Jean Bastien-Thiry : un patriote qui est allé jusqu’au bout !

Le 11 mars 1963, l’ingénieur d’armée Jean Bastien-Thiry était fusillé au Fort d’Ivry, en exécution d’une condamnation à mort prononcée par la cour de justice militaire de l’époque. Chaque année, sa famille, ses compagnons de lutte, ses amis lui rendent hommage et militent pour le rétablissement d’une vérité bien souvent ignorée. Pourtant, 60 ans après, les causes de la révolte de ceux qui se sont opposés à la politique d’abandon de l’Algérie française sont reconnues. Alain Duhamel écrivait en 2009 dans la revue Historia (numéro spécial 122) :  « Sans hésitation, l’acte de trahison le plus retentissant de la Ve République est celui du général de Gaulle vis-à-vis des Français d’Algérie ».

En ce 11 novembre 2022, une cinquantaine de personnes s’étaient donné rendez-vous au cimetière de Bourg-la-Reine où est enterré Jean Bastien-Thiry. Sa fille aînée, Hélène, présidente du Cercle Jean Bastien-Thiry, ouvre la commémoration.

Elle rappelle les déclarations récentes du président de la République mettant en lumière la responsabilité de l’État français dans les drames vécus par les populations d’Algérie, avant et après les accords d’Évian. En effet, il y a un an, en novembre 2021, Emmanuel Macron déclarait aux harkis : « Aujourd’hui, au nom de la France, je demande pardon ». Et, devant de nombreux pieds-noirs réunis à l’Élysée en janvier 2022, il dit à propos du massacre de la rue d’Isly (Alger) du 26 mars 1962 : « En métropole, le drame fut passé sous silence. Soixante ans après, la France reconnaît cette tragédie et, je le dis haut et clair, ce massacre du 26 mars 1962 est impardonnable pour la République (…) et doit être regardé en face ».

https://youtu.be/f4pU1ZDc8qM

Pour autant, les responsables politiques de l’époque n’ont jamais été mis en cause, ni jugés. « L’abandon des harkis, c’est bien le général de Gaulle » se plaît-on à répéter dans les colloques de la Fondation pour la Mémoire de la Guerre d’Algérie. Jean Bastien-Thiry l’affirmait déjà dans sa Déclaration du 2 février 1963 : « le désastre algérien, avec tous ses morts et toutes ses ruines, pouvait être évité, et il a tenu essentiellement à l’acharnement de la volonté d’un très vieil homme. »

NDLC : le lecteur pourra trouver l’intégralité de cette célèbre déclaration de Bastien-Thiry, faite au cours de son procès via le site de Résistance Républicaine.

https://resistancerepublicaine.com/2022/11/12/de-gaulle-etait-il-pire-que-macron-declaration-de-bastien-thiry-devant-ses-juges/

Puis, un fondateur du Secours de France prend la parole. Il explique comment son association est venue en aide aux rescapés des persécutions politiques, mais aussi aux harkis, accueillis en France dans des conditions abominables. Un parallèle est fait entre Jean Bastien-Thiry et Claus Stauffenberg, instigateur de l’opération Walkyrie contre Hitler qui devait malheureusement,  le 20 juillet 1944, se solder par un échec.

 

L’opération « Charlotte Corday », dans laquelle Jean Bastien-Thiry fut fortement impliqué, puisqu’il y laissa sa vie, connut le même sort : de Gaulle survécut de justesse à l’attentat dit du Petit Clamart !

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/video/afe85009640/l-attentat-du-petit-clamart

La seconde fille de Jean Bastien-Thiry lit un extrait du journal de bord de sa mère : « Vérité » édité par le Cercle Jean Bastien-Thiry. Il décrit le désespoir moral dans lequel fut plongé une grande partie de l’armée, contrainte de ne pas tenir sa parole face aux nombreux musulmans qui faisaient encore confiance en la France. Un témoignage très émouvant !

Après quelques chants virils entonnés par une remarquable chorale motivée, un ancien gradé égraine la liste de compagnons de route morts en martyrs, lâchement assassinés ou livrés à l’ennemi par le régime gaullien.

