Je conteste l’aberrante condamnation des éditions Riposte Laïque

Publié le 28 octobre 2016 - par - 18 commentaires - 2 568 vues
Traduire la page en :

Riposte laique édition
Les bras m’en tombent. Jusqu’à ce jour, la maison d’édition Riposte Laïque, que je préside depuis près d’un an, n’avait jamais été condamnée par la justice, après la publication de quinze livres en sept ans. Bien que mon nom n’apparaisse pas (ce qui est fort curieux) dans les attendus du verdict, mon association vient d’être condamnée pour atteinte à la vie privée des deux employées voilées de H et M. Il m’est reproché trois articles parus  sur le site Riposte laïque.

https://ripostelaique.com/h-m-aeroville-deux-caissieres-voilees.html

https://ripostelaique.com/caissieres-voilees-hm-mesdames-cheikh-et-moussi-envoient-les-memes-menaces-a-rl.html

https://ripostelaique.com/hm-daeroville-deux-caissieres-voilees-menace-riposte-laique.html

Alors que ma seule fonction  est de gérer et promouvoir les livres,  trouver de nouveaux ouvrages à éditer et faire vivre la petite maison d’édition Riposte laïque, il est surprenant de recevoir une citation à comparaître par huissier de justice, acte dans lequel on me reproche des  faits auxquels je suis totalement étrangère.

Mais il m’a fallu faire face à la situation, et donc contacter l’avocat qui s’occupe habituellement de plaider, lors des procès qui s’accumulent contre mes amis de Riposte Laïque Suisse, gestionnaires du site.

Dans cette affaire on m’accuse, entre autres, de ne pas avoir donné suite aux courriels des deux plaignantes. Je n’ai jamais reçu ces courriers (puisqu’ils étaient envoyés au site que je ne dirige pas). On m’accuse également d’avoir surenchéri en publiant d’autres articles les concernant sur ce même site dans lequel, rappelons-le, je n’ai aucune fonction, même si je publie, comme des centaines d’autres contributeurs, un article de temps en temps. C’est une histoire de fou !

Depuis 2012, la maison d’édition est absolument sans rapport avec le journal en ligne Riposte laïque. C’est le 20 octobre de cette année-là que les anciens dirigeants ont décidé lors d’une assemblée extraordinaire du transfert de la publication du journal électronique à l’association RL Suisse. Ce même jour, il avait été décidé par avenant que “dans la continuité, la promotion des livres de la maison d’édition, continuera a être assurée sur le site internet, dont le produit des ventes reviendra à l’éditeur“.

Cela avait d’ailleurs été reconnu par le tribunal de Versailles : ” c’est l’éditeur du site sur le réseau internet qui est responsable des textes et des informations qui y circulent […] il apparaît à la lecture des pièces produites par l’Association Riposte laïque qu’elle n’est pas l’éditeur du site” après quoi, ils avaient débouté Nasser Adjal de la RATP qui avait fait la même erreur que les caissières d’H & M en poursuivant la maison d’édition Riposte laïque.

tgiversaillesnasser

Par ailleurs, Alain Jean-Mairet, ancien dirigeant de Riposte Laïque Suisse a déjà été condamné par la justice française cette année dans une autre affaire impliquant le site internet. Il y a donc bien une entité Suisse reconnue comme responsable de la publication du journal en ligne par la justice française. Et enfin, la juge d’instruction Aline Batoz a mis en examen, récemment, Pierre Cassen, accusé d’être le responsable de la publication de deux dessins d’Anne Hidalgo et Bernard Cazeneuve.

Je serai donc, en moins de six mois, la troisième personne à être responsable du site Riposte Laïque et à être condamnée par la justice française ! Faudrait savoir !

Quoi qu’il en soit, malgré la présentation de toutes ces pièces lors de ce procès par notre avocat, Maître Frédéric Pichon, la juge Caroline Kuhnmunch a décidé de condamner la maison d’édition Riposte laïque. Mais, outre le fait que je doive verser une provision de 4000 euros à chacune des deux plaignantes au titre du préjudice morale et des frais de justice, ce qui est déjà en soi parfaitement injuste puisque je n’ai aucune responsabilité dans la parution de ces articles incriminés,  la justice m’ordonne de retirer les dits articles dans un délais de 48 heures sur un site dont je n’ai pas la gestion et auquel je n’ai pas accès.

Il faudra donc en appel, que la justice revienne sur cette décision abusive et injuste et qu’elle déboute les deux plaignantes car il ne peut y avoir deux entités responsables d’un seul journal en ligne.

Mais en attendant, entre les frais de justice et les dommages et intérêts, je devrai sortir, au nom de la boîte d’édition, plus de 10.000 euros. Et j’avoue que je n’ai pas trop envie de le faire…

Ghislaine Dumesnil 

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Les commentaires sont fermés.

Lire Aussi