Je suis un binational, mais le pays de mon coeur, c’est la France

Je suis natifs de Tunis, Tunisie. Il faut bien naître quelque part,  et personne d’entre nous ne  choisit son lieu de naissance, ni son origine ethnique, ni ses parents  et leur  milieu social, mais on peut aimer à mourir son pays d’adoption.

J’y ai vécu les vingt premières années de ma vie. Des années heureuses qui ne sont pas celles du purgatoire duquel  j’aurai échappé comme je l’ai lu dans le dictionnaire de l’islamophobie dans  le chapitre  qui m’était consacré.

J’ai quitté cet ex-beau pays parce que j’avais un autre pays qui vivait en moi à travers mon père, militaire de carrière dans l’armée française.

Ce pays républicain et laïque s’appelle France, lieu où je voulais finir mes études supérieures. J’y ai mené avec succès de front études et travail.

J’ai une relation fusionnelle avec la France depuis ma tendre enfance, héritée de mon père. Elle était  la mère que je voudrais retrouver un jour.

Même si j’étais promis à un bel avenir professionnel et matériel en  Tunisie, j’avais le sentiment que mon vrai pays n’était pas celui de ma naissance mais celui dont mon père avait défendu le drapeau.

J’étais un  Français de coeur, imprégné de sa culture et de son histoire avant de l’être par la nationalité.

Je n’ai pas de dilemme à avoir si demain la France et la Tunisie sont en conflit. Mon choix  est  la France, rien que la France et ce sera ainsi jusqu’au dernier souffle de ma vie.

Je suis ce qu’on appelle un binational. Un néologisme dénué de fondement juridique, voire une aberration. Car on ne peut et on ne doit pas être national de deux pays simultanément.

Et si demain on me demande de renoncer à la nationalité tunisienne que je n’ai pas choisie et celle que j’ai choisie, à l’évidence je choisirai la nationalité française.

Il m’est toutefois difficile de rester indifférent aux malheurs du peuple qui n’est plus que l’ombre de lui-même depuis la deuxième chute de Carthage, détruite par ses occupants actuels arabes à la fin du VIIe siècle.

J’avais cru déceler un certain moment au temps de feu Bourguiba une lueur d’espoir de renaissance de son passé pré arabo-musulman, mais en 1982, un certain Mohamed Mzali, Premier ministre de Bourguiba, à la santé déclinante, a plongé le pays dans l’obscurité en arabisant à outrance son système d’éducation, à la grande joie de ses donneurs d’ordres saoudiens et Koweitiens.

Ce virage à 180 degré est en réalité le début de la fin de la modernisation du pays et l’amorce de sa descente dans les enfers de l’obscurantisme, le fanatisme, le djihad et l’ignorance.

Salem Benammar

image_pdfimage_print
19
3

58 Commentaires

  1. On n’a pas à vous le demander. Vous auriez du renoncer à votre nationalité tunisienne depuis longtemps si vous vous sentiez si français. Votre propos est bidon. Vous avez votre plan B comme les juifs dont vous êtes proche.

    • Renoncer !!! Si on m’avait demandé de le faire je l’aurais fait sans hésitation. C’est une procédure qui n’est pas aussi simple que vous ne le croyez.
      Je suis proche des Juifs ils sont une partie de moi-même
      Je vous laisse à vos allégations complotistes.
      Je suis fils d’un militaire français qui m’a,appris la loyauté et la transparence.

      • Votre généalogie importe peu. L’un de mes arrières grands-pères parternels était colon en Indochine. Mon grand-père paternel a été enlevé par les communistes. Mon père était dans l’armée française dès l’enfance et a fait la guerre en Algérie. Ses frères étaient tous militaires de carrière dans l’armée française. De vrais abrutis au passage vu comment ils traitaient mes cousins. Mon grand-père maternelle était résistant et a été abattu par les allemands : il avait 20 ans. Celui qui m’est le plus proche est militaire du rang. Il a fait je ne sais combien d’OPEX et a je ne sais combien de médailles. Et alors ?! Je suis français par le sang hérité, le sang versé, le prénom, le nom, l’éducation, la religion que je ne pratique pas. Je suis surtout français parce que je n’ai qu’une seule nationalité, une seule langue maternelle, un seul pays et je suis allergique au communautarisme quelqu’il soit. Mais seuls nos actes comptent.

