Je n’en peux plus d’être assigné à résidence !

Publié le 25 mars 2021 - par - 11 commentaires - 614 vues
Traduire la page en :

 « Quand toutes les barrières sanitaires seront tombées et qu’il y aura une grippe à New Delhi, elle arrivera dans le Berry ». (Philippe de Villiers, campagne des élections européennes, 1994).

« Un monde sans espoir est un monde irrespirable ».                                   (André Malraux).

Depuis le début de cette pandémie venue de Chine, j’évite d’en parler dans mes chroniques, primo parce que je ne connais rien en médecine (et en épidémiologie), secundo parce que tout le monde a un avis sur la question et que ces avis – qu’ils émanent de grands pontes (1) ou du citoyen lambda – sont souvent loufoques, farfelus et/ou contradictoires.

Disons que si j’en parle aujourd’hui, c’est que je n’en peux plus d’être assigné à résidence !

À l’heure où je rédige cet article, seize départements sont à nouveau confinés, les autres sont soumis à un couvre-feu qui oblige les Français à se coucher comme les poules, et on nous annonce que d’autres départements, qui virent au rouge, sont sur le point d’être, eux aussi, reconfinés.

J’ignore ce que va nous annoncer « Cache-sexe », le Premier « sinistre » à l’accent du Sud…

Je sais déjà, en revanche, qu’il prendra les intonations du chefaillon qu’il voudrait bien être : un discours infantilisant  pour nous expliquer qu’en France nous faisons tout mieux que les autres et qu’il faut impérativement se faire vacciner car notre salut et notre liberté en dépendent.

Mais quand verra-t-on le bout du tunnel ? Mystère et boule de gomme !

Cette pandémie aura au moins révélé quelques spécificités bien françaises :

a) Dans tous les domaines, notre bureaucratie est un frein au développement, ou plutôt au fonctionnement normal d’un pays moderne.  Comme le disait, fort justement, le professeur Jacques Marseille, « La France, c’est une sorte d’Union Soviétique qui aurait réussi ». Chez nous, l’hôpital public compte plus de cadres administratifs que de personnels soignants. Cherchez l’erreur !

b) Alors que le petit personnel hospitalier est sous-payé, nous avons pléthore de « comités Théodule » avec, à leur tête, de vieux Diafoirus pontifiants qui passent leur temps à se tirer dans les pattes et à se contredire sur les plateaux télé. Qu’attend-on pour mettre tous ces vieux crabes à la retraite ? On économiserait ainsi de quoi payer correctement les gens qui bossent vraiment !

c) Le pays de Pasteur a été incapable de produire des vaccins, et, par idéologie anti-Poutine, nous avons refusé (2) celui mis au point par les Russes en juillet 2020. Ce retard nous coûte cher !

d) La perfide Albion, qui a quitté l’Union européenne, a réussi à se procurer des vaccins avant nous, et pour cause, elle n’est plus soumise au diktat de la bureaucratie bruxelloise

e) Comme « le virus n’a pas de passeport » selon Macron, nous aurons mis un an à (faire semblant de) fermer nos frontières. La doxa européiste aura été, une nouvelle fois, mortifère !     

Les pays occidentaux ont assigné à résidence leurs populations, contrairement à certains pays asiatiques qui ont permis  aux gens de circuler, après dépistage systématique et port du masque obligatoire : la Chine, le Japon, Singapour, Hong Kong, la Corée du Sud et Taïwan conseillent (ou imposent) le port d’un masque pour tous et un dépistage systématique. De plus, ces pays disposent  d’une infrastructure hospitalière digne de ce nom, efficace et rapidement mobilisable.

Nous, pauvres franchouillards, nous aurons été les victimes les larbins du mondialisme. Les technocrates, les européistes  forcenés de Bruxelles, ont facilité la circulation incontrôlée des hommes, des finances et des marchandises. Les Jacques Delors, Romano Prodi, Pascal Lamy et consorts sont les  principaux responsables du chaos économique, culturel, social, financier et sanitaire que nous vivons depuis des lustres. Ils nous ont imposé leur  « humanisme » maçonnique et leur « mondialisation heureuse », pour le plus grand bénéfice… des pays asiatiques.