Puis, vient le sermon d’un prêtre de Paris, avant la bénédiction du corps : une vibrante méditation sur le pardon, bien éloignée d’un «  Vous n’aurez pas ma haine ! ». Il insiste d’abord sur la dimension spirituelle, puisée dans les combats, de ces hommes qui se sont battus pour la France. Voici quelques extraits de la suite : «  Dans tous les peuples, on doit respecter la parole donnée (…) Ces hommes se sont recommandés à Dieu et à la justice divine (…) Nous sommes obligés de prier pour nos ennemis mais pour qu’ils cessent de faire le mal et pour qu’ils le regrettent, car Dieu ne leur pardonnera pas (…) C’est dans cette foi catholique que nous devrons nous confronter à la loi de Dieu. Ceux qui sont morts avec ces trahisons devront affronter la justice de Dieu (…) Nous serons consolés si ceux qui ont fait le mal l’ont regretté en vérité avant de mourir et s’ils ont demandé pardon. S’ils ont été jugés repentants, nous leur pardonnerons. ».

Il est de bon ton de penser que « finalement » de Gaulle « avait eu raison » d’abandonner l’Algérie française, de se séparer de cette terre dont le destin fut partagé pendant 130 ans avec celui de la mère-patrie. Nombreux sont les historiens qui cherchent désespérément des réponses aux questions suivantes : le général de Gaulle a-t-il changé d’avis ? Et si oui, à quel moment ?

Le « pardon » de l’opinion publique au général  de Gaulle pour la conduite désastreuse des affaires algériennes dès son arrivée au pouvoir se nourrit de considérations géopolitiques dont on ne peut négliger la pertinence. Elles n’en demeurent pas moins discutables, même encore aujourd’hui :

  • À la fin des années cinquante, la politique méditerranéenne était moins une priorité que la recherche d’un rang dans une Europe en reconstruction, qui tardait à s’émanciper de l’emprise américaine d’après-guerre. De Gaulle, qui avait dû faire face aux ambitions de Roosevelt, l’avait bien compris !
  • Aucune des grandes puissances de l’époque, États-Unis et URSS, ne souhaitait voir perdurer ce qui restait de l’empire français, allant jusqu’à soutenir militairement les rebelles indépendantistes, ainsi que la diaspora communiste de l’intérieur. Dans un monde bipolaire, l’Europe ne devait pas avoir sa place !
  • Un mouvement de décolonisation planétaire était en marche et de nombreux pays africains francophones avaient déjà retrouvé leur indépendance dès 1956.
  • La France devait supporter le poids économique d’une colonie en pleine croissance, dont il fallait financer les investissements lourds, au détriment de la métropole qui n’avait pas encore terminé la reconstruction d’après-guerre.
  • La peur d’une submersion migratoire musulmane vers la France, sur le long terme, par le jeu d’une évolution démographique bien identifiée à l’époque.

Mais l’Algérie c’était autre chose : colonie de peuplement, base de repli des Alliés où s’est joué l’arrêt de l’avancée d’Hitler en Afrique du Nord, et pièce maîtresse en Méditerranée. Et puis, pour de nombreux Algériens, la France n’était-elle pas leur seconde patrie ?

L’histoire n’est faite que de conquêtes : la prise d’Alger avait pour but de mettre un terme au piratage en Méditerranée. Une entreprise qui n’était pas gagnée d’avance et qui avait déjà fait l’objet de multiples tentatives, anglaises, américaines et néerlandaises.

https://fr.wikipedia.org/wiki/Bombardement_d%27Alger_(1816)

Quant au statut à donner à cette terre, il fit l’objet de nombreux débats, selon les régimes qui se sont succédé à Paris. Mais peu à peu, un grand pays était en construction.

Ce n’est pas au nom de la « liberté des peuples à disposer d’eux-mêmes » que furent organisés les deux référendums sur l’autodétermination. Il s’agissait de donner un vernis démocratique à une décision prise d’avance : l’abandon pur et simple de cette ancienne terre de l’Empire ottoman devenue française et aussi, un peu chrétienne. C’est par la ruse et la trahison que de Gaulle parviendra à imposer son choix, au prix de nombreuses fractures dont les conséquences se font encore sentir aujourd’hui.

