Je n’ai aucune confiance en Ghaleb Bencheikh

Très intéressant, et intelligent, discours explicatif de M. Ghalheb Bencheikh, islamologue franco-algérien et président de la Fondation de l’islam de France.

Mais dit-il réellement ce qu’il pense ?

Il explique, tout d’abord, que la liberté d’expression en France est permise « quitte à blesser autrui, avec un manquement au devoir de fraternité et d’amitié civique » et il poursuit en expliquant que « les juges, quand la justice est saisie, estiment qu’il n’y a pas lieu de « brider » la liberté d’expression ».

Ghaleb Bencheikh n’est pas le porte-parole de la Présidence française, il le précise, comme je précise que je suis bien loin d’être le porte-parole de « Charlie Hebdo ».

« Je ne suis pas Charlie » car je n’apprécie pas les caricatures contre les religions, quelles soient musulmanes, chrétiennes, juives, etc. Il y a bien d’autres caricatures à réaliser « pour la liberté d’expression ».

Mais là où je commence à me méfier des déclarations de Ghaleb Bencheikh, c’est quand il demande aux musulmans de France « de se montrer intelligents et de faire d’une faiblesse un levier pour une force ». Selon lui, « les musulmans de France devraient preuve de mansuétude, de magnanimité, de grandeur d’âme et de la patience, enseignée par le prophète de l’islam ».

Est-ce que la France, ou même la République, réclame « toutes ces qualités » aux musulmans de France ?

Certes pas, la France leur demandait, jusqu’à présent, tout simplement d’être des Français comme les autres et de pratiquer leur religion dans la laïcité, comme se pratiquent les autres religions « avec discrétion ».

Ghaleb Bencheikh souhaite que les musulmans de France « saisissent ces occasions » pour montrer la grandeur et la magnanimité (encore !) de leur propre tradition et de l’enseignement politique ».

Toujours selon lui « il faudrait que les musulmans de France pardonnent aux Français de France de ne pas comprendre leurs traditions et l’enseignement de leur religion ». Oh oui ! Qu’ils nous pardonnent, si nous ne les comprenons pas !

Ghaleb Bencheikh comprend « l’émotion manifestée par les musulmans à travers le monde mais que « ce n’est pas en brûlant des drapeaux ou en insultant qu’on rendra justice au Prophète ». (C’est en faisant quoi, alors ?)

En clair, et en une phrase, « La France n’entend rien aux paroles de sérénité et de paix du Prophète et il faut que les musulmans fassent preuve de « maturité » psychologique et, surtout, « d’élévation spirituelle », pour ne pas « être offensés » par une caricature. »

Alors je pose la question : combien, parmi les quelques millions de musulmans de France, vont réunir toutes ces qualités que leur réclame Ghaleb Bencheikh, pour accepter et devenir de « bons Français » et de se plier volontairement aux lois et aux valeurs de la République ?

Ghaleb Bencheikh explique, mais pourquoi pas, que le « Nous ne renoncerons pas aux caricatures », affirmé par le Président Macron concernait les caricatures en générale et « pas spécialement les caricatures du Prophète ». Il a probablement raison, mais pourquoi demande-t-il au Président et à ses conseillers d’expliquer « que ce n’était pas les caricatures du Prophète qui étaient visées dans son discours ? »

Je ne m’étendrai pas sur la « zemmourisation » des esprits qui « traumatise » toute la société française et qui fait « réagir le gouvernement sous le coup de l’émotion ».

Ghaleb Bencheikh estime « que la sémantique » est importante ! Très importante, il est vrai, et il faut s’en méfier, surtout quand vous expliquez que « les radicalisés » sont les victimes de la prolétarisation, de la marginalisation et de la déscolarisation, et que c’est pour toutes ces raisons « qu’ils » se sensibilisent aux discours de ceux qui viennent leur dire « Vous avez une autre appartenance, une autre identité, une autre citoyenneté supranationale qui est la religion ».