        • Dis-moi Héraklite, que préfères-tu ?

          Des gens qui aiment notre pays, s’y sont fondus, et le défendent, ou des gens qui, effectivement, n’ont que la nationalité française, mais crachent sur notre pays, aident à sa destruction, et sont les pires collabos du système ?

          C’est vrai, Salem aurait sans doute du abandonner sa nationalité tunisienne, je suis de cet avis aussi, mais ce n’est surement pas une personne comme lui qui pose problème, et ça, tu es quelqu’un d’intelligent, tu le sais…

          Si le passé définit notre présent, en aucun cas il ne définit ce qu’il y a dans notre coeur !!!

          Et je suis sûr que, autant toi, que Salem, et sans doute bien d’autres, défendront le pays le moment venu…

          Je préfère unir que diviser ami Patriote ; ne laissons donc pas les autres nous diviser…

          • Mais c’est quoi ces dilemmes à la con qu’on me propose ? Si je ne soutiens pas inconditionnellement Z alors j’aurais Macron. Si je n’accepte pas la binationalité de « français de cœur » alors je préfère des FDS qui détruisent la nation. Il y a une identité française qui s’exprime dans l’esprit et le mode de vie. Il y a une nationalité française qui se traduit par le statut de citoyen,avec des droits. Il y a un attachement vital à la France qui s’exprime par le fait de considérer son sort indissolublement lié à celui de la France. Les 3 vont en général de pair. Ça n’empêche pas d’avoir des alliés étrangers. Quand tu n’as qu’une seule nationalité, une seule identité, tu n’éprouves pas le besoin de rappeler tes origines ou d’emmerder les français avec la colonisation, l’esclavagisme ou la Shoah. Moi ça me gave tous les binationaux qui continuent à porter en étendard leurs origines étrangères et peuvent jouer sur 2 tableaux.

        • 👍👍👍👍👍👍👍👍👍 héraclite.
          Moi, je descend d’une lignée de PN issus d’Italie, qui a fait le choix d’une SEULE nationalité et le reste, vous le connaissez. Je n’en parle même pas.
          Donc, vous comprenez ma réaction à cet article ?
          Merci à vous.

      • Salut Salem.
        On croit rêver. Des gars, déconnectés de la réalité, engagés dans un combat difficile, en minorité numérique, dans la population pour le faire gagner, veulent pour des raisons extrémistes et bornées , nous couper de toute une partie d’amoureux de la France.
        Ne t’inquiète pas Salem, pour moi et tant d’autres, tu es plus Français que beaucoup.

      • Si vous vous sentez francais de coeur alors pourquoi n’avez-vous pas francisé votre prenom comme l’a faite Clymen Kock d’origine turcque qui a sa naturalisation par amour de la France a francise le sien en Claire, tout comme une femme par amour de celui quelle epouse prend son son de famiille bien qu’elle n’en soit pas obligee! (l’inverse est tout aussi valable).Si les prenoms n’etaient pas un lien essentiel important forgeant l’unite d’un pays pourquoi alors les tunisiens de souche ou de branche ne se prenomment-ils pas Marie, Eric. Helmut, Fabrizzio etc ….Je suis bi-national aux etats-unis ou j’habite j’ecris mon prenom Nicholas avec un H et en France sans H. Mon voisin Franklin d’origine italienne quand il va en Italie il se presente comme Francesco
        Vous faites partie de ceux qui sont pacsee a la france mais pas mariee a elle

    • Une villa à Sidi Bou Saïd achetée avec sa retraite payée par le contribuale français, qu’il pourra louer à prix d’or à des cons de blancs qui ont envie de se faire égorger par des musulmans tarés,vive la Fronce.
      Rappelons que la Tunisie a produit par nombre d’habitants plus de terroristes que tout les trous à rats islamiques.
      La remigration faut pas y compter, Zemmour serait obligé de retourner en Algérie. Quoi que, avec sa nationalité israélienne…
      Encore un vrai français de coeur, plusfrançéquevouzémoi…

      • Ah bon, Eric ZEMMOUR a aussi la nationalité israélienne, première nouvelle !!

