1

Je serai à Callac le 5 novembre, pour défendre la Bretagne et la France

Callac… Qui connaissait il y a quelques mois ? En tous cas, je l’avoue, pas moi. J’ai pourtant beaucoup voyagé dans toute la France durant ma vie professionnelle, mais Callac m’était parfaitement inconnue !

Alors pourquoi Samedi je ferai le déplacement dans ce petit village des Côtes-d’Armor ? Il y a plusieurs raisons à cela : la première c’est que depuis le décès de ma fille au Bataclan, le 13/11/2015, je me bats de toutes mes forces contre l’islamisation de mon pays. A chaque fois que l’on me sollicite je n’hésite pas à venir participer et à soutenir les gens qui œuvrent contre ce cancer ! C’est ainsi que je me suis rendu dans le Var aux universités d’été de Reconquête, puis, à la demande des GZ (Génération Z), dans les Alpes-Maritimes, puis, à la demande de Christine Tasin, à Guer dans les Côtes-d’Armor. Cette fois, je serai donc à Callac le 5 novembre. Le 20, je serai avec les GZ de Toulon, puis dans le Nord avec la Fédération du Nord, en compagnie de Stéphane Ravier et Éric Zemmour le 27 Novembre.

Callac a largement contribué à la défense de la France en 1914. En effet, ce ne sont pas moins de  171 noms qui figurent sur le monument aux morts. En 1940, il y avait un siège de la Kommandantur, place du centre, et c’est 53 morts, pour la plupart des Résistants, qui furent tués. Les plus connus : André Le Provost, Georges Loscun, René Philipeau, Louis Lemeur, sans oublier les 31 otages exécutés par les SS le 13 Juin 1944, dans le bois de Boudan en Plestan. Pour tous ces valeureux patriotes, qui sont tombés pour la France en défendant leur nation contre l’envahisseur, nous n’avons pas le droit d’abandonner, et même nous avons l’obligation de venir défendre Callac. Si nous ne faisons rien, cette ville risque cette fois d’être envahie non pas par les Allemands, mais par des gens qui n’ont rien à faire en France, qui pour la plupart y sont rentrés en toute illégalité, pour essayer de remplacer les habitants qui eux ne demandent rien à personne !

A titre personnel, je n’habite pas Callac, mais je me sens solidaire du peuple de Callac. Nous sommes une famille de patriotes et de combattants : un oncle est décédé, brûlé vif dans un char, un autre fait prisonnier, évadé 11 fois avant de se retrouver dans un camp à Treblinka, et mon père, trop jeune pour être enrôlé, ayant pris le maquis pour éviter le travail obligatoire. Il est rentré à son tour dans la Résistance. Il m’était donc impossible que je laisse faire sans réagir.

Enfin, la dernière raison qui me fait soutenir Callac et ses habitants, c’est que si on laisse ces immigrés envahir Callac, on sera obligé de laisser faire dans tous les villages de France. Alors qu’il faut à tout prix empêcher cela. Je sais que c’est le vœu de Macron de transformer la campagne française en véritable poubelle du monde, alors que la seule solution serait de renvoyer chez eux tous ces gens qui débarquent chez nous pensant y trouver un Eldorado et qui, pour finir, se retrouvent sous les ponts bourrés de crack. En cela Macron et son équipe de baltringues sont des criminels et mériteraient d’être traduits devant les tribunaux pour non-assistance à personne en danger !

Alors, il est vrai que Callac, comme beaucoup de communes rurales, subit une perte démographique importante, bien que cela, apparemment, ait eu tendance à diminuer avec le Covid. Mais ce n’est pas parce que bien des Français ont quitté Callac qu’il faut les remplacer par des gens qui ne connaissent ni le lieu, ni la région, ni le climat, ni les gens (la plupart ne parlent même pas français) et n’ont aucune formation. Je ne pense pas que ce soit à Callac qu’il y ait suffisamment de centres de formation pour leur apprendre à la fois à lire et écrire français, et un métier. Donc cette décision est d’une débilité frappante ! D’autres solutions existent pour faire revenir les Français dans leurs campagnes. Éric Zemmour, dans sa campagne présidentielle, en a énuméré beaucoup ! Et l’argent que vous allez consacrer à ces migrants peut très bien servir à repeupler votre village avec des Français de souche. Il me semble que les Callacois et Callacoises préfèreront et de loin cette solution !

Enfin, à la tête de la mairie de Callac trône un maire qui se doit de défendre l’entièreté des habitants de Callac. Dans une vidéo, monsieur le maire, vous révélez que, sous le blason de Callac, subsiste une devise que vous dites avoir faite votre : « Jamais traître plutôt mourir. » Il me semble que c’est le moment opportun pour montrer votre attachement à cette devise, en organisant au moins un référendum uniquement avec les Callacois et Callacoises. Comme ce sont eux qui vous ont élu, vous devrez le faire respecter, quel qu’en soit le résultat, en bon démocrate que vous vous devez d’être puisque élu au suffrage démocratique !

Pour tous ces faits, comme à chaque fois que l’on me sollicite et qu’il apparaît que la France est en danger, je serai à Callac samedi 5 novembre. Venez-y nombreux, il en va de la vie de Callac et même de la vie de la France.

Alors je compte sur vous TOUS SAMEDI A CALLAC !

Patrick Jardin