La pire des solutions fut choisie, avec les conséquences que l’on connaît : le poison d’une haine anti-française dont la dimension  revancharde est devenue la colonne vertébrale des gouvernements algériens qui se sont succédé, compromettant toute réconciliation sérieuse avec la France.

Non, cette politique n’était ni sage, ni inévitable. Jean Bastien-Thiry l’avait bien compris. Malgré les ingérences étrangères, l’armée avait gagné la bataille sur le terrain au prix de nombreux sacrifices. Un retour à la paix et une ouverture vers la démocratie étaient encore possibles. La reddition pure et simple devant les exigences du FLN signait une défaite politique et la fin de l’Algérie française.

Pourtant, la manne pétrolière en plein essor aurait pu servir à financer la modernisation en marche de l’Algérie et prendre le relais du ruineux Plan de Constantine, mis en place par la IVe République. Oui, une autre transition vers l’indépendance était possible, sans les dommages collatéraux d’une rupture brutale et surtout, sans les multiples trahisons : celle des pieds-noirs installés souvent depuis plusieurs générations, celle de l’armée que l’on avait mobilisée de force pour défendre une Algérie française mythique,  puis celle de millions de musulmans auxquels on avait promis une Pax Gallica et que l’on a lâchement livrés à leurs frères bourreaux.

De Gaulle, sans foi ni loi, était probablement plus raciste que les populations autochtones d’Algérie : Juifs, Gaulois, Espagnols, Italiens, Noirs, Arabes, Kabyles, Berbères coexistaient dans un vivre-ensemble, encore colonial pour quelque temps, dont beaucoup s’accommodaient. Force est de constater que le régime algérien a rapidement mis fin cette utopie du multiculturalisme, si chère à nos dirigeants d’aujourd’hui, et que peut-être, seul l’ordre colonial permettait !

De Gaulle a contribué à mettre en place en Algérie des régimes les plus hostiles de la France. Nous en payons tous les jours les conséquences. Pourtant, une autre paix était possible. Était-ce par cynisme ou bien pensait-il qu’une Algérie affaiblie et livrée à l’enfermement idéologique serait un atout pour la France ? C’est plutôt ce qui s’appelle « se planter » !

Il aura fallu attendre 1976, soit 13 ans après l’Indépendance,  pour qu’un président de la République, à savoir Giscard d’Estaing, remette les pieds à Alger pour tenter de mettre en place les bases d’une coopération avec le pays qui était encore notre premier partenaire économique.

https://www.ina.fr/ina-eclaire-actu/valery-giscard-d-estaing-president-de-la-republique-francaise-algerie-visite-officielle

Non, je ne suis plus un admirateur du général de Gaulle qui ne fut ni Saint Louis, ni Napoléon, qui eux n’ont jamais trahi leur peuple.

Hector Poupon

Pour les lecteurs intéressés, le Cercle Jean Bastien-Théry peut être joint à l’adresse suivante : Cercle Bastien-Thiry  B.P. 50070 78170 La Celle Saint-Cloud. Courriel : basthiry@aol.com.

Site internet : https://bastien-thiry.fr/

image_pdfimage_print
24
2

59 Commentaires

  1. il y a un au delà après la mort!!! et heureusement les « élus » ne seront pas ceux qui auront trompé les peuples incultes et naïfs sur cette terre avec la complicité des politiques, des juges, du monde du spectacle et des médias corrompus bref tous ces faiseurs d’opinion malfaisants !…De Gaulle, comme beaucoup d’autres, a eu ainsi des comptes à rendre de même que le FLN sanguinaire Ne jamais oublier que les forces françaises ont débarqué à Alger en 1830 suivre aux barbaresques persistantes en Méditerranée qui avaient réduit en esclavage près d’un million d’Européens. Ce ne sont jamais les peuples qui sont responsables des conflits et des crimes mais bien les « élites » qui trahissent régulièrement leurs peuples. Aujourd’hui avec notre freluquet de l’Élysée et sa clique nous avons une nouvelle trahison de nos pseudo élites envers le peuple !!!

  2. Je n’ai jamais compris pourquoi les différents régimes qui se sont succédés au 19e siècle et surtout celui de Louis-Philippe ont absolument voulu garder ce pays pourri. Après la défaite du dey d’Alger il fallait rembarquer et basta !
    Sans doute des intérêts financiers occultes ont décidé les gouvernements à combattre sans discontinuer pendant 40 ans dans ce territoire. Si quelqu’un a une explication. Je suis preneur.

