Je veux une bonne école pour mon enfant, de Nico Hirtt

Nicot Hirtt est à la fois enseignant, syndicaliste et chercheur marxiste.
Cet ouvrage comme tous ceux qu’ils a écrits nous invite à une réflexion poussée sur la situation de l’école d’aujourd’hui et sur les voies du changement à opérer.
Tous ceux et toutes celles qui s’inquiètent sur le devenir de l’école publique en France depuis que Sarkozy tient les manettes devraient lire attentivement ce livre où l’auteur analyse avec rigueur la réalité d’une des écoles les plus libérales d’Europe: celle de Belgique.
Les nombreux graphiques et tableaux présentés et commentés nous montrent les effets d’une politique où le marché est roi, y compris dans le système éducatif.
La recherche de la meilleure école pour ses enfants est là bas un sport national surtout pratiqué par les « èlites » et tous ceux qui maîtrisent les rouages et connaissent les circuits…Il faut chercher la « bonne » école , quitte à faire la queue lors des inscriptions… Ce système est profondément inégalitaire et conduit à l’existence d’écoles ghettos d’un côté et à des établissements cotés où les élèves sont presque tous semblables.
Certaines associations mènent des campagnes médiatiques et politiques au nom du slogan réducteur et simpliste : « laissez choisir les parents »…
Nico Hirtt montre comment pratiquent ces zélateurs du libéralisme à tout crin qui veulent maintenir les écoles d’élite : « Ils poussèrent l’odieux jusqu’à recruter une maman voilée de noir et l’envoyer en première ligne dans les débats publics pour y défendre le droit de choisir son école, au nom de son appartenance à la Communauté musulmane. Alors que des milliers d’enfants issus de l’immigration turque et maghrébine sont parqués dans des écoles de relégation. »
Le diagnostic de l’institution produisant des échecs en masse se termine par des propositions ambitieuses…
Il s’agit de changer l’école- et non de changer d’école- en révisant les contenus de la formation commune, en établissant une mixité sociale profitant à tous les élèves…
L’auteur rejette à la fois la spécialisation étroite et à la fois le repli frileux sur les seules « compétences de base » pour proposer une formation générale et polytechnique…La voie technique optionnelle ensuite devenant non une voie de garage mais un chemin d’excellence comme les autres orientations.
Nico Hirtt se prononce clairement pour une école où les parents puissent trouver une école accessible, de qualité et de proximité.
Jean-François CHALOT
« Je veux une bonne école pour mon enfant!
Pourquoi il est urgent d’en finir
avec le marché scolaire »
livre de Nico Hirtt
Editions Aden
120 pages
14 €
Avril 2009

image_pdf
0
0