Bien sûr, certains se sont indignés de voir arriver massivement  des produits à prix bradés (et souvent de mauvaise qualité) venus d’Asie. Une  invasion responsable de la destruction de toute notre économie : mines, sidérurgie, textile, chimie, agriculture etc. etc. Les européistes  ont  passé leur temps à combattre  les nationalistes et les populistes  adversaires des tabous imposés par  Bruxelles. Ils ont crevé notre économie, et ils sont en train de nous faire crever !

Depuis le « Traité de Maastricht » (novembre 1993), faisons le bilan de cette politique suicidaire. Un inventaire qui nous amène à constater l’impuissance et le laxisme de la Commission européenne face aux défis auxquels nous sommes  confrontés depuis  cette époque : Guerre du Golfe en 2003, crise bancaire en 2008, guerre en Libye en 2011, conflit en Syrie depuis 2012, vague de terrorisme islamiste depuis 2015 et maintenant, crise sanitaire gravissime.

Je n’ai, je le répète, aucune compétence pour parler du Coronavirus mais  j’en ai ma claque de tous ces gens qui nous distillent LEUR vérité sur les plateaux télé.

Souvenez-vous de  Yazdan Yazdanpanah, éminent membre du Conseil scientifique créé par Macron, qui déclarait  « Il n’y aura pas d’épidémie en France ! ». Ce cador des maladies infectieuses à l’hôpital Bichat  affirmait une telle ineptie en janvier 2020.  Dans la foulée, il s’expliquait sur RTL :

« … parce qu’on sait faire, on sait contenir, on sait isoler les patients ».

Je vous laisse juge du résultat des certitudes de cet « expert » !

La mère Buzyn, épouse Lévy (3), ministre de la Santé à l’époque, affirmait le 26 janvier 2020 :

« Il n’y a aucun risque de pénurie de masques en cas d’épidémie du Covid-19 en France ». On connaît la suite : la France aura manqué de TOUT : de masques, de tests de dépistage, de lits de réanimation, de personnels soignants et maintenant… de vaccins. De bout en bout, on aura eu tout faux, ce qui n’empêche pas Macron et son équipe de « bras cassés » de pérorer et de faire de l’autosatisfaction.

Trouve-t-on le même niveau d’incompétence et d’amateurisme, ailleurs ? Dans quelques républiques bananières gangrenées par la corruption, sans doute ? Mais certains s’en sortent bien.

En Suède, au Japon, à Taïwan, à Singapour, en Thaïlande, en Corée du Sud, en Australie, en Nouvelle- Zélande, en Israël, il n’y a pas (ou plus) d’isolement obligatoire et la population est libre de se déplacer et de vivre normalement. Pour ne pas tuer leur économie, ces pays ont appliqué des règles simples, mais strictes, des mesures de bon sens, pour enrayer l’épidémie :

– Tests de dépistage massifs et mise à l’isolement des individus contaminés

– Port du masque obligatoire pour tout le monde  et mesures d’hygiène préventives

– Mobilisation générale de tous les services hospitaliers (avec des moyens de protection dignes de ce nom pour tous les personnels soignants)

– Des services de réanimation équipés de respirateurs artificiels en nombre suffisant.

Grâce à cette stratégie volontariste, à l’opposé de celle choisie par les pays européens, on constate que les résultats sont – et de très loin ! – bien meilleurs que chez nous.

Comment expliquer que le nombre de morts en France soit 80 fois supérieur à celui du Japon qui compte presque deux fois plus d’habitants que nous ?

Qu’est-ce qui a amené certains gouvernements européens – dont le nôtre – à des choix suicidaires, tant pour leur population que pour leur économie ?

Incompétence ? Manque d’anticipation ? Mensonges ? Manque de courage ou… volonté politique ? Sans donner dans le « complotisme », j’ai bien une petite idée.

