J’aimais bien Cabu, j’aime moins sa veuve et son avocat Binet…

Publié le 9 avril 2016 - par - 9 commentaires - 1 922 vues
Share

valisebilletsJ’aimais bien « Cabu » par ses dessins sans fioritures mais d’une grande expression. Il en est un qui, pour moi, est plus qu’un simple dessin humoristique : « Mohamed débordé par des cons » ayant fait la une de Charlie Hebdo le 8 février 2006. C’est un dessin animé, c’est un court métrage laissant deviner la vue précédente : l’élan pris par le butteur face au postérieur, et la situation suivante aperçue par l’enturbanné aux yeux pleins d’effroi et de surprise, une main sur la tête et l’autre semblant dire « Non » à la vue de ce qui l’attend !

Monsieur Cabut a fait ce dessin, au lieu d’écrire dans un journal ou de parler à la radio, pour défendre une idée, pour marquer les esprits d’un seul coup d’œil. Il en a fait ainsi des centaines sur tous les thèmes. C’était sa façon « d’écrire », d’exprimer ses idées et de critiquer en toute liberté, sans tabou, sur tous les sujets.

Tout ce que l’homme produit au cours de sa vie reste après lui et entre dans le patrimoine national : tour Eiffel, penseur de Rodin, sculptures, peintures et tableaux, l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, la légende des siècles, les films, les articles de journaux, les discours, etc. Dans cette mince liste, on remarquera qu’il s’agit, dans tous les cas, pour les auteurs, d’exprimer à leur manière les idées qu’ils ont en eux, et de le faire par plaisir, par conviction, par vocation, en toute « liberté». On peut ajouter à cette remarque une autre, non moins importante : l’appât du gain, la recherche de fortune n’est pas ce qui anime ces créateurs, que leurs œuvres soient éphémères (articles) ou bien éternelles (statues grecques et œuvres philosophiques). Pour les artistes comme Jean Cabut, qu’ils soient appréciés ou rejetés, deux mots résument leur « feu intérieur » : Liberté et Gratuité.

Que se passe-t-il donc chez Madame veuve Cabut, née Branchet, directrice de la communication au service de presse de Radio France ? (Radio Fr. est l’ensemble des radios publiques placé sous la Haute Autorité de la Communication Audiovisuelle ayant pour directeur M. Mathieu Gallet, jeune loup de 39 ans). Manque-t-elle d’argent pour mettre en avant l’usage non autorisé d’une création de feu son mari ? Cette création date de 2006 et a déjà été utilisée des centaines de fois depuis 10 ans ! Et de plus, Cabu faisait ses dessins librement et gratuitement ! Ou bien a-t-elle été poussée à agir ainsi ? Et si oui, pourquoi et par qui ?

Mais, ce n’est pas elle qui est intervenue auprès de R.L., c’est sa collaboratrice, Madame Chantale Gourlaouën jouant le rôle d’intercesseur avec l’avocat chargé de l’affaire, maître Binet. Les réponses de R.L. (Cyrano) semblant la dépasser, c’est maître François Binet qui intervient alors de façon pour le moins théâtrale ! Il commence par juger « outrecuidant » le contenu du courriel de Cyrano qu’il accuse ensuite « d’appropriation des pensées » de Cabu. Ce petit monsieur oublie qu’on n’évolue dans nos jugements qu’en s’imprégnant des pensées des anciens ; est-ce là de l’appropriation des pensées ? Il voit aussi Cabu « jouer les derviches tourneurs » dans sa tombe ! Il veut ensuite régler le problème par un duel à la Cyrano de Bergerac qu’il cite «à la fin de l’envoi, je touche » et exige les coordonnées du témoin de l’adversaire ! C’est vraiment du grand théâtre. Et enfin il accuse et condamne sans autre forme de justice « vous êtes indiscutablement coupable » et ne trouve pas la moindre formule de politesse pour clore son intervention. Quelle goujaterie !

Maître François Binet est l’avocat en charge de « la gestion des droits d’exploitation de propriété intellectuelle de Monsieur Jean Cabut dit Cabu » (ça sent l’argent, le fric, le pèse, le blé, le flous, le charognard, le chacal, le nécrophage…). Il tente de faire son travail pour vivre. On ne peut lui en faire reproche. Mais il fait son travail de curieuse manière : en employant des formules emphatiques du genre « contenu outrecuident » ou « appropriation des pensées », en pratiquant lui-même des appropriations d’écrits d’Edmond Rostand « à la fin de l’envoi je touche », en maniant un humour de cour de collège comme, par exemple, son dernier courriel « La démarche amiable est par conséquent terminée. Je prépare l’assignation, en notant que vous refusez (j’allais presque dire « poil au nez ») de me donner l’adresse de votre conseil. Prenez néanmoins son attache ». Alors monsieur le petit avocat : « du poil au nez » ou bien « nez en moins » ? Il semble que vous manquez de vécu (poil au c..) et vos menaces sont une marque de faiblesse (poil aux f…) en jouant au fanfaron (poil au c..). Et faut-il continuer ce jeu malsain ?

Depuis quelques années, nous sommes dans un système en phase de déliquescence et de putréfaction qui veut se maintenir par la répression des défenseurs de nos grandes valeurs : la liberté d’expression et la laïcité. C’est la « dictature Hollandaise » qui veut museler les Français tout en se gavant de leur argent et en le distribuant avec largesse aux amis et à l’étranger. Combien de dictateurs sont morts pendus, décapités, empoisonnés, lynchés ? Mais nous sommes en démocratie et encore civilisés ; c’est votre chance !

PIERRE LE JEUNE

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
Gérard

Moi, je n’aimais pas Cabu (sans lui souhaiter d’ailleurs quelque mal que ce soit, et en particulier d’être massacré par les ordures qui se sont attaquées à Charlie). Je n’ai jamais été « Charlie », ni avant, ni après – et peut-être encore moins après puisque son irrévérence se limite maintenant au christianisme.

La Mécréante !

@Gérard,
on est deux…

Jacqueline

A l’époque où il dessinait pour l’émission de Dorothée et pour un programme tv je l’aimais bien ,ça s’est arrêté là

Auguste

J’ai rigolé à la fin de cet article. Il est vrai que ce Binet est un cas, comme disait le commissaire de la série « Les bœufs carottes ».

La Mécréante !

LOL !!! il fallait bien que quelqu’un lui mette « la botte de Nevers » dans le Q

gabriel zallas

Binet… Binet… n’aurait-il pas un lien de parenté avec l’auteur des Bidochon ? La boucles est bouclée !

Jacqueline

Il y a dans  » Monsieur l’avocat Binet  » toute la grandeur qui lui sied !!!!!!

François Servenière

« Tout ce que l’homme produit au cours de sa vie reste après lui et entre dans le patrimoine national : tour Eiffel, penseur de Rodin, sculptures, peintures et tableaux, l’Iliade et l’Odyssée d’Homère, la légende des siècles, les films, les articles de journaux, les discours, etc.  » Bravo pour votre texte. Mais au « pays de la culture », on oublie sempiternellement la partie qui fait la renommée mondiale de notre pays, dans tous les conservatoires et les écoles de musique du monde. N’oublions pas nos chansonniers qui sont chantés partout sur la Terre. https://fr.wikipedia.org/wiki/Liste_de_compositeurs_fran%C3%A7ais Excusez du peu… Une raison de plus… lire la suite

La Mécréante !

oui mais dans tout ça c’est notre Cyrano, qui, « à la fin de l’envoi » à touché, poil au Binet !