Jean-Pierre Mocky, celui qui osait dire que Léa Salamé était « baisable »…

Publié le 9 août 2019 - par - 52 commentaires - 2 596 vues
Share

C’est l’histoire d’un mec… il filme…

Oui, Jean-Pierre Mocky tournait comme les Shadocks pompaient. D’où sa pantagruélique filmographie, certes inégale mais qui recèle d’indiscutables trésors.

Ces dernières années, Mocky était surtout connu pour ses outrances, comme ce jour de tournage, au bord de la mer, hurlant sur les techniciens : « Bon, j’ai pas le temps d’attendre, hein, moi ! Qu’est-ce qu’il fout ce con ? Qu’est-ce que tu fous là-bas ? Viens là, nom de Dieu ! Oh, mais qu’est-ce que tu allais foutre là-haut ? Qu’il est con celui-là aussi ! » Et de crier plusieurs fois, comme en manque : « Moteur ! » Toute l’urgence du personnage semble contenue dans cette scène d’un documentaire qui lui était consacré : « Strip Tease, Le Parapluie de Cherbourg », tourné en 2000.

Son cinéma scrutait souvent les travers d’une société avec une implacable acuité. Exemple, en 1984 il balance sur les écrans « À mort l’arbitre », avec un Michel Serrault complètement habité par son rôle de supporter fanatique. L’histoire : un arbitre siffle un pénalty qui fait perdre une équipe dont les supporters ultras ne l’entendent pas de cette oreille et traquent ledit arbitre, interprété par Eddy Mitchell. Dans ce film, Mocky fait une apparition – à la manière d’Hitchcock dans les siens – et lâche cette phrase : « C’est con, hein, une foule ; ça suit le plus dingue et y’en a toujours un de dingue ! » Un an après, au stade du Heysel, à Bruxelles, une « bousculade » fera 39 morts…

Plus légèrement, mais non moins préoccupant, Mocky, quelques années plus tôt, avait réalisé « La Grande lessive (!) », mettant en scène un professeur de lettres – campé par l’inoubliable Bourvil –, atterré par la déconcentration de ses élèves à cause de la télévision, et qui entendait y remédier. Comédie intelligente à souhait.

Bien sûr, Mocky avait ses outrances, notamment à l’endroit de la religion, qu’il raillait gentiment dans « Un drôle de paroissien » et plus cyniquement dans « Le Miraculé », interprété par un Michel Serrault plein d’humour et cependant fervent catholique, qui disait : « La foi fait partie de ma vie. »

Bien entendu, certains qui croient plus à dogme qu’en Dieu, selon moi, s’en sont pris à Mocky. Ainsi, en 1998, Christine Boutin – qui copine allègrement avec l’islam, au passage ! – s’était frottée à lui. Tout de go, il lui avait proposé de la retrouver dans une chambre d’hôtel…! Des années plus tard, il réitérera, sur RMC, avec Aurélie Filippetti, alors ministre de la Culture : « On se la ferait bien. Mais je veux dire… bon… ce n’est pas son rôle de recevoir les indépendants dans son plumard. » Chez Ruquier, ce sera au tour de Léa Salamé – qu’il n’appréciait pas franchement : « Tiens, je te baiserais bien, moi ! » « Odieux mâle patriarcal », selon les canons féministes en vigueur, Mocky aimait les femmes…

https://www.programme-tv.net/news/tv/65915-jean-pierre-mocky-drague-lourdement-lea-salame-qui-est-tres-genee/

Mocky avait une nette tendance à l’exagération et, lorsqu’un prêtre tentait, par exemple, sur un plateau de télévision, de calmer ses ardeurs anticléricales : « J’en ai pas, de savoir-vivre ! », répondait-il. On pourra donc lui reprocher certains jugements simplistes, mais on ne saurait déplorer d’un côté la censure qui nous accable et vouloir l’appliquer sur tout ce qui n’a pas l’heur de nous plaire. Mocky était une authentique grande gueule, autant dans la vie que sur pellicule. Et des grandes gueules c’est nécessaire, à moins de vouloir lisser les esprits pour leur faire admettre le pire…

Question politique, Mocky y allait aussi sans retenue. En 1982, il balançait un brûlot à charge contre le monde politique : « Y a-t-il un Français dans la salle ? », où l’on suit un chef de parti politique peu glorieux. Adaptation d’un roman de Frédéric Dard, qui participa aux dialogues du film. D’où leur saveur particulière. Jugez plutôt : « Président de la Croix-Rouge ; président du Rotary, président de mes fesses, président de tout et n’importe quoi, et parmi eux, moi, président de mes couilles à vie. Regarde-les, tous ces cons de première classe, je les enfouis dans la gangue incassable de mon profond mépris dont je suis le président d’honneur. »

