1

Je souhaite à Houria Bouteldja de continuer sa vie en pays musulman

On parle un peu de Houria Bouteldja en ce moment, alors comme cela fait longtemps que j’ai envie de lui dire ses 4 vérités à celle-là, et par la même occasion à tous ceux qui l’adulent, je saisis cette opportunité.

J’aurais pu en parler dans mon livre autobiographique, Pour un monde sans islam, mais j’avais plus important à écrire. Voici le passage, tiré de ma conclusion, dans lequel je mentionne toutefois cette souchienophobe  : « Si j’ose parler aujourd’hui et dans ce style plus que direct et franc, sans langue de bois, c’est paradoxalement que je suis moi-même un fruit né en terre d’Islam et d’Allah, je suis d’Afrique du Nord, je ne viens pas du Klu Klux Klan ni de « l’extrême droite ». Non, je viens d’une terre islamisée sur plusieurs couches depuis quatorze siècles de folie collective. Je suis une Berbère, pas une Européenne blanche nourrie au cochon. Je suis née en terre musulmane, nourrie et pétrie de religion, de hallal, de culture et de traditions musulmanes jusqu’à l’overdose. Me taxer de raciste ou d’islamophobe serait un oxymore, une blague racontée par les idiots utiles de l’Islam. Le petit-fils d’Hassan Al-Banna, Tariq Ramadan, ou l’Algérienne indigène Houria Bouteldja, ces djihadistes à langues de vipère, invités à tour de bras sur les plateaux télé pour distiller leur bile, déverser leur venin sur la France et l’Occident. »

La différence entre Houria Bouteldja et moi, c’est un peu comme la différence entre Latifa Ibn Ziaten (la mère d’Ihmad, ce jeune soldat musulman, tué par Mohamed Merah) et Albert, le père d’Abel (également tué par Mohamed Merah). Bouteldja et Ibn Ziaten sont pro-islam et ultra-médiatisées, Albert et moi sommes anti-islam et blacklistés !

Alors que je venais à peine d’arriver en France, fuyant l’Algérie musulmane donc misogyne, où les femmes sont des sous-chiennes, Bouteldja s’est fait connaître par une pétition en 2005, par laquelle elle et ses amis françaisdesouchophobes se considéraient comme des Indigènes de la République. Quel décalage avec ma situation et ma compréhension de la réalité ! En plus, j’appris plus tard qu’elle travaillait pourtant déjà comme fonctionnaire française, avec garantie de l’emploi, salaire qui tombe tous les mois et tout le toutim. D’ailleurs la plupart des signataires de sa petite pétition étaient des fonctionnaires, notamment du CNRS… Être payé par l’argent public et cracher sur le pays qui vous nourrit, c’est cela apparemment être Indigène de la République… Déjà l’hypocrisie ne l’étouffait pas, préférant l’hypercritique de la France, ma nouvelle mère.

Non contente d’être grassement payée par l’État français (que je distingue de la France), la Bouteldja est également la star des médias (subventionnés par l’État français) depuis 2005, sans interruption. Et elle arrive encore à se plaindre, l’islamophile de service ? Qui, parmi les islamophobes, peut rivaliser sur un plan médiatique avec cette fausse indigène et vraie profit(u)euse de la République ? Certainement pas moi, ni les animateurs de Riposte laïque, la seule exception étant Eric Zemmour. Mais pour un Zemmour, combien de Bouteldja ? Des dizaines !

Ah, elle fait la belle, chez Taddéï, chez FOG, chez Durand et partout ailleurs où elle est invitée, et où elle a tout le loisir de cracher sur la France et les Français, surtout s’ils sont blancs. Son copain Tariq Ramadan est suspecté de viol, moi je suspecte les médias collabos de sadomasochisme !

Pas un pour lui dire en face l’une des seules vérités qu’a jamais proférées Alain Soral :

https://www.dailymotion.com/video/x876md

Oui, une horloge cassée donne l’heure exacte deux fois par jour, de même il peut arriver à Soral de dire la vérité. Mais Bouteldja est pire que cassée, elle est déglinguée, donc elle ne sait même plus quelle heure il est. Moi aussi, si j’étais restée en Algérie j’aurais été celle que Soral dépeint, avec de la peinture sur le front et 6 gosses, parce que c’est comme ça que ça se passe là-bas, et que l’Algérie ne double pas de population tous les 50 ans par hasard.

Bouteldja me donne des boutons, et ceux qui la soutiennent comme Obono, l’abonnée aux bidonnages, me donnent de l’urticaire ! Toutes ces femmes qui défendent l’islam devraient prendre 10 minutes de leur vie pour lire la Sourate 4 du Coran, entièrement dédiée à la femme et à son asservissement dans la société musulmane régie par la charia.

J’aimerais que Houria la francophobe islamolâtre lise mon livre et ose me dire, droit dans mes yeux et droite dans ses bottes de nazislamiste, que j’ai tout inventé pour nuire à l’image de islam, ou que je suis raciste, moi qui ne suis pas une souchienne mais une Française de cœur qui ne remercierai jamais assez la France de m’avoir accueillie en son sein et de m’avoir permis d’échapper définitivement au goulag islamique.

J’aimerais que Bouteldja la fonctionnaire islamique regarde ce témoignage de cette Iranienne vendue par son père à 9 ans, violée et torturée, avant d’échapper à cette magnifique religion de paix (qui fait la guerre), d’amour (pédophile) et de tolérance (dans les maisons du même nom) :

https://www.youtube.com/watch?v=jYCDuBuDlgI

Que cette femme puisse défendre son bourreau ne peut venir que d’un syndrome de Stockholm inconscient, et du fait qu’elle n’a jamais vraiment vécu en terre d’islam. Les pires anticommunistes sont ceux qui ont vraiment vécu le communisme, c’est pourquoi les Français sont plus antinazis qu’anticommunistes.

Je souhaite donc à Houria d’aller vivre, le plus longtemps possible, en pays musulman, puisque l’islam est si cher à son cœur, puis qu’elle revienne nous en parler sur les même plateaux télé qui l’ont si souvent mise à l’honneur. En espérant que d’ici là elle ne soit pas victime d’un crime d’honneur, naturellement.

Aquila

Auteur du livre POUR UN MONDE SANS ISLAM