Je commence à douter sérieusement du Parti de Gauche

Publié le 13 décembre 2010 - par
Share

Etudiant en Histoire à Rennes, réserviste opérationnel de l’armée de Terre, j’ai rejoint le parti de gauche il y a bientôt 4 mois parce que la démarche du Front de gauche me semblait alors la plus apte à faire bouger les lignes à gauche en proposant une véritable alternative anti-libérale aux français. Je me rends compte, au fur et à mesure du temps, que cette volonté de composer avec des partis qui ne se revendiquent ni de la République (la gauche unitaire, les écologistes) ni du socialisme (le PCF qui très clairement est devenu un parti de deuxième gauche, de « gauche catho », qui depuis longtemps a délaissé le social pour faire du sociétal avec un discours libertaire et communautariste..) nous rend la tâche quasiment impossible et me font aujourd’hui douter de la possibilité de porter un message cohérent et républicain aux français. Je ne parlerai pas de l’épisode actuel de querelle des investitures qui dégoutent tout le monde au FDG. Ah, fustiger le PS quand on fait exactement la même chose !

Un autre point d’échauffement, c’est sur la nation. Il s’avère en effet que le Front de Gauche est encore atteint du mal d’un certain internationalisme qui consiste à jeter l’opprobre à tous ceux qui se réclament de la défense de la souveraineté national. Il est insupportable et scandaleux d’insulter un jacobin de « national-socialiste » sous prétexte qu’il prononce les mots : « Etat » ou « nation », comme quoi, le naturel revient vite au galop chez les gauchistes.

J’en ai également assez du politiquement correct, de cet angélisme de gauche qui nie certaines réalités sous prétexte qu’elles n’entrent pas dans « la grille de lecture », de ce « il est interdit d’interdire », de ce relativisme permanent qui consiste à dire que toutes les religions se valent et doivent être combattues au même titre, niant la réalité, cela au fond pour éviter tout débat gênant… la question du « savoir » qui est bourgeois et qu’il faut combattre, lequel conduit au nivellement par le bas, cette lutte des classes en classe par les hussards rouges et les procès staliniens qui en découlent ( dont j’ai été victime) ! La discrimination positive présentée comme un progrès social ou encore certains clichés comme par exemple celui de l’armée, l’armée qui, comme tout le monde le sait, tue et la pluie qui mouille. Bref, c’en est assez !

Mais malgré tout, comme toute personne de gauche qui croit en l’Homme (et parfois même en Dieu), je reste convaincu qu’il est possible de changer les choses parce que c’est ce à quoi doit servir la politique et rien d’autre.

Pour l’heure, mon idée n’est pas de quitter le parti de gauche. Je souhaiterai néanmoins adhérer par civisme à votre association (je participe d’ailleurs depuis mon plus jeune âge à toutes les commémorations patriotiques, je suis musicien), qui, ce me semble, est une très bonne démarche et permettra à beaucoup de gens de gauche et aux citoyens de manière général d’être enfin décomplexés d’être fier d’être France.

Salut et Fraternité,

Karl Michel

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.