Je suis allée à une réunion du PS toulousain, et j'ai parlé voile et laïcité

Mes amis militants du PS m’avaient conviée à une réunion de leur parti dans le cadre de la campagne des Régionales. Ils connaissent mon point de vue à propos de l’abandon de la défense de la laïcité par la gauche que je fais remonter à 89, et souvent me disent « tu devrais venir dire tout ce que tu fais, tout ce que tu penses dans une réunion du parti ».
Je suis très bien accueillie par la responsable de section que je connais déjà, elle me présente la responsable de la commission femmes, le courant passe tout de suite, et toutes les deux lisent…. Riposte laïque.
Les intervenants sont éloquents, convaincus, le bilan de la gauche dans la région est honorable. La crise est là, l’affaire des Molex a bouleversé les esprits de la région, un des syndicalistes est sur la liste du PS, il fait une intervention remarquable et émouvante, il semble désespéré.
La responsable des femmes fait une très bonne intervention sur le droit des femmes, elle rappelle qu’on est loin de l’égalité dans tous les domaines, elle parle du droit au sport pour les filles, les activités sportives étant plus souvent le domaine réservé des garçons, mais hélas elle devra partir avant les questions.
Les candidats appellent à se rassembler dès le premier tour sur la liste PS, mais on essaie de laisser envisager que ce qui compte c’est de gagner les élections en 2012 pour se débarrasser définitivement de Sarkozy… Avec quel candidat ? Mystère…. Applaudissements.
On passe ensuite aux questions, et comme souvent les gens hésitent à prendre la parole. Je me lance, en précisant que je vais sûrement déranger, et pose une première question : « Quel est le réel pouvoir des politiques sur l’économique, aujourd’hui ? ». Je rappelle la position de Jospin alors candidat en 2002 face à des femmes du nord dont l’usine allait fermer, et qui, à leur imploration : « faites quelque chose pour nous M Jospin » avait eu cette réponse terrible mais lucide et sincère : « par rapport à une fermeture d’usine je ne peux rien faire ».
Ensuite, j’aurai surtout la volonté d’ouvrir les yeux des personnes présentes, plus d’une centaine, je rappelle que, à mon sens, la gauche a abandonné le combat de la laïcité. Même si j’ai le sentiment que mon intervention est peut-être en décalage, avec le thème de la soirée, je parle du voile. Je précise que si Yvette Roudy et Aurélie Filippetti sont claires, la proximité de Martine Aubry avec M le Recteur de la mosquée de Lille, lui-même très proche des frères Ramadan, militants intégristes est pour moi un vrai questionnement….Je parle ensuite d’un débat ou j’avais défendu la laïcité devant des femmes voilées et des imams, et où ces derniers avaient dénié aux femmes musulmanes le droit au sport et à la musique car contraire aux préceptes de la religion. Je termine en questionnant : « que va-ton faire si l’on doit financer les lieux de culte au niveau des régions? »
Rapport du politique/ économique dans les régions : il faut que les aides au développement des entreprises s’accompagnent de contrat et que les entreprises qui ne maintiennent pas les emplois remboursent les aides locales. Ce qui de mon point de vue n’est qu’un pis- aller.
Je n’aurai pas de réponse sur Martine Aubry. Sur les lieux de culte, un intervenant répondra que l’on doit réparer les églises. Un autre dira que tous les gens ont droit à des lieux de culte, mais qu’il a conscience qu’il y a des intégristes.
La soirée se termine autour d’un pot sympathique, une femme viendra me dire que j’ai du courage et qu’elle, elle n’oserait pas parler à « ces femmes » car elles lui font peur. Un autre militant, installé sur le plan professionnel dans un quartier sensible, sait que l’intégrisme islamiste est réel.
Mon sentiment en fin de séance est qu’il faut certainement aller, comme cela sur le terrain, c’est un plus, car si ces deux militantes sympathiques lisent Riposte laïque, les autres ont entendu ce soir là quelque chose d’inhabituel, dont on ne leur parle jamais dans le bulletin du PS et qui, peut-être, les fera réfléchir. Nous inviterons les militant(e)s du PS à notre débat du 6 avril.
Le samedi 6 mars j’irai défiler sous la casquette des Ni Putes ni Soumises avec sur ma pancarte.
KATIA A REFUSE
LE VOILE
ON L’A ASSASSINEE
NI PUTES NI SOUMISES
LA LIBERTE DES FEMMES
N’A PAS DE VOILE
Je me ferai une nouvelle amie, une jeune étudiante iranienne qui, seule et courageuse, revendiquera sur sa pancarte le droit à la liberté des femmes, elle dans la beauté de sa jeunesse et moi dans ma sagesse en révolte nous nous recevrons 5/5 et ça c’est du bonheur !
Chantal Crabère

image_pdf
0
0