J’aime la France que défend Pierre Cassen

Publié le 6 novembre 2016 - par - 11 commentaires - 613 vues
Share

 

pierremajid1

Ni dans des zones, ni sur l’ensemble du territoire, la France ne sera ou ne restera soumise à la loi islamique. Ni nos concitoyens originaires de pays musulmans, ni nos concitoyens que je qualifierais de « propriétaires ancestraux » de la terre de France, ne doivent être soumis par contrainte à cette loi. Tenter d’y soumettre les autres est contraire à nos lois car contraire à nos principes fondamentaux.
Nos principes fondamentaux impliquent : la liberté de croyance, donc la liberté d’être athée et de changer de croyance, – liberté dont l’exercice est puni de mort par l’islam-,  la laïcité, c’est à dire, la souveraineté du peuple sans droit de regard d’un clergé au nom d’une religion ou d’un dieu législateur.
Il faut donc appliquer nos lois, nos principes fondamentaux contre tous ceux qui tentent de renverser la démocratie,  qui le tentent en commençant par intimider ou terroriser ceux qui défendent nos principes ( par des actes de délinquance ou par des manifestations de force en exigeant l’application de telle ou telle disposition de la loi islamique) ou en menaçant ou en attaquant ceux qui s’opposent à l’arrivée massive de personnes provenant de pays où la loi islamique est prédominante, parce que la population le souhaite.
Comme l’a dit Pierre Cassen, il s’agit d’agir de la même manière qu’il a été fait contre le nazisme. Il s’agit d’interdire les manifestations publiques de soutien à un programme politique contraire à la démocratie et aux droits fondamentaux, la formation de groupements et de pouvoirs capables d’imposer ce programme contre la démocratie et contre nos droits fondamentaux.
Il faut donc en l’état interdire expressément tous ces actes visant à l’imposition de la loi islamique en France, et réprimer pénalement la violation de ces interdits. Tous ceux qui l’auront tenté doivent être déchus de la nationalité française, y compris les Français d’origine ancestrale, principe d’égalité.
Comme le dit encore à juste titre Pierre Cassen, ceux des musulmans vivant en France qui préfèrent vivre sous les lois françaises, sans la contraire de la loi islamique, ne pourront que profiter de l’application effective de nos lois actuelles grâce à ces mesures contre ceux qui bafouent les principes du droit français.
L’interdit des tentatives d’instaurer ces actes d’imposition de l’islam ne concerne absolument pas le for intérieur, la foi des personnes. La foi est libre, et chacun est libre de prier chez lui, ou n’importe où par oraison.
Les enclaves qui se constituent actuellement,  » territoires perdus de la République » doivent être réduites par nos forces publiques. Les délinquants fauteurs de troubles sont connus. Il suffit de les arrêter. Dans certains quartiers, ils seront soutenus par les habitants, dans d’autres ils ne seront pas soutenus. Tous les complices doivent être arrêtés, au besoin par la force, et expulsés.  Les policiers doivent être réellement présumés en légitime défense quand ils tirent y compris sur le plan disciplinaire.
Si nous procédons ainsi aujourd’hui en arrêtant l’immigration nouvelle, il n’y aura pas d’amplification de la guerre civile actuelle.
Si nous défendons les critiques de l’islam, nombre de personnes aujourd’hui musulmanes peuvent cesser de l’être. L’idée de Joseph Fadelle selon laquelle l’immigration est une « chance » de convertir les musulmans au christianisme – dit-il – je dirais à nos principes de droits humains qui en découlent – me parait juste. Et ultra pacifique.
Quant aux dirigeants corrompus par l’argent des pays musulmans, peine de prison à perpétuité pour haute trahison.
Le respect de la loi nécessite aujourd’hui la solidarité entre les personnes victimes de bafouement de leurs droits par les autorités françaises elles-mêmes.
Pierre Cassen a raison de bien préciser qu’il parle d’une logique pénale individuelle, c’est à dire que les expulsions dont il parle seraient prévues pour les personnes qui ont commis ces actes de tentative d’imposition de la loi islamique, et certainement pas pour n’importe quelle personne « musulmane » ou considérée comme telle.
Majid Oukacha répond à un intervenant qu’il n’aime pas qu’il y ait des victimes collatérales, qu’il n’aime pas sortir de la logique pénale individuelle, et que c’est pour cela qu’il n’aime pas la guerre et la logique de guerre.
Malheureusement Majid Oukacha, nous sommes face à des personnes qui, elles, sont dans une logique de guerre, où l’ennemi de Dieu selon elles, ne mérite que le mépris ou la mort.
Et quand Majid Oukacha demande à un intervenant ce qu’il penserait si un musulman, à la suite de mesures dures, s’en prenait au hasard à n’importe quel non musulman, à l’enfant de cet intervenant, il oublie qu’il parle à des gens qui ont déjà vécu la guerre de 39,  puis vu avec épouvante les attentats de Toulouse. En 39-45, oui, les combattants risquaient la vie de leurs enfants pour combattre pour la Patrie, et même pour une Patrie qui n’était pas la leur mais seulement leur patrie d’accueil.
Majid Oukacha vient d’un pays vaincu par l’islam, vaincu par l’esprit de soumission allié à l’esprit de vengeance, un esprit de réalisme en somme. Il semble « bloqué » dans cette logique de soumission et de réalisme, qui est aussi celle du matérialisme ambiant dans la France actuelle, et propose, très honnêtement, une solution correspondante.
Mais la France est restée libre parce qu’elle a préféré l’esprit de témoignage, au prix du risque pour sa vie, et le refus de la vengeance, la France est restée libre parce qu’elle a préféré l’idéalisme, elle a préféré l’espérance.
Voilà la France que défend Pierre.
Ce qui a été omis dans ce débat est la politique de la France dans le domaine internationale et économique  : là aussi il y a aurait des possibilités d’action pacifique. Mais rien ne pourra être fait, ni ici ni ailleurs si nous n’imposons pas, en France,  la liberté de ne pas être soumis à la loi islamique, (dont son interdit de critiquer la loi islamique). Pour résumer le problème : rien ne pourra être résolu sur le plan économique dans une grande partie du monde, si la France ne défend pas son idéal et n’aide pas intellectuellement, moralement, par cette action sur son territoire,  les pays islamisés à se sortir des effets destructeurs de la doctrine de l’islam.