        Tu as des liens là-dessus, ça nous intéresse beaucoup :-)) ?

        • Pas besoin de lien. Z, par la loi du retour, peut bénéficier d’un certificat d’immigrant du seul fait de sa filiation. Brosse toi pour y prétendre si tu veux immigrer en Israël. Donc résumons, Z a un avantage sur toi qui découle du droit du sang (par sa mère). Il n’a fait aucun effort pour changer de prénom ou de nom ni pour se convertir au christianisme. Ben Amar a un avantage sur toi qui découle du droit du sang (par son père). Il n’a fait aucun effort pour changer de prénom ou de nom ni pour renoncer à sa nationalité. Bien évidemment ce droit du sang est étranger. Et donc l’un et l’autre t’expliquent, même si tu ne leur demandes rien, qu’ils seraient français parce qu’ils aiment la France plus que tout au monde. Mais s’ils tiennent tant que ça à parler d’amour fou, on leur répondra avec Reverdy : il n’y a pas d’amour que des preuves d’amour.

      • Zemmour n’est pas de nationalité israélienne. Cependant tout juif qui la demande l’obtient facilement.

    • T’aurais jamais du prendre comme pseudo, le nom d’un philosophe grec du cinquième siècle( BC). Ton propos est dégueulasse et C…N . Tellement, que je me demande, si tu es vraiment Français?

      • A te lire tu es un militant antiraciste. Renoncer à sa nationalité d’origine est donc une abjection. A moins que tu aies réagi à cette histoire de plan B qui est parfaitement factuelle. Mais oui je suis aussi français parce que je n’ai pas de plan B contrairement à l’auteur et aux juifs qui pourront foutre la merde partout dans le monde et se replier vers Israël quand ça se gâtera. Non pas qu’ils le font tous mais cette possibilité fait une différence. Alors je vais en remettre une couche. Il est plus facile de changer de nom que de prénom. Pourquoi Zemmour qui nous prend le chou avec les prénoms n’a pas changé de nom ?

    • Si vous vous sentez francais de coeur alors pourquoi n’avez-vous pas francisé votre prenom comme l’a faite Clymen Kock d’origine turcque qui a sa naturalisation par amour de la France a francise le sien en Claire, tout comme une femme par amour de celui quelle epouse prend son son de famiille bien qu’elle n’en soit pas obligee! (l’inverse est tout aussi valable).Si les prenoms n’etaient pas un lien essentiel important forgeant l’unite d’un pays pourquoi alors les tunisiens de souche ou de branche ne se prenomment-ils pas Marie, Eric. Helmut, Fabrizzio etc ….Je suis bi-national aux etats-unis ou j’habite j’ecris mon prenom Nicholas avec un H et en France sans H. Mon voisin Franklin d’origine italienne quand il va en Italie il se presente comme Francesco
      Vous faites partie de ceux qui sont pacsee a la france mais pas mariee a elle

  2. A Heraklite,Monsieur Lino Ventura,fut-il un acteur francais?Ni mes parents,ni mon frere,ni moi,nous sommes jamais pose la question.M. Lino Ventura aimait la France et le peuple francais.Et pourtant,il ne demanda jamais la citoyennete francaise en hommage a ses origines familiales auxquelles il fut toujours tres attache.Les francais de souche qui ont trahi et trahissent encore la France ,soit -disant denues de plan B parce qu’ils ne sont pas juifs, ou uniquement de nationalite francaise valent mieux qu’un M.Salem Benammar qui partage une histoire semblable a celle de ce grand acteur francais.Jean Gabin et Bernard Blier n’etaient pas snobs comme vous.Ni mes parents d’ailleurs. »On ne voit bien qu’avec le coeur,l’essentiel est invisible pour les yeux. »Confiait le Renard au Petit Prince.Mais vous etes comme Saint Thomas, vous ne croyez que ce que vous voyez, or vous avez la vue courte.Votre lit de justice est celui de Procuste et non pas celui du roi salomon.

