Je trouve ahurissants les textes qui défendent la décision de Delanoë, sur le Yom Kippour

Les réponses que vous publiez au coup de gueule d’Anne Zelenski, notamment d’Alice Braitberg sont absolument ahurissantes.
L’argument de quelqu’un de culture Juive est de prétendre que le Yom Kippour est une fête tellement plus importante et plus noble que le ramadan, pas tellement religieuse au fond, mais plutôt l’occasion de rassemblements familiaux à vocation culturelle et identitaire et que donc, en tant que telle elle ne mérite pas les foudres des gardiens de la laïcité. D’un autre côté on estime qu’il n’y pas lieu de protester contre le report d’une réunion pour cause de Yom Kippour au motif qu’il n’y en a pas qui se tiennent lors de fêtes chrétiennes comme Noël ou Pâques.
Je répondrai qu’il y a belle lurette que les fêtes chrétiennes n’ont plus rien de chrétien dans la pratique et qu’elles ne sont que des balises de jours communs, sécularisés, au cours desquels les gens ne travaillent pas. Et qu’il est pratique que tout le monde ait les mêmes, c’est un des innombrables aspects qui fondent une collectivité partageant un même mode de vie et des valeurs communes…
Il y a donc une solution très simple pour régler ce problème : que les autorités religieuses du judaïsme décident que le Yom Kippour tombe un dimanche. Ce n’est pas à la culture majoritaire, d’origine historique incontestablement chrétienne, (se déclarant à 60 % catholique mais avec moins de 10 % de pratique) qui a fixé ces jours de repos depuis des temps immémoriaux de s’adapter aux cultures minoritaires mais l’inverse.
Le respect de la laïcité c’est aussi cela, c’est prendre en compte l’état de sécularisation d’une société et ne pas tenter d’y introduire des éléments issus de sa propre pratique religieuse.
En conséquence, Anne Zelensky est totalement fondée à pousser son coup de gueule contre le maire de Paris et je la soutiens.
On comprend bien ce qui se passe : sous la poussée des revendications de l’islam, toutes les autres religions relèvent la tête et se croient autorisées à bafouer un pacte républicain difficilement établi en France et qui fonctionnait très bien.
Léon Tourtzevitch

image_pdf
0
0