1

Je vais à une brocante, et je tombe sur plein de voilées, protégées par les gauchos…

Balade en famille ce dernier dimanche, direction la brocante de Saint-Ouen à côté de Vendôme dans le Loir-et-Cher.

Hé oui, on n’échappe pas à son destin ! On fuit la région parisienne, le nord de Paris, Porte de Clignancourt et sa ville voisine Saint-Ouen, et on tombe sur… Saint-Ouen, une autre ville cosmopolite avec le même type d’autorité municipale !  Résultat, des bâchées en hidjab partout, à chaque stand, vendant leurs biscuits, leurs pâtisseries de là-bas ! L’invasion à 180 km de Paris est aussi En Marche ! Au secours… C’est sûr que cela me gêne de marcher dans la boue !

Sur l’instant, je suis étonné car l’année dernière, je n’avais pas vu cette engeance ! Je tombe sur l’explication au détour d’une série de stands à la gloire de Maduro, avec drapeau vénézuélien partout. Plus loin, le stand de la CGT, puis celui du Parti communiste voisin qui avait en plus, phagocyté le stand des Gilets jaunes du coin !

J’étais tombé sur un nid de guêpes, en pleine copulation avec des rats des champs ! Irréaliste, me direz-vous ? 

Je vais plus avant et réalise que c’était un vide-grenier populaire et solidaire !

Pas de chance ! Un nid de militants. Quand j’entends populaire associé à solidaire, j’ai comme des boutons qui surgissent, et la sueur me monte. Impossible de fermer ma grande gueule, sauf quand ma femme me le demande urgemment ! J’ai donc eu droit à mon lot de coups de coude et de regards appuyés me signalant que si je continuais, j’allais vers un orage certain !

 Je regroupe mon clan, ma famille, le petiot qui lui, heureusement ne comprend rien, et je rebrousse chemin ! Hélas, pas de tracts à déposer en passant, je n’ai pas songé à en apporter. Deux heures trente de perdues !

Je me rabats sur une brocante plus franchouillarde à Saint-Marc-du-Cor. Que de bons Français, de belles personnes qui viennent vendre plus pour la déconne, pour le plaisir, pour la fête ! Pas de populaire gauchiste, rien de solidaire à la noix, que du bon paysan, de la bonne bouffe, des rires, de la bière et une brocante bien de chez nous, et surtout pas de voilées ! De la détente enfin.

Au retour, j’apprends que des pisse-froid de la CGT, des Insoumis, du PC à Belfort, là où j’ai fait mon service militaire au 35e régiment d’infanterie mécanisé, ont refusé la présence des élus du Rassemblement National (RN) !

Voilà donc ces débiles gauchistes qui trouvent normal d’avoir dans leurs rangs des femmes bâchées, au mépris de la liberté de la femme, qui rendent hommage à un dictateur d’Amérique du Sud, estiment naturelle l’immigration, la mixité obligatoire, le multiculturalisme, l’islam tentaculaire, et s’alarment de voir des femmes et des hommes désirant s’associer à une manifestation contre les licenciements à « General Electric » parce qu’élus de la droite nationale.

Le malheur, la misère, le chômage privatisés par des organisations qui ont favorisé cette situation de détresse !

Des femmes et des hommes issus de cette gauche infâme qui ont appelé à voter pour Emmanuel Macron et qui s’étonnent des plans sociaux !

Des femmes et des hommes qui n’ont toujours pas compris qui était leur véritable adversaire !

Des femmes et des hommes qui, espérons-le, dans le secret de l’isoloir, ont peut-être glissé un bulletin RN, DLF, SIEL, mais n’osent pas assumer leur choix politique !

Ces femmes et ces hommes suivent comme des moutons les décrétés porteurs de la sainte vérité communiste, socialiste et mondialiste. Quelle misère !

Ah, elle est belle, cette escouade de nazes, ces branquignoles, ces Pieds nickelés, ces gens qui, durant 40 ans, auront tout avalé, tout dégluti, tout digéré sans même réaliser qu’on leur faisait avaler de la merde politicienne et syndicale ! J’apprends qu’ils sont plus de 5 000 manifestants ! 5 000 personnes qui défilent sous les drapeaux de ceux qui les ont bien couillonnés ! Je me dis que c’est foutu !

Ils auront réussi à gâcher mon dimanche, et ma fête familiale. Bande de salauds !

Gérard Brazon (Libre Expression)