1

Je pleure Notre Dame et tremble pour toutes nos églises

De quoi se mêle-t-elle, diront certains. Je ne suis ni pompier, ni experte en incendie, encore moins catholique pratiquante et pour couronner le tout, je ne suis pas Française. Juste indignée. Horrifiée.

J‘ai vu Notre Dame mangée de ces flammes infernales à la télé, j‘ai immédiatement pensé à un nième attentat de qui vous savez, à savoir de ceux dont on ne peut même plus citer le nom sans se faire traiter de raciste.

Je ne vais plus à la messe depuis des années, et pourtant, j’adore les églises. La France a hérité d’un patrimoine architectural religieux d’une diversité et d’une qualité uniques au monde. Ce trésor artistique est chargé d’histoire. J’aime les vitraux, les statues, les cathédrales, et chaque fois que je les découvre, j’ai envie de pleurer. Finira-t-elle aussi comme toutes les autres ? Toutes celles que l’imbuvable macron le menteur monomaniaque ne protège pas, trop occupé à défendre les temples des mordus du paillasson de prière.

Église de Linselles

Une église des champs, que le lierre verdit, dont la tour sonne l’heure à mon néant, m’a dit : Ton cantique est fini ; donne-le-moi, poète.

La haute Notre-Dame à présent, qui me luit, C’est l’ombre ayant deux tours, le silence et la nuit,

Et laissant des clartés trouer ses fatals voiles ; Et je vois sur mon front un panthéon d’étoiles

(Victor Hugo, Guernesey, 2 novembre 1855)

Les VÉRITÉS sur NOTRE-DAME de PARIS ! ! L’avis de plusieurs officiers sapeurs-pompiers. (Brillante synthèse, qui plus livrée par des spécialistes).

Quand on est capable de détourner des gros avions de ligne pour détruire les énormes tours aux USA, l‘incendie de Notre-Dame n’est qu’une broutille pour ces frénétiques de la sourate !

A- Sourate-004-An-Nisa  – Verset 14 : « Et quiconque désobéit à Allah et à Son messager, et transgresse Ses ordres, Il le fera entrer au Feu pour y demeurer éternellement. Et celui-là aura un châtiment avilissant ».

J’ai toujours été persuadée de l’incendie criminel, mais ici, l’accumulation de faits aussi probants ne laisse plus le moindre doute…

Les partisans de cette hypothèse (seule probable) sont taxés de « complotistes », mot très à la mode utilisé systématiquement pour toutes critiques du « politiquement correct » ambiant exclusivement chargé d’enfumer l’opinion publique!!!!! Avez-vous pensé à toutes les églises et chapelles qui sont incendiées régulièrement depuis des années, avec le silence des Médias et de nos Dirigeants…!

Morgane Dumoulin : « Malheureusement, je pense que ce n’est pas un accident : ancienne étudiante de L’École du Louvre, diplômée en Histoire de l’art, j’ai visité la charpente de Notre Dame avec des architectes des Bâtiments de France, il y a plusieurs années. Cette charpente de bois, du Xlle siècle, était protégée comme jamais ! Chaque intervention est toujours accompagnée par des architectes, des experts, des historiens. Aucun début de travaux n’est envisagé, sans une prudence extrême : pas de source de chaleur, aucun chalumeau, ni appareil électrique ; un système d’alarme performant et une surveillance très stricte. Ajoutant : „Je pense que nous finirons par apprendre qu’il s’agit d’un incendie criminel.» (Et moi, je n’y crois pas, malheureusement).

Philippe Villeneuve, architecte en chef des Monuments Historiques et responsable de la restauration de la flèche : «les travaux de restauration proprement dits n’avaient pas encore débuté ; seuls les échafaudages étaient en cours de montage. Aucune soudure ni aucun point chaud possibles, donc.»

Maxime Morlon : «Je partage cette analyse. Pour travailler souvent en milieu dangereux avec des ATEX (Réglementation européenne relative à l’usage de certains matériels en atmosphère explosive), je confirme que toutes les précautions sont prises sur ce genre du bâtiment, outre des mesures de prévention, drastiques. On demande d’enlever tous les matériels électriques et de travail par point chaud, comme les chalumeaux, dès la fin de la journée de travail. Tout est stocké dans des endroits appropriés. L’ascenseur, installé avec l’échafaudage servait aussi à cela. Le travail par point chaud est soumis à autorisation journalière ; il est supervisé par des spécialistes qui mesurent le taux de poussière dans l’air et la présence éventuelle de gaz pour éviter tout départ de feu ou explosion. La couleur des flammes et le dégagement de fumée sont aussi très suspects : Personnellement, je n’ai jamais vu du bois sec produire des flammes aussi blanches à leur base et autant de chaleur. Il suffit de regarder les incendies de vieilles maisons, où l’on constate que les poutres sont les dernières choses qui restent, avec les murs porteurs, même après plusieurs heures de combustion.

