J’ai vu un héros, un vrai : « Sully » par Clint Eastwood

Publié le 6 décembre 2016 - par - 19 commentaires - 1 626 vues
Traduire la page en :

cinemaJe suis sorti du cinéma en ayant l’impression que le monde était soudainement devenu meilleur…
Je déchanterai sûrement très vite mais, Dieu me savonne, quel bien ça m’a fait !
On peut dire ce qu’on veut des américains mais ils savent raconter de belles histoires, surtout quand ils font appel à un réalisateur aussi talentueux que Clint Eastwood, vous savez, le facho qui s’est réjoui publiquement de l’élection de Donald Trump…

Cette histoire-là, c’est celle de Chesley Burnett Sullenberger, surnommé Sully par ses pairs, ancien pilote de chasse de l’US Air Force reconverti en pilote de ligne pour le compte d’US Airways et expert en sécurité aérienne.
Sully, c’est ce pilote qui a posé en vol plané, le 15 janvier 2009, son Airbus A320 sur l’Hudson, près de New-York, où il a été obligé d’amerrir en catastrophe après l’extinction brutale de ses deux turbo-réacteurs à la suite d’une collision avec un vol d’oies bernaches survenue peu après le décollage.

Ce pilote expérimenté a dû, en quelques instants, prendre une décision qui engageait sa vie, celle de son équipage et celle des 150 passagers qui se trouvaient à bord, immense responsabilité.
Il avait beau avoir à ses côtés un copilote compétent, toute une batterie d’experts au sol pour le guider vers une piste de secours et une batterie d’instruments électroniques pour analyser la situation en vol, la décision qu’il a prise, seul maître à bord après Dieu, il était le seul à pouvoir la prendre et il l’a prise, et de quelle manière !

Les 155 personnes à bord de l’avion (lui compris) ont toutes eu la vie sauve, les secours étant intervenus en un temps record et l’aéronef piloté de main de maître ayant surnagé suffisamment longtemps. Sully a été le dernier à quitter l’appareil après avoir vérifié qu’il était complètement évacué.
Cet exploit a été salué aussitôt par le monde entier… mais du bout des lèvres par les autorités aériennes qui ont très rapidement constitué une commission d’enquête sur les circonstances de l’accident. Cela n’avait rien d’anormal en soi, mais ses conclusions « orientées » tendaient, comme c’est trop souvent le cas, à prouver qu’il y avait eu défaillance humaine de la part du pilote.

Les différentes simulations opérées pour reconstituer l’accident avaient juste omis un détail d’importance, le fameux « facteur humain », les quelques instants où le pilote, seul face à lui-même, doit opter pour la moins mauvaise solution, celle que personne ne lui sert sur un plateau comme on peut le faire avec un simulateur. Ces quelques instants ont fait toute la différence entre l’homme et la machine, entre la vie et la mort, et ont permis de sauver 155 âmes… c’est ce qu’a brillamment réussi à démontrer Sully à la commission d’enquête.

Je crois que nos politiciens seraient bien inspirés d’aller voir ce film, ça les aiderait sans doute à comprendre bien des choses et en particulier que lorsqu’on prétend vouloir gouverner un pays, il est de la responsabilité de ses dirigeants d’emmener leur plan de vol, de garder le cap et de l’amener à bon port avec tous ses concitoyens à bord et ce malgré les embûches. Ils doivent respecter le contrat moral qui les lie à leurs électeurs, comme Sully a respecté celui qui le liait à ses passagers en les gardant tous en vie dans les pires conditions.

