Je souhaiterais que votre journal soit moins intransigeant sur la laïcité, pour mieux rassembler les Français

L’hospitalité amicale que vous m’avez donné dans « Riposte laïque » pour deux contributions au débat m’encourage à vous écrire cette réaction .
Franchement n’y a-t-il pas des problèmes plus urgents en France que la venue du Premier Ministre à la béatification d e Jean – Paul II qui fut un ami de la France et de sa vocation, ( s tu fidèle aux promesses de ton baptême a –t-il osé dire à l’Eglise de France ! ) dénoncée é par Christine en Tassin ( dont je salue la sincérité ) ou qu’une speakerine du service publique porte une croix à la Télévision, horresco referens, il est vrai , opinion dans ce cas
Entendons nos bien personne ne conteste les principes d’une saine laïcité mais dirons nous la pratique de la loi de 1905 a abouti à un équilibre qui fonctionne plus ou moins, entre l’Etat et les catholiques, parce que ces dernier sont enfin été reconnus après la guerre de 1914. Après une laïcité de combat contre un catholicisme enraciné, des combats communs pour notre pays ont ressoudé les uns et les autres
Mais revenir à une laïcité agressive, visant à abolir dans le paysage toute trace des traditions catholiques, des processions à tutti quanti ne sert à personne, sinon à nous affaiblir inutilement ..
Les problèmes urgents sont bien analysées par Philippe Landeux dont je ne partage peut-être pas tous les fondamentaux de départ – mais dont je salue la volonté d’analyse en profondeur : celle du défi de l’immigration telle qu’elle est pratiquée, qui menace les fondamentaux d e notre pays Lui aussi pense qu’ il faut donc aller plus loin que la laïcité ( ou revenir à une conception purement traditionnelle de la France plus proche de Joseph de Maistre )
Sans renoncer à votre nom « Riposte Laïque », c’est votre droit et votre histoire, restez quand même fidèle à cette volonté, celle qui vous a fait inviter d’Oscar Freysinger, qui nous a invité à faire revivre , ressurgir l’Europe de l’esprit dans un très beau discours à vos assises.
Riposte laïque avait fait un chemin que je salue, défense l’identité française à partir de son histoire millénaire, défense des crèches religieuses ! dans l’’espace publique au nom des traditions [1] , et ce que j’appelle, le meilleur de vous , défense de Marie Neige Sardin, mais derrière elle, de tous les persécutés ou méprisé d’aujourd’hui,. Mais il ne faudrait que cette laïcité tourne en rond, car elle n’est pas fondatrice, du moins toute seule, de ce qui nous fait vivre en commun, elle délimite les domaines et s’il est sain de rappeler ces limites, il faut aussi voir plus loin et associer les composantes de notre histoire
Entendons nous nous bien : je comprends là titre personnel l’agacement de Christine Tasin (ce n’est pas le mien !) de voir honorer une religion, elle ,qui tient à la laïcité , comme à la prunelle de ses yeux, mais si votre combat rassemble, croyants ou non, ne pourrait-elle laisser tombe car ce pape a eu un charisme qui a touché tous, croyants et incroyants, ou a –t- elle peur que derrière ce qu’elle voit comme une complaisance, on en arrive à favoriser d’autres religions ? Ne confondons par reviviscence et complaisance à une religion de plus en plus agressive qui profite de notre vide spirituel .
Quand à l’opinion dénonçant la croix portée par une speakerine, elle me fait rêver. La France est un pays pétri de traditions chrétiennes dans le paysage, va-t- on interdire le signe religieux et refouler toute la religion dans les catacombes du privé Personne qui porte une médaille, une Croix ne veut imposer sa religion, ne lui donne ce sens, – même si certains les portent bizarrement. ! Le danger n’est pas là , ne croyez vous pas ? Et du coup j’ai bien envie de porter une croix , après tout je suis baptisé et toujours croyant e je suis prêt à l’affirmer publiquement sans volonté de prosélytisme, mais sans me cacher, et ce n’est pas à la télé de me refouler.
Pardonnez, , cher Cyrano , ma réaction , mais mieux vaut s’exprimer franchement, en toute amitié, ne croyez vous pas ?
Bien à vous.
Henri Peter

image_pdfimage_print