Je remercie la Ligue de l’Inquisition musulmane de confirmer ce que je pense de l’islam

Publié le 11 février 2014 - par - 2 167 vues
Share

PLUTÔT QUE DE VOULOIR ASSASSINER LA DÉMOCRATIE, N’EST-IL PAS MIEUX DE BANNIR LES « ISLAMOPHOBES » EN ARABIE OU EN IRAN

On ne veut pas me décapiter parce que j’ai écrit dans l’article « L’homme musulman est né pour servir sa religion et tuer la démocratie » qu’Allah est homophobe, raciste, pédophile, haineux, nombriliste, antisémite,hégémonique, sanguinaire, ethnocentrique, suprématiste et ne reconnait pas l’égalité entre les hommes et les femmes et qu’il veut créer une cité idéale purifiée des non musulmans, un Reich islamique, mais parce que j’ai fait un parallèle entre l’islam et le nazisme et qu’Hitler serait le clone du prophète voire son fils bâtard, ce qui avait suscité le courroux de l’admirable ligue de défense judiciaire de la vertu musulmane qui veut laver l’affront fait à l’islam.

Mais étant donné que le droit français ne reconnait pas le délit de blasphème caractérisé ou les atteintes au sacré « comme là-bas dis », alors que je n’ai pas le sentiment d’avoir ébranlé l’image parfaite que les pieux musulmans font de leur religion ( 5 ans de prison au Maroc, 7 ans et demi en Tunisie, la décapitation en Arabie et en Iran), la ligue connue pour les extraordinaires qualités morales, du savoir-faire professionnel, de l’oeil avisé et la rigueur intellectuelle de ses deux dévoués et désintéressés duettistes qu’Allah les bénisse et les élise dans son Lupanar divin amen, a trouvé une parade géniale: incitation à la haine en vertu de la loi de 1881.

Etant supposé moi-même être né musulman, j’aurais ainsi commis un double péché mortel : violer le sacré et commettre un acte d’apostasie.

Le but inavoué de ces deux braves défenseurs de la sublime et très démocratique et humaniste religion de la paix au fil de l’épée, est moins que la justice mécréante restaure l’hymen de la vierge musulmane que j’aurais violée, mais de me désigner comme le mal qu’on doit expurger du corps humain en danger de mort à cause des outrecuidances de mon espèce.

Leurs intentions sont fort louables comme celles de cet auteur, diplômé des grandes écoles de la pensée éclairée et humaniste de l’islam, de l’incroyable dictionnaire de l’islamophobie qui s’est livré à un réquisitoire inouï, pp¨230-234″, qui doit lui valoir la reconnaissance éternelle d’Allah. Je me demande si l’un n’avait pas requis et l’autre n’avait pas prononcé la sentence.
Ceci étant, je comprends la peine affligée par mes écrits à ces êtres sensibles et inoffensifs qui n’ont jamais fait de tort à l’humanité, et je réclame solennellement que la justice d’Allah me frappe.

Plutôt que mes inquisiteurs prennent le risque de se voir déboutés par la justice républicaine, il serait plus judicieux pour eux d’organiser une collecte dans les mosquées de France afin de m’offrir un aller sans retour en Arabie Saoudite, terre sacrée de la vertu musulmane, où ses justiciers sauront accomplir le plus chirurgicalement et esthétiquement du monde le châtiment prévu à cet effet dans la pure tradition mahométane : décapitation-crucifixion.

L’honneur d’Allah, du prophète, de l’islam et des musulmans n’a pas de prix et ma mort ne saura jamais leur rendre la joie de connaître l’orgasme avec la vierge musulmane. Déflorée par le gentil pédophile et incestueux Mohamed, violeur en série des captives de guerre, peu regardant sur l’âge de ses conquêtes féminines et les liens de parenté qui lui interdisent de forniquer avec elles, ils ont beau avoir avec Allah un grand expert en chirurgie esthétique, ils ne pourront jamais y parvenir. Ces malades dont le cas est désespéré que je ne cesse de flatter et de couvrir chacun d’éloges dans l’espoir de provoquer un électrochoc chez eux et de leur faire prendre conscience qu’il n’y a de religion que dans la pensée diversifiée et plurielle, il n’y a de dieu que l’homme et qu’il n’y a d’amour que pour le genre humain.

Allah est à l’image des siens. Si son image est hideuse c’est à eux d’y répondre et ils sont trop mal placés pour faire un procès en sorcellerie à ses portraitistes. Ses traits ne sont ni travestis ni exagérés, ils sont fidèles aux images qu’ils véhiculent eux-mêmes de lui.

Qu’ils assument leur humanité d’abord et se décentrent de leur religion et fassent preuve d’humilité et de lucidité avant de brandir le glaive pour couper la tête de leurs victimes.

Je remercie toutefois la ligue de l’inquisition musulmane, présidée par un honorable avocat qui a abandonné la robe pour la soutane djihadiste d’avoir validé par lui-même tout le bien que je pense de l’islam.

Salem Benammar

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.