En 1988, il réalisait « Une nuit à l’Assemblée nationale », où il écornait à nouveau le monde politique, en pleine période électorale. Ce qui lui valut ceci : « Avant la sortie du film le 8 juin 1988, une projection à huis clos fut organisée par le distributeur Jean Labadie (Bac films) pour les journalistes politiques sans que Mocky en soit au courant. L’Élysée craignait que le film ait une incidence sur le taux de participation électoral au deuxième tour des Législatives, le taux des abstentionnistes étant déjà élevé, 32 % au soir du premier tour. Suite à cela, Mocky se fâcha avec Bac films et UGC, ce qui lui ferma la porte de beaucoup de salles. Mocky accusa la presse d’être muselée, la publicité fut supprimée, le film fut retiré de l’affiche dès la deuxième semaine. Pour Mocky, « Une nuit à l’Assemblée » mit un coup d’arrêt à sa carrière commerciale, il ne rencontra plus le succès et les critiques rendirent moins compte de ses films. Il est clair que dans sa filmographie, il y a un avant et un après « Une nuit à l’Assemblée » où il est devenu tricard dans la profession. »
(http://jpierre-mocky.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=82)

À la fin de sa vie, fataliste, il déclarait : « De toute façon, je n’irai pas voter. C’est de la foutaise tous ces hommes politiques. »

Maintenant, au-delà du personnage parfois exaspérant – avec ses propos acerbes et son inconstance de vieux bougon –, de sa sympathie affichée pour Macron – ce faiseur de chaos –, Mocky, qui avait tout de même bossé dans sa jeunesse avec des pointures comme Fellini ou Visconti, fait tourner une kyrielle de grands acteurs, était un metteur en scène d’un immense talent, même si certaines réalisations pouvaient paraître brouillonnes. Toutefois, il ne s’enfermait jamais dans un confort auquel cèdent certains réalisateurs par paresse. Et ce, depuis le début, avec, entre autres, « La Grande Frousse ou La Cité de l’indicible peur », sans doute l’une de ses plus grandes réalisations, où se concentre déjà tout son univers cinématographique.

Quel autre extraordinaire film que « Litan : la Cité des spectres verts », incursion dans le cinéma fantastique : « Le film que j’ai aimé parce qu’il y avait des décors, il y avait l’idée de la mort, des feux follets dans les cimetières. C’était quelque chose qui me faisait rêver quand j’étais petit, et c’est le seul film qui reflète bien mon enfance. »

Salut l’artiste et merci… Je te laisse le mot de la fin : « Si je tourne, c’est surtout pour ne pas m’emmerder ! J’espère réaliser encore une vingtaine de films si Dieu m’accorde encore un peu de rab. J’ai encore deux ou trois choses à dire. Je me considère comme un journaliste du cinéma. Sauf que je le fais en images avec la férocité qui pourrait s’apparenter à celle du Canard Enchaîné ou de Charlie Hebdo. »

https://www.tempslibremagazine.com/jean-pierre-mocky/

Charles Demassieux

Print Friendly, PDF & Email
Share
Notifiez de
JACOU

Bastien votre copain passe devant le curé demain à 10 h 30 église Saint-Sulpice à Paris.

Peut être pourrez vous être présent ?

clercophage

Ce vrai bouffeur de curés me plaisait bien .

JACOU

Les obsèques de Jean-Pierre Mocky auront lieu lundi à 10h30 à l’église Saint-Sulpice de Paris…

C’est ca un bouffeur de curé. Quand ca meurt ca veut passer par le curé avant de rejoindre le cimetière.

pedro de la luna

oui c est vrai que c est bien triste cela ! moi meme etant un fervent anticlerical primaire anti clerge catho; et je ne vous parle donc meme pas du clerge muzz , j ai un petit pincement de coeur pour ce vrai bouffeur de clerge que sa famille a du trouver bon de lui donner un petit coup de goupillon !!!…

JACOU

Vous faites parti des ses proches pour savoir que c’est la volonté de sa famille et non la sienne ?

topinembourg

Il n’y a pas de clergé muzz . La hiérarchie épiscopale n’existe pas chez les musulmans.

zéphyrin

sur ses goûts en matière de femmes, c’était sa liberté…perso les animatrices de médias au physique levantin, même avec les cheveux teints ne m’émeuvent guère. Du reste il n’y a pas à aller bien loin pour les apprécier dans notre environnement urbain.
Je n’aime pas le Mocky hargneux et irrespectueux du haut de son troisième âge.
Les jeunes révoltés me sont sympas, il faut bien que jeunesse se passe. Mais un type qui a réussi à s’extraire du tout venant et qui n’a pas grandi dans sa philosophie humaine, je trouve ça …glauque.
sinon, j’ai aimé certains des films produits par ses équipes, car on ne fait pas un film tout seul. A mort l’arbitre était prémonitoire en effet.

