Je suis fatigué de me faire insulter pour ma couleur de peau et la croix que je porte autour du cou

« Mohamed Merah c’est moi. Quel âge avait-il le 11 septembre ? 12 ans. Un enfant en construction. Depuis, comme moi, il a subi l’incroyable campagne médiatico-politique islamophobe qui a suivi les attentats contre les deux tours. Parce que Mohamed Merah, 12 ans, c’était déjà Ben Laden. Et vice et versa. Sûrement, à l’école, on lui a imposé une minute de silence pour les victimes du 11 septembre. Comme moi, l’école ne l’a jamais invité à se recueillir pour les Rwandais, les Afghans ou les Palestiniens. Comme moi, il a subi la destruction du foyer historique de la Mésopotamie et assisté au massacre des Irakiens en direct live. Comme moi, il a assisté à la pendaison de Saddam Hussein, en direct live, le jour de l’Aïd. Tous les deux, lui et moi, moi et lui, nous avons subi impuissants la deuxième affaire du voile, l’exclusion et l’humiliation de nos sœurs à l’école. On a vu comment le pouvoir, toute honte bue, avait transformé un principe fondamental de la république, la laïcité, en arme de combat contre nous. »

(Houria Bouteldja, Bagnolet, le 31 mars 2012, extrait de l’article « Mohamed Merah et moi »)

Qui est cette Houria Bouteldja, invitée pourtant sur des plateaux de la télévision publique pour nous traiter de « souchiens », nous les français de souche ? De quelle haine est-elle animée pour canoniser en substance le plus abject des tueurs rencontrés dans ce pays depuis des décennies ? Ce Merah[1] a, dans un face-à-face filmé par ses soins, abattu « paisiblement » des soldats désarmés et des enfants ;  entre autres, coursé une petite fille de huit ans pour lui tirer une balle dans la tête en l’attrapant par les cheveux ! Je ne sais pas vous, mais moi ça me rappelle les Einsatzgruppen, ces unités mobiles incorporées à l’armée allemande pour exécuter par balles les Juifs de l’Est (ce que l’on a appelé la « Shoah par balles »). Et Houria Bouteldja ose, sur notre sol, en toute impunité, invoquer des raisons amnistiantes à la conscience meurtrière de ce Merah, au bord d’accuser la France de ces crimes immondes. Personne ne trouve à y redire. Eh bien oui, pour reprendre son odieuse diatribe, il fallait se recueillir dans les classes françaises pour les victimes du 11 septembre 2001 !

Qui sont-ils ces individus nauséabonds qui distillent une propagande abominable, lynchent leurs contestataires, interdisent la libre parole, introduisent une idéologie délétère et défendent des criminels ? Ce sont, suivant les propos assénés par la gauche et la plupart des médias, notre chance !

Je ne partage pas les points de vue de Caroline Fourest, ni ceux de Charlie Hebdo mais je préfère encore me faire traiter de « facho » par ceux-là que d’être exterminé à cause de mes origines et de ma conscience religieuse. Charb, rédacteur en chef du journal nommé plus haut, dans le fameux numéro 1057 « blasphématoire » (qu’on m’a vendu presque sous le manteau, n’osant pas l’exposer par crainte de représailles, dans le cœur de Paris !) écrit ceci à propos de l’incident de la Fête de l’Humanité : « Une trentaine de fachos arrive donc à saboter un débat dans une fête rassemblant des milliers de communistes. » Oui, le terrorisme intellectuel et idéologique est en marche, et il est temps d’y mettre un terme ou bientôt la Vénus de Milo aura une burqa !

Je ne suis pas né nationaliste et islamophobe[2], je le suis devenu, par ma propre expérience et par l’observation du monde contemporain. J’ai ainsi détricoté cette tapisserie idéale multiculturelle enseignée à grands renforts d’approximations et de mensonges au collège, au lycée et jusqu’à l’université. Avant, moi aussi j’ai porté cette main jaune « Touche pas à mon pote » ; à moi aussi on a imposé des minutes de silence pour le meurtre de Malik Oussekine sans que je bronche ; moi aussi je me suis fait sanctionner pour m’être défendu contre des voyous « défavorisés » (les futurs Merah !) ; moi aussi j’ai dû accepter sans mot dire d’être moins aidé et financé par l’Etat que les « jeunes issus des quartiers défavorisés » ou fraîchement et illégalement arrivés de pays « exotiques » ; moi aussi (ceux qui me lisent à Riposte laïque connaissent mon histoire) j’ai dû plier devant l’autorité qui punit le blanc et pardonne à l’autre, parce qu’il est l’autre. Eh bien, là où je cherchais autrefois des justifications, je me révolte.

Souvenons-nous, pour mémoire :

Au lendemain des attentats du 11 septembre, les agressions antisémites ont connu une poussée vertigineuse, dans l’indifférence quasi générale, pendant qu’on courait acheter Le Coran dans les librairies afin de…comprendre l’islam !  A chaque « faux pas » des autorités (comprenez : faire respecter un Etat de droit), c’était le même cirque : émeutes, appels à la vengeance, menaces directes contre le peuple de France (le vrai !) et pas une réaction de la part des élus et des médias, ou alors très molle.

Malraux se serait donc fourvoyé : le XXIe siècle sera bel et bien mystique, mais islamique ou ne sera pas. Car si nous continuons sur ce chemin périlleux de l’acceptation aveugle, l’Occident est perdu. L’humanité se laisse endormir par un fléau qui n’a de limite  ni dans le temps, ni dans l’espace.

Nous pensions tous que ce 11 septembre était un accident de parcours et déplorions, dans un concert de réprobations hypocrites, que les Etats-Unis, frappés lâchement par des terroristes islamistes, interviennent en Afghanistan. Las, le 11 mars 2004 Madrid fut à son tour frappé par des attentats. Tout de suite, l’incrédulité générale, motivée par des médias de mauvaise foi, accusa l’E.T.A. Erreur : c’était l’islam ! Peut-être fut-ce là une vengeance contre la Reconquista achevée en 1492 !? On ne sait jamais : ils ont la rancune tenace ces gens-là !

Le 7 juillet 2005, le pays d’Europe ayant fait le plus de concessions à l’islam,  est frappé par trois attentats dans sa capitale, Londres. Les Anglais découvrent soudain que les musulmans sont une cinquième colonne sur leur territoire et les haïssent. Là encore, le premier mouvement fut d’accuser l’IRA. Parce que le déni de la dangerosité de l’islam est si ancré dans les esprits occidentaux que jamais on ne songerait à l’incriminer spontanément. Avant de connaître l’identité du tueur de Montauban et Toulouse, sans aucun indice probant, les médias ont immédiatement suggéré un crime de l’extrême-droite…mauvaise pioche !

Nous nions les mises en garde, fustigeons les voix/voies dissidentes pour maintenir un état de fait dont une poignée profite, dont le parti socialiste désormais au pouvoir pour cinq ans. L’islam sert en effet la gauche, pour l’instant ! Des Jaurès, Blum ou Mendès-France auraient-ils accepté de voir le peuple français saigné à ce point juste pour gagner des élections ? J’en doute ! On nous vend du mensonge « intégrationniste » ; mais ça reste du mensonge.

Qu’on caricature le pape, qu’on trempe le Christ dans de l’urine, qu’on affirme haut et fort que le catholicisme ou le judaïsme sont des religions essentiellement conquérantes et rétrogrades, et l’on n’a que de timides protestations mises sur le compte du complot judéo-christo-maçonnique ! Trempez un Coran dans la pisse, injuriez la mémoire d’une figure de l’islam, dites que c’est une religion fasciste et ce seront des émeutes, des attentats, des stigmatisations de toute part : voyez à quoi les conduit un film insignifiant et des caricatures franchement anodines.

Qu’avons-nous fait pour mériter un tel traitement, nous, les blancs, proies « privilégiées » de leurs violences plus ou moins meurtrières à longueur d’année ? Suis-je criminel de réclamer une vraie justice pour moi et mon peuple ? Et cette Houria Bouteldja, qui hurle à tue-tête que Georges Ibrahim Abdallah, impliqué dans des attentats et des assassinats, doit être libéré, pourquoi n’est-elle jamais condamnée pour incitation à la haine raciale ?

Pourquoi ne parle-t-on pas de nous, qui devons crever de faim en silence pendant que des immigrés clandestins et violents profitent de richesses auxquelles ils n’ont aucun droit à prétendre ? Pourquoi les services de l’Etat défendent-ils ces gens-là, admettant presque comme une évidence injures et coups tandis qu’ils nous traitent avec un mépris affiché ? Je suis fatigué de subir ça et de me faire insulter pour ma couleur de peau et la Croix que je porte autour du cou. Mais la France est arrivée à saturation. A bon entendeur, salut !

Charles Demassieux



[1] Figurez-vous un Juif accomplissant le même geste dans une école coranique en France : ce serait une guerre civile et une nouvelle Nuit de Cristal !

[2]  Comme l’a rappelé récemment l’actrice Véronique Genest avant d’être traduite devant les tribunaux de la pensée, il s’agit d’abord de l’expression d’une peur. Mais même avoir peur est devenu interdit !

image_pdfimage_print