Elisseievna

Print Friendly, PDF & Email
Share

11 réponses à “J’aime la France que défend Pierre Cassen”

  1. spartac dit :

     » J’aime la France que défend Pierre Cassen «  »

    Cette France se résume à peu de chose aujourd’hui…. quelques centaines de patriotes.

  2. BOURGOIN dit :

    <>
    NON ! ! ! PAS <> NI N’ IMPORTE COMMENT ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! ! !

  3. Le toucan dit :

    « Majid Oukacha vient d’un pays vaincu par l’islam »
    Majid Oukacha vient de France, et de nul autre pays. C’est bien ce que vous vouliez dire ?

  4. CARLO MARTELLI dit :

    J’ajouterai aussi que lorsque nous pieds noirs organisions des Mechouis, les cuisiniers muz s’asseillaient a notre table , tous, nous etions heureux de partager ces repas,et aussi de recevoir pour le Ramadan des bidons de lait (3litres) de soupe HARIRA qui nous etaient offerts par nos voisins . nous n’etions pas dhorribles colonialistes, mais de bons voisins, SEULEMENT la gauche communiste et la minorité radicale muz ont ete les responsables de ces guerres.

  5. CARLO MARTELLI dit :

    Majid est un sage , je lis trçs souvent ses blogs,je pense que certains muz ont droit du sol en France ,indiscutablement ,des centaines de milliers d’Algeriens Harkis l’ont prouvé et je les respecte profonément, etre né moi meme au Maroc, lorsque nous faisions des difah (Grands repas de celebrations) je voyais tout naturellement arabes ou berberes ainsi qu’européens, assis par terre cote a cote en toute amitie, c’etait notre fete a NOUS, tous / uni fraternellement, mais il faut penser que meme si un muz est totalement ignorant de sa religion, il en a un respect profond qu’il nous faut respecter,imaginez des muz se moquer en face de nous de la Chretieneté.que penseriez-vous .?

  6. Joël dit :

    Si nous défendons les critiques de l’islam, nombre de personnes aujourd’hui musulmanes ( peuvent ) cesser de l’être.
    Ho! C’est mignon tout plein comme analyse! C’est typiquement féminin! Tout sauf le risque de contact! Un musulman est, et restera musulman! Fantasmer des vœux fussent-ils pieu n’enlèvent en rien la vérité séculaire du monde ! Ils sont musulmans et font beaucoup d’enfants qui un jour ou l’autre reviendront à la source du prophète de malheur car ils sont autre que notre civilisation! Vous ne les changerez pas! Cessez la branlette intellectuelle et devenez adulte et responsable!

  7. Max dit :

    Bonjour Ellisseivna, je lis vos contributions depuis des années (LV entre autres) que ça fait plaisir , pour un gros « macho-réac » comme moi de vous lire dans ces colonnes.
    Je respecte et salue le diagnostic d’un Majid Oukacha dont la production littéraire et vidéo est utile, mais je ne partage absolument pas ses conclusions et pour ce qui me concerne c’est Pierre Cassen qui a raison.
    On ne se dégage pas de l’islam avec les mêmes méthodes qui permirent à d’autres de se dégage du totalitarisme communiste(contenir) mais plutôt en évitant les concessions que d’aucun firent avec le totalitarisme nazi: pas de nouveaux Munich!

  8. Spipou dit :

    Bonjour, Elisseievna. Je suis content de vous lire, j’ai beaucoup pensé à vous ces trois derniers jours, pendant cette polémique.

    Vous dites : « Si nous procédons ainsi aujourd’hui en arrêtant l’immigration nouvelle, il n’y aura pas d’amplification de la guerre civile actuelle. »

    Je pense que nous DEVONS le faire, mais je suis moins optimiste que vous quant aux conséquences (pas d’amplification de la guerre civile actuelle). De toutes façons, nous n’avons pas le choix. Mais c’est pour cela que nous devons aussi réfléchir à la possibilité du scénario évoqué par Majid Ouchaka, et à la façon d’y répondre.