J’ai vu « American Sniper »

Publié le 22 février 2015 - par - 3 192 vues

Autant l’avouer tout de suite, je suis un fervent admirateur de Clint Eastwood depuis ses débuts.

Je l’ai admiré en tant qu’acteur. Je l’admire encore plus comme réalisateur et son dernier opus, qui fait un tabac aux Etats-Unis au grand dam de la vérole gauchiste emmenée par Michaël Moore, est un chef d’oeuvre sur la complexité des sentiments d’un citoyen patriote, désireux de défendre son pays contre la barbarie sans y sombrer lui-même.

Peu importe la couleur politique de Clint Eastwood, peu importe qu’il aime les armes et la violence ou qu’il les déteste. Il vit dans le monde réel et il dépeint la démocratie américaine telle qu’il la voit, avec ses excès et ses contradictions, mais toujours l’oeil acéré et avec une grande indulgence pour l’homme, le citoyen, le père de famille, le patriote qui croit en des valeurs et entend les défendre quoiqu’il arrive.

Tout se résume dans ce que le héros du film, Chris Kyle magistralement interprété par l’excellent acteur Bradley Cooper qui mériterait bien un Oscar, répond à son épouse qui lui reproche de délaisser sa famille pour ses frères d’armes : « nous sommes là-bas pour lutter contre la barbarie et éviter qu’elle ne se répande un jour sur le sol américain et vienne menacer nos familles et notre démocratie » (je ne cite pas au mot près, mais c’est l’idée).

Je pense que les Français devraient bien réfléchir au message véhiculé par ce film qui mérite d’être vu en famille (mais peut-être pas avec de trop jeunes enfants), n’en déplaise au sénateur lèche-babouches UDI Yves Pozzo di Borgo.

Bernard Campan

Print Friendly, PDF & Email

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi