Jean de la Valette se trompe sur Marine Le Pen et l’islam

Publié le 4 juillet 2011 - par - 860 vues
Share

J’ai pris connaissance avec curiosité de l’article que Jean de la Valette a produit suite à l’émission « Des Paroles et des Actes » dans laquelle David Pujadas a récemment invité Marine Le Pen, présidente du Front National.
En gros, Jean de la Valette s’étonne que Marine Le Pen n’ y ait pas crié, plus que cela, haro sur l’islam et les musulmans et il finit même par se demander si Marine Le Pen ne serait pas capable de retourner sa veste à l’instar d’un Gian-Franco Fini après s’être rallié au gouvernement de Silvio Berlusconi.

Quelquefois, j’aurais presque envie de conseiller à notre Jeannot de la Valette de relire l’art de la guerre du regretté Général Sun Tzu, où il pourrait réapprendre ou bien apprendre que pour lutter contre son ennemi, l’art c’est de pénétrer la stratégie et le terrain de son adversaire pour s’y montrer encore plus excellent que lui. Or, sur quels points l’offensive islamique était-elle particulièrement efficace et sournoise si ce n’est dans le domaine de la takiya , une pratique consommée de la dissimulation de ses vrais objectifs afin de mieux soumettre son adversaire par surprise aussitôt sa méfiance envolée.

A mon humble avis, c’est exactement la tactique que développe Marine Le Pen : laisser le moins possible de prise à l’accusation de racisme et de xénophobie pour rassembler derrière elle un maximum de français dégoûtés de la politique de laxisme et d’abandon menée par l’UMP-PS depuis trente ans en France. Quand les temps changent et que l’histoire s’accélère, le drame avec le vocabulaire employé pour décrire les choses, c’est que certaines expressions deviennent vite obsolètes.
Jeannot de la Vallette s’émeut avec des « mais jusqu’où doit aller le lissage de l’image » Tiens donc, mais si Marine Le Pen avait lissé son image comment se fait-il alors qu’on puisse prétendre qu’elle apparaît vraiment hyper combative et efficace.
Quand je lis « Et quelles voies doit prendre la nécessaire respectabilité ? » je m’interroge, mais quand Marine Le Pen est-elle apparue dans ses discours, dans sa vie privée ou professionnelle comme non respectable ou indigne . Marine Le Pen, grande avocate, serait-elle comparable à Maître Vergès, avocat de Klaus Barbie.
« Une énervante cacophonie » dit-il, mais comment pouvait-il en être autrement quand les fieffés Laurent Joffrin et Caroline Fourest ne taraudaient Marine Le Pen que pour lui faire abattre son jeu et regarder directement dans ses cartes et ses plans. Un truc de malade !!

Et Jeannot de la Vallette de terminer par un pontifiant « voilà ce qu’aurait pu dire Marine Le Pen » sur lequel je m’abstiendrais humblement de tout vil commentaire.
La chemin de la vérité se situe au-delà des concepts et des mots

HUINENG

Print Friendly, PDF & Email
Share

Les commentaires sont fermés.