Je ne partage pas le regard d'Anne Zelensky sur le féminisme islamique

Cinq cent cinquante participantes venues d’une vingtaine de pays, essentiellement des femmes, étaient réunies pour ce quatrième congrès du féminisme islamique le 24 octobre, à Madrid (2). Dans le dernier numéro de Riposte Laïque (1), Anne Zelensky en a fait, en ces termes, une présentation relativement favorable (quoique avec beaucoup de nuances) :
« Leur principal défi : réinterpréter le Coran et la charia dans une vision égalitaire. Le féminisme islamique est né au cours des années 1990 dans l’Iran qui vivait sa révolution. Mais aussi en Malaisie, où apparut en 1991 le mouvement Sisters in Islam qui, l’an dernier, a donné naissance au réseau international Musawah (« égalité », en arabe) impliquant des ONG féminines de près d’une cinquantaine de pays.
Partout la même interrogation : est-il possible que les écrits, à commencer par le Coran, soient la source de tant de maux pour les femmes ? Partout la réponse a été la même : des intellectuelles se sont saisies des textes pour en faire une lecture critique, une nouvelle interprétation et en découvrir le caractère intrinsèquement ambivalent. Que cette démarche soit à l’origine, née d’une instrumentalisation de certains hiérarques musulmans, n’élude aucunement le problème de la pertinence d’une contestation féministe de l’islam. »
En effet, comme Anne le souligne, un véritable féminisme islamique suppose une forte réinterprétation du Coran et des autres textes islamiques. Or, une telle réinterprétation, les « féministes islamiques » ne sont pas les seules à y avoir songé. D’autres y ont travaillé aussi, en particulier le courant dit « coraniste » (8). Ces réinterprétations trouvent les autorités religieuses musulmanes vent debout ; les forums musulmans bruissent d’indignation (9) devant une telle « bida » (innovation ; terme très péjoratif) et les Coranistes sont sévèrement persécutés.
La question se pose donc de savoir pourquoi ces réinterprétations, violemment interdites à d’autres, rencontrent tout à coup une certaine sympathie de certaines autorités musulmanes, et pas des plus libérales, quand elles sont proposées dans le cadre du supposé « féminisme islamique ». Personnellement, j’y vois principalement de la takya, et je considère le « féminisme islamique » comme un discours de propagande à l’intention de l’Occident.

LA PROBLEMATIQUE CORANISTE

Une excellente présentation de la problématique « coraniste » a été faite en ces termes par Poste de Veille (8) :
« Ce groupe minoritaire est apparu dans les années 80 en Égypte ; son leader intellectuel est le Docteur Ahmed Sobhy Mansour, spécialiste du coran et ex-professeur d’histoire à l’université islamique d’Al Azhar. Il est l’initiateur et le chef d’un mouvement répudiant un pan important des textes fondamentaux de l’islam, soit les hadiths (propos attribués à Mahomet). Ses recherches approfondies lui ont permis de démontrer que les hadiths et l’histoire islamique classique ont été composés à l’époque abbasside, soit plus de cent cinquante ans après la mort de Mahomet, afin de servir d’appui doctrinal au pouvoir des califes. D’ailleurs la charia islamique a suivi de près la diffusion de ces textes dont elle est tributaire autant sinon plus que le coran.
Fort de cette découverte, le Professeur Mansour a tenté de convaincre les autorités religieuses et politiques du bien-fondé de ses travaux. Mal lui en prit car on le jeta en prison sans accusation ni procès et il ne fut libéré deux ans plus tard que pour être chassé du pays. Il vit actuellement aux États-Unis où il continue de recevoir des menaces de mort de la part des fanatiques. Ses travaux se sont avérés tellement convaincants qu’il n’a pas eu de mal à faire école et à réunir des disciples; la diffusion du message s’est faite graduellement et à petite échelle au début et d’une manière plus ouverte avec Internet.
Les coranistes (ce nom leur a été donné par leurs contradicteurs) soutiennent que dans l’islam seul le coran possède valeur de message, Mahomet n’est que l’instrument utilisé par Allah pour transmettre sa parole à l’humanité, il n’a rien d’un saint homme, ayant à plusieurs reprises trahi le message qui lui a été confié. Les hadiths et l’histoire du prophète, la sira ont été inventés de toutes pièces et doivent être écartés du canon scripturaire de même que la charia qui en dépend. Les coranistes ne vont pas jusqu’à contester le coran, même si les travaux des érudits et des savants tendent à prouver qu’il a été rédigé en même temps que les hadiths. Chose certaine, en répudiant les hadiths et la sira du prophète, les coranistes privent le coran de son contexte historique et ébranlent sérieusement les assises de l’islam.
Mais ils vont également plus loin puisqu’ils sapent le mythe de l’exemplarité du prophète. Sans le dire ouvertement, ils remettent en question le caractère révélé des sourates violentes, et d’autres passages où Allah semble n’avoir pour principal souci que d’abattre les barrières morales qui refrènent l’avidité et les pulsions sexuelles de son messager. Les coranistes tout en se disant musulmans se sont libérés et prêchent pour que les musulmans se libèrent du « sortilège » de Mahomet. Leur démarche est à la fois rationnelle et religieuse; se basant sur leurs travaux scientifiques, ils sont à même de rejeter le suprématisme islamique et la soumission aveugle aux injonctions coraniques. Ils accèdent ainsi à la normalité en termes de foi et de pratique religieuse. Au reste ils partagent les mêmes valeurs que les musulmans laïques et les ex-musulmans. »
Nous voyons donc qu’il est très difficile de faire accepter la notion de réinterprétation des textes. Même un professeur musulman à l’université du Caire ne peut s’y risquer sans persécutions sévères. Et encore, il avait pris la précaution de concentrer ses critiques sur des textes périphériques, sans toucher au Coran proprement dit.

