Je cafte à Mélenchon : Marine a commandé une tête de nègre et Aliot un p’tit noir…

melenchonridiculeIl ne sait décidément plus quoi faire pour qu’on parle de lui, notre Méluche national ! Hier, il espérait, à Béthune, où, contrairement à Marine Le Pen, il avait fait le déplacement, être l’homme du jour, après la tenue du procès qu’il intentait contre la présidente du FN, demandant, ni plus ni moins son inéligibilité. Résultat, procès ajourné, encore un voyage à Béthune, dans une région où il s’est pris vestes sur vestes, qui n’a servi à rien.

Il lui fallait donc un nouvel os à ronger. Et il l’a trouvé, fondant sur le nouveau directeur de cabinet de Marine Le Pen, Philippe Martel. On lira ci-dessous la gravité des propos. Le misérable a en effet osé affirmer que Rachida Dati n’avait pas envoyé un bon message d’intégration en appelant sa fille Zohra. Cela fait des années que Riposte Laïque et Eric Zemmour, bien seuls, avaient dit la même chose, et nous avions tenu les mêmes propos sur la fille de Nicolas Sarkozy, appelée Giulia.

https://ripostelaique.com/Je-suis-decue-que-Rachida-Dati-ait.html

Autre chose jugée suffisamment grave pour Méluche, Martel (ancien de l’UMP) a osé dire ce que tout le monde constate quotidiennement, à savoir que l’assimilation marche mieux avec des Européens chrétiens qu’avec des Africains musulmans. Blasphème, au bûcher !

A noter que Rachida Dati, avec lequel Mélenchon paraît entretenir les meilleurs rapports au Parlement européen, n’avait absolument pas protesté, elle ! On voit sur cette vidéo la réalité de l’imposteur Mélenchon : tout péteux devant Marine, en tête à tête, et, après avoir presque embrassé son ennemi de classe Rachida Dati sur la bouche, il se la joue fanfaron en parlant de « la Mère Le Pen ! »

[youtube]j-1KGynppSU[/youtube]

Communiqué du 11 décembre 2013

Après Christiane Taubira, c’est le tour de Rachida Dati

J’apprends que Philippe Martel, directeur de cabinet de Marine Le Pen, affirme que Rachida Dati lance un signal de « refus d’assimilation » en prénommant sa fille : Zohra. C’est dans « Causeur », repris par « l’Opinion », et il l’a répété sur « Europe 1 ».

Dans le mensuel « Causeur », le premier collaborateur de madame Le Pen affirme de plus qu’il est « beaucoup plus facile pour des immigrés issus de cultures européennes, sédentaires et judéo-chrétiennes de s’intégrer en France que pour des étrangers d’origine musulmane ».

Aucune réaction des médias en dépit de l’alerte donnée par « Le Lab-Europe 1 ». Et à nouveau l’indifférence des autorités républicaines. La dédiabolisation médiatique de madame Le Pen est devenue une amnistie permanente et immédiate. Elle peut donc couvrir les propos de son plus proche collaborateur sans qu’on lui demande des comptes.

J’assure Madame Dati, pleinement représentante du peuple français à la tête de sa mairie et au Parlement européen, de ma pleine solidarité humaine et je dis mon indignation devant le silence de son camp ! La lepénisation des esprits a anesthésié tous les réflexes de la bonne société de droite. Les prénoms n’ont pas de nationalité. Seuls les enfants en ont une.

Pour information, voilà le texte intégral de Martel : « Il est beaucoup plus facile pour des immigrés issus de culture européenne, sédentaires et judéo-chrétiennes de s’intégrer en France, que pour des étrangers d’origine musulmane. Ceci étant, il y a beaucoup d’exceptions à la règle. Je pense à Rachida Dati, modeste fille d’immigrés marocain et algérien, dont l’ascension mérite le respect. Hélas, elle a appelé sa fille Zohra, ce qui contredit son parcours. Il y a là un signal de refus de l’assimilation ou du moins une marque d’incompréhension de ce qu’elle suppose. De la même manière, je regrette que Nicolas Sarkozy, président de la République, ait donné à sa fille un prénom italien. »

Mélenchonhitler2Donc, le vrai raciste, c’est Mélenchon, qui se tait sur Sarkozy, et victimise Dati, alors que les propos tenus par Martel sont valables pour les deux. Je vais donc faire un aveu au commissaire politique Méluche, et j’espère qu’il saura rebondir, histoire d’avoir quelque chose à dire demain. Ce mercredi, à 18 heures 30, j’étais dans une pâtisserie, et je suivais discrètement Marine Le Pen et son compagnon Louis Aliot. Savez-vous ce que la présidente du FN a osé commander : « Une tête de nègre ! ». Et, quand ils sont rentrés dans un café voisin, son compagnon a osé demander, à la cantonade, « Un p’tit noir ! ».

J’ai bien sûr filmé avec une caméra cachée ces propos racistes, et je dispose des images. Jean-Luc, faut faire quelque chose…

Jeanne Bourdillon

image_pdf
0
0