1

Je deviens ringarde, mais pense que les jeunes filles devraient moins s’exhiber…

 

« Ne nous dites pas comment nous comporter, dites-leur de ne pas nous violer ».

Le présent article est de la plume d’une grand-mère.

Une grand-mère qui a des petites filles adorées. Une grand-mère qui a eu ses heures de gloire, qui a porté des jupes trop courtes et est passée à autre chose. Explication : j’avais deux ans, je me suis chamaillée avec ma sœur pour un seau bleu dans un bac à sable. J’étais enragée, furieuse, je lui ai tapé dessus avec une pelle.

Aujourd’hui, c’est différent, je m‘intéresse à autre chose. Je n’envie plus les détenteurs de seaux en plastique, même s’ils sont bleus. Je ne jalouse pas non plus les jeunes filles qui se baladent fesses au vent. Les envies changent de direction. Ces jeunes filles ravissantes, leurs jolies jambes, je les trouve superbes, je les admire, mais pense qu’elles devraient éviter de les exhiber ainsi en rue. Coran ou pas coran. Charia ou pas charia. Racailles ou pas racailles. Ensauvagement ou pas.

L’année dernière, en ville, j’avais remarqué une ado avec sa mère, la petite était à peine couverte. Jolie, oui, des jambes magnifiques. Je suis allée lui parler, me suis excusée de mon indiscrétion, mais lui ai demandé si elle était consciente de sa tenue et si elle n’avait pas peur. Réaction aimable, souriante, elle me dit non, qu’elle sait se défendre. La maman : tu vois, Emma, je te l’avais dit, la dame a raison ! Nous avons discuté 3 minutes, nous sommes quittées très aimablement.

À Strasbourg, Elisabeth, une étudiante affirme avoir été frappée et insultée en pleine rue par trois hommes au motif qu’elle portait une jupe, c’est une honte ! Trois hommes contre une jeune fille, une bassesse, une lâcheté, c’est indéniable.

« Regardez cette pute en jupe »

Je ne l’ai pas vue, la jupe.

Je condamne ces racailles. J’espère qu’ils seront identifiés et que, exceptionnellement, ils seront sévèrement punis.

Mais nos filles réfléchissent-elles une seconde à l’image qu’elles donnent ?

Emma, Léa, Louise, Capucine, et si vous portiez d’autres effets pour la classe que pour la plage ? Pour le théâtre que pour le club de sport. Pour le musée d’Orsay que pour le court de tennis ?

Je vous présente Jeanne, passionnée d’Art, visiteuse du musée d’Orsay

Serait-ce tellement insupportable de porter un short de quelques centimètres de plus, juste pour assister aux cours ? On vous a expliqué comment fonctionnent les hommes, même les plus discrets, les plus gentils ? Les plus délicats, les forts en math, les premiers de classe ? Les capitaines d’équipes de sport, les champions de rédaction et d’élocution française ? Les chouchous du prof ?

Aujourd’hui, vous aimez montrer les fesses, attirer l’attention, provoquer, surtout. Demain, sera-ce encore plus ? Voici ce que j’ai lu ce matin :

« Ce nouveau collant reproduit les courbes du vagin. Cette nouvelle mode plait aux femmes

Le collant « tendance“ (Tendance quoi ? Tendance à se faire harceler ?) !

Je poursuis la lecture « Loin des modèles traditionnels conçus par les marques, ce produit provocateur est apparu sur le site Reddit. En effet, il est commercialisé au Japon et il s’adresse aux femmes qui trouvent que leur vagin n’est pas assez visible à travers le jean, le short ou le legging. Ce produit est la réponse au soutien-gorge push-up dont le but est de donner du volume à la poitrine.

 

Ces nouveaux collants sont dotés de coussinets cousus sur le devant pour mettre en évidence les courbes du vagin. Commercialisés en différentes couleurs et tailles.

Suis-je définitivement OLD ? Obsolète ? Si je m’étonne du succès de cet accessoire vestimentaire et m’affole des suites qu’il peut avoir ? Si cela me choque ? Où va ce monde qui ne respecte plus rien ? Ce monde qui célèbre les rappeurs et ignore Mozart, ce monde qui châtie les courageux et protège les racailles ? Ce monde où l‘on peut monnayer un enfant, où l’on se fait punir pour le non-port d’un masque mais pas pour l’usage d’un saignoir ? Ce monde qui ne connait plus les genres, qui autorise qu’une femme, par pure nécessité, doive porter neuf mois un enfant pour des couples LGT et-plus-encore-qu’est-ce-que j’en-sais, qui laisse entrer des populations entières sans le moindre contrôle alors que l’économie bascule, que le chômage augmente en flèche, que des centaines de sociétés déclarent faillite ? Ce monde où plus personne ne dit merci, ne sourit gracieusement, où seul compte le fric ? Suis-je désespérément hors service ?

Petite fille, élève-toi. Tes fesses, tes épaules sont gracieuses, mais montre ta vraie grandeur. Si tu te plongeais dans tes livres au lieu de « poster » tes photos ?

Anne Schubert

 « S’ils ne te donnent pas le respect, obtiens-le toi-même »