1

Je rêve de retrouver ma liberté chérie

Enfant, vers mes sept-huit ans, à Lafayette, village d’Algérie, qui était encore française, mon oncle Charles, qui s’occupait du café de sa belle-mère, me demandait parfois d’aller porter une bouteille de vin à Belkacem qui tenait l’écurie du village.

Mon oncle enveloppait cette bouteille dans du papier journal, car personne ne devait savoir que Belkacem buvait du vin.

À peine arrivé chez Belkacem, il s’emparait de la bouteille et la vidait d’un trait.

En buvant du vin, il risquait sa vie. 

En effet, si un petit Arabe l’avait vu et était allé le dénoncer à ceux qui punissaient de mort tout musulman qui absorbait de l’alcool, je n’aurais pas donné cher de sa vie. 

(Je suis content de mettre cela dans la pomme de ceux qui osent prétendre que l’islam est une religion d’amour et de paix). 

L’islam est un véritable fascisme, il ne permet pas de critiquer, mais de plus, massacre les musulmans qui ne respectent pas les règles de la charia.

Comment et pourquoi je me suis souvenu de cela ? chaque fois que je dois sortir, il me faut penser à mon masque et à mon attestation.

Tiens, où est ma liberté ? Je ne peux sortir de ma cellule plus d’une heure par jour, ne pas m’éloigner de plus d’un kilomètre.

https://www.youtube.com/watch?v=dZF9JXf_gWM

Une des choses que déjà j’ai ressentie comme une atteinte à ma liberté, ce fut lorsque j’ai été obligé de me barder d’une ceinture de sécurité en voiture.

Je me demandais, tiens le législateur, qui ne me connaît pas, se soucierait-il de ma vie ? Mais, je me dis vite qu’un lobby de fabricants de ceintures de sécurité avait obtenu que l’on me contraigne à en porter une.

Mais dans le cas du coronavirus, c’est autre chose. Les hôpitaux ne disposant pas de suffisamment de lits, nos responsables s’angoissent à l’idée de voir des malades dans les couloirs des hôpitaux comme dans les hôpitaux et maternités d’Algérie algérienne.

https://www.youtube.com/watch?v=4-6NKBcHL1w

Me voilà donc, moi qui n’ai aucune responsabilité quant à l’arrivée de ce virus en France, contraint.

Alors que ce devrait être les personnes qui commerçaient avec la Chine, qui y allaient pour faire fabriquer toutes sortes de choses, lesquelles bien évidement ont détruit de nombreux emplois en France.

Les gens au pouvoir – qu’ils ont obtenu, nous dirons par les urnes…, adeptes d’un libéralisme débridé, qui nous ont prétendu, au début de la crise sanitaire, qu’il était difficile de fermer les frontières.

Et c’est moi qui ne suis responsable de rien, n’ayant même pas voté pour Macron, qui suis condamné à de l’enfermement.

https://www.youtube.com/watch?v=M7s38PJ9wzc&feature=youtu.be

Bernard Atlan