Jakubowicz utilise la Shoah pour nous sommer d'accueillir dignement les Africains illégaux !

Entretien puis signature par la ministre Najat VALLAUD-BELKACEM de la convention triennale de partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et la Ligue internationale contre le racisme et l'antisémitisme avec Alain JAKUBOWICZ, président de la LICRA, au ministère de l’Éducation Nationale, le jeudi 29 janvier 2015 - © Philippe DEVERNAY
Entretien puis signature par la ministre Najat VALLAUD-BELKACEM de la convention triennale de partenariat entre le ministère de l’Éducation nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche et la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme avec Alain JAKUBOWICZ, président de la LICRA, au ministère de l’Éducation Nationale, le jeudi 29 janvier 2015 – © Philippe DEVERNAY

Alain Jakubowicz, au lieu d’appeler à prendre des mesures salutaires permettant de mettre fin à une pompe aspirante immigrationniste qui, si elle cessait, mettrait fin à son lucratif – oserais-je dire « licratif » ? – petit business associatif à la sauce antiraciste, préfère la jouer fataliste et même pire, réclame un accueil digne des « migrants », un terme qu’il met, on ne sait pourquoi, entre guillemets.
Jakubowicz-migrants-accueil-digneLes mots aujourd’hui sont devenus tellement délicats à manier que certains se croient obligés de les parer de toutes sortes de précautions ornementales telles ces guillemets ou des majuscules, comme lorsque les médias parlent de… l’Autre, ce fameux Autre qui n’est pas nous, le peuple ranci, et que l’on gratifie par cette majuscule antiraciste d’une aura divine. L’Autre est notre dieu et nous devons nous agenouiller bien bas devant sa perfection.
M. Jakubowicz vit de cette misère importée par millions, il vit du déracinement des autres, de ces humains de contrebande utilisés pour le bénéfice de marchands de guerre et de pourvoyeurs d’Ordre Mondial, lui qui déclarait le 17 février dernier que les juifs « ont un avenir, parce qu’ils ont un passé». Mais ces gens que des visées géostratégiques poussent à se couper de leur terre et de leur passé ont-ils un avenir ? Non, le miroir aux alouettes ne durera qu’un temps limité. On pousse ces peuples au déracinement pour qu’ils n’aient plus d’avenir, qu’ils ne sachent plus qui ils sont, et par delà, que nous-mêmes ne sachions plus qui nous sommes car nous aurons tout simplement cessé d’être en tant que peuple né de ce terroir. Voilà ce vers quoi les gens comme M. Jakubowicz nous précipitent.
A côté de cela il nous enjoint à toujours plus de repentance, à toujours plus de détestation de nous-mêmes, histoire de bien diviser pour mieux régner sur le mémoriel : « Dans notre volonté de transmettre la mémoire de la Shoah, on a regardé devant et on a oublié de regarder de côté. Or, c’est vrai que la transmission de la mémoire de la traite négrière et de l’esclavage n’est pas à la hauteur du crime contre l’humanité qui a alors été commis ». Et la traite arabo-musulmane sur les chrétiens et sur les noirs qui n’ont jamais pu avoir de descendance et qui a duré de nombreux siècles ? Qui donc est le gardien de ce devoir-là ? Apparemment pas lui.
Bernard Kouchner dénonçait, lui, ces jours-ci « une contemplation d’êtres humains chassés par la misère ». Mais qui a poussé au conflit dans ces pays, Libye, Kosovo, Irak, Syrie, etc, et qui est allé y semer le chaos jusqu’à en faire fuir leurs habitants pour qu’ils se précipitent chez nous détruire notre civilisation ? Ce même Kouchner qui se permet de donner des leçons de morale d’un air dégoûté en disant que l’Europe lui « fait honte », lui qui avait été payé 25 000 euros par Total pour rédiger un rapport favorable disant que non, cette merveilleuse entreprise ne pratiquait pas l’esclavage sur les enfants quand les Birmans affirmaient le contraire. C’est Kouchner toujours qui, en janvier 77, signait une pétition en faveur de la pédophilie…