La charpente de Notre-Dame s’est vaporisée en moins d’une heure, comme si on avait utilisé un accélérateur de combustion du bois. Je ne crois absolument pas à la thèse accidentelle

Thierry Scootard : «Ancien pompier, jamais je n’ai vu un feu de charpente prendre sans combustible.

La première question : quel combustible aurait pu servir pour embraser ces poutres, de plus de 40 cm d’épaisseur.

1ère solution : un faux contact électrique. Quand on voit les combles, personnellement j’en doute. Surtout qu’aucun combustible ne trainait.

2ème solution: un chalumeau dirigé vers une poutre pendant au moins 15 min., pour commencer à faire prendre une poutre ! Mais ensuite, pour la propagation, j’en doute aussi.

3ème solution: un effet backdraft, c’est-à-dire un feu dans un local, suivi d’une implosion à la suite d’une prise d’air.

Loulou Luigi : « Ancien charpentier boiseur, je puis assurer que ces pilastres multi-centenaires ne peuvent brûler comme un vulgaire fétu de paille ! Le seul fait d’avoir été protégés durant des siècles les a rendus imputrescibles et ininflammables. Il aurait fallu un feu couvant durant plusieurs jours, sans que personne ne puisse le voir, ni en voir les fumerolles ! Impossible.

Patricia Etout : Cet incendie d’une rare violence laisse sceptique sur le fait qu’il ait démarré spontanément. Une telle puissance et une propagation aussi rapide, suscite immanquablement des questions.

Aline Aitaine : «Sachant que matin et soir, il y a une inspection par les pompiers qui surveillent le site ; qu’il n’y avait aucun ouvrier sur le chantier ; qu’il y aurait eu deux départs de feu (selon LCI) ; que le feu s’est propagé à une vitesse exceptionnelle ; que la Basilique St Denis a fait l’objet d’un incendie volontaire ; etc., etc.  Mais « pas de conclusions hâtives, ni d’amalgames !… » Pour ma part, je pense en effet qu’il y a eu plus d’un départ, pour provoquer un tel embrasement.

En effet, vers 18h20, une première alarme incendie s’est déclenchée. Les agents ont fait le tour sans rien constater d’anormal. Donc, ils sont soit stupides, soit incompétents : j’aurais été vérifier dans les combles, sachant que des travaux de rénovation vont avoir lieu. À 18 h 47, une deuxième alarme incendie se déclenche, ce qui veut dire que le feu s’est propagé en 27 min. dans les combles ou qu’un autre départ de feu est survenu. Bref, beaucoup d’interrogations. J’en ai vu, des feux de toitures, mais c’étaient des maisons isolées à la laine de verre et truffées de gaines électriques.

Dans le cas de Notre-Dame, apparemment les combles en étaient vierges : il y avait juste des poutres, aux dimensions monstrueuses.

Pour rappel, la cathédrale de Nantes a subi le même incendie perfidement imputé à un chalumeau resté malencontreusement allumé, alors que l’incendiaire tenait encore l’allumette dans ses mains bronzées.

Dans le cas présent, les travaux en étaient au stade de la pose d’échafaudages. Il n’y avait pas encore de chalumeau (ni d’autre matériel).

Anonyme : – «Je peux vous garantir (ou presque), que l’incendie est criminel : la sécurité et les mesures mises en œuvre sont hallucinantes. Chaque jour, en fin de chantier, des agents équipés de caméras infrarouge, font le tour de chaque place où les ouvriers sont installés pour travailler. Chaque soudure est contrôlée et vérifiée. Interdiction de fumer à n’importe quel endroit : caméras dans tous les coins, sous les spots et sous chaque angle (pour les vols et les cigarettes), extincteurs tous les 5 mètres, dispositifs détecteurs de fumée, en veux-tu en voilà. Ils font même des essais, matin, midi et soir pour s’assurer du bon fonctionnement. Mon frère travaille sur le chantier de Notre-Dame depuis plus de six ans : Il n’arrête pas de me répéter qu’il est impossible qu’un incendie se soit déclenché spontanément : les dispositifs de sécurité pour pallier les risques d’incendie sont impressionnants et les procédures répétées chaque jour.