    • Elisabeth toujours à côté de la plaque. L’amour de la France ne fait pas de vous un français. Sinon des tas d’étrangers pourraient se revendiquer français. Pour être français, il faut pratiquer la langue, les mœurs, penser et vivre comme un français mais aussi avoir la nationalité. Par ailleurs Ventura n’était pas un binational. Il n’avait qu’une seule nationalité, italienne. Donc oui des étrangers peuvent aimer la France sans être français. Vous confondez aimer la France et être français. Être français n’est pas un mérite. Par contre profiter de la France en se réclamant d’ailleurs ne suscite en moi aucune admiration mais plutôt de la méfiance.

  3. Lino Ventura, fut-il un acteur francais? nous n’en avons jamais doute. Et pourtant, il garda toujours son prenom et son patronyme italiens, nous n’y pretames jamis la moindre attention negative.Il n’a jamais demande la nationalite francaise en hommage a sa famille.Jean Gabin et Bernard Blier comme mes parents, francais de souche, n’etaient pas snobs. « On ne voit bien qu’avec le coeur, l’essentiel est invisible pour les yeux », confia le Renard au Petit Prince.Certains ont la vue courte.Certains ont un lit de justice digne de Procuste et non pas digne du Roi Salomon.Aussi disqualifient-ils l’amour de la France de M.Salem Benammar et de tant d’autres.

  4. Ben, justement, la binationlité devrait être supprimée et définitivement abolie comme l’ont fait certains pays.
    On en a marre des gens binationaux qui nous disent et nous rabâchent : « je suis binational, mais mon cœur, c’est la France, etc… ».
    Si c’était vrai, vous n’auriez choisi QUE la France.
    Il faut savoir faire son choix par les sentiments et non par les intérêts que ça apporte.
    Merci.

  5. Je pense que le discours de Z et l’engouement des Patriotes font frémir les binationaux.
    Me trompé-je ?

  6. Vous mentionnez que votre vrai pays n’était pas la tunisie, mais la France.
    Vous pratiquez la takia : vous avez bien gardé votre nationalité de naissance.
    Elle vous rapporte combien, la France ? Et les FDS qui crèvent la dalle, ils payent pour vous !

    • T’es une pointure toi !!!

      Si il y a quelqu’un qui n’a, ni langue de bois, ni langue de pu.., c’est bien l’auteur, Salem BENAMMAR !!

      Et tu n’as de toute évidence, jamais lu ses articles avant celui-là en plus !!!

      Salem est bien plus français que certains, pourtant dit « de souche », ne le seront jamais !!!

      Pourquoi tenter de diviser, à moins que tu ne sois un troll…

      • Ça ne veut rien dire être « plus  français que ». On est français ou on ne l’est pas. Tu confonds avec le fait d’aimer la France qui ne fait pas de toi un français. Donc la notion de français de cœur est discutable même si comprehensible. Mais le français de cœur plus français que le français de souche relève à mon avis de la fumisterie car je n’en vois pas le sens. Je suis prêt néanmoins à ce que tu me démontres le contraire. Je ne suis pas psychorigide.

    • Aux Armes, être Français ou Franco-tunisien, ça change quoi pour vous ? Faut vivre au 21ème siècle mon p’tit bonhomme ! Si un jour vous crevez un pneu, y’a fort à parier que c’est le Franco-tunisien qui se salira le costard pour vous dépanner…

      • « Il y a fort à parier ». C’est l’expérience ou le cliché sorti d’on ne sait où qu’un franco tunisien en costard est prêt à aider quand on crève sur la route ?!
        « Ça change quoi pour vous ? » Ben le fait que l’un peut participer à des élections dans un seul pays et l’autre dans deux. Par ailleurs, avec suffisamment de franco tunisiens inféodés à leurs pays d’origine, on peut même influer par le vote sur la politique de la France à l’égard de la Tunisie. C’est bien d’ailleurs pour ça que les pays du Maghreb comme la Turquie considèrent qu’ils ont la main mise sur leurs ressortissants en France. Une paille quoi puisqu’au final on parle d’ingérence et d’atteinte à la souveraineté de la France ! Pas convaincu ? Alors considérez que l’islam en France est un islam consulaire.