  3. La sentence exécutée, De Gaulle a dû se confesser et aller à la prochaine messe.

    • « Confessé » pour ces crimes De Gaulle ? Pegalajar

      J’ai de sérieux doutes ! Cela signifierait qu’il se sentait coupable ??

      • Puisqu’ il est passé outre le 5° commandement  » Tu ne tueras pas  » le fervent catholique, après confession et fait pénitence en prières a continué à aller à l église

  4. « de nombreux pays africains francophones avaient déjà retrouvé leur indépendance dès 1956 » dites-vous. Vous faites allusion auxquels ? J’ai vécu en Afrique et àMadagascar à cette époque. Les indépendances ont commencé en 1960 lorsqu’a avorté la Communauté Franco-Africaine, cette mauvaise copie du Commonwealth improvisée par de Gaulle.

  5. … jusqu’au bout … lâchement. De Gaulle était criticable : oui, il était normal. Critiquer ok, sans perdre l’essentiel encore mieux.

    • « Critiquable » De G ? Un peu oui !
      Je crois qu’il aurait dû être jugé pour crimes ! Lui qui en a fait juger bien d’autres et condamner tout en prenant la pose du commandeur imbu de lui même .
      Comme quoi la justice en ce monde ….s’il y en a qui y croit encore !
      Il faut espérer autre chose …comme justice ou rien

  6. Sur Colombey les 2 mosquées et la France pays chrétien , de race blanche ( majoritairement ) pour la « métropole » , on ne peut pas donner tort à De Gaulle et ça n’est pas , comme c’est souvent dit bêtement ou vicieusement , du « racisme » que de faire ce CONSTAT . Pour le reste on ne peur être « gaulliste » devant cette capitulation-reddition honteuse en rase campagne devant le FLN , sous les applaudissements de ces petits cons de Sartre et Beauvoir et cie avec la trahison des pieds-noirs et des harkis . C’est cela qui est impardonnable ! Un autre avenir était possible pour l’Algérie et pour ….la France car maintenant on va avoir , peut être , COLOMBEY les 2 mosquées…. »et la guerre et le déshonneur et… » comme disait Churchill

  7. un ardent défenseur de la france était fusillé en 63 : 60 ans plus tard la france entretient et protège ses pires ennemis dont un qui se marie tranquillement en prison : continuité ?

  8. J’avais onze ans lorsque nous avons quitté Ouargla, dans le sud Algérien. De très beaux souvenirs d’enfance ; mon père, militaire, proche du général Maurice Challe, y a laissé, comme nombre d’autres, une grande partie de ses illusions, mais pas son honneur.
    En partant militaire pour le Tchad, en 1970, j’ai eu le privilège de rencontrer quelques-uns des Hommes qui ont fait l’Histoire de l’Algérie Française, en allant dire au revoir à mon père chez Roger Holeindre, dans son restaurant « Le bivouac du grognard », rue Saint Honoré, où ces grands militaires et patriotes se réunissaient tous les mardis.

    • Voilà de vrais souvenirs historiques. Comment comprenez-vous l’abandon des harkis par de Gaule? à mes yeux cela reste un mystère.

      • DEgaulle n’ a jamais rien compris à la situation algérienne ni au peuple qui habitait ce pays : que ce soit les pieds noirs ou les musulmans …pour lui , les
        harkis étaient tout juste des sortes de chaouchs , pas des combattants .

        • à sa décharge c’était un chti. Lille, c’est loin d’Oran… Moi je demande si De Gaulle n’était pas trop anti-arabe pour considérer les harkis comme de vrais Français… Ce qui m’étonne quand même c’est cette attitude venant d’un militaire. Toujours est-il qu’on ne peut pas lui mettre sur le dos la présence en France, actuellement, de 6 M de musulmans…

    • Rencontrer Roger Hoeleindre était toujours un honneur et un moment important. Beaux souvenirs des journées à la Chapelle d’Angillon.Ses obsèques sont inoubliables.