Et ce sont ces gens-là, ces pourvoyeurs de misère, qui osent nous imposer de bien nous comporter, d’être accueillants et dignes ?!
Mais qu’entend-il exactement par un accueil digne, ce M. Jakubowicz ? Le genre d’accueil que les habitants de Rotherham ont fait aux Pakistanais en leur offrant leur 1 400 enfants en guise de don sexuel, des enfants sacrifiés sur l’autel de l’Autre tellement leurs parents étaient tétanisés à la seule idée que des associations antiracistes du genre de la Licra les accusent d’être des racistes ? De tournantes dans les caves par neuf jeunes n’écopant que d’un simple sursis pour ne pas se montrer désagréables avec eux, est-ce assez digne ?
Et va t-on devoir s’absenter de chez soi plus de 48h pour que ces migrants puissent tranquillement venir s’installer dans nos maisons sans que nous puissions les en déloger, comme le prévoit la loi ?
De-la-part-de-Jakubowicz
Vu que la plupart du temps, ce ne sont que des jeunes hommes à la virilité décomplexée qui débarquent sur notre sol, va t-il falloir que les femmes françaises se dévouent pour satisfaire leurs besoins sexuels, histoire d’accueillir dans la dignité et la courtoisie ces centaines de milliers de gens qu’apparemment les hommes de chez nous ne semblent pas être en mesure de contenir ?
Allez-vous me suggérer, M. Jakubowicz, d’aller tourner dans les caves avec mes congénères féminines de la caste des sans-dents à faire des p… aux « migrants » pendant que vous serez occupé à dénoncer de votre paisible bureau de la rue du Louvre de faux racistes à la 17e Chambre ?
Et dans votre coin, M. Jakubowicz, c’est encore assez tranquille, oui ?
Est-ce que les petits villages de mon pays vont devoir faire les frais de votre volonté de les inonder par des gens que la bien-pensance et les faiseurs de guerres, BHL en tête, font en sorte de déraciner de leur propre terre ? Et est-ce que les diverses communautés parisiennes ont l’intention d’en prendre leur part ?
Un internaute mal pensant se permettait cette question : « Israël est à égale distance des côtes libyennes, que la France… allons ‪@JakubowiczA, encouragez Israël à les accueillir ! ». On suppose que l’allusion vient de ce que l’on apprenait ce même jour que des policiers israéliens frappaient des noirs d’origine éthiopienne, mais paraît-il, il ne s’agirait aucunement de racisme. Car nous le savons tous grâce aux médias : seuls les Français sont racistes !
Mais que vous a donc fait la France, Monsieur, pour que vous lui fassiez une telle quenelle ? D’où vous vient pareil mépris vous faisant à ce point renier ce pays où vous êtes né ? Ce pays qui vous a fait, on ne sait pourquoi, chevalier dans l’Ordre National du Mérite et Chevalier de la Légion d’Honneur. Ces nobles titres étaient autrefois accordés aux vrais hommes, à ceux qui avaient donné ou étaient prêts à donner leur vie pour la France. Mais vous, vous qui réclamez du peuple qu’il accepte de disparaître dans la dignité, qu’avez-vous donné à ce pays et à ces Français à qui vous n’avez de cesse de faire la morale en leur faisant ployer le genou à terre et en les envoyant devant les tribunaux pour de simples propos ? Car enfin, ceux que vous envoyez à la 17e Chambre n’ont jamais ni de près ni de loin participé à des conflits générant la déportation de peuples par bateaux entiers !
Alors Monsieur, sauf votre respect, si vous entendez faire personnellement preuve de dignité, prenez donc quelques familles de « migrants » chez vous, proposez à votre épouse de participer à la dignité familiale en leur préparant des pâtes au gratin si vous le voulez, mais veuillez, je vous prie, ne pas imposer vos délires suicidaires à l’ensemble du peuple !
Caroline Alamachère

image_pdfimage_print