  7. Précision : dilemNe et non dilemMe, ce dernier étant une variante anglaise.
    Vous dites bien indemnité, vous ne dites pas indème, non ?
    Donc, moi je reste dans la langue de Molière : dilemne, indemne, etc…

    Quant à votre « relation fusionnelle avec la France », ce n’est pas ça qui vous a renoncer à votre nationalité tunisienne.

    • Les deux mots n’ont aucun rapport, ils n’ont pas la même étymologie, ni donc la même orthographe:
      (1) « indemne » (MN) vient du latin « in » + « damnum » = sans dommage, intact
      (2) « dilemme » (MM) vient du grec « di » + « lemma » = double proposition

    • faux ! dilemme vient du grec dilêmma qui signifie « argument à deux fins. et donc 2 M

    • « Quant à votre relation fusionnelle avec la France, ce n’est pas ça qui vous a (?) renoncer à votre nationalité tunisienne »… Fait marquant, fait est manquant… « a fait renoncer »

      Je suis binational belgo-polaque, c’est une force. En ce sens, je ressens le ressenti (pardon M’sieur le puriste) de Salem et vous confirme que sans le dérapage historique du 7ème siècle, le bassin méditerranéen serait aujourd’hui la Silicon Valley ou mieux la Bavière !

  8. « Et si demain on me demande de renoncer à la nationalité tunisienne que je n’ai pas choisie et celle que j’ai choisie, à l’évidence je choisirai la nationalité française. »
    Pourquoi, vous n’êtes pas capable de le faire sans qu’on vous le demande ? Pourquoi ne pas l’avoir fait depuis le temps que vous êtes chez nous ?
    Et pour bouguiba, SVP, cessez de porter aux nues un salaud qui a appelé aux meurtres de tous les Français PN.

    • tiens pas de poursuite demandées par sos racisme ni les autres associations antiracistes , ni même de hauts cris d’orfraie, le racisme a deux vitesses !

  9. Khouya. J’ai connu un weld bledi qui est né à Bab el Khadra, il a habité avenue de Carthage, il a fréquenté une école rue d’Algérie, puis un lycée avenue de Paris. Parfois il prenait le TGM pour aller manger du poisson avec ses parents à La Goulette, ou pour aller à la plage à La Marsa, ou tout simplement pour aller promener sur la colline de Byrsa au temps du jasmin en fleur. C’était il y a très longtemps….

  10. Merci, Monsieur Benammar.
    Je suis français de souche depuis au moins le 17ème siècle (au-delà, ça se perd) et suis touché par votre texte. Laissez grogner les haineux stupides.
    Choukran jazilan (appris en Tunisie).

  11. la nationalité c’est comme le prénom, on en hérite
    quand on préfère la france selon éric zemmour, on ne peut que choisir

  12. Je ne doute pas la loyauté de Mr Benammar à la France , qu’il défend souvent dans ce journal, même si quelques ultras lui font un mauvais procès. Etre bi-national, est un héritage par filiation. Je ne vois aucune raison d’y renoncer. Ce que je veux c’est hisser les droits des autochtones au niveau des droits des immigrés et de leur descendance. A leur bi-nationalité, leur droit à bénéficier de deux patries, devrait répondre la BI-CITOYENNETé des autochtones pouvant alors bénéficier de deux Etats : l’un universel, à partager avec les immigrés (du moins ceux qui sont contributifs, instruits et amicaux envers les autochtones) l’autre IDENTITAIRE destiné à gérer l’héritage propre aux autochtones. L’Etat identitaire franco-français étant le symétrique en droit de l’Etat d’origine des immigrés. Telle serait la véritable Egalité en droits selon le principe oublié de RECIPROCITé. Visitez autochtonisme.com

    • Sauf que vous ne prenez pas en compte le cas des métis. Par exemple un métis d’Africain et de Français européen, dans quel catégorie pourrait-il se ranger étant donné que le métissage est appelé à devenir la norme (si l’on en croit les suggestions publicitaires qui ne sont pas là par hasard).