Maurice CHALABERT

Certes Mocky a insulté cette sale gauchiasse humaniste de Salamé, mais il était un ennemi de notre Eglise et n’aurait sans doute pas aimé un site catholique traditionaliste comme Riposte laïque. Je trouve cet hommage déplacé. J’espère que notre Seigneur Jésus Christ Tout Puissant le punira pour ne pas avoir aimé l’Eglise Catholique et donc, ne pas aimer la FRANCE.

Dominique Plagne

J’espère que le RP Cyrano et la Mère supérieure du couvent des Filles non repenties apprécieront l’hommage… Quant à moi, ayant lu sur ce saint site que la Vierge Marie était toujours vivante, je suis affligée de savoir que, depuis le temps, elle n’a toujours pas vu le loup ! Enfin ! Ça en fait toujours plus pour les autres ! Amen.

La_Soupape

😄😄😄

La_Soupape

Amen ! Par le Christ roy, mais comment osez-vous traiter RL de « site catholique traditionaliste » ?!!
Eh Maumo, t’es pas dans le salon beige au cas où t’aurais pas vu !

clercophage

Le sous-pape. : Est-ce au second degré ?
Parce que sinon , il y en a effectivement beaucoup sur ce site  » laïque  » qui seraient mieux sur Riposte Catholique ou sur Porte Latine .

Sagesse

RL site catholique ??? Vous plaisantez ? Vous vouliez dire site pro-israelien, pro-juif ?

topinembourg

Mocky était un vieil anar ni de gauche ni de droite , vraie grande gueule iconoclaste , anticlérical à l’ancienne .
Je remarque que sur RL , ce sont ceux qui s’offusquent des outrances verbales bien innocentes de JP Mpcky , qui par ailleurs encensent « sainte » Christine Boutin et s’étranglent quand on égratigne leur idole . Ils ont oublié un peu vite que Boutin a toujours déclaré que la lutte contre le FN était le!combat de sa vie .
(Merci à Charles Demassieux de rappeller qu’elle a aussi fricoté avec « l’islam de France » .

Victor Hallidée

On peut à la fois la jouer « rebelle » et être un con. Ce qui me semble être le cas de Mocky. Paradoxe très ordinaire et ultra répandu aujourd’hui. .

Jill

Mocky… un anar de pacotille.

Sebire pierre

Il a aussi fait un film, les ballets écarlates, contre la pédophilie, film étouffé et censuré. « Rebelle » officiel, provocations permises… De bons films quand même, mais pas le héros qu
‘on a dit.

Rosalie

Bah, moi, Mocky, je m’en moque ! Je vais rarement au cinéma, et si je connaissais son nom, je pensais que c’était celui d’un personnage de dessin animé… Et d’après ce que j’en lis, je vois que c’était un bonhomme à gros bide et couilles molles qui pensait qu’être grossier était un signe de liberté intellectuelle et que parler plus fort que tout le monde, un signe de puissance… Qu’il repose en paix, il ne me manquera pas ! :-P… Et en avant les pouces négatifs, n’est-ce pas ? Mais quelle inculte, cette Rosalie ! Comment peut-on ?…

Anne Lauwaert

plus il y a du politiquement correct, plus on aime son contraire

amril

Tout dépend de qui émane le politiquement incorrect.

gélase

Ben oui en réalité il n’y en a qu’un qui compte !

Cayatte

Moky et des obsèques religieuses ! Encore un dégonflé.

clercophage

à Cayatte. : Si c’est vrai , c’est désolant : Beaucoup d’anticléricaux se déballonnent au dernier moment :  » On ne sait jamais  » ( comme Édouard Hérriot )
C’est le principe du pari de Pascal .

La_Soupape

En tout cas, toi t’es pas le Bastien qui était première gâchette chez Volfoni, cinq ans de labeur, de nuit comme de jour et sans un accroc !

…sinon tu dirais pas autant d’conneries !

Yohann le débattant

kessetensait?

alceste

Dire « je te baiserai bien moi », ce n’est pas aimer les femmes, c’est de la goujaterie, le contraire même de la galanterie. Mocky s’en prenait – tenez-vous bien – à la bourgeoisie , au catholicisme, gueulait pour dire « moteur » , et profitait d’être sur un plateau de télévision pour balancer des goujateries . Waouw! Quels faits de guerre !!!