Cette pandémie était prévue et même souhaitée par certains idéologues fumeux depuis des années : Jacques Attali, le maître à penser de Macron, le clone  de Soros, déclarait dans « l’Express » du 3 mai 2009, à propos de l’épidémie de grippe A (H1N1) qui fit 280 000 décès dans le monde :

« Et même si… cette crise n’est pas très grave, il ne faudra pas oublier d’en tirer les leçons, afin qu’avant la prochaine – inévitable – on mette en place des mécanismes de préventions et de contrôle, ainsi que des processus logistiques de distribution équitable des médicaments et de vaccins. On devra pour cela, mettre en place une police mondiale, un stockage mondial et donc une fiscalité mondiale.

 On en viendra alors, beaucoup plus vite que ne l’aurait permis la seule raison économique, à mettre en place les bases d’un gouvernement mondial. »

Alors, est-ce vraiment par incompétence, incurie, imprévoyance,  que notre pays manquait de lits, de masques, de tests de dépistages (4) et de respirateurs artificiels ?

Je m’étonne qu’on ne parle presque jamais de la « Grippe asiatique » (H2N2) de 1956 à 1958. Elle fait 4 à 5 millions de morts dans le monde. En France, elle a contaminé 9 millions de personnes et  en a tué… 100 000. À l’époque, je n’ai pas souvenir d’avoir manqué un jour d’école.

On me dit que les Français souhaitent un durcissement du confinement pour sauver des vies. Je ne crois pas à ces sondages – plus ou moins « bidons » – qui voudraient nous faire croire qu’en dehors des protestations de quelques-uns, les citoyens-moutons appelleraient eux-mêmes de leurs vœux un nouvel ordre mondial (New World Order), rêvé par Georges Soros et Jacques Attali.

L’ancien ministre Philippe Douste-Blazy est omniprésent sur les plateaux télé. Au début de la pandémie, il est venu nous dire qu’il croyait  au traitement proposé par le professeur Didier Raoult. Puis, dans un deuxième temps, il nous a asséné  la doxa mondialiste : « Après cette pandémie, rien ne sera comme avant. Il faut créer un ordre mondial de la santé. »

Sous couvert du  Coronavirus, on terrorise les Français qui assistent  à la mise en place d’un système sécuritaire mondial. « Quoi qu’il en coûte ! » nous dit Macron qui sait être généreux avec NOTRE argent. Mais une crise économique, conséquence d’une crise sanitaire orchestrée, peut aussi cacher un nouveau krach financier. Macron et ses séides mondialistes ont mis la France à l’arrêt. Elle sera dans une situation catastrophique si le confinement se prolonge (ce qui semble être le cas).

Selon les économistes, un mois de confinement se traduit par 3 points de PIB en moins. Nous sommes déjà dans une situation pire que lors de la crise de 1929.

On nous serine qu’il faut tout miser sur le vaccin. Oui mais lequel ? AstraZenacaca dont plusieurs pays ne veulent pas ? Ou les autres, s’ils résistent aux divers « variants », anglais, sud-africain, brésilien et même… breton ? Encore faudrait-il que les « vaccinodrômes » promis par Macron ne soient pas régulièrement en rupture de stocks.

Depuis le début, je suis persuadé que ce virus est une arme bactériologique. Cette arme a-t-elle été utilisée  volontairement ou accidentellement ? Je n’en sais strictement rien mais disons que je m’interroge : pour cause de pandémie on a détruit tous les élevages de visons d’Europe (5), au même moment une grippe porcine décimait massivement des élevages de porcs – principalement en Afrique – , dans le seul département des Landes on vient d’éradiquer  deux millions de canards  au nom du « principe de précaution » contre la grippe aviaire, et hier nous apprenions que plusieurs foyers de rhinopneumonie  équine ont été détectés en France, ce qui  oblige à  confiner les chevaux.

Vous croyez aux coïncidences ? Moi pas trop !!! On a l’impression que le gouvernement ne maîtrise plus rien, pourtant, il a confiné les ânes qui écoutent encore ses sornettes, les veaux qui lui obéissent  bêtement et les moutons qui, par panurgisme, suivent celui qui bêle le plus fort, alors, les chevaux, pourquoi pas ?

Un jour, peut-être, nous sortirons de cette pandémie ? Mais quand ? Et dans état physique, mental et/ou économique ? Je n’ose même pas y penser !