Et vous concluez « qu’il faut donner de la liberté, de l’autonomie, aux musulmans.

La mienne, de conclusion, tient dans ces quelques mots du Prophète, que vous offrez à Emmanuel Macron : « Oh ! Mon Dieu, pardonne-leur car ils ne savent pas ce qu’ils font ».

Manuel Gomez

image_pdf
0
0

9 Commentaires

  1. Islam et Fran- mac :.

    Islam et Fran- mac :. même pourriture
    Vive le Christ Roi !!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!!

    Face à l’islam, il faut lui opposer une autre religion forte ” Le catholicisme identitaire et traditionnel ” et relancer la natalité pour les têtes blondes, et tondre les collabo.e.s
    Des lois ne suffiront pas…

    • Encore !!! Les francs-macs de la GL jurent sur la Bible, ils ont un problème avec le Christ Roi ???

  2. Ghaleb Bencheikh est le prototype d’un faux musulman dit « modéré ». Il veut vendre aux Français par ses discours lénifiants un islam utopique qui n’existe que dans son imaginaire. Avec un langage sophistiqué il tente d’éblouir son public. Quand a-t-il réagi ou condamné les crimes commis au nom de son coran et de son islam? Quand a-t-il réclamé, au nom de sa sémantique, le nettoyage des enseignements coraniques barbares qui empoisonnent la vie des musulmans et engendrent des déséquilibrés? C’est un type très dangereux et pire que Tateq Ramadan, car par opportunisme et surtout par sa maîtrise de la taqiyya, il réussit à bien jouer son rôle d’imposteur.

  3. Le mensonge en islam est interdit qu’entre musulmans, aux mécréants on peut dire n’importe quoi. Il convient donc de ne pas trop se fier aux discours officiels destinés au public occidental, mais de les comparer, quand cela est possible, aux discours tenus « en interne », la différence est souvent édifiante. Les musulmans sont prêts à signer n’importe quel texte spécifiant qu’ils respecteront la laïcité, les valeurs de la république, la démocratie…, le problème est qu’ils ne perdent pas de vue leur objectif principal qui est la déstabilisation de la démocratie en vue d’instaurer un régime islamique et de rétablir la charia. Quand on a affaire à des musulmans, ce qui compte n’est pas ce qu’ils disent, mais leurs intentions réelles.

  4. La dialectique islamique de Ghaleb Bencheikh, exprime la désapprobation de la liberté avec « il y a bien d’autres caricatures à réaliser pour la liberté d’expression » il exprime son opposition à cette liberté. La vipère islamique persiffle la liberté, son ennemie. Quant à la patience qu’il demande aux musulmans, c’est pour enc…er la France, avec l’aide de ses propres lois et institutions, sans guerre aucune. La CAF, la SS, les subventions aux associations d’Allah, anti françaises et anti républicaines, sont largement suffisantes pour transformer le pays en porcherie bougnoule ou le coran te suit même dans les toilettes pour que tu saches te torcher le cul mode hallal. Et les droit-de-l’hommiste tirent la chasse d’eau. Il n’y a pas que les versets qui soit sataniques.

  5. Ils ne disent jamais ce qu’ils pensent, leur but est de faire en sorte que les choses se passent dans un certain calme le temps qu’ils soit plus nombreux et mieux préparés pour prendre le pouvoir et instaurer la charia.

  6. C’est quand même curieux d’être « ému » par un dessin et de ne rien ressentir quand un homme honnête et innocent est décapité sauvagement pour avoir simplement fait son métier !
    Curieuse conception de « l’élévation spirituelle » !

  7. la taqiya, il connait, il pratique avec succès, tout comme les deux ou trois imams des plateaux télés qui viennent dire le contraire de ce qu’ils prêchent dans les mosquées
    les bisounours y croient! ils auraient tort de se gêner

  8. Il y a une chose au sujet de laquelle on ne peut faire autrement que de rendre grâce à Ghaleb Bencheikh: il parle un excellent francais!

Les commentaires sont fermés.