Paskal

Pour moquer les beaufs supporters des équipes de foot, il était mal placé.

"à la" poubelle !

« Je te baiserais » au conditionnel. Gainsbourg encore plus déterminé avec Whitney Houston : »Je veux la baiser ! »
Honnêtement, c’est ce que nous le hommes nous pensons tous devant une jolie fille (en restant au conditionnel), mais nous ne le disons pas, parce que nous savons que nous avons très peu de probabilités de réussir !

Paskal

« ce que nous le hommes nous pensons tous devant une jolie fille » Tiens donc !

FleXo

Sauf si vous etes attires par les hommes.

Victor Hallidée

Très bel hommage !
Excellent et tellement vrai : « vouloir lisser les esprits pour leur faire admettre le pire…« 

La_Soupape

Superbe hommage à un réalisateur qui avait vraiment des couilles et du talent et qui se laissait pas prendre pour un con. J’ai moi aussi adoré  » À mort l’arbitre  » dans lequel Michel Serrault est monstrueux comme toujours, film qui témoigne de la connerie dans le foot tout comme « coup de tête » de Jean-Jacques Annaud avec Patrick Dewaere qui était un acteur monstrueux et j’ai vraiment aimé aussi « y’a t-il un Français dans la salle » une rare adaptation réussie, moi qui suis z’eu t’été élevé au jus de San-A, j’avais quelques appréhensions.

Bref, je me fous que Mocky ait envoyé chier les curetons (en Pologne ils les a vu de près et y savait de quoi y causait), il restera un gigantesque réalisateur comme on n’en fera plus, la preuve les p’tites bites de journaleux le détestaient !

ven85

oui mais si vous n’etes pas politiquement correcte vous etes morts,MOKY ne faisait pas parti du systeme et ces films ne passait que dans 1 ou 2 cinema,c’est pour cela qu’il avait rachete 2 cinemas a paris,pour ces films et les autres boycottes,demandez a EX FN ET RN si pas politiquement correcte et qui ose vouloir redonnez le pouvoir au peuple,la diabolisation qu’il subit de puis 40ans,le peuple doit decider par son vote si il veut continuer a laisser le pouvoir a ces traites qui n’aiment pas le peuple

Natou

Adieu l’artiste .
Merci Charles cet article est top et très bien illustré j’adore ces affiches de films .

Jill

Peut-être, mais pas par lui en tout cas.

JACOU

Hala Salamé une réfugiée du Liban qui crache sur la France avec l’air de rien ? Beurk… Mariée/concubine avec Raphaël Glucksmann.

Natou

@ Jacou : La Léa Salame 🤮🤮🤮

JACOU

Son vrai prénom c’est Hala.

Paskal

Une femme n’a pas choisi d’être femme ; un beauf, si.

JACOU

Ne pas aimer Hala Salamé c’est être un beauf. Z’êtes filosof vous.

Faut écrire un livre pour vous faire connaître.

Natou

Jacou trop bon 👍😉

Paskal

Je l’apprécie moyennement du fait de ses idées. Je ne lui reproche pas d’être une femme. Il vous faut un livre pour comprendre ça ?

JACOU

Vous êtes voyant en plus ? Vous avez vu dans la boule de cristal que je lui reproche d’être une femme.

Vous êtes formidable.

"à la" poubelle !

Mocky sur le passé des actrices :  » La plupart des actrices ont passé plus de temps allongées que debout ! » Elles crachent sur Harvey Weinstein, mais elles ne crachent pas sur le cul !

La_Soupape

Qu’ess tu veux, il était d’droite !

😂😂😂

Le king

Léa Salamé ? Oui, difficile de lui donner tort…

Abdul Partouz

Bof, bof…

Le king

Arrêtez de faire le difficile ! Si vous l’aviez face à vous, vous feriez tout ce qui est en votre pouvoir pour conclure avec elle…

Victor Hallidée

Il y a des femmes mille fois plus jolies et sympathiques. La séduction qui vous touche chez la Salamé, c’est qu’elle la joue « femme de pouvoir ».

ven85

vous n’avez aucune chance si vous n’etes pas juifs,les juifs ce marient qu’entre eux pour garder leur race pure et je leur donne raison,allez demandez la nationalite israelienne si vous n’avez,,de pere et mere juifs, si on vous accepte il vous faudra vous convertir au judaisme et apprendre l’hebreu,

Abdul Partouz

Comme avec la plupart des femmes, mais pas plus qu’avec d’autres..

Hallas

Il y a plus jolies au Liban.