  9. Comme le disait un précédent article il y avait plusieurs de Gaulle, celui des accords d’Evian n’était pas le plus visionnaire
    Il faut dire qu’entre les putes marxistes qu’il avait laissé entrer dans les institutions, les assassins FLN, l’Islam conquérant et l’Armée, il fallait faire une quasi quadrature du cercle
    Pas sûr que la 4e République ait pu faire mieux

    • Mouairf ! Il faudrait trouver autre chose comme excuse ….
      Etaient ce les marxistes qui dirigeaient le pays ? Il n’avait qu’à démissionner alors au lieu de servir de marionnette en uniforme pour donner le change comme un bouffon mégalo ( que je crois il était )
      Le FLN ? Il était vaincu sur le terrain en Algérie et il y avait des factions rivales . Le FLN était cependant , si j’ai bien compris , le plus virulent ( avec des soutiens étrangers URSS , USA ? )
      L’Islam à l’époque était peu conquérant et n’avait pas les finances dont il dispose actuellement

      • …leur richesse était constituée par le nombre de cadavres et d’horreurs laissées derrière eux. Et si pour vous, l’islam à cette époque n’était pas conquérant, reprenez calmement l’histoire africaine et constatez.

        • Vous aussi « calmement » Garay essayez de remettre les choses en perspective et de ne pas tout mélanger .
          Les pays « musulmans » étaient très attardés et les empires coloniaux les contenaient . Le développement de l’islamisme a profité de nos capitulations et reniements en même temps que des rentes pétrolières que nous leur avons généreusement laissées .
          De plus l’empire ottoman s’est rétracté ….
          Disons que les De Gaulles , les démocraties libérales infestées de marxisme et la « religion » communiste ont largement favorisé l’islamisme . Il n’est pas revenu tout seul ! PAS d’EXCUSES

  10. A Montauban une gamine islamiste de 17 ans arrivé en 2005 en France fait trembler tout un lycée car elle veut porter la burqa (un truc comme ça )!
    Elle a déposé plainte
    et les prof qui ont peur ont voté en majorité Macron !
    D’autes Ocean Viking arrivent par bâteau et les Toulonais
    leurs ouvrent grand les portes de la ville !

  11. Mon grand-père officier me disait toujours « De Gaulle a du sang sur les mains, c’est un assassin.» Je passe sur les autres adjectifs… J’ai été élevée dans la haine de De Gaulle.

    • A juste titre Catherine Barbier …
      Tous les pieds-noirs que je connais , des gens biens , travailleurs , de toutes conditions , n’aiment pas De Gaulle c’est le moins qu’on puisse dire

      • j’étais adolescent lorsque nous sommes rentrés , en 62, sur le bateau , il y avait des pieds noirs , des militaires du contingent , en abordant à MARSEILLE , sur les ponts , les gens chantaient  » les AFRICAINS « ….Et sur les quais , des syndicalistes CGT , des communistes, de bons français , nous jetaient des cailloux , et des canettes ( vides !)

  12. Si j ai bien compris, c est a cause de l indépendance que les algériens nous en veulent, un peu de sérieux voyons, la France n’ avait pas que ce pays comme colonie, le Portugal et d autres ont laissé des plumes comme en guinee et ont préférés se barrer de ces pays, que pensez vous des référendums d autodeterminations pour les îles

  13. Merci à RP de cet hommage. Malheuresement je ne vois pas le lien entre cet article superbe et le soutien à un Zemmour De Gaulloatre.

    • Brunrouge
      Zemmour est amoureux de la France et ainsi qu’il le répète il accepte toute son histoire sinon avec d’autres il serait franco-quelque chose
      Quant à savoir si la 4e république aurait fait mieux… j’en doute

    • Oui Brunrouge , je comprends aussi votre remarque
      Mais y a t-il moyen de faire autrement , pour De Gaulle , en France actuellement pour quelqu’un qui est candidat à la présidence …On a déjà accusé E Z de tous les maux ( « pétainisme » , « poutinisme » , « racisme » ….) .
      Plus généralement , je diverge avec une attitude que l’on retrouve trop souvent dans un certain nationalisme traditionnaliste qui consiste à prendre l’histoire de France en bloc sans droit d’inventaire ou esprit critique …pour garder le meilleur et laisser le mauvais pour PROGRESSER ( et non répéter ) . Un conservatisme intelligent seul permet un vrai progrès ( contrairement à l’imposture « progressiste » )

  14. J’avais douze ans, je n’ai jamais oublié, mon père nous en a parlé également.
    Article retransmit et archivé.

  15. Ce grand personnage est infiniment plus admirable et respectable que cette folasse de général dégueule qui a trahi la France et son destin.
    Jean Bastien-Thiry fait honneur à la France.