C’est le facteur humain qui permet d’ignorer les pièges de la technocratie, c’est le facteur humain qui transcende la volonté politique, c’est le facteur humain qui permet de ne pas se trahir soi-même en trahissant les autres et qui fait qu’on ne renonce pas, dans la honte, à briguer le renouvellement de son mandat…

Bernard Campan

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Huet briend francoise

Nous venons de voir çe magnifique film ! Thom HANKS campe un personnage sensible réactif conscient du danger et de ses responsabilités nous avons

beaucoup,aime et vous recommandons “Sully” le film de Clint EASTWOOD qui dépeint la vie d un homme ayant 40 ans de professionnalisme qui lui ont permis de sauver 155 passagers d une mort certaine ! Tout y est suspense

décision à prendre sauvetage mais chut je ne vous en dis pas plus !!!…

Le problème est que les “pilotes” de notre pays ont été formés pour “crasher” l’avion, pas vraiment pour le mener à bon port.

JCML

Très bon film, sobre, sans flagornerie, comme son réalisateur Clint Eastwood. Rien à dire de plus.

Dommage que le rôle principal soit confié à cette ordure de Tom Hanks, gauchiste pro immigration, mais surtout ….pour l’Europe.

Donald

Une ordure de gauchiste cornaquée par une saloperie de facho, c’est ce qu’on peut appeler dans le cas précis un cocktail explosif et réussi ! Heureusement que le talent réussit à transcender les idées politiques, sans cela il ne se réaliserait pas beaucoup de films…

La_Soupape

Ouais enfin pour le “saloperie de facho”au sujet de l’immense Clint, j’ai la faiblesse de croire que c’est du second degré sinon j’appelle ça de la pure connerie et encore plus pour les layekeurs !!!

Donald

“Vous m’avez compris !” (Charles de Gaulle)

jan le Connaissant

Puisqu’on parle de film, et de grand film, je vais me permettre de vous en citer un, sorti le 4 dec 2016
Il s’agit de ” A Street Cat Named Bob ” un chat des rue nommé Bob, en français
L’histoire d’une rencontre et d’une amitié sans faille, entre un drogué des rues et un chat errant, à Londres
Ce chat va permettre à notre héros humain de s’en sortir. C’ est tiré d’une histoire vraie,raconté d’abord dans un livre best seller !
Le chat dans le film et le chat réel de l’histoire. Faudra attendre un peu pour que le film soit doublé en français. Mais si vous comprenez l’anglais…
Un des trailers: https://www.youtube.com/watch?v=s13Fnj8LzD8
Autre : https://www.youtube.com/watch?v=bstDt950eAs

jan le Connaissant

y’a des gens qui n’aiment pas les chats ,ici, comme les musul n’aiment pas les chiens…
les chats sont meilleurs que ces gens là !….

Bad Man

Il me semble que certaines expressions ont été plagiées (du Saint-Exupéry) mais ce n’est pas très grave, bon article.

Bernard Campan

Je n’ai jamais lu Saint Exupéry et je ne m’en excuse pas.

jan le Connaissant

” je ne m’en excuse pas ”
pourquoi, ce n’était pas une remontrance ? !….

montecristo

Réponse imbécile …

jan le Connaissant

Un héros !
J’ aurais une pensée pour ces oies qui ont dues se faire déchiqueter… Pauvre oies
N’oublions pas qu’elle sont dans leur domaine, et que l’homme est un peu un intrus..
Une pensée pour ces oies.

jan le Connaissant

a des gens qui n’aimes pas les oies, ici comme les musul n’aiment pas les chiens…
les oies sont meilleurs que ces gens là !….

Anne Lauwaert

J’ai l’impression que chez de nombreux politiques le facteur humain salvateur n’intervient que quand ils sont déjà crashés par terre et que leurs carottes sont cuites.

jpc

Mr Campan tout est dit et si bien dit! Votre article est sincère et émouvant à la fois,,nos ringards de politiciens véreux et pourris jusqu’à la moelle peuvent “en prendre de la graine” respect!

Aldo Maccione

Je suis allé voir ce film : une véritable leçon de vie pour tous les critiques à la mode qui estiment que nos pilotes de ligne sont des enfants gâtés et surpayés… J’achèterai le DVD dès sa sortie.

Je peux pas lire l’article parce que je l’ai pas encore vu.

Lire Aussi