      • Ça y est Anne-Marie est repartie dans son obsession de l’endogamie et s’adonne à son hobby : la taxonomie des êtres humains. Allez pour varier les plaisirs, parlons de ma petite cousine. Une blonde aux yeux bleus qui passe pour un mannequin suédois. L’analyse de son ADN mitochondrial donnerait des origines asiatiques puisqu’elle l’a hérité de mon arrière-grand-mère indochinoise via sa lignée matrilinéaire alors que son père est un pur breton. A l’inverse, mon cousin qui a encore des traits asiatiques même s’il revendique des origines maternelles autrichiennes a hérité son chromosome Y de mon arrière-grand-père français via sa lignée patrilinéaire. Alors on les classe dans quelle case ces métis ? Désolé je ne fournis pas l’aspirine pour résoudre ce casse-tête dont toute personne sensée se fout.

  13. Bravo Monsieur…..
    Si tous étaient comme vous il n’y aurai jamais de problèmes divers.
    Les français ne souhaitent qu’une chose, que la France reste Française.
    C’est tout simple.

  14. Etre binational est contre nature. On ne peut pas avoir deux maîtres c’est contraire toute logique et bienséance.

  15. En ce qui me concerne je suis pour une seule nationalité….Quand il y en a deux il y en a une de trop ! Je préfère la Province, comme deuxième paradigme : Français et Breton, Français et Normand, Français et Corses, Français et Basque, Français et Guadeloupéen, Martiniquais, Réunionnais, Français et Pied-Noir, Alsaciens, Savoyards, Chtis etc…etc etc mais pas Français et Turc, Français et Algérien, Marocain ou Tunisien, pas Français et Sénégalais, Ivoirien, Malien, Togolais, Guinéens, Camerounais…Une seule patrie, un seul drapeau, une seule nation ! Il ne doit pas y avoir de Fonctionnaires, d’hommes politiques ou de hautes fonctions confiées à des doubles nationaux. Les Français de souche et de branche doivent avoir toutes les priorités d’emplois et d’aides sociales…Que cela plaise ou ne plaise pas ! C’est ma conviction ! Dans les postes à responsabilité pour la sécurité nationales aucun musulmans et encore moins un converti !

  16. Donc cela ne vous gènerait pas d’abandonner votre nationalité d’origine

  17. Même si on s’Ali menthe en 220V, je suis à 110% en phase avec Salem Benammar ! Je parle ici de courant continu et non de coran alternatif.

    • La notion de phase n’existe pas en courant continu.Etre en phase à 100% veut dire aucun déphasage et c’est le seul pourcentage qui ait un sens sinon on parle soit d’angle de déphasage soit du cosinus de l’angle de déphasage qui lui ne peut dépasser le chiffre 1 soit 100 %.

  18. Rassurez-vous, si un conflit armé survenait entre la France et la Tunisie, on ne vous ferait pas vous battre contre votre pays de naissance même si vous n’en aviez plus la nationalité.C’est une règle militaire très ancienne.
    Les militaires dont on ne pourrait compter sur la loyauté seraient mis a des postes non armés ou démobilisés et éventuellement surveillés.

  19. Texte très intéressant mais il y a une nationalité de trop.
    Mon grand-père Italien a fait le choix de la France dans les années 20 (rien à voir avec les évenements politiques en Italie). En 1932, il a été naturalisé.
    Un seul Pays, : la France. Pas de langue italienne à la maison.
    Si les gens d’afrique du nord n’étaient « que français », cela les obligerait à faire et à payer une demande de visa comme c’est le cas pour l’Algérie.
    Donc, ces gens là choisissent la facilité des deux côtés.

Les commentaires sont fermés.