      • John Mac Millan, militaire yankee habitant aux Etats-Unis, vient ici pour donner des leçons d’Honneur? Ces enculés de yankees qui envoient des tapis de bombes sur des pays entiers, qui fomentent des coups d’état partout dans le monde? Fuck you, asshole!

        • Tsar : Merci de moucher John mac Millan. On va lui rappeler les bombes au napalm balancées sur les populations civiles.

        • « L HONNEUR C EST COMME LES ALLUMETTES CA NE SERT Q UNE FOIS « …( PAGNOL).En ce qui concerne les USA , il y a très longtemps que la boite est vide !

      • L’honneur dans la bouche pourrie d’un larbin de la caste/mafia d’assassins , de sacs à mmm et de corrompus qui gouvernent les USA et entendent gouverner l’occident et le monde . Ils osent tout …..c’est à ça qu’on les reconnait !
        C’est ce qui nous sauve , après la Foi , c’est qu’ils sont incroyablement cons

      • Comment va EPSTEIN au fait ? Pardon il est mort …
        Et G.Maxwell ? Toujours pas jugée ? Et les complices ….non plus ?
        La « justice » US de merde n’est pas pressée …Retournez à la niche …mais en rampant

  16. Une conséquence peu connue. Après son éxécution, une messe devait être dite à sa mémoire en l’église St Jacques de Lunéville. Des faire-parts de décès avaient été envoyés à de nombreuses personnes. Sur ordre du gouvernement, tous ces faire-parts furent bloqués à la poste. DE GAULLE AVAIT PEUR D’UNE MESSE !

    • Je sais qu’une messe à été célébrée en l’église de Bréménil (54540) j’ai bien connu son frère Gabriel , gros propriétaire exploitant forestier à proximité qui a écrit un livre intitulé PLAIDOYER POUR UN FRERE FUSILLE.

    • Traitre d’avoir voulu que l’Algérie française le reste.nQuand De Gaulle dit: Moi vivant jamais le drapeau FLN ne flottera sur Alger!
      Il faut travailler Amon Ra.

    • Ah🤔🤔🤔développez svp…. Un militaire qui a le sens de la parole donnee…j’attends vos arguments

  17. De Gaulle, svp, et non « de » Gaulle, comme écrit bien trop souvent. Si ce personnage a eu beaucoup de chance d’échapper à de multiples attentats ou tentatives (ceux de Pont-sur-Seine et du petit-Clamart étant les plus connus), c’est que personne n’a voulu mourir pour vraiment l’éliminer (en se sacrifiant volontairement à un moment propice comme lors des innombrables bains de foule qu’il avait effectués en france ou ailleurs). Mais on doute qu’il repose en paix…

    • SPAGGIARI a participé à une tentative contre DE GAULLE à TOULON il l’aurait eu dans sa lunette à courte distance , mais l’ordre d’ouverture du feu n’a jamais été donné

  18. Originaire tout comme lui de Lunéville ,ai connu son père et suis allée sur sa tombe accompagnée de Pascal Olivier un des fondateurs de résistance républicaine qui nous a quitté ce 14 fevrier.

    • On n’imagine pas le courage qu’il faut pour tirer sur une voiture avec des occupants nos armés. Et une femme.

      • Il y a apparemment beaucoup de choses que vous « n’imaginez pas » Mac….et qui pourtant existent ! Heureusement !
        Question de capacités

        • Dans votre imaginaire tout est possible.

          (La modération : tout comme dans votre réalité subjective ?! Mais que faites-vous sur un site qui semble ne pas vous convenir: traîner votre ennui ?!)

          • CEST UN MASO ;le site ne lui convient pas , mais il aime se faire du mal , sans risque

Les commentaires sont fermés.