Je vous trouve trop gentil avec vos détracteurs

Publié le 19 décembre 2007 - par
Share

J’aime bien votre journal, votre refus de vous laisser enfermer dans des dogmes tout faits, et votre volonté de laisser s’installer le débat dans vos colonnes. Mais excusez-moi si je vous parais excessive et sectaire, je ne comprends pas pourquoi vous publiez un article comme celui d’Annette Caspard, dans votre dernier numéro. Pourquoi laisser la parole à ceux qui défendent les arguments de Caroline Fourest ou de Respublica ? Pouvez-vous publier votre opinion dans leurs revues ? Non ! Alors, je pense que vous devriez avoir la même attitude avec eux, et ne pas publier la leur dans votre journal.

Je suis d’autant plus irritée qu’ils ne vous font aucun cadeau, et que leurs arguments contre vous sont souvent à la limite de la malveillance, ils multiplient les allusions suspicieuses pour vous faire passer carrément pour des alliés des intégristes catholiques et même de Bush. Je ne supporte pas ces façons de vouloir vous salir.

Annette Caspard est certes plus sympathique dans le ton, mais sur le fond, elle est sur les mêmes positions que vos détracteurs.

Quand je lis qu’elle trouve l’attitude de Michèle Vianès – par ailleurs remarquable de calme tout au long du débat, alors qu’elle est seule contre toutes – bancale, car partisane, j’avoue que je me demande comment on fait pour ne pas être partisane, sur un dossier comme le voile. Michèle Vianès était la seule, sur le plateau, à avoir pris la mesure de la gravité de la situation.

Quand je lis qu’Annette Caspard est pleine d’admiration pour Dounia Bouzar et Olivia Cattan, dont le discours consiste à favoriser l’introduction du voile partout, je me demande pourquoi c’est Riposte Laïque qui publie ce texte, et pas Respublica ou Prochoix.

Je souhaite donc que vous conserviez ce côté ouvert, que vous soyez capable de publier des textes contradictoires, mais je n’ai plus envie de lire des écrits qui s’opposent à Fanny Truchelut, ce sont mes limites.

Amicalement et laïquement vôtre,

Roselyne Martin

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.