses, avec des champions et des championnes de notre cause et pas des députés européens fantoches comme les Dati ou autres Cambadélis.

Anne, je suis avec toi dans la lutte féministe, une lutte ardue et infinie dans laquelle les meilleures amies ne sont pas toujours celles que l’on espère.

Alice Braitberg

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.