A QUI EST DESTINE LE DISCOURS SUR LE FEMINISME ISLAMIQUE ?

Il est important de savoir à qui est destiné le discours sur le féminisme islamique.
Nous pensons nous trouver en face d’un discours destiné à l’Occident. On cherche à nous faire croire que l’islam a un potentiel féministe. Les Congrès successifs sur le féminisme islamique se sont d’ailleurs tenus en Espagne. Les congressistes féminines y sont peu connues et parfois quelque peu folkloriques, comme l’ineffable Houria Bouteldja, qui représentait la France au dernier congrès.
Quelle est l’utilité, en occident, d’un « féminisme islamique » ? Cette utilité est nulle. L’occident porte haut depuis longtemps depuis longtemps les valeurs laïques et féministes dans leur forme la plus claire et la plus exigente ; il n’a pas besoin d’en fabriquer une variante abâtardie pour être rendue charia-compatible. Ce serait même un grand recul.
Bien entendu, si le « féminisme islamique » devait servir, dans les pays musulmans, à faire avancer, même lentement, l’égalité homme/femme, on s’en réjouirait. Mais nous sommes très sceptique sur ce point. Comme déjà dit, les autorités musulmanes n’acceptent pas l’idée de réinterprétation du Coran en général, et il n’y a pas de raison pour qu’elles acceptent les profondes réinterprétations qui seraient nécessaires à l’égalité homme/femme.
Si elles ont su persécuter sévèrement un éminent professeur comme Ahmed Mansour, qui au demeurant avançait prudemment et sans remettre en cause le Coran lui-même, ce n’est pas pour autoriser de simples femmes à faire leurs propres réinterprétations. Du moins pas vraiment.. Parler de réinterprétation en termes généraaux devant un auditoire occidental, c’est une chose, et, apparemment, cela peut se faire assez impunément. Mais réinterpréter un passage précis, en pays musulman, et en tirer des avancées concrètes de l’égalité homme/femme, c’est toute autre chose et ce n’est clairement pas à l’ordre du jour.
Les pays musulmans et les prédicateurs les plus disposés à utiliser les mots de « féminisme islamique » ne sont pas les plus progressistes. L’Iran a fait grand usage de cette expression qui lui paraît de toute évidence compatible avec la lapidation. Le très anguillesque Tariq Ramadan, qui prône un simple moratoire sur les mêmes lapidations, a lui aussi commis un grand article sur le féminisme islamique, sujet qui parait l’inspirer (7). Il est pourtant, d’habitude, fort peu favorable à l’idée de réinterprétation du Coran par les musulman(e)s de base. Au contraire, sont argument habituel, pour expliquer pourquoi il demande un simple moratoire sur les lapidations, consiste à dire qu’il ne faut pas avancer plus vite que les autres « savants de l’islam ». D’une façon générale, il fait grand usage de citations d’autorités musulmanes établies et n’encourage en rien la réinterprétation du Coran par tout un chacun et toute une chacune.
Catherine Ségurane
(1) L’article d’Anne Zelensky :
http://www.ripostelaique.com/Le-feminisme-islamique-un-outil-de.html
LES CONGRES
(2) Congrès :
http://www.la-croix.com/article/index.jsp?docId=2443760&rubId=4077
(3) Interviews d’une organisatrice :
http://www.saphirnews.com/Feminisme-islamique-Chaque-pays-reagit-differemment–Ndeye-Andujar_a9480.html
http://yahoo.lyon.bondyblog.fr/news/le-feminisme-islamique-est-l-avenir-du-feminisme
(4) Asma Lamrabet :
http://www.bladi.net/forum/4934-feminisme-islamique-asma-lamrabet/
(5) Article Critique internationale :
http://www.liens-socio.org/article.php3?id_article=6392
(6) Article critique Marième NDAYE pour Sciences Po :
http://ddata..over-blog.com/xxxyyy/2/69/52/26/Publicationx-ext-rieures/Extensions__02-02_08-02__022.pdf
TARIQ RAMADAN ET LE FEMINISME ISLAMIQUE
(7) Tariq Ramadan : « Naissance d’un féminisme musulman » :
http://www.islamlaicite.org/article103.html
PROBLEMATIQUE DE LA REINTERPRETATION DU CORAN
(8) Présentation du Coranisme sur Poste de Veille :
http://www.postedeveille.ca/2010/09/chronique-dh%C3%A9lios-dalexandrie-.html
(9) Comment on tape sur les « coranistes » dans les forums musulmans … :
http://sabyl.forumactif.com/approches-du-coran-f1/le-coranisme-t103.htm
http://forums.france5.fr/cdanslair/Religions/coranistes-declin-islamique-sujet_1475_1.htm
http://www.forum-algerie.com/islam-religions-philosophies/11728-les-coranistes-en-francais.html
(10) … et jusque sur Wikipedia, pourtant supposée neutre :
http://fr.wikipedia..org/wiki/Coranites

image_pdf
0
0