1

Je me suis retrouvé éditeur de Jean-Marie Le Pen parce que personne ne voulait l’éditer !

Il est sorti ce jour le premier tome des mémoires de Jean-Marie Le Pen. Un bon prétexte pour rencontrer celui qui s’est retrouvé, par le plus grand des hasards, son éditeur…

Riposte Laïque : On vous connaissait comme responsable du journal papier « Les 4 Vérités », ainsi que quelques sites comme « Le Salon Beige » et  « l’Observatoire de la Christianophobie », sans oublier « Nouvelles de France ». Or, vous voilà devenu l’éditeur de Jean-Marie Le Pen, qui publie ce jour le premier tome de ses mémoires, intitulé « Fils de la Nation ». Est-il indiscret de vous demander comment les éditions Muller ont-elles réussi ce coup de maître ? 

Guillaume de Thieulloy : A vrai dire, les éditions Muller n’y sont pour rien. Dans un pays normal, où le débat public serait un peu moins hystérique, Jean-Marie Le Pen aurait publié ses mémoires chez un grand éditeur. Voici encore 20 ans, tout le monde se serait battu pour l’éditer. Aujourd’hui, le sectarisme atteint de tels sommets que certains auteurs ont, paraît-il, exigé de leurs éditeurs qu’ils renoncent à publier Jean-Marie Le Pen. Un de mes amis, qui avait assisté à l’unes des négociations infructueuses, m’a proposé le travail. Et, étant un peu plus libre que la moyenne des éditeurs parisiens, j’ai accepté – après m’être assuré qu’un grand distributeur pouvait m’épauler (car je n’ai absolument aucun moyen de toucher l’ensemble des libraires de France et de Navarre comme il le faut pour un lancement de ce genre). Comme le dit un bon camarade, je suis devenu l’éditeur de Jean-Marie Le Pen par la grâce de Dieu et d’Amélie Nothomb (à qui l’on prête d’avoir empêché Albin Michel de faire ce travail) – et j’ajoute : sans aucun mérite de ma part, même si cela m’amuse beaucoup ! 

Riposte Laïque : Le journal de référence, « Le Monde », annonçait, il y a quelques jours, avec un rare mépris, que le livre de Jean-Marie Le Pen se vendrait peu, parce que ses électeurs lisaient peu. Il semble que vous apportiez un cinglant démenti, non ? 

Guillaume de Thieulloy : Comme « Le Monde » ne peut évidemment pas publier de « fake news », il faut croire que les électeurs de Benoît Hamon se sont rués sur les mémoires ! Plus sérieusement, j’ignore évidemment qui achète, mais le livre démarre en fanfare, puisqu’un premier tirage de 50 000 exemplaires était épuisé deux jours avant la sortie. Nous avons dû refaire un nouveau tirage de 50 000. La suite au prochain épisode…  

Riposte Laïque : Pensez-vous qu’à une semaine du congrès du Front national, votre auteur va être très sollicité sur les plateaux de télévision et dans la presse traditionnelle ? 

Guillaume de Thieulloy : Oui, sans aucun doute : le succès n’est pas seulement dans les librairies, il est aussi médiatique. Bien sûr, les « grands » médias le font tous en se bouchant le nez, mais ils s’arrachent l’auteur. Et, naturellement, l’actualité politique n’y est sans doute pas pour rien. 

Riposte Laïque : On se doute que Jean-Marie Le Pen, notamment sur le Maréchal Pétain et la guerre d’Algérie, a été fort éloigné du discours politiquement correct. Craignez-vous des procès, suite à la sortie de ce livre ? 

Guillaume de Thieulloy : Franchement, je ne crois pas. On peut, bien sûr, ne pas apprécier plusieurs jugements politiques ou esthétiques de Jean-Marie Le Pen, mais je doute qu’un seul tombe sous le coup de la loi – et, bien sûr, ce que je dis là n’est pas seulement mon avis, mais aussi celui de plusieurs relecteurs. Cela étant, encore une fois, dans l’état catastrophique où se trouve la liberté d’expression dans notre malheureux pays (et Riposte laïque est bien placée pour savoir de quoi je parle !), je n’oserais pas promettre qu’une officine grassement subventionnée ne va pas se trouver offensée par telle ou telle phrase… 

Riposte Laïque : Parlez-nous des éditions Muller. Quel genre de livres éditez-vous, en général ? 

Guillaume de Thieulloy : En général, les éditions Muller publient surtout des récits d’histoire militaire. Des auteurs, engagés ou appelés, secondes classes ou généraux, évoquent leurs guerres, de celle de 1914 jusqu’à la Yougoslavie ou l’Afghanistan. Et, à côté de ce cœur de métier, nous avons également publier quelques livres politiques ou religieux. 

Riposte Laïque : Envisagez-vous une tournée de signatures, comme l’avait fait Eric Zemmour, suite au succès de son livre « Le Suicide français » ? 

Guillaume de Thieulloy : Oui, nous y réfléchissons et plusieurs associations ou librairies commencent à se manifester, mais les prochains jours seront principalement consacrés aux médias. 

Riposte Laïque : Et ce livre, comme faire pour se le procurer ? 

Guillaume de Thieulloy : A priori, il est disponible dans toutes les librairies ou à peu près. Et bon nombre de sites de la « réinfosphère » le proposent également. Mon mauvais esprit naturel hésite entre conseiller aux lecteurs d’aller l’acheter chez un libraire bien politiquement correct, par pure curiosité ethnologique, ou l’acheter chez les amis pour ne pas laisser un sou aux adversaires !

Riposte Laïque : Souhaitez-vous ajouter quelque chose, Guillaume ?

Guillaume de Thieulloy : Je n’ai rien d’autre à ajouter que de conseiller de lire ce livre. Quoi que l’on pense de Jean-Marie Le Pen et de ses combats politiques, ces 50 ans d’histoire de France vus par un observateur de premier plan sont passionnants. Et je crois que tous les Français aimant un tant soit peu notre pays et notre culture ne peuvent pas manquer d’éprouver de l’admiration pour cet homme courageux (parmi ceux qui le honnissent, combien auraient abandonné un mandat de parlementaire pour s’engager dans la Légion et servir leur pays au péril de leur vie ?)  et de la nostalgie pour cette France chantante, courageuse, travailleuse, rebelle, que nous avons perdue et que  ces pages ressuscitent pour nous.

Propos recueillis par Pierre Cassen