Je ne peux admettre la position du nouveau pape sur l’avortement en cas de viol

Le célibat des prêtres à la longue cela n’arrange pas le cerveau – si dès le départ celui-ci est bouché – fusse-t-il celui d’un pape.

Hier encore, je me réjouissais, comme 82 % des Français ravis de l’élection d’un pape se réclamant de continuer à consacrer sa vie aux pauvres avec une Eglise romaine qui devrait communier et commuer dans le même style.

Un pape qui se traîne la même paire de chaussures depuis des années, conduit seul son véhicule – encore que c’était pour une visite privé à un ami hospitalisé – règle lui-même sa note d’hôtel, cela confère une certaine aura à ses engagements papaux d’humilité pendant son pontificat.

Et en plus, il lui manque un lobe de poumon depuis l’âge de 20 ans, donc tout pour nous attendrir et installer une effigie du Pape François sur  le manteau de cheminée qui fait saillie au–dessus du foyer dans les chambres de nos modestes chaumières.

Je n’étais pas loin de me dire que quitte à partir en séjour à l’étranger tout en restant en Europe, j’irais bien faire un tour au Vatican pour tenter d’apercevoir un personnage aussi sympathique et ouïr l’une de ses fameuses homélies papales.

Hélas, mes espoirs ont vite été douchés lorsque j’ai pris connaissance de la position du nouveau commandeur des  chrétiens sur Terre, concernant l’avortement  en cas de viol,  que la cour constitutionnelle argentine a autorisé dans un pays où l’avortement est interdit, chose à laquelle le futur pape alors évêque Jorge Mario Bergoglio, a répliqué «  C’est lamentable ! ».

Or, avec cette nouvelle affaire de viol collectif en Inde qui défraie aujourd’hui la chronique, si d’aventure la pauvre malheureuse touriste suisse de 39 ans violée par une bande de sauvages, sous les yeux de son mari ligoté, se retrouvait enceinte, il faudrait selon l’oukase du nouveau pape « qu’elle garde l’enfant ». Ce Pape au cœur émasculé a donc une vision bien particulière de la position à prendre en cas d’avortement en cas de viol, relevant selon ses élucubrations mentales, des voies impénétrables d’un être supérieur. Ben voyons !!

http://lci.tf1.fr/monde/asie/viol-collectif-d-une-touriste-en-inde-5-suspects-avouent-7886205.html

Ces derniers jours, on a parlé que de lui mais sans dire l’essentiel. Jorge Mario Bergoglio. Le nouveau  hiérarque du Vatican est d’abord un conservateur de la pire espèce. Outre, qu’il n’a émis aucune critique à l’encontre de la dictature féroce de Videla, un peu comme l’Eglise espagnole sous la dictature de Franco, il est un ennemi de la théologie de la libération. Pire en tant que supérieur de l’ordre des jésuites, il aurait retiré la licence religieuse de deux prélats très engagés sur le droit des pauvres. Par la suite ceux-ci auraient été  arrêtés et torturés dans la sinistre école militaire ESMA..

Une juge française avait demandé en 2011 l’audition du cardinal Bergoglio, dans le cadre d’une enquête sur le meurtre d’un curé français sous la dictature argentine, mais Buenos Aires n’a jamais répondu favorablement.

Une magistrate au Tribunal de grande instance de Paris, avait adressé une commission rogatoire internationale à Buenos Aires pour que le cardinal soit entendu comme témoin dans l’enquête sur le meurtre du curé français Gabriel Longueville au début de la dictature argentine en 1976, a expliqué à l’AFP l’avocate de la famille du prêtre français.

Les autorités argentines n’ont jamais répondu positivement à la commission rogatoire relative à M. Bergoglio », a-t-elle précisé alors que cette audition était nécessaire afin que l’archevêque de Buenos Aires éclaire la magistrate sur l’existence éventuelle d’archives sur cette affaire.

Déclaration de cette avocate : « Ce pape n’est certainement pas une grande figure de la défense des droits de l’Homme . Il est au contraire soupçonné de ne pas avoir dénoncé les crimes de la dictature, de ne pas avoir demandé des comptes et donc, par son silence, d’avoir couvert ces actes. »

Curé de la province de El Chamical, dans la province de La Rioja, Gabriel Longueville avait été enlevé avec son vicaire Carlos Murias le 17 juillet 1976 et leurs corps retrouvés le lendemain criblés de balles et portant des traces de tortures. Deux anciens militaires et un ancien policier argentin viennent d’être condamnés en décembre par un tribunal argentin pour ces meurtres.

Enfin, ce nouveau pape aura-t-il le courage qu’a montré le très grand intellectuel qu’était Benoît XVI, pour réagir aux tromperies du Coran qui blasphème contre Jésus en prétendant que c’est un sosie qui est mort sur la croix . Sourate 4 versets 157-158 « et à cause de leur parole: «Nous avons vraiment tué le Christ, Jésus, fils de Marie, le Messager d’Allah»… Or, ils ne l’ont ni tué ni crucifié; mais ce n’était qu’un faux semblant! Et ceux qui ont discuté sur son sujet sont vraiment dans l’incertitude: ils n’en ont aucune connaissance certaine, ils ne font que suivre des conjectures et ils ne l’ont certainement pas tué, 158. mais Allah l’a élevé vers Lui (…) « 

HUINENG

image_pdf
0
0