Français Du Jura : «Je travaille à Paris, depuis 2000, comme tailleur de pierre. J’ai participé à de nombreux chantiers. Il faut voir les équipes ! On nous a imposé des Maliens, des Cap-Verdiens, des Maghrébins. Ils prient sur les chantiers. Beaucoup nous haïssent. Pour moi, c’est clair, un feu d’une telle violence en moins de 2 h., est impossible sans accélérateur. De plus, le bois n’émet pas de fumée jaune ; la pétrochimie, oui.»

Michel AMIEL Professeur émérite Université Claude

Au su et au vu de la durée de l’incendie,  je l’ai  déjà dit et je maintiens la cause criminelle via un acte que je qualifierais, de terrorisme contre la chrétienté..

Pourtant l’ÉGLISE par la voix de Monseigneur Patrick Chauvet déclare encore croire à l’accident…. Est-ce de l’enfumage ou de la bêtise ?

Eric Zemmour affirme qu’on ne nous dira jamais la vérité…

Bien sûr que la plupart savent que cet incendie a été savamment préparé, tout autant que les avions de BEN LADEN sur les « tours jumelles » le 11 septembre 2001.

Bien sûr que c’est un odieux attentat. Tous les menuisiers et charpentiers vous diront que des poutres de 40*40 ne peuvent pas s’enflammer de la sorte, même si elles ont plusieurs siècles ! C’est l’évidence même, comme le fait que nos « sympathiques banlieues » ont fait la fête ce soir-là sur des airs de musique berbère !

Et la liste des églises brûlées s’allonge inexorablement !……

Notre Dame de Paris,  avis d’un spécialiste en explosif (NEDEX) :*Bien sûr , personne doté d’un peu d’intelligence ne peut croire à un accident… Tout a été organisé , préparé et je suis persuadé que certains savent…(Un article précisait qu’il ne fallait rien divulguer “à chaud”…car ça pourrait déclencher une guerre civile), tout est donc clairt.

 

*Ce qui est étrange c’est ND de Paris dont la toiture de 140 mètres sur 40, flambe en 1 heure chrono ! C’est impossible.. !

Voici une explication très sérieuse venant de spécialistes en explosifs du génie militaire (NEDEX) Pourquoi Notre Dame a brûlé si vite ?

Il y a deux mois, une entreprise est venue, autorisée pour pulvériser sur toute la charpente du produit contre les insectes du bois … or ce n’est pas ce qui a été employé mais une solution hautement inflammable qui a fait une pellicule autour des poutres !

Ce produit de type « thermite » est composé d’oxyde de fer et d’oxyde d’aluminium ce qui donne la couleur acajou obtenue après la pulvérisation et la couleur des flammes jaunes-orangées de l’incendie.Depuis février le produit, sans doute associé à une colle, a séché et s’est solidifié sur les poutres comme une pâte devenue très fine, une sorte de vernis, sauf que ce n’était pas du vernis….Le 15 avril, il ne suffisait plus que d’un vrai « pot thermique » générant une chaleur intense de 2 200 degrés pour percer la toiture par sa très forte température et allumer ainsi toute la charpente pré-imbibée située nécessairement juste en dessous du toit.

Le pot thermique, c’est la personne vue sur le toit avec des flammes jaunes-orangées qui met le feu… après l’amorçage sur le toit le feu a gagné toutes les parties pulvérisées pendant la fausse désinsectisation. Sous l’action des lances incendies le feu augmente dans un 1er temps car l’eau active ce type de pyrotechnie avec des crépitements intenses et même de petites explosions.

Des vidéos non truquées (caméra Surveillance) montreront par la suite cette personne sur le toit s’activant avec du feu sous forme d’éclairs ou au moins de grosses lueurs très brèves et jaunes-orangées comme seront les flammes de la charpente ensuite, après le départ des ouvriers. Puis cette personne disparaît

Si l’eau active ce genre de feu c’est en raison de l’extrême chaleur produite. En effet l’eau se catalyse au-dessus de 1 100 degrés libérant ainsi ses deux gaz : l’hydrogène et de l’oxygène d’où les flammes sur un bois qui d’ordinaire n’en fait pas, flammes dues à l’hydrogène et à l’oxygène. Ces deux gaz : H² et O s’additionnent à l’oxyde de fer et à l’oxyde d’aluminium augmentant la combustion.