Contre le spleen et la morosité qui nous envahissent, je connais cependant un vaccin efficace : le whisky « Single Malt »  (de 12 ou 18 ans d’âge). Et on n’est pas obligé d’attendre 21 jours pour la deuxième dose, on peut la prendre dans la foulée de la première…

Éric de Verdelhan

1) Vous aurez remarqué, Chers Lecteurs, que chez nous il n’existe pas de petits pontes.

2)  Provisoirement semble-t-il. Angela Merkel, plus pragmatique que Macron, semble s’intéresser au « Sputnik V » comme… au gaz russe.

3) Yves Lévy est l’ancien patron de l’INSERM. Le trio Levy-Buzyn-Salomon est donc grandement responsable de la situation actuelle ; il n’a pas su prévoir.

4) On se souvient qu’au début de la pandémie, Macron, grand et généreux avec NOTRE argent, offrait des masques à la Chine,  puis, plus tard, des tests de dépistage à l’Algérie.

5) Comme par hasard leur élevage devait être interdit en 2020, puis 2025. Bizarre non ?

Print Friendly, PDF & Email

Riposte Laïque vous offre la possibilité de réagir à ses articles sur une période de 7 jours. Toutefois, nous vous demandons de respecter certaines règles :

  • Pas de commentaires excessifs, inutiles ou hors-sujet (publicité ou autres).
  • Pas de commentaires injurieux ou diffamants envers les auteurs d'articles ou les autres commentateurs.
  • La critique doit obéir aux règles de la courtoisie.
  • Pas de langage ordurier ou scatologique, y compris dans les pseudos
  • Pas de commentaires en majuscules uniquement.
  • Il est rappelé que le contenu d'un commentaire peut engager la responsabilité civile ou pénale de son auteur

Notifiez de
Sei

Il n’y a pas de “petit personnel” hospitalier. Comme il n’y a pas de “petits boulots”. La formule est méprisante

Paoli

Bravo patapon je suis de votre avis ….mais nos élites eux ne se privent pas………oui à la liberté ,,,,

as fini.

Les “vieux” qui ont connu la guerre disent qu’ils avaient plus de liberté sous l’occupation. Je pense que c’est vrai. On est tombé bien bas et personne ne dit rien. Nada!!! Jusqu’à quand?

Patapon

On sauve peut-être des vies ,mais on est en train de tuer l’envie de vivre.

Travis

Tchin-tchin !
D’ailleurs la remarquable résistance du peuple japonais à la pandémie ne serait-elle pas due en partie à la qualité excellente de leur single malt tourbés ?

N’attendons pas de tomber malades, faisons de la prévention, levons et vidons nos verres !

Patapon

Je me soigne à la Zubrovka,excellente vodka Polonaise.A la bonne votre,les amis,et que Dieu nous aide tous!

patphil

quelle mauvaise foi, ils vous disent tous d’être confiné dehors, alors si vous habitez dans une résidence…
bon les mots peuvent se comprendre différemment; sacrée langue française

nicolachaos

Est ce que ce Virus est VRAI ou faux mystère?

Pivoine

Personnellement, je n’y crois pas. Des maladies respiratoires virales, il y en a plein : bronchite, bronchiolite, pneumonie, pneumopathie, et broncho-pneumopathie. D’autant que les symptômes sont les mêmes que ceux du “covid-19″… ainsi que les séquelles pour les broncho-pneumopathies, qui sont évidemment plus graves.
Elles ont juste été rebaptisées pour l’occasion.
Et qu’on arrête de nous enquiquiner avec les masques, qui ne servent à rien (c’est écrit dessus), et dangereux pour la santé !
Quant aux chiffres des “victimes”, on sait bien qu’ils ont été trafiqués !

nicolachaos

Surtout que l’on met tout sur ce fameux covid, même une jambe cassée.

Rems

Et bien, sortez, courrez, dansez, vivez faites ce que vous voulez….La liberté pour 135 euros ce n’est rien ! il est juste dommage de ne pouvoir aller au restaurant, bien qu’en cherchant un peu….et faute de bars on boit entre amis à 10 ou 15, on s’en moque……

Lire Aussi