Un pot thermique est capable de détruire un char, c’est pour ça qu’il a été inventé. En produisant une chaleur de 2 200 degrés, il place au double de la valeur de sa catalyse (séparation en gaz) l’eau, dont la catalyse est à 1 100 degrés, c’est pourquoi la charpente a fait comme un feu de paille sous les lances à incendie, les pompiers ne sachant pas à quel genre de feu ils avaient à faire.

Il s’agit donc d’un attentat grandiose, soigneusement calculé et qui ne peut être l’œuvre que d’esprits pervers de la pire espèce venant d’un État et non pas d’un simple quidam ou terroriste primaire, et sans doute tout cela est-il au profit d’intérêts commerciaux voulus par des salopards ignobles.Comment imaginer que des millions de gens croient au court-circuit ou étincelles pour allumer l’incendie de NDdP ? Qui réfléchit encore ?

Il a fallu 1 300 chênes pour la charpente soit 2 000 à 2 600 m3 ! Il est impossible qu’une telle masse de bois très dur de plus de 800 ans, des poutres de 40/40 de côté brûlent en 1 heure, sans comburant additionné. Étrange !

En 10 mois, ce sont 12 édifices chrétiens qui ont été brûlés en France.

PERSONNE DE SENSÉ NE PEUT CROIRE QU’IL N’Y A PAS D’ACTIONS TERRORISTES DANS CES FAITS TRES GRAVES QUE LES AUTORITES REFUSENT D’AVOUER !

Édifices chrétiens brûlés/vandalisés/ saccagés/profanés en France.

Eglise Sainte-Foy de Lyon (Rhône), tentative d’incendie, mai 2018

Eglise Notre-Dame des Graces de Revel (Hte Garonne) incendie criminel, juin 2018

Eglise Saint-Vaast de Béthune (Pas-de-Calais). Incendie, a priori criminel, juin 2018.

Eglise Sainte Brigide de Plappeville (Moselle), incendie criminel, juin 2018

Notre-Dame-des-Enfants, Nîmes : badigeonnage de cacas humains sur un mur. Avril 2019.

Eglise Sainte-Thérèse de Rennes (Ile et Vilaine), juillet 2018

Eglise de Villeneuve d’Amont (Doubs) ravagée par un incendie, aout 2018

Eglise Saint-Pierre de Neuilly sur Seine, incendiée par un acte criminel.

Saint-Sever (Landes), chapelle du Péré, incendie criminel, septembre 2018

La Tour du Pin (Isère) : tentative d’incendie septembre 2018

Sables d’Olonne (Vendée) : incendie dans la chapelle du sacré Cœur, octobre 2018

Eglise Saint-Jean de Bruel, octobre 2018

Eglise Sainte-Madeleine, à Toulouse (Haute-Garonne), octobre 2018

Eglise évangélique d’Annemasse (Haute-Savoie), novembre 2018. Les causes ne sont pas connues. Pas de photos disponibles. Disparu, les clichés ?

Basilique Saint Epvre de Nancy, incendie de la sacristie, en partie détruite, novembre 2018

Cathédrale Saint-Maclou de Pontoise (Val d’Oise) : début d’incendie, 24 novembre 2018

Sélestat, incendie criminel dans l’église, janvier 2019.

Eglise Saint-Jacques de Grenoble (Isère). Incendie „considéré comme accidentel“, janvier 2019, malgré la revendication par un groupe anarchiste

Incendie de la cathédrale de Lavaur (Tarn), février 2019

Église Saint Esprit de Bayonne, incendie, janvier 2020,

Début d’incendie en l’église Saint-Sulpice de Paris, mars 2019.

Cathédrale Notre-Dame de Paris, avril 2019

Église Notre-Dame-de-Grâce, à Eyguières, avril 2019, quelques heures après la messe de Pâques !

Le 18 juillet 2020, Cathédrale Saint-Pierre-et-Saint-Paul de Nantes. Incendie criminel déclenché par l’un des convives de monsieur macron. (Observatoire du patrimoine religieux – 75009 Paris).

 

Photo : à droite, le drame de la France en juin 2019, à gauche, le drame de la France depuis avril 2017

Je précise que je n’y connais rien en incendies, qu’à lui seul, le mensonge précipité de l’arrogant de la République avait suffi à me convaincre. Tout le reste, ce sont les experts qui l’affirment.

Anne Schubert